Observations du phénomène ovnis en Belgique.


Triangle noir est le nom donné à des objets volants non identifiés (ovnis) en forme de triangles, observés, à partir de la veille de Noël 1982, au-dessus de villes de la côte est des États-Unis, dans la région nord de la vallée où coule le fleuve qui arrose New-York, l'Hudson. Les témoignages, généralement nocturnes, décrivent une énorme forme triangulaire noire, planant sans bruit ou émettant un léger bourdonnement à une vitesse relativement lente et à basse altitude, sans chercher à éviter d'être repérée. Ces formes sont dotées de grosses lumières blanches ou de lumières clignotantes colorées, placées à chaque coin du triangle. Parfois même, une grosse lumière palpitante rouge est visible sous le ventre du triangle. Ces objets sont parfois connus également sous les noms de « grands deltas noirs » (big black deltas) ou de « triangles volants » (flying triangles). Il existe une grande similitude entre ces objets et ceux prétendument observés au cours de ce qu'il est convenu d'appeler la vague belge d'ovnis (1989-1991).

- Interprétation Théorie -

Il s'agirait du Northrop TR-3A Black Manta, avion furtif subsonique ayant une configuration d'aile volante qui aurait été conçu dans les années 1980.


Le Northrop TR-3 Black Manta est réputé être un avion espion secret de l'United States Air Force qui aurait été conçu dans les années 1980. Il ferait partie des « black programs », mais son existence est officiellement niée et aucune preuve concrète de son existence n'a été dévoilé à ce jour. Il s'agirait d'un avion furtif subsonique avec une configuration d'aile volante.
Selon certaines informations, il aurait été utilisé lors de la Guerre du Golfe comme désignateur laser pour les bombes laser des F-117A Nighthawk. Mais il est également possible que ce soit une version avancée du bombardier B-2 Spirit.

Sources de ces informations

TR-3A Evolved From Classified Prototypes, Based on Tactical Penatrator Concept, Aviation Week and Space Technology, 10 juin 1991. p. 20-21
Triangular Recon Aircraft May be Supporting F-117A AW&ST, 10 juin 1991. p. 20. William Scott
America's New Secret Aircraft, Popular Mechanics, décembre 1991. p. 32-5. Gregory T. Pope
Possible Black Aircraft Seen Flying In Formation with F-117As KC-135s, Aviation Week, 9 mars 1992. p. 66-67
Popular Science, mars 1993
Stealth Watchers Wired (magazine), Issue 2.02, février 1994. Phil Patton


Ufologie - (LIEN)

                                                                                              

Publier Le 1 décembre 2019 dans la PAGE NEWS.


Il y a 30 ans, une vague d’OVNI avait créé l’émoi dans notre pays. Des centaines de témoins se sont manifestés en région wallonne et à Bruxelles. A tel point qu’en mars 1990 l’armée a envoyé deux chasseurs F16 en repérage. Dans les radars, l’OVNI a réussi à échapper aux pilotes.
30 mars 1990, il est 23 heures à Ramillies lorsqu’un nouvel OVNI apparait. Une heure plus tard, il est repéré Boulevard Lemonnier à Bruxelles. "J’ai vu non seulement deux phares devant mais un phare également à l’arrière", témoigne à l’époque Marcel Alfarano, un vidéaste amateur.
A 00h36, deux chasseurs F16 survolent la zone guidée par les gendarmes au sol. La cible est verrouillée puis disparait des radars."C’est un comportement tout à fait anormal, donc à des vitesses qui dépassent les vitesses actuelles des avions", indique Wilfried de Brouwer, chef d’Etat-Major adjoint de la force aérienne belge.

Deux semaines plus tard, des centaines d’appels décrivent à nouveau un objet volant non-identifié dans le ciel. "On aurait dit une boule de feu, cela s’est allumé", raconte un témoin.

La Défense affrète un nouvel avion depuis l’aéroport de Bierset. Mais ces OVNIS restent introuvables et la psychose s’installe. "Il a pu se produire éventuellement un phénomène que les radars de la force aérienne n’ont pas pu enregistrer ?", demande une journaliste à Wilfried de Brouwer. "En effet, c’est vrai", répond le chef d’Etat-Major Adjoint de la force aérienne belge.

