Thèse sur le droit de la mixité sociale


Thèse de Doctorat en Droit à vocation professionnelle, débutée en 2014, sous la direction de Monsieur le Professeur Périnet Marquet.
Université Paris II Panthéon-Assas



Le droit de la mixité sociale

 
 

Erigée en impératif des politiques de la ville et du logement par les pouvoirs publics français, la mixité sociale est devenue une référence omniprésente.

Constituant un moyen indispensable au maintien de la cohésion sociale ;  la notion de mixité a pour objet de lutter contre le processus ségrégatif  spatial en répondant aux objectifs de diversité de l’habitat et diversité sociale dans l’habitat, tous deux garants des valeurs et principes républicains.

Faisant de la mixité sociale un objectif en soi, ayant pour conséquence une polarisation systématique de cette notion sur les orientations des politiques publiques impactées;  cette particularité française contraste avec bien d’autres pays où la mixité est simplement perçue comme un moyen.

Au-delà du consensus politique apparent ; le contenu de cette notion, considéré comme imprécis, flou, et relatif ; fait l’objet de virulentes critiques de la part du monde scientifique qui déplore de grandes difficultés d’évaluation de l’efficacité de sa mise en œuvre et de ses effets.

Il résulte que la mixité, bien que consubstantielle de la politique de la ville et du logement, est perçue comme conceptuelle et idéaliste, relevant de la sphère du discours politique.

Devenue un principe d’urbanisme « obligatoire », la mixité fait l’objet d’une inflation normative dont on ne peut négliger les effets et conséquences.

Il est à supposer que la consécration d’une véritable opposabilité de la mixité sociale s’inscrive dans la continuité de l’évolution normative engagée.

Ainsi, la mixité sociale ne sera plus un droit conceptuel comme avait pu l’être le droit au logement, mais deviendra un droit opposable comme l’est actuellement le droit au logement opposable.

Le présent travail scientifique aura pour objet, entre autre, d’analyser les conséquences d’une telle opposabilité sur les institutions, et les justiciables.


Site theses.fr




Afficher l'image d'origine
Sous-pages (1) : Sites Partenaires