1987/88 > D1 = 15

Tableau récapitulatif de la saison 1987/88

Dirigeants :

Président : Francis BORELLI

Entraîneur :

Gérard HOUILLER puis Éric MOMBAERTS

Recrues Stars :

Gabriel CALDERON & Ray WILKINS

Objectifs :

Outsiders, puis le maintien à partir de Novembre...

Stade :

Parc des Princes !

Affluence moy. :

19 287 [min. 7 583 ; max. 40 545]

Nb. d'Abonnés :

?

Supporters :

KOB = Boys 85, Gavroches, Firebirds & Commando Pirates[hools] | C = les Amis du PSG

Équipementier :

Adidas (Sponsors maillot : RTL et Canal +)

Logo :

Maillots :




 
 
 


Opération : Maintien =


Campagne d'abonnements Paris SG 87/88 =
La mise en valeur des fumigènes est une pratique courante par les clubs dans les années 80 =

Notons la campagne douteuse du PSG, avec ce slogan Je n'attends pas "88" pour voter PSG, surtout compte tenu de l'image déjà renvoyé par certains de la Tribune Boulogne.

Juillet 1987 = Alain JUPPÉ, adjoint aux finances de la Mairie de Paris, prend la meilleure décision de toute sa carrière politique : il triple la subvention municipale du PSG pour «compenser les pertes liées à l'élimination rapide en Coupe d'Europe en 86/87». Et oui, comme l'avez dit le Président BORELLI, le club doit jouer deux Coupes d'Europe toutes les trois saisons pour être financièrement rentable. Le montant, triplé, est désormais de 18, 9 millions de Francs.

Pour effacer les échecs de la saison passé, les Parisiens ont la bonne idée de repartir en stage à Zeist. Le PSG y bat l’équipe nationale espoirs d'Australia 6 - 0.

Le Tournoi de Paris se passe beaucoup moins bien, deux défaites : la première contre les brésiliens de Fluminense, la seconde contre les Yougoslaves du GNK Dinamo Zagreb.

Août 1987 = PSG 0 – 1 Monaco =
A Boulogne, la bâche SNCF est de sortie (40 545 spectateurs) =

Cannes 1 – 3 PSG =
BORELLI s'autorise la pause devant le parcage Parisien à Cannes =

PSG 1 – 0 Bordeaux =
Craquage au KOB =

Octobre 1987 = Matra Racing 2 – 1 PSG =
Le PSG effectue son plus mauvais débuts de championnat depuis la saison 1974/75. Le Matra Racing vient même de battre le PSG 2 - 1. 
Gérard HOUILLER après son titre de Champion dispose d'un très bon contrat et il ne peut donc pas être licencié par le club, il prend lui même la décision de nommer Éric MOMBAERTS au poste d’entraîneur.

Novembre 1987 = Voilà le Racing solide leader, pendant que le PSG plonge en position de barragiste. La moyenne des spectateurs du Matra augmente petit à petit avec 14 577 spectateurs. 
Le public Parisien reste néanmoins fidèles au PSG avec en moyenne 21 455 spectateurs, ce qui correspond tout à fait au moyenne de l'époque, surtout compte tenu du classement.

PSG 1 – 1 OM =
Tifo : OM = SIDA à Boulogne (montage Boys) =

Décembre 1987 = Incidents// PSG 1 – 3 Niort =
Paris Casual : « De nombreux supporters Niortais sont présents en Tribune K Rouge. L'ambiance est présente en K Bleu côté Parisien. Les supporters Niortais narguent les Parisiens, des gars de boulogne descendent en K Rouge en cassant les grilles, 
en quelques secondes la violence fait rage le supporter niortais se tait ».

Janvier 1988 =
En cette période morose pour le PSG, Francis BORELLI tente de changer la donne en fêtant ses 10 ans de règne pour la nouvelle année. Il propose entre autres, une plaquette souvenir : 1978-1988 : 10 ans de football à Paris.

