Portrait

Famille

Cyril Pellevat est le fils d'Andre et de Chantal, il a deux sœurs aînées, Nathalie et Valerie. Ses parents ont longtemps été agriculteurs avant que son père rejoigne l'ONU à Genève. Son père a été premier adjoint de la commune. Membre du club de football Arthaz-Sports, il passe d'entraîneur à président.

Études

Après son baccalauréat, Cyril Pellevat a étudié l'organisation et la gestion de production à l'IUT d'Annecy, avant d'intégrer un mastère en marketing et commerce international à l'ESGCI, une école de commerce privée de Paris.

En 2005, il complète son cursus par un MBA dans la gestion des ressources humaines à l'ESG, où il obtient la mention bien.

Carrière professionnelle

En 2006, il débute sa carrière professionnelle dans la société genevoise Firmenich, l'un des leaders mondiaux dans les domaines de la parfumerie et des arômes en tant qu'assistant ressources humaines. Il monte progressivement les échelons pour devenir en 2009 chef de projet ressources humaines dans les applications SIRH.

En 2011, il quitte Firmenich pour rejoindre I'Union des associations européennes de football (UEFA) où il devient le responsable ressources humaines chargé des processus de rémunérations, de l'équipe administrative et de la mise en œuvre du SIRH.

En décembre 2014, il quitte son poste aux ressources humaines et est nommé administrateur de la Fondation UEFA pour l'enfance.

Il donne également des conférences à la International Sports Marketing Chair de l'ESSEC Business School.

Débuts en politique

En mars 2008, il se présente aux élections municipales contre deux autres listes menées l'une par le maire sortant, Yves Rosset, et la seconde par le premier adjoint sortant. Sa liste « Arthaz A'venir » arrive en tête des suffrages au premier tour. Le deuxième tour le voit s'opposer au maire sortant, la troisième liste s'étant retirée. Élu avec 53% des voix, il devient maire de la commune d'Arthaz-Pont-Notre-Dame à l'âge de 27 ans, ce qui fait de lui le plus jeune maire de Haute-Savoie. En mars 2014, il est réélu avec près de 67 % des suffrages. Il est également vice-président de la communauté de communes Arve et Salève chargé des finances, des zones d'activités et de la communication

Durant ces mandats Cyril Pellevat, procède à la sécurisation du centre-village, la construction d'un nouveau groupe scolaire et a l'acquisitions de nombreuses réserve foncière. Il porte la réalisation d'un centre intergénérationnel intégrant les premiers logements aidés de la commune, une maison de santé pluridisciplinaire et une micro-crèche. Il lance la renovation et mise aux normes d'accessibilité du bâti communal avec l'auberge communale et la transformation de l'ancienne école en Mairie. Il a été filmé dans un documentaire de D8 - Enquête d'actualité roms, les gens du voyages pourquoi tant de haine] alors qu'il s'opposait à l'installation illicite d'un campement sur sa commune[1]

En janvier 2010, Jean-Claude Carle alors tête de liste départementale pour les élections régionales le sollicite pour faire partie de sa liste, proposition qu'il accepte, mais à condition d'être en position non éligible car il souhaite se consacrer entièrement à son mandat de maire.

Européen convaincu, Renaud Muselier tête de liste Rhone-Alpes-PACA-Corse pour les élections européenne de mai 2014 le sollicite pour faire partie de sa liste. Son profil de jeune maire dynamique et de frontalier parfaitement bilingue en anglais lui paraît intéressant.

Suite a la décision du sénateur Pierre Hérisson de ne pas briguer un nouveau mandat et avec la volonté de celui-ci de lui passer le relais, Cyril Pellevat décide de se présenter aux élections sénatoriales de septembre 2014. Le mode de scrutin étant passé de scrutin majoritaire plurinominal au scrutin à la proportionnelle avec listes paritaire, la commission nationale d'investiture de l'UMP a décidé de n'investir que le candidat sortant Jean-Claude Carle et ne lui délivre pas d'investiture officiel. Il se présente contre la liste UMP officielle conduite par le sénateur sortant Jean-Claude Carle, mais avec le soutien du président de l'UMP de Haute-Savoie et ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer, et celui du comité départemental. Sa liste "renouvellement et proximité" composée d'un Annabel André-Laurent, adjointe au maire d'Annecy et conseillère régionale ; Bertrand Mauris-Demourioux, maire de Marignier ; Stéphanie Piedvin, adjointe au maire de Passy et Jean-Luc Bidal, maire de Sciez recueille 21,82% des suffrages et termine en seconde position.

Élu le 28 septembre 2014, à l'âge de 33 ans, il est le 2e plus jeune sénateur de France et de l'histoire de la Ve République (le premier étant le sénateur du Var, David Rachline, membre du FN).

Lors de la séance d'élection du président du Sénat, le mercredi 1er octobre 2014, il fait partie du bureau d'âge, étant l'un des six plus jeunes sénateurs de France, avec 8 autres sénateurs du groupe "Les Républicains" il crée Génération 2014, groupe des nouveaux sénateurs de moins de cinquante ans.

À la suite de la désignation de Laurent Wauquiez à la tête de liste de la nouvelle région Rhône-Alpes Auvergne au début de l'année 2015, celui-ci lui demande de devenir l'un des 5 chefs de files départementale pour les élections regionales des 6 et 13 décembre 2015. Les listes LR-UDI-MoDem l'emportent, il devient le 13 décembre conseiller régional.

Les sénateurs de la generation 2014 avec Nicolas Sarkozy