Project Aliens Résistance.

Rechercher dans ce site

Budd Hopkins et John Mack les enlévements et contacts par Aliens, aux USA.




Budd Hopkins (né le 15 Juin 1931 à Wheeling, en Virginie-Occidentale) est un personnage central dans l'enlèvement phénomène et l' OVNI de recherche. 

Il est également peintre et sculpteur de la note. 

En 1964, Hopkins et deux autres ont vu un OVNI en plein jour pendant plusieurs minutes. 

Fasciné, il rejoint UFO groupe de recherche NICAP et commença à lire de nombreux livres sur les OVNI et les articles.

En 1975, Hopkins et Ted Bloecher étudié un témoin d'OVNI rapport multiple, le Nord Hudson Park observations d'OVNIS qui ont eu lieu dans le New Jersey. 

En 1976, le Village Voice imprimé 'Hopkins compte de l' enquête.

Hopkins a commencé à recevoir des lettres régulièrement des témoins d'ovni, y compris quelques cas de ce qu'on appellera plus tard "temps manquant": 
les lacunes inexplicables dans la mémoire, associée aux rencontres d'ovni.

Budd Hopkins à Marseille, en France : le 05 octobre 1995 : vient d'être mise en ligne : 
Budd Hopkins est l'Expert des enlévements par Aliens, aux USA 


Les Repas Ufologiques sont des lieux de rencontres autour d'une bonne table pour évoquer le sujet ovnien (OVNI - UFO - soucoupes volantes), mais aussi de l'insolite en général.

Lieu de conférences et de libre discussion, c'est une association sans but lucratif qui contribue à la diffusion d'informations spécialisées sur le problème des OVNI, et qui favorise le développement de projets relatifs à l'étude du phénomène.

CERPA : Centre d'Etude et de Recherches sur les Phénomènes Aérospatiaux.

Quatrième congrès international sur les OVNIS à Marseille en Octobre 1995. 
Conférence de Budd Hopkins (USA) avec Marie-Thérèse de Brosses.

Invitation et participation gratuite.
Contact : Gérard Lebat, fondateur des repas ufologiques

Site Officiel 
Budd Hopkin

Cliquez ici-dessous

John Mack Et Bud Hopkins


Si Bud Hopkins est Sigmund Freud, John Mack doit être Carl Jung. 

Cette conclusion, j'ai écrit en 1994, pour une revue américaine qui se consacre exclusivement au phénomène d'abduction OVNI, à un moment où étoiles Mack a commencé à augmenter dans le milieu de la recherche OVNI.


Freud a essayé d'expliquer en grande partie la psychologie humaine tout entière en tant que fondée sur la sexualité. Hopkins abordé le phénomène des enlèvements tout comme la rencontre physique avec un source de vie extra-terrestres, impliqué dans une inter-espèces d'élevage du projet. 

Jung a refusé de réduire l'humanité à une question purement sexuelle ... et ainsi de Mack ne pouvait pas accepter que les enlèvements OVNI ont été juste que ... 

Je me sentais plus, et différents.

Pendant la majeure partie de son existence, le phénomène OVNI dans son ensemble manquait sérieusement un scientifique de haut niveau prêts à reconnaître la crédibilité scientifique de la recherche ufologique. 

Bien sûr, l'absence d'une telle personne pourrait indiquer l'état de la recherche. 

Pour le thème "enlèvements extraterrestres", John Mack était que Dieu envoie. 

Un professeur de Harvard, leader dans son domaine, même lauréat du prix Pulitzer, sans squelettes dans son placard; peut-on demander de plus?

Mack, comme indiqué, a estimé que le phénomène OVNI testé les limites de la réalité. 

Il n'était ni tout à fait physique, ni totalement mentale - il a traversé les deux dimensions, l'OVNI a été presque comme un véhicule inter-dimensionnelle.
Les aspects physiques sont que des gens avaient été observés à manquer, de retour avec des coupes, des ulcères, lésions, etc Mais ce n'est pas tout: il élargi ". 

À des expériences qui sont plus psychologique, spirituel, impliquent l'extension de la conscience" Il a été dans ce cross-over que Mack a identifié le problème de base du phénomène: «La difficulté pour notre société et pour notre mentalité est, nous avons une sorte d'alternative ou de mentalité. 

C'est soit, littéralement physique, ou c'est dans le domaine spirituel, le royaume invisible. 

Ce que nous semblons ne pas avoir de place pour - ou nous avons perdu la place pour - sont des phénomènes qui peuvent commencer dans le royaume invisible, et le cross over et manifester et de montrer dans notre monde physique littérale ".
Pourtant, Mack ne condamne pas la science. 

Si quoi que ce soit, il se sentait qu'ils étaient sur la bonne voie. 

Si quoi que ce soit, la plupart des scientifiques ne pouvaient pas suivre avec la science elle-même. "Le nouveau paradigme des découvertes actuelles de la science de laboratoire et de recherche sur la conscience est en quelque sorte embarrassant vieille et familière. 

Ce modèle englobe vérités connues à pratiquement toutes les cultures du passé et la plupart des sociétés contemporaines, mais bien celle-ci peut être influencée par le matérialisme et le dualisme dans leur poursuite de la modernisation, le pouvoir politique, et l'avantage du marché. 

Comment nous, en Occident pourrait avoir réussi à oublier cette connaissance est l'une des grandes histoires indicibles de notre temps. "Avec cette remarque, Mack littéralement intensifié sur les traces de Jung.

