z__details‎ > ‎

z_moulis_egl

LE guide touristique du Médoc – Patrimoine du Médoc -
l’église Saint Saturnin de Moulis-en-Médoc

 

église romane XII – XIIIème siècle



 

 

 

L’église saint Saturnin, véritable joyau de l’art roman, s’élève sur un site paleo-chrétien

 

Elle a vu modifier son clocher à l’époque gothique ; la tourelle ronde de croisée, aménagée pour la défense, comporte une chambre forte et renferme l’escalier en hélice qui conduit au clocher.

 












 

L’extérieur de l’église

 

La porte à cintre ogival s’ouvre sous plusieurs arcs demi-circulaires en retrait.

Elle est ornée de pentures médiévales du XIIème.

 

La tour a été rajoutée plus tard, certainement à l’époque de la guerre de Cent Ans, pour servir de poste de défense ou de surveillance. Le sommet est crénelé avec en dessous de longues et étroites fenêtres géminées. Elle abrite aujourd’hui la cloche.

 

 

 

Qui était saint Saturnin ?

 

L'église Sanctus Saturninus de Moliis, citée en 1268 dans les Recognitiones feodorum in Aquitania, actes administratifs du roi d'Angleterre et duc d'Aquitaine, est dédiée à Saturnin, évêque de Toulouse, qui subit le martyre vers 250.

Premier évêque de Toulouse, Saint Saturnin (Saturninus) était né à Patras, en Grèce, avait évangélisé plusieurs contrées d'Orient avant de passer en Gaule avec saint Martial, pour évangéliser la Provence et le Languedoc. Il jeta son baluchon à Toulouse, où il réunit un bon nombre de fidèles. La langue populaire changea son nom en Sernin (et même Sornin, Sarnin, Sorlin, Cernin ou encore Savournin).

L'épisode de sa mort est resté célèbre, il se passait en l'an 250 : A cette époque Décius (Dèce) régnait sur l'empire romain et persécuta les chrétiens. Saturnin fut accusé de rendre muet par sa présence dans le voisinage, l'oracle du temple païen, dédié à Jupiter, qui se trouvait à l’emplacement de l’actuelle place Esquirol. Attaché par les pieds à la queue d'un taureau furieux, Saint Saturnin aurait été jeté sur les marches du Capitole, contre lesquelles l'évêque eut la tête fracassée. Il fut ensuite traîné le long du cardo romain (la rue Saint-Rome) jusqu'à la rue du Taur (taureau), son corps aurait été lâché à l’endroit de l’actuelle église du Taur qui s’est appelée Notre- Dame de Saint-Sernin jusqu’au XVIe siècle. C’est là que le corps aurait été enterré en cachette, où deux pieuses femmes, la maîtresse et sa servante, l'auraient enterré dans une fosse profonde.

 

 

Sources :

Michelin (Côte de l’Atlantique)

Conseil Général de Gironde

les amis de l’église de Moulis.

Encyclopédie Universelle

 

Remerciements : Jacques Rossignol pour sa documentation.

 

 

histoire et architecture  |  décor sculpté et peint


z_moulis_eglis     Moulis en Medoc
* <script> (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-75891660-1', 'auto'); ga('send', 'pageview'); </script> * 


Comments