Les préparatifs
Une étape cruciale pour un voyage réussi

Préparatifs du voyage

Un voyage de quelques mois exige une planification et une préparation importantes, surtout s'il s'effectue hors des sentiers battus.  Il faut considérer plus spécifiquement l'itinéraire et les moyens de transport, les lectures informatives, le type de voyage et de bagages, l'aspect médical, les droits d'accès, permis ou visa;  on doit planifier avec soin ses finances et maintenir les liens de communication avec les parents et amis.  Et, sans trop insister ni en faire tout un plat, il faut prévoir les «en cas» (vol, maladie, décès d'un proche...), ces précautions ne devant en aucun cas entraver le plaisir des préparatifs.

Itinéraire

Pas facile, la planification de l'itinéraire!  On doit tenir compte de ses intérêts, de ses finances, du coût du transport, de la saison la plus propice, du temps à sa disposition, des distances à parcourir entre les points d'attraction.

Un bon début, c'est d'écrire ou mieux de se rendre à l'ambassade des pays à visiter et de glaner toute l'information sur ce qu'elles ont à offrir.  Ça permet de tracer les grandes lignes des trajets qui nous intéressent et de déjà prévoir les moyens de transport dans le pays.

Si, comme moi, vos ressources sont limitées, les coûts du transport aérien  doivent être examinés dès le départ.  Choisir l'agence de voyage pour sa fiabilité, l'intérêt qu'elle porte à notre projet, le temps qu'elle consacre à expliquer les différents «packages» disponibles et les services qu'elle offre.  Trois ou quatre visites devraient vous permettre de trouver l'agence et l'agent qui vous sied.  Cette démarche doit être effectuée deux ou trois mois avant le départ projeté, afin de permettre des ajustements.

Quelle saison privilégier?  Ça dépend de l'itinéraire.  Si votre objectif se situe dans l'hémisphère Sud, partez entre l'automne avancé et le début du printemps.  Dans l'hémisphère Nord, il faut ordinairement faire l'inverse.  Si vous avez le choix, évitez les fêtes populaires, les congés scolaires, les vacances annuelles.

Le temps dont on dispose influence les moyens de transport utilisés à l'intérieur du pays; si vous projetez de visiter les attractions de l'Australie en 9 jours, vous serez forcé de prendre l'avion : bonne chance!  C'est très grand, l'Australie.  Les déplacements durant ces mêmes 9 jours au Luxembourg se font sans problème avec les transports terrestres.

Ces éléments un peu mieux définis permettent une première ébauche de ce que sera notre voyage; mais il faut être souple et flexible, beaucoup de facteurs peuvent influencer et modifier le scénario le mieux élaboré.

Lecture

Pour bien profiter de son voyage, on doit se renseigner et en connaître le plus possible sur le pays hôte.  Tout ce qui permet de nous immerger dans la culture, l'histoire et l'actualité de la société d'accueil nous permettra de mieux l'apprécier: guide touristique ou spécialisé (Lonely Planet, le Routard...), journaux et documentations disponibles dans les ambassades et les bibliothèques, soirées d'échange avec des connaissances ayant déjà visité le pays.  La section tourisme du journal quotidien pourra être une bonne source d'information.

On n'a pas à juger des us et coutumes des autres, on se doit de les reconnaître et de les respecter.  Par exemple, dans certains pays, il ne faut pas montrer du doigt, ce n'est pas de bon goût de porter des "shorts" ou encore caresser de la main le tête d'un enfant.  Savoir ces choses nous évite des heurts et facilite les contacts.  Il faut simplement en être instruit et y adhérer dans la mesure du possible.  La lecture avant le départ doit nous y préparer.

Bagages

Nous touchons ici le point névralgique de la préparation du voyage;  il le rendra agréable si nous voyageons léger ou pénible dans le cas contraire.  Mais avant d'aller plus loin, je me dois de distinguer deux types de voyage: le sédentaire et l'itinérant.

Dans le premier cas, la quantité de bagage importe peu; il y a deux déplacements importants, soit de la maison à l'aéroport puis de l'aéroport à l'hôtel et vise-versa.  Ces endroits fournissent des commodités pour déplacer ses valises avec une relative facilité.

Par contre, les bagages de celui qui se déplace presque quotidiennement doivent absolument être réduits au minimum vital sinon ils risquent de gâcher son plaisir.  De la gare à l'hôtel, du terminus au taxi, de la billetterie au débarcadère, des valises, même légères, s'alourdissent avec le temps.  Imaginez le supplice des bras et des épaules quand on doit traîner des bagages excessifs.