Ce n'était pas cette identification comme un phénomène cross-over qui a rendu célèbre Mack. 

La question centrale du phénomène était de savoir si les personnes enlevées ont été inventer leurs rencontres ou ont été rapportant fidèlement des événements - des événements réels. 

Il a fait valoir que, dans son analyse, les personnes enlevées étaient des rapports sur la menace réelle: ils n'avaient pas inventé ces expériences.

Mack a publié sur ses conclusions et a rapidement trouvé lui-même le centre d'une controverse qui a atteint dans les pages de temps et d'autres publications importantes. 

Son université a ouvert une enquête pour savoir si ou non Mack avait agi de façon inappropriée. 

Harvard Medical School a nommé un comité de la faculté extraordinaire pour examiner les soins cliniques Dr. Mack et d'investigation clinique de ses sujets. 

Bien que de longue haleine, avec chaque mois, Mack a reçu plus de soutien. 

Il y avait des questions de la communauté universitaire (y compris Harvard professeur de droit Alan Dershowitz) concernant la validité de l'enquête de Harvard de professeur titulaire.

Après un processus de 15 mois, Harvard a publié une déclaration indiquant que le doyen avait «réaffirmé la liberté académique Dr. Mack pour étudier ce qu'il veut et de dire ses opinions sans entrave», concluant «Dr.Mack reste un membre en règle de la Faculté de médecine de Harvard. "

Ce qui avait frappé le plus était Mack qu'il a été dit qu'il avait perdu son objectivité. "On dit souvent que je suis un croyant et une sorte de sont allés et j'ai perdu mon objectivité. J'ai vraiment s'opposer à cela. 

Parce que ce n'est pas de croire quoi que ce soit. 

Je ne crois pas que quoi que ce soit quand j'ai commencé, je ne crois pas vraiment quoi que ce soit maintenant. 

Je suis venu à l'endroit où je suis venu sur le plan clinique. 

En d'autres termes, j'ai travaillé avec des gens plus d'une centaine et des centaines d'heures et ont fait autant de soin un travail que j'ai pu écouter, de passer au crible, à envisager d'autres explications. Et aucun se sont manifestés. 

Personne n'a trouvé une autre explication dans une affaire d'enlèvement d'unique. "

Une fois ses batailles avec le monde scientifique ont été réglés, Mack a poursuivi dans la cartographie des aspects autres dimensions de ce phénomène. 

Il a estimé qu'il s'étendait l'humanité, qui nous ont été contraints de ne pas simplement regarder la réalité quotidienne physique, mais la possibilité d'autres, les réalités invisibles, "à partir de laquelle notre conscience, notre, si vous voulez, les processus d'apprentissage au cours des derniers siècles ont fermé leurs portes nous off ". 

À cet égard, Mack suivie d'observation Jacques de Vallée que le phénomène était vieux - et donc plus susceptibles d'autres dimensions, plutôt que extra-terrestres.

Quelle est passé largement inaperçu, c'est que Mack a également élargi la portée du phénomène. Hopkins a porté la plupart de ses recherches sur les exemples américains - certains pourraient même dire New York. 

En conséquence, certains chercheurs se demandaient pourquoi ce qui se passait aux États-Unis - et, apparemment, nulle part ailleurs.

John Mack avec Budd Hopkins

En 1995, Mack a visité les Pays-Bas, où il a passé quelques jours à parler à Hilda Musch, qui était à l'époque de travail avec les abductés OVNI néerlandais. 

Mack a également étudié le phénomène tel qu'il se manifeste dans les populations autochtones, les Amérindiens, qui avaient légendes du peuple des étoiles. «Nous avons regardé ce en Afrique du Sud, en particulier dans les entrevues en profondeur l'un des principaux sangoma Afrique du Sud, ou homme-médecine, qui appelle« mandingdas «ces êtres." En Afrique du Sud, il a travaillé avec Credo Mutwa, mais il s'est aussi rendu à Brésil, pour répondre aux personnes enlevées il.

«J'ai reçu une lettre sur les expériences d'enlèvement d'une personne en Malaisie aujourd'hui. 

En d'autres termes, il s'agit - aussi loin que nous pouvons dire - un phénomène mondial. Ce n'est pas limitée, comme certains l'ont pensé, à l'Ouest ou particulièrement la culture américaine. "

Ces vues ont été l'aboutissement d'une vie riche. Mack internés au Massachusetts General Hospital et a effectué sa résidence au Massachusetts Mental Health Center. 

L'adhésion à l'Harvard Medical School faculté en 1964, il devint professeur de psychiatrie en 1972. 

Il était marié à Sally (Stahl) Mack, avec qui il eut trois fils, en lui donnant deux petits-enfants. Ils ont divorcé en 1995.


En 1983, il fonde le Centre de psychologie et de changement social, en collaboration avec Robert Jay Lifton. 

Lifton a été l'un des associés de longue date de Mack. 

Tous deux étaient des psychiatres et des auteurs. 

Ils ont travaillé ensemble dans le mouvement antinucléaire et dans l'application des approches psychologiques à l'étude de l'histoire.
Ses premiers travaux a été parrainée par Laurance Rockefeller, le frère du milieu des cinq petits-fils de premier plan et philanthropique de John D. Rockefeller. 

Laurance ne voulait pas la carrière politique que son frère Nelson réalisés, résultant en une vice-présidence, sous le président Ford dans les années 1970.

