Le destin de l'Univers : trous noirs et énergie sombre - Jean-Pierre Luminet - 2007 & 2012.


Mise à jour du 8 décembre 2012.

Jean-Pierre Luminet (né en 1951) est un astrophysicien, conférencier, écrivain et poète français, spécialiste de réputation mondiale des trous noirs et de la cosmologie. 
Il est directeur de recherches au CNRS, membre du Laboratoire Univers et Théories (LUTH) de l’observatoire de Paris-Meudon.
En 1979, Jean-Pierre Luminet a été le premier à simuler les distorsions optiques causées par le champ gravitationnel d'un trou noir, travaux réalisés à l'époque pour tenter de visualiser cet élément invisible de l'univers sans l'aide d'outils informatiques modernes.
En 1982, il a été parmi les premiers à étudier, avec le physicien Brandon Carter, les effets du passage d'une étoile au voisinage d'un trou noir supermassif.Il a montré que ce phénomène pouvait se traduire, entre autres, par une destruction de l'étoile sous forme de crêpe astrale (selon son vocabulaire) en raison des effets de marée intenses causés par la proximité du trou noir, causant une réactivation des réactions nucléaires au sein des débris de celle-ci et pouvant donner lieu à une signature observationnelle de ce type de trou noir dans des galaxies lointaines. 
Cet effet a été observé pour la première fois plus de vingt ans après, en 2004 grâce aux satellites Chandra et XMM-Newton.
Depuis 1995, il s'est intéressé à la topologie de l'Univers6, en collaboration avec plusieurs chercheurs, dont Marc Lachièze-Rey, Roland Lehoucq, Alain Riazuelo, Jean-Philippe Uzan et Jeffrey Weeks. 
Il a traduit l'idée que l'univers puisse être d'extension spatiale finie mais sans bord par le terme d'« univers chiffonné », bien que ce terme ne soit guère utilisé par la communauté scientifique, qui lui préfère celui de topologie non simplement connexe.


En 2003, il a proposé d'interpréter certaines anomalies dans les anisotropies du fond diffus cosmologique observée par le satellite WMAP comme résultant de la signature que l'univers aurait une courbure spatiale positive et la topologie d'un espace dodécaédrique de Poincaré.
Jean-Pierre Luminet est également spécialiste de l'histoire de la cosmologie et en particulier de l'émergence du concept du Big Bang, auprès duquel le nom de Georges Lemaître est, selon lui, injustement mis en retrait.




A l'occasion de la parution de son dernier ouvrage, Jean-Pierre Luminet fait le point sur les propriétés extravagantes des trous noirs : machines à produire de l'énergie, ordinateurs suprêmes, portes de passage vers d'autres univers, maelströms emportant dans leur ronde matière, espace et temps. 
Des microscopiques aux géants en passant par les stellaires, les trous noirs se révèlent aux astronomes selon une panoplie de phénomènes allant des hypernovae aux quasars, en passant par les sources X binaires et les lentilles gravitationnelles. 
Enfin, aux côtés de la mystérieuse énergie sombre, les trous noirs semblent devoir jouer un rôle prépondérant dans le destin à très long terme de l'Univers.


Source 
Comments