z__details‎ > ‎

z_moulis_eglises

LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc -
l’église Saint Saturnin de Moulis-en-Médoc

Décor sculpté et peint

 

 

 

L’église de Moulis possède une décoration sculptée romane abondante, qui souligne sobrement l’architecture : chapiteaux des contreforts colonnes, modillons de la corniche, encadrements des fenêtres à l’intérieur comme à l’extérieur de l’édifice. C’est au chevet que les sculpteurs romans ont réalisé une décoration riche et originale. Elle tapisse le fond de l’abside et les murs droits du choeur, ornés d’une double arcature superposée, divisée par un large bandeau sculpté. L’arcature basse, formée d’arcs entrecroisés, cas unique en Gironde, est fréquente en Normandie, Angleterre, Sicile et Castille.

 

Le décor est présent sur les archivoltes, cordons moulurés et chapiteaux.

Il comporte des ornements des ornements géométriques (bâton brisé et petits boutons quadrifoliés, damiers, dents de loup affrontées, décor de vannerie, torsades) et des ornements végétaux (rinceaux de feuillages, vigne, acanthe et grappes de raisin, tiges avec petites feuilles rondes et striées en coquille, frises de fleuron au motif principal en fleur stylisée à quatre pétales).

 

Un bestiaire sculpté traditionnel des pays de l’Ouest et cher à l’art roman montre des figurations animales ou monstrueuses : oiseaux réalistes ou schématisés, juchés les uns sur les autres, affrontés, picorant une grappe de raisin ou un bourgeon, griffons déchirant le crâne d’un petit personnage nu en prière, lions ailés à deux corps, têtes léonines crachant des tiges feuillues. Sur le bandeau médian de l’abside, on remarque une multitude d’animaux en frise : chien poursuivant un lapin, chiens s’affrontant babines retroussées, dragons et poissons.

 

La figure humaine est également présente : acrobate allongé sur le dos, veneurs qui dirigent une chasse. Sur les arcs et les chapiteaux, se développent quelques thèmes religieux, dont une Nativité, ainsi qu’un Tobie portant le poisson. Le style de cette sculpture, de bonne qualité, date des environs de 1130-1140.

 

Les pentures de la porte d’entrée, rares dans nos régions, datent du XIIe siècle.

 

Sur la voûte de l’absidiole nord, des peintures murales ont été découvertes, puis consolidées et restaurées.



 

    
    

  

La plus ancienne, du XIIIe siècle, au milieu de la voûte du cul-de-four, figure la scène du baptême du Christ incomplète, qui se détache sur un fond ocre rouge, animé par des motifs circulaires blancs, cerclés de noir, sur lesquels se détache une étoile noire. La seconde couche picturale, du XVIe siècle, présente un champ d’étoiles jaunes et une végétation d’arbres secs où un dromadaire et un lion passent.

 

Des vitraux exécutés dans les ateliers de Villiet, Lieuzères, Dagrand, Delmas et Caillaud, de la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, répandent leur lumière colorée à l’intérieur de cet édifice, que fréquentent de nombreux pèlerins.

 

A l’initiative de la Mairie de Moulis, conçu et réalisé par l’A.3P.A., avec le concours du Conseil Général.

 

Gironde à fleur de pierre   



Comments