Deux F16 toujours en alerte 24h/24

Aujourd’hui encore, 24h sur 24, 7 jours sur 7, deux F16 peuvent intervenir à la moindre alerte dans les 15 minutes. Les pilotes ne connaissent la nature de leurs missions qu’aux commandes de l’appareil. "Cela fait partie du système de défense de l’OTAN, donc il y a tout un maillage, un réseau de radars qui surveillent tous les avions qui sont en vol", explique Philippe Goffin, colonel et commandant de la base aérienne de Florennes.
Ils sécurisent l’espace aérien belge, néerlandais et luxembourgeois et peuvent détruire leur cible en dernier recours. Ces F16 sont armés de deux types de missiles. "Les missiles infrarouges qui se guident sur une source de chaleur et des missiles par guidage radar", indique le commandant.
A 26 mètres sous terre, l’alerte est lancée depuis le bunker du Centre de contrôle et de Reporting de la force aérienne, le CRC. "C’est probablement un OVNI", annonce un militaire en anglais dans un micro. Cette simulation forme les contrôleurs, alertés en temps normal par la police. "Si la police vient sur place c’est que cela témoigne de la véracité des dires de la personne qui a vu et qu’on arrive à le voir sur nos radars. A ce moment-là, on va demander l’autorisation pour faire décoller deux avions de chasse", explique Thibaut Wislez, premier sergent major contrôleur.


"Une centaine de témoignages sur une soirée, ce n’était pas inhabituel"

Le "Battle Management" coordonne l’espace civil et militaire. Les ordres sont précis et le contact permanent avec les contrôleurs aériens. "Pour la qualification des gens, on doit organiser des exercices et on le fait pour que les gens gardent leurs gestes et leur automatisme", souligne Ann D’hondt, colonel et commandant du Control & Reporting Center.

Alors jeune contrôleur de la surveillance aérienne, l’adjudant Pollart ne peut oublier ces soirées folles de 1989 à 1990. "Parfois même une centaine de témoignages. Sur une soirée, ce n’était pas inhabituel", se souvient Stéphane Pollartadjudant et responsable management à la surveillance aérienne.

Depuis près de 30 ans, les lumières se sont éteintes mais le phénomène est toujours pris au sérieux par la force aérienne. Dans les airs, nos pilotes de F16 continuent de s’entraîner à raison de 10 500 heures de vol par an.


LA SUITE


Yves Meelbergs est l'un des deux pilotes de chasseurs F16 envoyés dans les airs le soir du 30 mars 1990 à la recherche d’un OVNI localisé au-dessus de la région bruxelloise. Les F16 avaient pourtant réussi à verrouiller leur cible mais l’OVNI s’était échappé. Aujourd’hui encore, 30 ans plus tard, le pilote reste interpellé par ce qu’il a vécu. Voici son témoignage.
"Tout à coup on a eu une alerte qui a retenti assez tard le soir, je pense qu’il était 22h-23h. On est partis pour faire une mission d’interception sur des éventuels objets non-identifiés. On s’est retrouvés dans une zone qui était assez proche de l’aéroport de Zaventem. On apercevait en fait un objet qui avait un comportement erratique. Il y avait donc de grandes variations d’altitude, de cap et parfois d’accélération. Pendant environ 30 minutes, on a essayé d’intercepter cet objet qui était observé par plusieurs stations au sol.

La cible était verrouillée par les deux F16. Après il a commencé à bouger à nouveau très rapidement et puis il s’est échappé, il a produit une accélération assez impressionnante. Et donc il a disparu des radars.

C’est un phénomène un peu extraordinaire, ce n’était pas un comportement que l’on observait de façon régulière sur des avions que l’on interceptait et qui étaient connus à l’époque. 

Ensuite, on a été envoyé du côté du Shape où là on est descendus à plus basse altitude et puis plus rien. Donc cela a été à nouveau quelque chose qui a disparu. Le fait que cela soit observé à la fois par nous, par des stations au sol et des témoins visuels dignes de foi, là cela apporte un éclairage vraiment intéressant par rapport à la vague belge.

