Interart                  

   Penser l'interdisciplinarité et les formes plastiques

10 mars 2008

Interart - accueil

Programme 

14 avril 2008 

26 mai 2008 

9 juin 2008 

23 juin 2008 

Perin Emel Yavuz, doctorante, CRAL-EHESS

L’œuvre plastique à l’aune du texte : implications de la photographie et du langage dans l’affirmation d’un nouveau paradigme dans les années 1960-1970

Au tournant des années 1960-1970, le courant philosophique du Linguistic Turn, qui place le langage au cœur de la préhension du monde, baigne aussi bien les sciences humaines et sociales que l’art par le biais de sa branche conceptuelle. Or, au carrefour de cette modélisation linguistique se trouve la photographie qu’interrogent du même pas les théoriciens et les artistes. Cette convergence des discours et des pratiques autour de l’image semble, dans ce mouvement, donner de nouveaux outils de réception des œuvres, autres que ceux de la visualité pure moderniste et de la contemplation. A partir de l’exemple du Narrative art, il s’agira d’analyser comment le paradigme du texte et son corollaire, le couple écriture/lecture, modèlent la réception. 

Valérie Mavridorakis, Maître de conférence en histoire de l’art contemporain, Rennes 2

Le principe de minimalité : une interaction objets plastiques – concepts esthétiques dans les années 1960-1970

L’histoire de l’art contemporain nous a accoutumés à une certaine approche de l’art minimal américain – une appréhension de ces œuvres fondée sur une remise en question du modernisme dont elles représenteraient une limite critique. Cette lecture est tout à fait fondée. Toutefois, l’analyse de tels objets peut être enrichie en les confrontant à des concepts esthétiques qui leur sont contemporains : la notion d’« exemplification » chez Nelson Goodman, l’« indécidabilité » chez Jacques Derrida, les théories institutionnelles proposées par Arthur Danto et par George Dickie. De tels outils conceptuels permettent d’évaluer le principe de « minimalité » de cet art. 

Discutante : Katia Schneller, doctorante, Paris 1