La mise en abyme.

pubblicato 02 ott 2015, 04:06 da Sandra Raffaelli   [ aggiornato in data 02 ott 2015, 05:58 ]


C'est un procédé très connu en peinture, qu'on a à chaque fois que le peintre s'amuse à se représenter 
lui-même alors qu'il est en train de peindre. On a alors l'impression d'entrer dans le tableau et de saisir quelques importants secrets de la création artistique.
En littérature aussi on peut avoir l'impression d'entrer dans l'oeuvre et de creuser en profondeur: c'est le cas du théâtre dans le théâtre que l'on retrouve dans la période baroque, que ce soit chez Shakespeare ou chez Corneille (mais aussi chez Pirandello dans le siècle dernier).
En époque moderne des romanciers aussi se sont emparé de ce procédé pour bouleverser les lois de la narration et confondre les notions de narrateur, personnage, lecteur. On parle alors de méta-roman. Chez Calvino, Gide, Tabucchi ou Borges on a parfois vraiment du mal à comprendre qui est qui et on commence à se douter que ce qui intéresse vraiment n'est pas l'oeuvre d'art créé mais le geste de la création en soi.
Comments