Il y a eu la confirmation qu’il n’y avait pas de prototype américain ou d’essais en cours au-dessus de l’espace aérien belge. Donc, c’est quelque chose que l’on peut désormais éliminer. 

C’est toujours un sujet un peu tabou. Honnêtement, il y a quand même toujours des gens qui ont toujours un petit sourire en coin quand on parle de ce sujet-là. Maintenant, moi je n’ai pas vraiment de souci de parler de ça parce que j’essaie de le faire de la façon la plus honnête possible."


SOURCE Mathieu Langer et Nathan Gerlache, publié le 29 novembre 2019 à 18h22   |-(LIEN)

LA SUITE



Il y a tout juste 30 ans, une vague d’OVNI créait l’émoi dans notre pays durant deux ans. Des récits étonnants recueillis par la Société belge d’étude des phénomènes spatiaux. Des centaines de témoins se sont manifestés dans la région d’Eupen et de Verviers. À l’époque, la gendarmerie n’avait jamais connu pareil phénomène.
"Nous avons vu des gros phares en-dessous d'un engin qu'on ne savait pas définir", explique Hubert Von Montigny, gendarme d'Eupen. Nous sommes le 29 novembre 1989, les gendarmes Nicoll et Von Montigny patrouillent sur les hauteurs d’Eupen. "Et je dois vous dire que le sol était vraiment éclairé, on aurait pu lire la gazette."

Pourtant, la nuit tombe. Il est 17h15 lorsque les deux collègues découvrent un premier OVNI puis un second. "J'ai vu un triangle, trois phares et une boule clignotante orange. Pendant que nous observions celui-là, subitement, derrière les arbres, surgissait l'autre engin. Même puissance d'éclairage avec une rapidité comme s'il avait été catapulté."

C’était pourtant un mercredi soir ordinaire, la fin d'une journée ensoleillée, légèrement brumeuse. "Tout le monde écoutait notre poste. Il y en avait qui riaient, ils ont pensé au Saint-Nicolas. Mais quand ils l'ont vu, ils n'ont plus parlé de Saint-Nicolas. Ils étaient effrayés comme nous."

"On avait une vue sur l'objet"

Parmi eux, il y avait Dieter Plumans, gendarme de La Calamine, à la retraite. Il se rappelle comme si c'était hier. "Si je me souviens bien, on avait déjà aperçu quelque chose." La patrouille calaminoise avait pris la route d’Henri-Chapelle puis s'était arrête au pied d’un OVNI immobile et silencieux, juste au-dessus d'une maison de repos. "On s'est stationné sur l'accotement et on avait une vue sur l'objet qui était au-dessus de nous."

Les deux gendarmes ont gardé leur sang-froid quelques minutes puis l’OVNI a disparu dans le ciel. "Tout doucement, tout doucement. Et on voyait à nouveau une lumière. Ce n'était pas compréhensible pour nous. Jusqu'à présent, ce n'est d'ailleurs pas compréhensible."

143 témoignages étonnants

Ces gendarmes ne le savent pas encore mais cette nuit-là restera gravée dans l’Histoire de la Belgique. Dans les jours qui suivent, la Société belge d’étude des phénomènes spatiaux (SOBEPS) installe sa permanence au centre d’Eupen et récolte 143 témoignages étonnants. "Disons que c'était énorme et que ça avait plus ou moins la forme d'un triangle", "Ce qui m'étonne, c'est ce mouvement", "Je suis partie vers la fenêtre pour voir et j'ai vu toutes ces petites lumières, comme des étoiles", expliquent différents témoins.

Entre l’Est et l’Ouest, l’heure est au dégel des relations diplomatiques, le Mur de Berlin est tombé 3 semaines plus tôt. Et pour les autorités, pas question de parler d'essais militaires. "Ce ne sont pas des faisceaux lasers et encore moins des hologrammes, explique Michel Bougard, président de la SOBEPS. C'est manifestement un objet matériel et solide qui s'est déplacé dans l'espace."

Ce soir-là, 13 gendarmes remarquent les mêmes phénomènes dans 8 endroits différents de la région germanophone. "Je voudrais le revoir, mais je ne crois pas que je le reverrai une fois. Dommage", confie Hubert Von Montigny, gendarme d'Eupen.

