Traduction automatique

Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d'amour...

 

Pour ceux qui seraient tentés de croire qu'un logiciel de traduction automatique pourra un jour remplacer le traducteur, voici la preuve qu'on ne pourra jamais remplacer le cerveau humain.

Je me suis amusée à faire un petit test. J'ai pris un extrait de ma biographie, je l'ai passé à la moulinette Systrans et à celle de Google Traduction vers l'anglais, puis je lui ai fait subir le même sort en sens inverse. Le résultat m'a rappelé Le Bourgeois Gentilhomme de Molière... En plus, j'ai changé de sexe au cours de l'expérience! Je vous livre les trois textes...


Texte d'origine

Retour une fois de plus en Normandie, mais l'envie me démange d'apprendre une nouvelle langue en immersion totale, de quitter de nouveau ma terre natale pour d'autres horizons. Grâce à une bourse Erasmus, je me retrouve à Athènes et je m'attaque sérieusement à la langue d'Homère version moderne! Obligée de travailler pour survivre (je ne suis pas rentière!), j'entre aux éditions Kauffmann (à l'époque filiale des éditions Hatier) grâce à mes connaissances en allemand pour la communication avec les éditions Klett. En même temps, je suis lectrice-correctrice, ce qui m'a finalement et tout naturellement amenée à la traduction. Après cinq années passées dans la capitale, je quitte Athènes pour Ioannina afin de me consacrer à ma famille mais aussi à la traduction dans la paix reposante des montagnes d'Épire.



Première "traduction" vers l'anglais

Avec Systrans

Return once more in Normandy, but the desire itches to me to learn a new language in total immersion, to again leave my native soil for other horizons. Thanks to an Erasmus purse, I find myself in Athens and I attack myself seriously with the language of Homère modern version! Obliged to work to survive (I am not a rentière!), I enter to the Kauffmann editions (at the time subsidiary company of the Hatier editions) thanks to my German knowledge for the communication with the Klett editions. At the same time, I am reader-correctrice, which finally and quite naturally brought me to the translation. After five years spent in the capital, I leave Athens for Ioannina in order to devote me to my family but also to the translation in the resting peace of the mountains of Épire.


Avec Google Traduction

Back again in Normandy, but I feel like itching to learn a new language in total immersion, again leaving my native land to pursue other interests. With an Erasmus, I find myself in Athens and I seriously addressed the language of Homer modern version! Forced to work to survive (I'm not annuitant), I Kauffmann between editions (then a subsidiary of Hatier editions) with my German skills for communicating with Klett editions. At the same time, I'm reader-correcting, so I was finally and naturally led to the translation. After five years in the capital, I leave Athens to Ioannina in order to devote myself to my family but also to translation in the restful peace of the mountains of Epirus.



Deuxième "traduction" vers le français

Avec Systrans

Retournez une fois de plus en Normandie, mais le désir démange à moi pour apprendre une nouvelle langue dans l'immersion totale, pour laisser encore mon sol indigène pour d'autres horizons. Merci à une bourse, à moi la trouvaille moi-même à Athènes et à moi d'Erasmus s'attaquent sérieusement avec la langue de la version moderne de Homère! A obligé de travailler pour survivre (je ne suis pas un rentière!), J'écris aux éditions de Kauffmann (lorsque filiale des éditions de Hatier) grâce à mon connaissance allemande de la communication avec les éditions de Klett. En même temps, je suis le lecteur-correctrice, qui finalement et tout à fait naturellement apporté m'à la traduction. Après cinq ans passés dans la capitale, je quitte Athènes pour Ioannina afin de me consacrer à ma famille mais également à la traduction dans la paix de repos des montagnes de Épire.


Avec Google Traduction

De retour en Normandie, mais je me sens comme une démangeaison d'apprendre une nouvelle langue en immersion totale, laissant à nouveau ma terre natale pour poursuivre d'autres intérêts. Avec une bourse Erasmus, je me trouve à Athènes et je pencher sérieusement sur la langue d'Homère version moderne! Contraint de travailler pour survivre (je ne suis pas rentier), je Kauffmann entre les éditions (alors une filiale des éditions Hatier) avec mes connaissances en allemand pour communiquer avec les éditions Klett. Dans le même temps, je suis lecteur-correcteur, j'ai donc été finalement et naturellement conduit à la traduction. Après cinq ans dans la capitale, je laisse Athènes à Ioannina afin de me consacrer à ma famille, mais aussi à la traduction dans la paix reposant sur ​​les montagnes de l'Epire.