Laurance concentrés sur la conservation, les loisirs, les préoccupations écologiques et la recherche médicale, en particulier le traitement du cancer.

Rockefeller a donné au Centre de psychologie et changement social une subvention 194.000 $ pour la période 1993-1994. 

Mack a utilisé l'argent pour démarrer PEER, le Programme de recherche sur l'Exceptionnel.

Mack a écrit deux livres sur le phénomène - 11 livres au total. 

L'enlèvement a été son premier, apparaissant en 1994, lui qui a atterri en difficulté. 

Il a été le résultat d'une recherche de quatre long de l'année dans le phénomène d'abduction. 

Passeport pour le Cosmos, Mack a déclaré qu'il a essayé "de se déplacer la conversation sur l'argument de savoir si les ovnis et les enlèvements sont réels ou non. 

Je dois vous avouer que je crois que c'est ennuyeux à ce stade.

Il est tout à fait réelle, et si vous voulez de déconstruire ce «réel» signifie que nous pouvons le faire. 

Que ce soit matériellement réelle ou non, ou provient d'un autre endroit et se présente matériellement J'aime ces discussions ontologiquement sophistiqués, mais ce n'est pas la chose principale.

L'essentiel, pour moi, est devenu «qu'est-ce que cela signifie pour nous? que les gens sains d'esprit, des centaines de milliers voire des millions de gens de partout dans le monde, pas seulement dans les pays occidentaux, mais sur d'autres continents et entre les populations autochtones, ont ce qui apparaît comme le seul faisant foi, de rencontres incontournable avec une sorte d'êtres qui, apparemment, entrer dans notre monde physique et de nous communiquer sur nous-mêmes, et semblent en quelque sorte à se connecter avec nous. "

Il a conclu que «les expériences qui sont écrit dans le livre qu'il soit clair que le phénomène rencontre ouvre à une prise de conscience de soi, avec un S majuscule, qui va bien au-delà de toute forme d'identification ethno-nationale, à un sentiment beaucoup plus grand d'être un enfant du Divin, ou d'un enfant de l'Esprit, un enfant du Cosmos. 

Et il en est en quelque sorte une expérience de passage d'une identité nationaliste d'une identité collective, à une plus grande identité globale. "Et donc, l'enlèvement est devenu une rencontre ... Une fois de plus, Jung était simplement un pouce.

Jung avait écrit que le phénomène OVNI est réel, ses occupants ont été archétypes, qui serait là pour conduire l'humanité dans une nouvelle ère.Mack largement arrivé à la même conclusion: «Je pense que le point le plus important ici est que quelque chose qui nous ouvre à un plus grand sentiment de soi, de l'identification avec les autres et avec un niveau plus cosmique de l'être, va nous ouvrir à un sentiment de le divin et un respect de la vie, de la nature. 

Ce genre de changement de conscience est la seule chose, je pense, ce qui pourrait arrêter la spirale de destruction qui se passe ici. "

Mack était déjà à l'âge de la retraite quand il a publié l'enlèvement.

Néanmoins, ses cheveux noirs peints a été un signe visuel que l'intérieur, il semblait posséder l'éternelle jeunesse. 

Si les OVNIS ont été animé d'une source d'énergie inconnue, il semble que même type de combustible conduit Mack. 

Lorsque je l'ai rencontré pour la première fois en août 1995, il était encore dans ses combats avec l'Université de Harvard. 

Il était de notoriété publique - hantée. 

Certaines ont déclaré qu'il a montré ... il agi différemment, pas aussi beau que son habitude. 

Néanmoins, il est resté étonnamment belle, plus tard cette année, j'ai rencontré à nouveau Mack et a pu passer quelques jours avec lui et Karen. 

Avec son combat Harvard derrière lui, Mack était détendue et merveilleusement belle ...

"John Edward Mack» était simplement quelques jours de son 75e anniversaire quand il est mort le 27 Septembre, 2004. Après une conférence à Oxford, il est retourné au nord de Londres, où il était descendu. 

Là, il a été heurté par un véhicule conduit par un conducteur ivre, déclaré mort sur les lieux par la police de Londres.

Rupert Sheldrake a déclaré que "Mack avait récemment devenus très intéressés par les preuves de survie et de la communication de ceux qui avaient passé plus, un stimulus important étant le passage d'Elisabeth Targ. 

Il se demande pourquoi il a fallu si longtemps à entreprendre des recherches dans ce domaine. 

Dans notre conversation, il m'a dit de plusieurs personnes qui avaient fait des pactes avec des amis à communiquer après la mort s'ils le pouvaient, et a été très fasciné par cette idée "Sa mort a été une surprise totale - les circonstances de sa mort sans rapport avec son âge . 

Pourtant, son nouvel intérêt dans la mort peut avoir été un signe inconscient de son destin entravant propres ... Jung aurait dit ...


Cliquez ici-dessous


Site Officiel
Cliquez ici-dessous


Documentaire avec John Mack Et Bud Hopkins.