Essai d’un avion furtif américain, canular, phénomène météorologique ou hallucinations collectives ? Aucune hypothèse n’a pu être confirmée. Trente ans plus tard, la vague des OVNIS belges reste toujours inexpliquée.

 - Observations du phénomène ovnis en Belgique. - (LIEN)

 "Je serai peut-être le premier terrien à avoir fait fuir un engin non-identifié": 
des OVNI en Belgique, hallucination collective ou réalité?

Il y a tout juste 30 ans, une vague d’OVNI créait l’émoi dans notre pays durant plus de 2 ans. Des récits étonnants recueillis par la Société belge d’étude des phénomènes spatiaux. Mais la vague d’OVNI belge ne s’est pas arrêtée. Il y a une dizaine d’années encore, plusieurs témoins ont à nouveau observé de nouveaux phénomènes étranges dans le ciel. Hallucination collective ou réalité ?

"Et au centre de ces trois lumières, le point rouge", décrit un homme en montrant un dessin en avril 1990. Jour après jour, des centaines de témoignages de ce type sont recueillis par la société belge d’études des phénomènes spatiaux. "On voyait vraiment que c’était un triangle, on voyait les phares", assure par exemple une jeune femme.

Trois à quatre vagues d’OVNI apparaissent de novembre 1989 à mars 1991 et le phénomène continue.

"Donc l’engin se situait juste au-dessus de la maison", indique Philippe Delaisse, un habitant de Wavre, témoin d’un OVNI.

C’était le 9 mai 2008. Philippe et son fils sont sortis prendre l’air sur la terrasse pour profiter d’une journée chaude et ensoleillée. "C’est à ce moment-là que devant nous nous apercevons cet engin triangulaire d’une envergure d’à peu près 12 à 15 mètres", se souvient le père de famille.

Désemparé, il a pris son appareil photo. "Un premier flash, un deuxième flash, un troisième flash et l’engin s’est retourné. 
Je serai peut-être le premier terrien à avoir fait fuir un engin non-identifié", se demande Philippe.

"Je pensais que l’engin allait atterrir sur ma voiture"

Isabelle a vécu la même expérience, un soir de janvier 2011: 
"Je m’aperçois tout à coup qu’il y a quelque chose de très lumineux au-dessus des champs".

Elle était au volant de sa voiture en pleine campagne. "Je me suis arrêtée à un moment donné, l’engin était juste au-dessus de moi. J’ai vu que derrière moi deux, trois voitures s’arrêtaient aussi", raconte Isabelle qui ressentait une impression de masse.

"Je dirais comme les ¾ d’un terrain de football. Je pensais que l’engin allait atterrir sur ma voiture. Il y avait trois grosses sources lumineuses aux trois extrémités et quand j’ai observé d’un peu plus près quand j’ai ouvert mon carreau j’ai vu également ce qui semblait être des escaliers qui pouvaient descendre et sortir de la structure", assure-t-elle.

Ce qui est marquant, c’est la certitude de ces témoins, la cohérence des récits, la concordance des détails, loin des fantasmes de petits hommes verts. "On voit que la façon dont les francophones perçoivent cette dimension paranormale qui est la vie extraterrestre n’est pas du tout la même. Aux Etats-Unis, très vite la vie extraterrestre cela devient des attaques, des soucoupes volantes", indique François Mathijssen, chargé de cours en psychologie à l’ICHEC.

Une photo truquée qui a fait l'effet d'une bombe 

Même si parfois dans l’engouement, certains témoignages manquent de crédibilité. "Vous avez déjà vu quelque chose ?", demande une journaliste à un témoin en 1989. "Comme tout le monde mais rien de plus. Ce fameux triangle. On l’a vu, on l’a pas vu enfin", répond cet homme hésitant.

Patrick Maréchal a, lui, trompé les plus hautes autorités durant plus de 20 ans. Photographe amateur, il est l’auteur de la photo truquée de "’OVNI de Petit-Rechain"." J’ai utilisé des câbles, du fil et des lampes". Ce matériel rudimentaire lui a donc servi pour réaliser un canular qui a fait l’effet d’une bombe à l’époque.

"J’ai pris l’appareil photo et j’ai fait une série de photos comme ça. Parmi elles, on a choisi une photo que tout le monde connaît", confie Patrick.

