entre théâtre et cinéma

ENTRE THÉÂTRE ET CINÉMA
cycle de master classes

Le dialogue entre théâtre et cinéma, qui sert de fil rouge à ce cycle de master classes, est envisagé non seulement à partir d'ouvrages des univers théâtral et cinématographique mis en complémentarité autour de thématiques spécifiques, mais aussi d'une manière transdisciplinaire en questionnant un certain nombre d’œuvres d’autres domaines artistiques (peinture, sculpture, architecture, musique, danse, littérature...), choisies pour leur symbiose avec la thématique du cours. Les master classes peuvent être complétées, s'il y a lieu, par des répétitions et /ou  un spectacle de tout ou partie de pièces étudiées, accessibles aux participants des sessions.

RÉPLIQUES ET DIALOGUES : LES MOTS EN PLEINE LUMIÈRE

« Le cinéma, c’est du théâtre en conserve… au théâtre on joue, au cinéma on a joué », disait volontiers Louis Jouvet, reprenant ainsi la dichotomie présente dans la carrière des grands comédiens. Ainsi le comédien Jouvet concevait-il avant tout ses nombreuses participations au cinéma comme une activité alimentaire capable de venir en aide à son apostolat difficile de meneur de troupe.
De même Jean-Louis Barrault, les Pitoëff, Charles Dullin, Sir Laurence Olivier ou, plus près de nous, Robert Hirsch, Laurent Terzieff ou le truculent Fabrice Luchini, quittant un instant les planches des théâtres pour les plateaux de cinéma, n’ont-ils jamais accordé à cette industrie que le temps… de leurs vacances ! Et voilà que Michel Bouquet, troublant le jeu dans un film récent, étonne à plus de 80 ans le public des salles obscures en personnifiant en grande figure du théâtre français un François Mitterrand plus vrai que nature…

De l’acteur au comédien, de la projection à la représentation, y a-t-il un lien sensible ?
L’œil objectif de la caméra capte-t-il les mêmes nuances que la « présence » subjective propre au spectacle vivant ?
L’émotion unique vécue en direct au théâtre demeure-t-elle intacte face à l’écran ?
Le « travail en devenir » sur la scène peut-il se comparer au « produit fini » d’un film ?

De même que serait l’âge d’or du Cinéma français sans les dialogues d’un Henri Jeanson, d’un Jacques Prévert ou d’un Michel Audiard, mis en bouche par des acteurs pour lesquels ces maîtres de la cabriole verbale ciselèrent sur mesure leurs mots d’auteur : Arletty, Michel Simon, Jean Gabin, Bernard Blier, Lino Ventura, Francis Blanche, Julien Carette, Jean-Paul Belmondo ? N’ont-ils pas sauvé du naufrage de nombreux films qui, sans eux, seraient déjà oubliés ? Tour à tour baignés de poésie scintillante ou d'argot plus ou moins revisité, jouant de la métaphore comme de fléchettes, les dialogues au cinéma représentent un travail d’orfèvre dont le langage populaire dissimule souvent des trésors littéraires. Les plus grands comédiens du théâtre ne s’y sont pas trompés : Louis Jouvet se plagiant lui-même avec les mots de Jeanson dans Entrée des artistes, Jean-Louis Barrault confondu pour l’éternité au rôle du mime Baptiste dans les Enfants du Paradis de Marcel Carné, issus du génie de Jacques Prévert, Pierre Brasseur et Jean Gabin dans des joutes oratoires mémorables modelées par un Michel Audiard acerbe. Et puis il y a ces mots qui deviennent des instants d’éternité : « Moi j’ai dit bizarre ? Comme c’est bizarre...», « Atmosphère, atmosphère ! Est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère... » Le bon dialogue est d’abord une musique qui rencontre un interprète.

À ces questions Patrick Crispini consacre un cycle de master classes entre théâtre et cinéma, en abordant à l’aide d’exemples tirés de grandes scènes, d’extraits de documents filmés rares… et de travaux pratiques avec les participants, quelques aspects du jeu de la comédie humaine et des secrets de fabrication des scénarios, répliques et dialogues, en dégustant, au passage, quelques célèbres répliques du cinéma français, mettant ainsi les mots en pleine lumière… Le cours est documenté par de nombreux extraits vidéo et/ou audio, complété par des exemples donnés au piano par l'intervenant.


