9. LES RACES DE CHEVAUX DE TRAIT EN FRANCE

Classées par effectifs 



1. L’Ardennais : Sans doute descendant du cheval de Solutré, l’Ardennais est l’une des plus anciennes races de chevaux de trait en France. De l’époque romaine au XIXe siècle, cette population a répondu aux besoins de la guerre ou de l’agriculture. Rusticité, sobriété, docilité, force et endurance représentent toujours ses principales qualités.





2. L’Auxois Fortement apparenté au type Ardennais, l’Auxois résulte du croisement d’une jumenterie locale de chevaux « bourguignons » et d’étalons Ardennais, et surtout de Trait du nord, avec également quelques infusions de Percheron et de Boulonnais au XIXe siècle. Le gros Ardennais et le Trait du Nord sont depuis le début du siècle les seuls utilisés.







3. Le Boulonnais : Ce type de cheval est mentionné dans les chroniques dès le XVIIe siècle, époque de la création de la foire aux poulains de Desvres. D’aucuns font remonter la naissance de cette race à la cavalerie de César, remontée en chevaux orientaux de Numidie et rassemblée en 54 av.JC près de Boulogne pour embarquer vers l’Angleterre. Ce sang oriental a été retrempé par la suite à plusieurs reprises, lors des croisades, de l’occupation espagnole ou du premier empire. On distinguait 2 types de Boulonnais - tout d’abord le modèle des « mareyeuses », léger, endurant, très apprécié au XVIIe et XVIIIe siècles pour le transport rapide du poisson, la « marée », de Boulogne-sur-Mer à Paris. Ensuite, celui d’un cheval grand et puissant, façonné au XIXe siècle pour le travail des terres à betteraves et leur charroi.







4. Le Breton : Le cheval Breton actuel est le résultat d’une longue évolution et d’un long travail de sélection entrepris par les éleveurs à partir des variétés anciennes de chevaux indigènes. De nombreux croisements furent réalisés aux XVIIIe et XIXe siècles en vue d’améliorer ces variétés ; le plus célèbre et le plus réussi résultant de l’accouplement d’étalons « Norfolk » importés de Grande-Bretagne et de juments du Léon. De ce croisement naquit le « Postier breton » dont la réputation s’étendit dans le monde entier.


 



 

5. Le Cob normand : L’origine du Cob normand se confond avec celle du Carrossier jusqu’au milieu du XXe siècle. C’est au début du XIXe siècle à la suite de l’importation de Grande-Bretagne du « Norfolk » que va se créer une jumenterie carrossière avec des produits ayant du sang et une bonne charpente. À partir de cette jumenterie vont se différencier les Anglo-normands d’où se distingueront le Trotteur - le Carrossier énergique et rapide qui deviendra le Cob normand et le prestigieux Selle français.


 6. Le Comtois Cheval de trait par excellence dont les origines remontent à la grande « Race germanique » importée par les Burgondes au Ve siècle. Les étalons orientaux des Espagnols occupant la Franche-Comté lui apportent la distinction qui caractérise toujours la race comtoise. Alors principale richesse de la région, le cheval Comtois sera utilisé au carrosse, pour la cavalerie (dragons), pour l’artillerie, et au trait divers. Il sera prisé par la Suisse et l’Italie et largement réquisitionné lors des guerres de la révolution, du consulat, de l’empire et de 1870. Ses effectifs diminuent alors dangereusement, il est ensuite menacé de disparition, victime de croisements variés. En 1905, l’élevage se régularise et fait appel à l’utilisation de petits étalons Ardennais bai, sans balzane ni en-tête. C’est en 1919 que quelques éleveurs de la montagne constituent le « Syndicat d’élevage du cheval comtois ».







 7.  Le Percheron : Les origines du Percheron semblent lointaines et en tous cas, fortement imprégnées de sang oriental, dont l’influence se fait sentir dès le VIIIe siècle. Des étalons Arabes furent introduits à plusieurs reprises, ce qui fit dire que le Percheron est un « Arabe grossi par le climat et la rusticité des services auxquels il a été employé depuis des siècles ». Plusieurs modèles de« Percheron » se côtoient aujourd’hui, ce qui en fait une des richesses de la race.

 



8.Le Mulassier Poitevin : Le cheval mulassier Poitevin est « fils du vent marin, de la terre et des eaux ». Cette race est l’aboutissement de plusieurs siècles d’une rude sélection à partir de la population de chevaux élevés à l’état libre dans les marais de l’Ouest-atlantique et de chevaux Brabançons qui accompagnaient les ingénieurs hollandais venus mettre en valeur le marais poitevin en 1599 à la demande du roi Henri IV. Les juments autochtones croisées avec ces chevaux venus du nord avaient ainsi fait souche et donné naissance à la race mulassière dite « poitevine ». Le cheval Poitevin porte dans ses fibres l’influence du terroir de son berceau d’origine où la terre est une argile marine lourde, riche en sels minéraux, dure en été et gorgée d’eau l’hiver.











9Le Trait du Nord : Le Trait du Nord appartient à la famille des Ardennais qui ont pris avec le Trait boulonnais, et surtout le Trait belge, une place importante dans la fixation la race. Si son origine est aussi ancienne que celle des Ardennais, le Trait du Nord n’a pris sa véritable originalité qu’au début du XXe siècle. Le Trait belge a apporté taille, poids et un supplément de force, le Boulonnais a fourni élégance et influx nerveux. Ce n’est que vers 1910 que l’Ardennais du nord prend son autonomie sous la dénomination de Trait du nord.













Page extraite des données 2015 relatives à l'élevage et la production par race, les chevaux de trait français sont en page 16 de l'ANNUAIRE écus de 2016,  cliquez ici 


https://sites.google.com/site/percheronsbellemois/les-races-des-chevaux-detrait/Capture%20d%E2%80%99%C3%A9cran%202013-01-01%20%C3%A0%2012.28.07.png?attredirects=0


EXTRAITS DE Catherine DEROME Consultante - Ingénieur Formation Présentiel et Distanciel CARANTEC - Finistère, France - Source HARAS NATIONAUX www.haras-nationaux.fr - le post -  FRANCE TRAIT - SHPF -  Esprit Trait

HAUT DE PAGE