Cette photo déjouera toutes les étapes d’analyse, du Quai d’Orsay, de l’Ecole Royale Militaire et même d’un consultant de la NASA. " Faire une photo comme ça et réussir à remettre en cause toute l’analyse qui a été faite sur les photos, ça prouve que l’analyse n’est peut-être pas au top ou que leur façon d’analyser les photos doit être revue", souligne le photographe amateur.

"Mes enfants m'ont dit de ne pas trop en parler" 

Aujourd’hui encore pour beaucoup, parler d’OVNI reste tabou, même avec ses propres enfants. "Ils m’ont dit maman il vaut mieux ne pas trop en parler parce que les gens effectivement qui parlent de ça, c’était il y a 9-10 ans, on ne les prend pas toujours au sérieux", confie Isabelle, qui préfère d’ailleurs garder l’anonymat.

Alors que 45.000 études académiques évoquent le phénomène paranormal, certains osent parler plus librement.
"Moi je suis persuadé que nous sommes observés en permanence", estime Philippe.

"Ces personnes sincèrement croient avoir vécu quelque chose. Il peut y avoir une info tout à fait différente qui à la rigueur vient aider cette personne à se dire qu’elle a vraiment vécu quelque chose", analyse François Mathijssen, chargé de cours en psychologie à l’ICHEC

Dans le monde occidental, plus d’une personne sur deux croit à la vie extraterrestre.

      SOURCE Mathieu Langer, David Muller et Julien Raway, publié le 29 novembre 2019 à 14h39 , mis à jour à 19h08   
1|-(LIENSUITE  |-(LIEN)

SOURCE -  Mathieu Langer et Julien Raway, publié le 29 novembre 2019 à 17h28 |-(LIEN)

CLIQUEZ ICI DESSOUS

                        

Voici des observations vidéos survenu en Belgique.
Si vous habiter en Belgique, et que vous avait vu un ou des OVNI(s)

Clic sur LA VAGUE BELGE pour l'article d'informations sur les l'observations de 1989-1991.

Affichage de 14 élément(s)
Lieux du phénomène DateTitre de l'ArticleURL du liensINFO
Trier 
 
Trier 
 
Trier 
 
Trier 
 
Trier 
 
Lieux du phénomène DateTitre de l'ArticleURL du liensINFO
Belgique, et en France 11 novembre 2019 Observation d'un OVNI en Belgique, et en France SOURCE on 
Maasmechelen 7 mai 2011 Nouvelle vidéo d'un OVNI avec deux feux lien à Maasmechelen en Belgique. SOURCE on 
Toufflers 22 avril 2011 À Toufflers, ils ont vu des choses étranges ? SOURCE on 
Anderlecht 17 avril 2011 ovnis dans le ciel d'Anderlecht à 18 heures 51 minutes SOURCE on 
Belgique 4 janvier 2011 Plus de 200 OVNIs repérés dans l'espace aérien Belge en 2010 SOURCE on 
Louvain la neuve 6 juin 2010 Ovni à Louvain la neuve en Belgique SOURCE on 
Brugge 9 avril 2010 UFO de jour volant près avion civil a été enregistré  latest-ufo-sightings.net on 
7 avril 2010 OVNI triangle multiples enregistrées sur la Belgique latest-ufo-sightings.net on 
2 avril 2010 Lumières en position triangle ont été enregistrées dans le ciel de Belgique latest-ufo-sightings.net on 
7 mars 2010 OVNIS dans mon ciel dailymotion on 
4 mars 2010 Un lot de photos OVNI triangle prises en Belgique. latest-ufo-sightings.net on 
Wemmel 17 août 2009 Qu'y avait-il dans le ciel de Wemmel, lundi soir le 17 aoûte 2009. SOURCE on 
Belgique 30 mars 1990 Il y a 30 ans, une vague d'OVNI crée l'émoi en Belgique ARTICLE DU 1 décembre 2019  DEUX ARTICLES du 29/11/2019 à 1/12/2019 -  
Par-tout en Belgique comme à Liège 29 novembre 1989 La vague belge SOURCE on 
Affichage de 14 élément(s)
Comments