Voir le documentaire ici au-dessus en entier.
Sur YouTube
Cliquez ici-dessous


- Conférence à Châlons EN CHAMPAGNE 15 OCTOBRE 2005

Les Repas Ufologiques 
Ufologie OVNI UFO Extraterrestres 

http://www.les-repas-ufologiques.com/ 

Premières Rencontres Ufologiques Européennes de Châlons-en-Champagne 

Forum - Débat avec Marie-Thérèse de BrossesBudd Hopkins et Jean-Luc Rivera 
Thème : Les Abductés (les enlevés) 


- Conférence la deuxième à Châlons EN CHAMPAGNE 15 OCTOBRE 2005

Les Repas Ufologiques 
Ufologie OVNI UFO Extraterrestres 

http://www.les-repas-ufologiques.com/ 

Premières Rencontres Ufologiques Européennes de Châlons-en-Champagne 

Deuxième conférence de Budd Hopkins avec Jean-Luc Rivera 
Thème : Les Abductés (les enlevés) 



Bizarrement les vidéos de Budd Hopkins en français, on disparue de la toile internet.
Comme les deux conférences donner;

- Conférence la deuxième à Châlons EN CHAMPAGNE 15 OCTOBRE 2005
Première conférence de Budd Hopkins avec Jean-Luc Rivera.
Deuxième conférences de Budd Hopkins avec Jean-Luc Rivera. 

De plus, les sites de Budd Hopkins et de John Edward Mack.
Qui veut dire que, une fois que tes mort, tu n'a plus importance.
Cliquez ici-dessous


Cliquez ici-dessous

(Traduction de Jean-Luc Rivera)

BUDD HOPKINS
 – Je voudrais d’abord préciser que je suis un citoyen des États-Unis d’Amérique, et
comme des millions d’autres de mes compatriotes je pense que Georges Bush a donné une mauvaise image de notre pays (applaudissements). 

Merci.

Je vais parler du phénomène des enlèvements par ovnis en l’année 2005 et ce que nous avons lentement appris sur ce phénomène. 

Deux cas sur lesquels j’ai écrit dans mon livre qui s’appelle Sight and Seen démontreront ce que nous connaissons à l’heure actuelle sur les différentes technologies « étrangères »… [JLR - Alors juste un petit point à part dans la traduction, c’est que j’utiliserai pour traduire « alien » le mot « étranger », qui ne rend pas exactement la nuance anglaise, mais qui est quand même plus proche du sens original que si j’employais par exemple le mot « extraterrestre ». 

Donc je parlerai par exemple là des différentes technologies « étrangères » qui sont impliquées dans les enlèvements d’ovnis].


Après une conférence que j’ai faite à Brisbane en Australie en 1992, un couple d’âge moyen, assez nerveux, Sam et Jenny, se sont approchés de moi pour me raconter des expériences dérangeantes que Sam avait eues depuis son enfance. 

Ce sont là les sortes d’expériences que j’ai découvert être communes avec les gens qui ont été enlevés par des ovnis. 

Sam était extrêmement mal à l’aise, nerveux, pour me parler ouvertement, mais à un moment sa femme, Jenny, m’a tendu des photographies, et m’a demandé si j’avais jamais vu quoi que soit comme cela. 

Ces photos étaient imprimées uniquement dans la partie rouge du spectre : la première montrait un terrain de jeux et des enfants [et donc voilà la photographie qui a été montrée à Budd Hopkins] ; les deux photographies suivantes étaient des vues d’un paysage qui était plutôt vide, et qui montrait de l’eau derrière.


J’ai posé la question à Jenny à propos de cette couleur rouge dans les photos

et celle-ci m’a

expliqué que ces photos avaient été prises une après-midi de 1978, et c’était sur un terrain de jeux tout à fait banal, en utilisant des pellicules couleur standard. 

Toutes les autres photos sur cette pellicule ont été prises à des jours différents, et elles étaient de couleur normale. 

Donc elle indiquait qu’elle et son mari, Sam, avaient emmenés leurs deux enfants jouer à cet endroit, qui était leur terrain de jeux favori, mais qu’ils avaient commencé à se sentir très bizarres et qu’ils avaient voulu partir.


Elle a déclaré qu’aucun de ses deux fils ne voulut retourner à cet endroit par la suite. 

J’ai commencé à lui poser d’autres questions, mais à ce moment-là elle m’a interrompu. 

« Le problème [the thing about] de ces photos, a-t-elle dit, c’est que nous sommes censés apparaître dessus et que nous n’y sommes pas ». 

Voilà, ils étaient supposés apparaître sur ces photos. 

Ils n’apparaissaient sur aucune des photos qui étaient censées les montrer.

 J’ai été très surpris, parce que j’en étais arrivé à penser que lors d’un enlèvement par un ovni une sorte de couverture, comme une technologie rendant invisible, était utilisée pour cacher les ovnis eux-mêmes, les aliens et les abductés. 

Cette sorte de couverture était le seul moyen d’expliquer les enlèvements qui sont sans témoins sur lesquels j’avais mené une enquête et qui étaient survenus à Londres, New York, Rome, Chicago, Paris et Tokyo, ainsi que dans des centaines d’autres enlèvements qui étaient survenus en plein jour.

Ces photos semblaient donc être une sorte de preuve physique cautionnant l’idée de l’invisibilité des aliens.


Après avoir procédé à des entrevues séparées avec Jenny et Sam, j’en ai découvert suffisamment pour demander à Jenny de se soumettre à une hypnose plus tard dans l’après-midi, et voici ce qui en est ressorti.


Donc Jenny et les garçons se sont avancés vers le bord de l’eau, elle avançait avec ses enfants et Sam a pris l’appareil photo et soudainement Jenny et ses enfants ont eu l’impression qu’ils décollaient à la verticale, entourés par un rayon de lumière extrêmement fort et au-dessus d’elle, elle a aperçu une ouverture dans un vaisseau circulaire, et en regardant vers le bas elle pouvait voir son mari, qui se tenait là, immobile, avec l’appareil photo devant ses yeux.


