Bienvenue‎ > ‎Prêtre et diacres‎ > ‎

Les diacres

Tout au long de l'histoire du salut Dieu a choisi lorsqu'il était besoin des hommes et des femmes pour leur confier une tâche nécessaire au salut de son peuple: Moïse (Exode 3), Debora (Juges 4, 4-10), Judith (Judith), David (1 Samuel 16), les prophètes (Isaïe 6, Jérémie 1), Marie (Luc 1, 26-39). Dans la nouvelle alliance, le premier acte de Jésus est de choisir des disciples (Marc 1, 14-20), puis parmi eux des collaborateurs. Ils leur confie des missions. Ils feront de même. Les évêques, comme les apôtres, à la suite de Jésus appellent celui dont ils ont besoin pour le diocèse. Par le sacrement de l'ordre, le collaborateur qu'est le diacre reçoit l'Esprit-Saint et entre avec sein évêque et les prêtres dans le statut des ministres ordonnés. En communion avec notre évêque et au nom de notre évêque, il est chargé de participer à la mission universelle de salut de l'Église dans une communauté particulière à laquelle il est envoyé. La confiance que l'on peut faire au diacre tient non pas d'abord à ses qualités personnelles, mais à ce qu'il ne s'est pas choisi lui-même. Il tient tout du Christ par l'évêque. Alors, Alain, n'ayez pas peur et que l'amour du Père vous accompagne sur la routes des hommes.     Père Gérard Batisse, curé de Balma

Alain Cerisola, nouveau diacre et son épouse Maryvonne    

S'ENGAGER DANS UNE BELLE AVENTURE. Depuis le premier appel jusqu'à l'ordination, une longue maturation a permis à Alain, soutenu par Maryvonne, de se préparer à l'engagement à vie du diaconat. Grandeur de ce ministère, imbrication avec le sacrement de mariage, humilité du serviteur : une prise de conscience commune qui apaise. «Le Seigneur sait bien s'y prendre pour nous interpeller»constate Alain en souriant. « Nous habitions à Dardilly, le village du saint curé d'Ars et j'aimais prier dans sa maison natale. C'est le père Guy Laurent, curé de la paroisse, qui m'a invité le premier à réfléchir au diaconat. »Pourquoi pas vous? Cette question reste gravédans la mémoire d'Alain. Mais sa vie professionnelle très prenante, sa famille, ses responsabilités dans une association de parents d'élèves de l'enseignement catholique accaparent toute son attention.

PRÉSENCE DU CURÉ D'ARS. II y a bien des « petits rappels du Seigneur »dans des conversations avec des prêtres ou des évêques qu'il côtoie. Mais c'est pendant 'ordination diaconale en vue du presbytérat du fils d'un ami de Dardilly que l'appel se fait plus pressant. «Le Seigneur m'a clairement demandéde me bouger, » Puis, au cours du repas de fête, un prêtre qu'il ne connaissait pas lui dit: « Tu n'as jamais pensé au diaco nat? » L'ordination diaconale d'Alain aura lieu juste avant la clôture de l'année sacerdotale : il y voit un signe fort de la présence du saint curé d'Ars du début à la fin de son cheminement. D'ailleurs, le père Guy Laurent, à la retraite maintenant, sera présent le 13 juin pour lui remettre son étole. Mais entre le premier appel et le grand jour de l'ordination, que de bouleversements !

COMMUNION DU COUPLE. Arrivés sur Toulouse, Alain et Maryvonne sont toujours très pris. Alain est souvent en déplacement sur Paris et Maryvonne se donne beaucoup dans des activités liturgiques. Il lui tarde qu'Alain prenne sa retraite pour pouvoir aller se promener et profiter des enfants et des petits-enfants, Aussi, quand il lui annonce son intention d'entamer un parcours vers le diaconat, elle est choquée. « C'était tout l'inverse de ce que je souhaitais. » Elle avait envie d'arrêter ses engagements d'Église, il s'apprêtait à s'y engager. Elle n'avait aucune envie d'être séparée de son mari, lui en aube dans le chœur et elle, dans l'assemblée. « L'Église va me prendre mon mari » ; telle est souvent la réaction naturelle des épouses. « La longue préparation n'a pas été de trop pour que nous soyons en communion avec Maryvonne »reconnaît Alain. « Devenir le signe du Christ serviteur, épouser l'Église avec ses bons et ses mauvais côtés, passer du faire à l'être, tous ces engagements profonds ne peuvent s'accepter qu'en marchant ensemble. » À la veille de l'ordination, malgré un peu de trac, ils se sentent apaisés

A.R. «FOI et VIE» - Mai 2010 - N° 57



Jean Venzac. diacre permanent dans le doyenné Banlieues-Est   
Dimanche 27 février nous avons fêté les 25 ans de l'ordination diaconale de Jean Venzac.

TA PAROLE NOUS REJOINT. Diacre envoyé dans le monde du commerce, Jean Venzac se met également au service de la paroisse de Balma. Mais quelques années plus tard, l'épreuve de la maladie fait de lui "un diacre sans voix ". Il témoigne de la fidélité de Dieu à son égard. Commerçant crémier, j'ai partagé cette profession pendant trente-trois ans, avec mon épouse Jeannette, profession ô combien prenante et riche à la fois de valeurs humaines et chrétiennes pour nous deux.

PAROLE DE VIE. "Dans ma cinquantième année, un certain jour, dans une école de prière, le Seigneur vint frapper à ma porte, ou, plus exactement, à mon cœur, pour me demander très précisément de m'occuper de Lui et de me mettre à son service. Comme bien d'autres, je fus bouleversé. Je restais dans une paix intérieure. « Je serai diacre. » Ces paroles, inspirées de l'Esprit saint, m'ont rapidement propulsé dans cette aventure totalement inconnue du diaconat permanent.

Ordonné en 1986, j'ai fait mes premiers pas dans ce minis tère à la paroisse de Balma. Ma mission se situait dans ce monde généreux du com merce. Ce que je retiens de positif dans un groupe diaconal c'est bien la diversité de nos vies familiales et professionnelles qui nous unit pour servir humblement nos frères et l'Église.

DIACRE SANS VOIX. Six ans plus tard, en 1992, suite à des examens médicaux, le diagnostic tombe : « II faut qu'on vous opère d'une laryngectomie totale. » (abla tion des cordes vocales et du larynx) Je n'avais pas le choix, mais j'étais confiant, sachant que bien des choses seraient différentes dans ma vie de tousles jours et dans mon ministère diaconal - un diacre sans voix. Un certain jour en ouvrant ma bible, je lis ceci dans actes 18,9: « Sois sanscrainte, continue de parler, ne te tais pas. » Parole lumineuse pour moi. Je reste toujours celui que Dieu a choisi et qu'il n'abandonne pas. Fidèle à mon engagement, je m'efforce, avec mes peu de moyens, de faire plaisir au Seigneur."

Jean Venzac  «FOI et VIE» - Mai 2010 - N° 57