Initiateurs

TRANSARTIS - l’Art de vivre l’art ! - et les MUSICATELIERS proposent régulièrement l'organisation de master classes regroupées en cycles thématiques, animées par le chef d’orchestre, compositeur et pédagogue PATRICK CRISPINI, auquel s'adjoignent parfois des artistes ou intervenants spécialisés invités, prolongeant ainsi l'étude par des répétitions publiques et/ou des spectacles-concerts en rapport avec les sujets traités.

Objectifs

Rencontre,écoute, observation, transmission et interprétation sont au rendez-vous des master classes, pour une approche analytique et originale des multiples aspects de la création artistique. Favorisant une démarche transdisciplinaire, à partir de cycles thématiques fédérateurs, les master classes sont complétés par une documentation audio-visuelle très complète. Ils représentent une occasion rare de jeter des passerelles fécondes entre l'écoute, l'observation, l’analyse et la contemplation, permettant à chaque participant de réévaluer son rapport à l’œuvre d’art par le prisme d’une large palette de connaissances et d’émotions artistiques vécues en osmose...

Approche transdisciplinaire

La transdisciplinarité est l’art de faire communiquer les différentes disciplines entre elles. Le regard sur les autres arts agrandit le champ d’action en ouvrant de nouveaux horizons. En ce sens elle ne doit pas être une simple juxtaposition. Comme le précise Patrick Crispini : « tout est solidaire en art. Tous les phénomènes musicaux peuvent être abordés, même auprès d’un auditoire sans connaissance préalable particulière. Il y a de l'exaltation à suivre les péripéties complexes, parfois surprenantes, de l’histoire de la musique, ses coïncidences et simultanéités avec d’autres disciplines de l’art et, pourquoi pas, avec les sciences humaines, la sociologie, la biologie, la physique, la philosophie... Saisir l'articulation d’un rythme, c’est aussi initier une réflexion sur l’idée du temps, de la durée, préoccupation constante dans l’histoire des hommes. Mieux discerner les timbres d’un orchestre et des instruments, c’est aussi suivre le passionnant parcours de la lutherie, de l’organologie. Appréhender une forme, un style, c’est se rapprocher d’une époque, d’une société, d’une esthétique. Aborder certains mystères de la musique, c’est aussi découvrir sa propre voix dans le concert de la vie ! »

Organisation

Une session de master classes est généralement prévue sur une durée de 1 jour, 2 jours (week-end) ou sur une durée plus longue, selon les possibilités des organisateurs. Un cycle thématique fait l’objet de plusieurs sessions annuelles.

· Déroulement sur 1 jour : cours 1 (2h) / pause / cours 2 (1h30’ / synthèse (30’)
· Déroulement sur 2 jours : Jour 1 : cours 1 (2h) / pause / cours 2 (2h)  - Jour 2 : cours 3 (1h30') / pause / cours 4 (1h30’) / synthèse (1h).
· Durée plus longue : à définir avec les organisateurs.
 
Participation

Les cycles de master classes sont ouverts à tout public, sans distinction d’âge ou de formation préalable.
Il existe deux types de participation :
· Participant actif : l'inscription comme participant actif, dans la limite des places disponibles, induit un accès participatif avec la possibilité d’intervenir à titre individuel pendant le déroulement des master classes, cours magistraux, analyses d'œuvres ;
· Auditeur libre : l'inscription comme auditeur libre permet un accès à l'ensemble des activités des master classes, mais sans la possibilité d’intervenir à titre individuel, sauf pour des questions éventuelles au moment des synthèses (fin des sessions).

Auditions

Les master classes peuvent être complétées, s'il y a lieu par des répétitions et/ou un spectacle-concert de tout ou partie des œuvres étudiées, accessibles à l'ensemble des participants aux master classes, parfois ouverts au public extérieur.

Support et matériel

· Support informatique (ordinateur avec beamer, écran) ou lecteur CD/DVD.
· Les fichiers audio/vidéo diffusés sont rassemblés sur une clé USB compatible.
· Un piano récemment accordé serait souhaitable (optionnel).
· Brochure originale complémentaire disponible.

Informations, inscriptions
MUSICATELIERS GENÈVE : mclsabin@gmail.com - www.musicateliers.ch
Secrétariat : Marcel Sabin - Chemin Pré-Marquis 7D, 1241 Puplinge (CH) - Tél. +41 (0)76.341.83.60
TRANSARTIS : transartis.prod@gmail.com - www.transartis.com
Secrétariat : TRANSARTIS - Case Postale 51- 1211 Genève 21 (CH) - Tél. +41 (0)79.771.79.52

© PC TRANSARTIS PRODUCTIONS - mars 2015 - tous droits réservés