A l’intérieur du vaisseau, elle a été séparée, ses enfants ont été emmenés d’un côté et elle de l’autre.


Elle était terrifiée et elle s’est mise à pleurer parce qu’elle pensait qu’elle allait perdre ses enfants.


Elle a été emmenée dans une pièce où on lui a enlevé ses vêtements et où elle a été déposée sur une table. 

Les procédures auxquelles elle a été soumise, qui étaient sur l’aspect reproductif, sont très communes par rapport à d’autres cas d’enlèvements. 

Quelques temps plus tard, elle a été réunie avec ses enfants et ils ont été descendus du vaisseau. 

Un certain temps s’était écoulé, mais elle pouvait toujours voir son mari, toujours en bas et tenant toujours son appareil photo, complètement immobile.


Aussitôt qu’ils se sont retrouvés au sol et donc tous réunis, 

ils ont complètement oublié ce qui

s’était passé dans le vaisseau, et à ce moment-là, ils ont décidé de rentrer chez eux.


Après l’hypnose, Jenny n’a absolument pas voulu croire que ce dont elle se souvenait pouvait être vrai. 

C’était un jour particulièrement ensoleillé, il y avait beaucoup de monde dans le parc, et donc une telle chose n’avait pas pu arriver, surtout sans personne pour le voir. 

Elle a accepté de ne rien dire à son mari de ce dont elle s’était souvenue avant que son mari lui-même ne soit soumis à l’hypnose.

Elle ne pouvait pas croire qu’il se souviendrait de quelque chose de différent. 

Quelques jours plus tard, Sam a accepté lui aussi de se soumettre à l’hypnose : il s’est souvenu d’avoir pris la première photo, et alors qu’il s’apprêtait à prendre la deuxième photo, qu’il prenait la pose, il s’est souvenu d’avoir vu une petite boule de couleur argent qui flottait près de lui (flotting near him), et en fait il a été terrifié parce qu’il s’est souvenu à ce moment-là qu’il avait déjà vu le même genre de boule lors d’autres expériences d’enlèvements. 

Et il a chuchoté « ils sont en train de me surveiller », comme s’ils allaient l’entendre. Il a décrit sa femme et ses enfants s’envolant soudainement. 

Les boules les enlèvent et ils ne paraissent même pas surpris, a-t-il chuchoté. 

Il a pu voir l’ovni alors qu’ils s’en approchaient. 

Je lui ai demandé s’il avait appelé à l’aide, et il m’a répondu qu’il ne pouvait pas bouger.

 Apparemment, personne ne s’est approché de lui dans le parc pendant que sa femme était dans les airs. 

La boule m’a caché, a-t-il dit. 

Elle m’a caché, et c’est ce qui arrive à chaque fois, a-t-il ajouté. 

Il y a donc beaucoup plus de choses à propos de ce cas, mais je l’ai cité ici parce qu’il fournit un témoignage assez dramatique sur ce qui semble être la technologie d’invisibilité des aliens.


Le second cas récent sur lequel j’ai écrit dans Sight and seen, Terry, une jeune femme mère de deux enfants, m’a écrit en réponse à un article que j’avais écrit dans Ovnis Magazine et qui était accompagné d’un questionnaire. 

Elle a décrit une série d’épisodes de temps manquant et

d’observations d’ovnis, qui suggéraient fortement un enlèvement par ovni.


Nous avons commencé à les explorer en profondeur – je raconte tout cela dans mon livre.

 Mais un jour elle a mentionné un détail étrange qui lui était arrivé lorsqu’elle était jeune.

 Elle avait seize ans à l’époque, assise avec des amis dans une pizzeria, un homme d’âge moyen s’est approché d’elle et lui a demandé si elle était intéressée par un job d’été.

 L’homme lui a expliqué qu’il passerait la prendre le lendemain à une heure de l’après-midi pour lui faire passer un entretien de travail. 

Terry l’a décrit comme un homme d’une cinquantaine ou d’une soixantaine d’années, avec des cheveux gris, mais sinon d’apparence tout à fait normal. 

Elle a parlé à sa mère de ce rendez-vous, et sa mère qui était ordinairement très protectrice, et sa mère en fait lui a simplement souhaité bonne chance et n’a émis aucune réserve. 

Ni Terry ni sa mère ne connaissaient le nom de cet homme, ou quelle sorte de travail il allait lui offrir, ou même où est-ce qu’il allait l’emmener.


Nous avons recherché sous hypnose à propos de cet entretien de travail bizarre : l’homme est arrivé avec sa voiture, et lorsque Terry est entrée dedans, les choses sont devenues immédiatement extrêmement étranges. 

Je me sens minuscule, a-t-elle dit, cela n’a aucun sens, je me sens de la taille de la pointe d’une épingle, mais mon corps est énorme. 

Pendant qu’il conduisait, l’homme a commencé à parler à Terry de son enfance, des choses très intime qu’il ne pouvait absolument pas connaître, comme les noms de ses parents et un incident d’abus sexuel dont elle n’avait parlé à absolument personne. 

Il lui a même parlé avec des détails extrêmement choquants de l’aventure qu’elle avait eu avec son petit ami, et qui avait eu lieu le jour précédent.


