Paris-Mont-St-Michel et de Paris à la Bretagne à vélo


Les parcours sont également décrits en pièces jointes à chaque sous-page et sur openrunner


Principales voies vertes
  
 Parcours en majorité sur routes partagées

En janvier 2007, les chemins du Mont-Saint-Michel ont été reconnus itinéraires culturels par le Conseil de l'Europe.

Ces itinéraires peuvent être parcourus à pied, à cheval et à VTT.

Cependant, certaines sections escarpées ou non revêtues des parcours pédestres sont difficilement praticables à vélo et la circulation sur certaines routes parallèles est relativement importante surtout en Ile-de-France.

C'est pourquoi une proposition de véloroute Paris-Mont-Saint-Michel a été présenté il y a une dizaine d’années par des fondateurs de l'AF3V.

 

Cette véloroute, "Véloscénie" est maintenant en partie une réalité. 

La véloroute  en cours de réalisation comprend en 2014  les longues  voies vertes de Domfront à Pontaubault, de Condé-sur-Huisne à Alençon et un parcours en majorité sur routes secondaires, agréable mais assez sinueux,  reliant la périphérie de Chartres à Condé-sur-Huisne.

Au nord de Chartres, une véloroute a également été jalonnée dans la vallée de l'Eure jusqu'à Droué-sur-Drouette à la limite départementale en passant par Maintenon. 

Ce dernier parcours comprend plusieurs kilomètres de route à grande circulation sans aménagement. 

Les aménagements cyclables en Ile-de-France et en Eure-et-Loir sont plus limités et discontinus sur ce parcours : coulée verte du sud parisien, voies vertes des bords de l'Yvette et de l'Orge, promenades des bords de l'Eure dans l'agglomération de Chartres. 

Une voie verte est encours d'aménagement autour de Limours sur l'ancienne ligne Massy-Chartres, la voie verte de l'aérotrain.

 

Le parcours fait l'objet par ailleurs d'un site internet Véloscénie

Le parcours indiqué de Paris à Chartres est extrêmement sinueux et certains tronçons sont impraticables. 

De plus la circulation est rapide et assez intense  sur 5 km de routes au sud de Maintenon.

Sans attendre la réalisation  de l’ensemble de  la véloroute, il est cependant possible de proposer, dans les conditions actuelles, des parcours et variantes agréables et sans grande difficulté de circulation reliant Paris à la Bretagne : Paris-Mont-Saint-Michel et également Paris-Nantes  par le réseau de voies vertes de la Mayenne.

Compte tenu des difficultés entre la vallée de l'Yvette et Limours, nous considérons impraticable cette partie du futur parcours.

 

C'est pourquoi un itinéraire provisoire éloigné du parcours officiel est proposé par la vallée de l'Orge et Dourdan. 

S'il n'est pas très direct ce parcours est agréable et même moins long que le futur itinéraire officiel extrêmement sinueux par Limours, Rochefort-en-Yvelines, Rambouillet, Epernon et la vallée de l'Eure.

Les  critères de choix des itinéraires proposés sont l’agrément, la beauté des paysages, les conditions de circulation, l’intérêt touristique.

La distance et le relief sont également pris en considération.

Dans la mesure du possible, les détours excessifs sont évités et le profil d’ensemble est facile : quelques raidillons sur certaines étapes mais aucune  longue montée. 

Le point de départ proposé est situé sur le quai Saint-Michel à Paris au débouché du pont Saint-Michel face à la fontaine et l'itinéraire décrit par Dourdan passe par St-Michel-sur-Orge. 

Le voyage relie plusieurs centres d’intérêt touristiques majeurs Chartres, Alençon, Domfront, la baie du Mont-Saint-Michel et traverse deux parcs naturels régionaux du Perche et de Normandie-Maine.

Entre la ceinture forestière d’Ile-de-France (le Hurepoix) et les bocages normands, les traversées de grande plaine agricole sont relativement limitées. 

Les vastes horizons de la Beauce parcourus sur une vingtaine de kilomètres au maximum, entrecoupés de passages dans de petits villages nichés au creux de vallons  apportent une diversité aux paysages du voyage.

 

Sur certaines parties de l’itinéraire, plusieurs variantes sont proposées : un parcours direct ou une variante touristique, un itinéraire avec de courts  tronçons sur routes circulées ou  des  cheminements sur voies  non goudronnées. 