Comment parvenir à un équilibre entre ne rien oublier et réduire le poids au minimum?  Le moyen que nous avons trouvé peut possiblement vous servir de point de départ et je me permets d'élaborer un peu sur le sujet.

Le tout débute par le choix d'une valise; elle doit être solide, malléable (ou non-rigide), facile d'accès, compartimentée et de manipulation agréable.  Mais, par dessus tout, elle doit pouvoir se placer sous le siège, à bord de l'avion.  Si vous réussissez cela, vous avez un grand pas de fait.

Ensuite, jamais plus d'attente pénible près du carrousel ni de danger de perte de bagages.  Vous serez le premier des 360 voyageurs à vous présenter aux douanes, vous ne serez pas sollicité par les porteurs, vous serez le premier à prendre un taxi et le premier à l'hôtel pour un repos bien mérité.

Médical

L'aventure ne doit pas se dérouler au détriment de sa santé.  D'ou l'importance de bien connaître les pays où l'on prévoit se rendre et les problèmes de santé que l'on peut y rencontrer.

Une petite perle à lire et à appliquer avant le grand départ, «Partir en santé, revenir enchanté», d'Anne Bruneau (ISBN: 2-89428-045-9).  Vous y trouverez les conseils et les notions de base pour ne pas succomber aux pièges des maladies en pays exotiques;  y figurent aussi les principales endémies et la façon de les combattre.

Les précautions à prendre sont fonction des régions visitées, de la durée du voyage, de sa façon de voyager, du mode de séjour prévu (hôtel, camping, auberge...), de la saison et de son état général de santé.  Préparez-vous donc environ six semaines à l'avance, particulièrement si vous devez recevoir des vaccins.

Votre carnet de vaccination devra être mis à jour en y ajoutant les vaccins de base tels le TABT, la typhoïde, la poliomyélite, la méningite et autres, selon les lieux visités.

On doit aussi prévoir une assurance qui nous donne une bonne protection hors de la zone d'influence de notre carte d'assurance maladie.  Les frais d'une hospitalisation décente deviennent souvent astronomique dans un autre pays, aussi, vaut-il mieux prévenir.

Visa de séjour

Dans plusieurs pays, il est nécessaire de se faire émettre un visa de séjour;  la période de validité et le coût d'un tel visa varient en fonction des régions ou des pays.  On peut se le procurer avant de partir en communiquant avec l'ambassade du pays à visiter et il ne faut pas l'oublier si l'on ne veut pas se faire refouler à l'aéroport.

Faites des photocopies de votre passeport, de vos billets d'avion, de vos numéros de chèques et de tout document important;  laissez-en une copie à un parent et remettez-en une à votre conjoint ou partenaire si vous voyagez à deux.  En cas de vol, ceci accélérera les procédures de remplacement.  Inscrivez sur une carte votre numéro de passeport, la date et le lieu de délivrance, la date d'expiration ainsi que le bureau d'émission;  en plus de servir en cas de perte, elle évite de manipuler le passeport dans les hôtels ou les banques par exemple.

Finances

Si le pays visité est le moindrement excentrique par rapport aux circuits touristiques plus reconnus, on aura avantage à utiliser des chèques de voyage en devises américaines, la monnaie la plus acceptée mondialement.  Ne jamais conserver une somme importante d'argent sur soi et placer ses chèques, passeport et cartes de crédit dans une ceinture sous ses vêtements.

Conserver une liste de vos achats en mentionnant le lieu, la date, le montant en argent local et en $can.  C'est utile pour soi et pour les douanes au retour.

Les cartes de débit ne sont pas toujours acceptées, sauf parfois dans les grandes villes et les capitales;  ne pas trop s'y fier.  Dans certains pays, des cartes de débit exclusivement pour le téléphone sont disponibles.

Au moment du départ, conserver un peu de monnaie du pays, plusieurs aéroports exigent une taxe à l'embarquement même si tout semblait inclus dans le billet d'avion.

Communication

 Comment concilier «partir» et «rester» en contact avec les personnes qui nous sont chères?  Un moyen efficace, peu importe le pays et la langue qu'on y parle, c'est «Canada Direct».

Ce service couvre la majorité des pays et nous permet d'accéder directement à une réceptionniste au Canada.  Sur une liste, on trouve un numéro local à appeler dans le pays hôte, numéro nous permettant de rejoindre un centrex au Canada;  c'est lui qui achemine notre appel.  Pour un service complet, utilisez une carte d'appel pour facturer vos communications.  Rien de tel que de voyager informé du bien-être de ses parents et amis; et la réciproque est vraie.

Je n'ai pas expérimenté la voie de communication plus moderne qu'est «Internet» lors de ce voyage mais je me promets bien de l'essayer lors d'un prochain voyage.

 Retour à l'accueil