Ils sont arrivés près d’un vieil immeuble de bureaux, et ils sont sortis, elle l’a suivi en haut des

escaliers, dans un bureau qui contenait donc un bureau, une chaise et une carte sur le mur ; il n’y avait aucune indication du nom d’une compagnie, aucun indication du travail qui pouvait être fait là. 

Il lui a dit qu’il aimerait qu’elle travaille là pour faire comme de la distribution, et tout ce qu’elle avait à faire pour obtenir le travail c’était de faire avec lui ce qu’elle avait fait avec son petit ami. 

Elle a refusé en lui disant : Je ne peux pas faire cela, c’est incorrect (wrong purpose) de votre part. Il n’a fait aucune tentative pour la séduire ou pour la flatter, rien du tout. 

Je me sentais nerveuse tout d’abord, a-t-elle dit, puis il m’a dit que tout allait très bien. Même dans cet immeuble, je n’ai pas eu peur, alors que j’aurais dû avoir peur. 

Je n’avais pas peur, j’étais juste très affirmative : je lui ai dit non. 

C’était comme si je savais qu’il ne me ferait pas de mal, mais je ne pouvais pas le savoir. Finalement, elle lui a déclaré : Je ne veux pas de ce travail, je dois partir. 

De manière très surprenante, il l’a remmenée à la voiture, et elle est partie avec lui. 

Elle n’a pas essayé d’appeler sa mère ou d’appeler à l’aide. 

Une fois de plus, elle était simplement obéissante, en dépit de tout ce qu’il avait dit, et elle avait confiance qu’il allait la ramener à la maison. 

Mais il ne l’a pas fait immédiatement, il l’a emmenée vers une zone plus campagnarde, et à nouveau elle a eu peur. 

Ils sont allés dans un champ où elle a vu, entre guillemets, une petite maison ronde et lisse ; l’homme est sorti de la voiture et est rentré à l’intérieur de cette maison étrange, pendant qu’elle restait assise dans la voiture sans faire aucun effort soit pour s’échapper, soit pour même pour fermer les portes. 

Quand l’homme est ressorti, il était accompagné d’un groupe de groupes de petits aliens gris. Cette étrange maison ronde lui a semblé alors être un ovni. Finalement, ils ont sorti Terry de la voiture et apparemment il y a eu un enlèvement après cela.


C’est ensuite que l’homme l’a ramenée chez elle et que la partie « alien » de cette expérience a disparu de sa mémoire.


Je réduis ce cas extrêmement complexe à quelques points pour démontrer comment il se relie à d’autres rapports avec des individus d’apparence normale mais qui possèdent apparemment des pouvoirs inhabituels, et qui semblent travailler avec les Gris.

J’ai deux autres cas de ces faux entretiens de travail, extrêmement semblables à celui-ci.

 Par

manque d’un meilleur mot, on a appelé ces êtres des « hybrides », parce qu’ils semblent combiner une apparence humaine avec des capacités alien.


Donc je vous ai présenté là deux aspects récemment reconnus qui sont vraiment à la pointe du phénomène des enlèvements et qui nous emmènent à des années-lumière des premiers rapports d’enlèvements d’il y a près de 60 ans. 

C’est donc d’une manière très simple que nous en sommes arrivés là.

La recherche sérieuse en matière d’enlèvements a commencé en 1961 avec le cas de Betty et Barney Hill. 

Beaucoup de chercheurs à l’époque avaient refusé d’admettre la validité de ce cas, tout en acceptant que les ovnis eux-mêmes fussent réels. 

Il est important de comprendre que même les chercheurs les plus sérieux étaient extrêmement conservateurs. 

On pouvait accepter qu’ils soient là et qu’ils puissent être vus, mais comme David Jacobs l’a dit, ça a pris 30 ans à la communauté ufologique pour accepter l’idée qu’il pouvait y avoir un « intérieur » dans les ovnis. 

Quelques autres cas d’enlèvements sont venus à la surface ensuite lors de ces premières années. 

Cela nous aide de nous souvenir de la manière dont, historiquement, les événements se sont déroulés, de 1961 jusqu’à aujourd’hui. 

Le cas de Betty et Barney Hill contenait déjà un certain nombre des points principaux des cas qui sont survenus ensuite.


Tout d’abord, l’épisode du temps manquant. 

Une minute, Betty était assise dans la voiture, la

minute suivante, ils étaient en train de conduire pour rentrer chez eux.


Ensuite le cas des Hill est la première fois qu’on a utilisé l’hypnose pour aider les témoins

traumatisés à se souvenir de la période de temps manquant. 

Il est bon d’ailleurs de se souvenir que les présupposés de l’hypnotiseur n’influencent pas ce qui ressort du cas.


Le quatrième point qui est venu à la lumière, avec le cas des Hill, c’est l’intérêt des aliens pour tout ce qui est processus de reproduction humaine. 

Apparemment, des ovules ont été pris à Betty et il y a eu un échantillon de sperme qui a été prélevé sur Barney. 

Cela se passait en 1961, et depuis nous avons eu des milliers de répétitions de ces procédés.


Le second cas d’enlèvement, qui a eu lieu en 1973, implique Calvin Parker et Charles Hickson.


Avec ce cas, nous avons appris que en fait les enlevés pouvaient être « flottés » à l’intérieur de l’ovni, on ne les faisait pas simplement marcher, ils ont été décrits comme avec un scanner à l’intérieur qui est passé sur tout leur corps. 