Février 1988 =
Une réunion se tient avant la reprise concernant l'avenir du club. Philippe LABRO, indique la position de la ratio RTL : « Une clause de notre contrat stipule que nous pourrions nous retirer si le Paris SG était relégué. 
Mais au niveau moral, serions-nous en droit de le faire ? Comment abandonner un ami ? Ce n'est pas lorsqu'un partenaire tombe à terre qu'il faut le piétiner ». Certes mais dans ce cas, pourquoi mettre une telle clause ? (hey). 

Jean TIBERI de la Mairie de Paris, se sent obliger de réagir : « En cas de mauvais résultats à la reprise du Championnat, nous sommes prêts à intervenir plus directement dans les affaires du club ». 

La Mairie prête à investir dans le PSG après l'avoir tant rejeté ?

Mai 1988 = PSG 1 – 1 Auxerre =
Fin de saison, à quatre Journées de la fin le PSG se trouve 19ème, en pleine agonie. C'est le moment choisit par BORELLI pour rendre à nouveau l'accès au Stade offert. 38 512 Parisiens viennent contre Auxerre pour pousser l'équipe. 
Paris ne fait pas mieux qu'un nul 1 - 1, mais progresse d'une place et se retrouve à nouveau en position de barragiste.

L'éditorial du match est signé par Pierre LESCURE, Directeur Général de Canal + : « Mais que faites-vous dans cette galère ? Depuis quelques mois, on me pose la question... Notre nom est apparu sur les maillots du PSG pendant l'été 86. Canal +, si étroitement lié au football français, entendait ainsi rendre hommage à son champion. La saison suivante fut moins brillante, PARIS SG perdit son titre et nous aurions dû, logiquement, nous retirer. Nous le fîmes pourtant pas... 
Le club a commis des erreurs ? Sans doute, mais nous aussi. Se trouve-t-il menacé de la relégation ? Nous l'avons été, à cette nuance près que, dans le monde de la télévision, il n'y a pas de deuxième division... »

17 Mai 1988 = Le siège du club est transféré au Parc des Princes. 400 m² de bureaux ont été construits sur le toit du parking du Parc, avec l'aide de la Mairie de Paris.

OM 1 – 2 PSG =
Le PSG part alors gagner à Marseille qui jouait une place européenne, 2 - 1, une opération parfaite en terre sudiste conclu sur un ballon chipé à GIRESSE. 

PSG 4 – 1 Lens =
Contre LENS, au Parc, une nouvelle opération portes ouvertes est lancée, 35 624 spectateurs en profitent. Paris gagne 4 - 1 et remonte à la 17ème place (Incidents// d'après article du journal La Provence).

Juin 1988 = Le Havre 0 - 1 PSG  =
Paris joue le maintien, 3 000 supporters Parisiens se rendent dans la ville où même la Mer fait la Manche, le Havre et son fabuleux Stade Jules Deschaseaux. Des rumeurs font états qu'en cas de descente, le PSG cesserait d'exister ! 
Paris sauve sa peau (1 - 0), les supporters fêtent le sauvetage du club =

Opération 3 000 à Jules Deschaseaux =





Fin de Saison =
Les supporters peuvent surtout fêter les Jeunes du PSG qui, eux, sont Champions de France (génération LLACER, NOUMA, DUTRUEL et KOKKINIS, entre autres). 
« Le célèbre sourire du jeune LLACER, au club depuis l'âge de 13 ans, peut largement s'afficher quand le capitaine reçoit le trophée ».

Gabriel CALDERON adopté par le Parc des Princes =


Euro 88 =
En Bundesrepublik Deutschland (RFA)
 NEDERLAND
Gullit But inscrit après 33 minutes 33e
Van Basten But inscrit après 54 minutes 54e
2 - 0



Stade OlympiqueMunich 
CCCP (URSS)  

Comments