Ils ont aussi décrit une sorte de télépathie mentale qui n’était pas très claire dans le cas des Hill.


Dans le cas de Travis Walton en 1975, qui a duré 5 jours, nous avons appris un nouvel aspect extrêmement important :

 la présence d’êtres d’apparence humaine normale qui travaillaient avec les autres. 

Un autre élément nouveau est le fait qu’à partir d’un petit ovni il a été transporté dans un vaisseau-mère de plus grande taille. 

Et finalement, il a aussi démontré qu’un enlèvement, au lieu de durer deux heures, pouvait durer plusieurs jours.


Avec le livre de Raymond Fowler, The Andreasson Affair, ont été introduits trois nouveaux modèles extrêmement importants dans les enlèvements. 

Betty Andreasson a déclaré qu’elle avait été soumise à un implant nasal extrêmement douloureux.


Ceci (radio) vient du cas de Linda Cortile. 

Vous pouvez voir l’objet dans la cavité nasale sur cette radio. 

Ça avait été introduit dans son nez comme un objet fermé et qui ensuite s’est évidemment ouvert une fois à l’intérieur. 

Une fois que ça a été découvert grâce aux rayons X., avant qu’on ne puisse le récupérer, elle a été enlevée à nouveau et l’objet a été retiré. 

Elle s’est réveillée avec du sang qui avait coulé du nez et une cicatrice à l’intérieur du nez.

Ceci est une radio d’une fillette, qui est prise à partir du sommet du crâne en allant vers le bas. 

Il s’agissait d’une petite Américaine qui visitait l’Italie et qui a eu un accident, et donc on lui a fait passer une radio pour voir si elle avait une fracture du crâne. 

Donc le radiologue italien a trouvé au sommet de son crâne, du côté gauche, un petit objet. 

Et dans cette radio-ci que l’on voit, qui est prise par le côté, vous pouvez voir à quelle profondeur se trouve cet objet. 

Quand elle est rentrée aux États-Unis et qu’elle a vu un médecin là-bas, et donc on lui a fait repasser une radio, l’objet avait disparu et nous ne savons pas comment cela est arrivé.


Dans le cas de Betty Andreasson, elle a aussi décrit comment elle avait été « flottée » à travers une porte fermée. 

Et finalement, et ça c’est très important, elle a été emmenée dans une pièce où se trouvait sa famille, mais apparemment ils avaient été comme « éteint », ils étaient immobiles, mais leur yeux étaient ouverts. 

C’est comme si les aliens pouvaient mettre, pouvaient placer une personne dans une sorte de coma afin qu’ils ne soient pas témoins.


Une fois de plus, je veux préciser qu’il ne s’agit pas là de points qui sont tous comme s’il s’agissait de quelque chose de nouveau. 

Ils étaient seulement nouveaux pour nous en termes de ce que nous apprenions au fur et à mesure que nous progressions. 

J’ai commencé ma recherche en 1975, dans mon livre Missing time, j’ai découvert un autre groupe de scénarios. 

Sans doute ce qui est le plus important, c’est que j’ai découvert qu’il était possible que des enlèvements se produisent ans qu’il y ait quasiment aucun souvenir conscient, ce qui signifiait que le phénomène, en fait, pouvait être beaucoup plus largement répandu que ce que nous avions pensé auparavant.


Ensuite, ce que j’ai appris, c’est que les enlèvements peuvent commencer dès l’enfance et se

poursuivre la vie durant.


Troisièmement, j’ai aussi découvert qu’il était possible que les enlèvements se produisent dans les familles.


Ensuite, j’ai aussi découvert ce qu’on appelle aujourd'hui les mémoires écrans, les souvenirs-écrans, où les aliens peuvent implanter dans l’esprit une image pour cacher ce qu’ils sont entrain de faire.


Dans un cas, des abductés ont vu ce qu’ils pensaient être un groupe de six automobiles accidentées.


En fait, il n’y avait pas du tout d’accident, mais sous hypnose on a découvert qu’il s’agissait en fait d’un ovni qui avait atterri – et un enlèvement a eu lieu ensuite.


Cinquièmement, j’ai aussi découvert qu’il y avait très souvent des traces physiques après une abduction. 

Principalement, il s’agit de ce qu’on appelle, donc, les scoop marks (marque en forme de cupule) où une toute petite zone de chair est enlevée. 

Dans les deux photos que vous voyez, dans le cas du haut il s’agit d’un enlèvement qui s’est passé en Grèce, et dans le cas du bas, il s’agit d’un cas en Australie.


Dans ce cas, il s’agit d’une femme, et cette cicatrice est là depuis 40 ans… Un autre cas similaire…

Voici un cas dans lequel apparemment la cicatrisation ne s’est pas bien passée. Voilà une vue plus rapprochée de ce à quoi cela ressemble.


Une autre vue rapprochée. Dans chaque cas il s’agit d’une personne différente.


On a aussi des coupures qui sont très droites. Celle-ci, au centre de la marque, il s’agit d’une

coupure…

Il y a une histoire assez compliquée derrière chacune de ces photographies.


Il s’agit là d’un cas australien dans lequel il y avait cette scoop mark, et en sortait donc ce que vous voyez, une cicatrice en ligne droite.


Donc il s’agit là du cas qui est arrivé à un homme, et donc cela s’est passé lorsqu’il avait dix ans, 40 ans avant que cette photo ne soit prise.

Maintenant nous allons poursuivre. 

Dans mon deuxième livre, Intruders, j’ai découvert la

production ce qu’on appelle des hybrides aliens. 

Maintenant nous pensons que, en fait, le processus impliqué n’est pas vraiment celui d’un hybride. 

Par exemple, nous savons qu’on peut prendre l’ovule d’une jument et le sperme d’un âne, ils produiront un petit [un mulet, stérile], mais ce n’est pas le même genre de processus que celui qui se passe ici. 

Il s’agit plutôt, nous pensons, d’un processus de découpe des gènes. 

Ils prennent une partie d’un gène d’un alien et une partie d’un gène humain et ils les mélangent. 

Nous pensons qu’il s’agit en fait là d’un mélange où il y a des caractéristiques à la fois humaines et alien, et donc dans ce cas-là, l’enlevée tenait le bébé, qui était minuscule, dans sa main.


Voilà un autre cas avec le même genre de situation, et nous avons de nombreux cas de ce type.


Quelquefois, il s’agit de tous petits enfants qui ont une tête extrêmement laide et bizarrement

conformée.


Un autre cas… Nous allons passer en revue très vite. 

Là, il s’agit d’une petite maquette qui a été faite par un abducté. 

Parfois les yeux sont noirs, parfois ils sont blancs, mais ils sont toujours de très grande taille.


Le processus de base, c’est qu’une femme est enlevée, quelque chose lui est introduit dans le vagin, un instrument, elle se retrouve enceinte, subitement sa grossesse disparaît – apparemment lors d’un autre enlèvement.


Il s’agit là de traces au sol qui apparaissent très souvent

.

Mais pour en revenir, donc, aux enlèvements, la femme, une fois que le bébé a disparu, cette femme est enlevée à nouveau et on lui montre soit un tout petit bébé ou un tout petit enfant et on l’amène à penser qu’elle est la mère de cet enfant, et on la fait tenir ce bébé ou cet enfant pour qu’il y ait un lien qui se crée entre eux. 

C’est comme s’il y avait une croyance de la part des aliens dans ce qui est le contact humain (human touch), le toucher humain.


Maintenant, il y a bien sûr beaucoup d’autres choses que je pourrais vous dire à propos de cette sorte d’hybridation, de mélange entre les aliens et les humains. 

Mais je me rends compte que le temps maintenant m’est compté, donc je voudrais remercier tout le monde… Five minutes ? OK

Donc il s’agit là de traces au sol qui ont été prises au même endroit mais lors d’années différentes.


Le sol avait été cuit, il était devenu de la dureté d’une roche.


Voilà. 

Donc là, il s’agit de ce qu’on peut appeler des hybrides adultes. 

Et nous avons des nombreuses descriptions de ce type. 

Les personnes enlevées pensent que ces femmes, en fait, portent des perruques, comme si elles essayaient de se faire passer pour des humains comme nous, mais sans vraiment y réussir !


Voilà. 

Un autre exemple tiré d’un autre cas et donc dessiné par un autre témoin…

Celui-ci vient du cas de Linda Cortile…


Les femmes trouvent que ces perruques sont extrêmement démodées aujourd’hui !

Il s’agit d’un cas australien. 

Il s’agit là d’un cas dans lequel deux abductés différents, dans deux cas différents, ont vu le même hybride de sexe masculin adulte. 

La jeune femme qui a fait ce dessin avait vu cet être toute sa vie ; elle a déclaré qu’il avait des lunettes très particulières et des pommettes (cheekbones) étranges. 

Il avait été sexuellement agressif avec elle alors qu’elle était enfant, mais il était aussi de temps en temps amical, et lors d’un enlèvement où l’autre abductée était aussi présente, il s’est montré, il est passé à travers le mur avec d’autres aliens, des Gris, et ils ont enlevé les deux femmes ensemble.


L’autre femme, à ma demande, parce que c’est une artiste, a fait un dessin de ce même hybride. 

Et voilà le résultat. 

Les étranges pommettes, les cheveux bouclés et les lunettes.


Finalement, nous ne savons pas du tout ce que sur le long terme cela signifie, mais cela ressemble à ce qui pourrait être une tentative d’infiltrer notre société. 

Cela pourrait être dangereux ou cela pourrait être quelque chose de différent. 

La culture la plus puissante pourrait prendre le pas sur la plus faible. 

D’un autre côté, ils pourraient peut-être finalement se montrer très… nous aider à la fin.

Peut-être même partager leur technologie avec nous. 

Nous ne pouvons pas vraiment savoir, il se peut qu’ils prennent simplement ce dont ils sont envie et qu’ensuite ils s’en aillent. 

Dans le même temps, nous pouvons seulement continuer à faire ce que nous avons déjà fait : collecter et analyser les faits et être optimiste (hoping for the best). 

__________________________________________________________

Merci beaucoup.

(Applaudissements)

JEAN-LUC RIVERA 

– Merci. Et merci d’avoir supporté la traduction !

Transcription : Gérard Le Nerrant



LES SOURCES ;






Source des textes et autres ;

Comments

Créateur du site Projet Aliens Résistance.

Propriétaires du site

  • Revelard Thierry

Activités récentes sur le site

Bonus barre & informations utiles.

567jours après
21 Décembre 2012 Que tout le monde attend encore.

Que va t'il arriver le 21/12/2012 ?

Documentaires liens & autres.

Navigation

NSA & FBI Documents sujets OVNI.

Auteurs de la page

  • Revelard Thierry
    septembre 27, 2012