 

Transports

L'itinéraire est desservi de Paris à Condé-sur-Huisne par la ligne Paris-Chartres-Le Mans. 

Sur cette ligne, la majorité des trains TER Centre sont ouverts au transport des vélos. 

On peut également amorcer le parcours à Illiers-Combray desservi par la ligne TER Chartes-Courtalain (changement à Chartres)

Alençon  est desservi par la ligne Caen-Tours. 

Au départ de Paris, un changement est nécessaire à Surdon sur la ligne Paris-Granville ou Le Mans (Paris-Le Mans par TER Centre ou TGV-Atlantique). Cette relation par Alençon par Le Mans permet un accès au départ d'autres régions de France par TGV interrégions desservant également en région parisienne Roissy, Marne-la-Vallée et Massy. 

La partie ouest du parcours est accessible au départ de Flers et de Vire sur la ligne Paris-Granville par les voies vertes Flers-Domfront et Vire-Mortain reliées à la voie verte Domfront-Pontaubault.

On peut revenir à Paris par Pontorson proche du Mont-St-Michel par TER et TGV avec changement à Rennes  (4 ou 5 relations quotidiennes) ou par TER et Intercités avec changement à Folligny sur la ligne Paris-Granville (1 train en fin de journée)

Tous les trains  transportent les vélos gratuitement dans les TER et Intercités Paris-Granville, avec supplément-réservation de 10 € dans les TGV.

Une autre possibilité est un retour par Granville en longeant la côte sud-ouest du Contentin d'où l'on a de magnifiques vues sur la Merveille particulièrement au Grouin du Sud. 

A partir de St-Jean-le-Thomas, il est préférable de s'éloigner de la côte pour suivre les petites routes de l'intérieur et des tronçons d'anciennes voies ferrées notamment de Champeaux à Carolles.

Hébergements

Les hébergements sur le parcours, hôtels, gîtes d’étape et chambres d’hôtes,  sont indiqués sur les cartes google et pièces jointes. 

Dans le bassin parisien, les capacités d’hébergements  sont assez limitées. 

L’offre et la variété des hébergements augmentent en allant vers l’Ouest.

 

Randonnées sur une partie de l'itinéraire

Outre le voyage de Paris au Mont-Saint-Michel, les parcours décrits et leurs variantes permettent une gamme de randonnées linéaires ou en boucle de la 1/2 journée à 4 ou 5 jours.   

 2 Propositions de randonnées


Tourisme à vélo en France https://sites.google.com/site/provelos/home


  L’accessibilité vélo du Mont-Saint-Michel toute l’année et sans restriction.

Depuis sept ans, l’association Vélocité et les ligues de cyclotourisme de Basse-Normandie et de Bretagne s’emploient à garantir la pérennité de l’accessibilité vélo du Mont. 


Si les trois dernières années ont permis, au cours de périodes d’essai, de mettre en évidence que la cohabitation entre les piétons et les cyclistes sur la digue menant au Mont est pleinement sécurisée, les maires du Mont-Saint-Michel et de Pontorson ont décidé, sans justifier leur décision, d’interdire le vélo au Mont de 10h00 à 18h00 du 1er mai au 30 septembre. Interdiction qui s’appliquera également en 2016, etc. 
Ne nous y trompons pas. C’est l’Etat qui, via la Préfecture de la Manche, est le véritable décideur du « dossier vélo » du Mont. C’est l’Etat qui gouverne et avance l’argument arbitraire et bien connu de la « sécurité » que reprennent, malgré eux, nous disent-ils, les maires du Mont et de Pontorson. 


Nous avons récemment contesté par voix juridique l’arrêté du 2 décembre 2014 des maires du Mont-Saint-Michel et de Pontorson qui acte cette interdiction… nous espérons que le Tribunal administratif de Caen nous donnera raison, affirmant que le vélo au Mont n’est pas une question technique mais bien politique… 
De fait, l’expérience acquise depuis trois ans, ne faisant apparaître aucun accident impliquant les vélos, vient attester que la présence du vélo au Mont, toute l’année et sans restriction, dépend d’une décision politique qu’il appartient maintenant à nos élus, qui font tous la promotion du vélo comme un moyen de locomotion doux, de faire valoir.


Ce sont à nos élus, en particulier au Président de la région Basse-Normandie, Monsieur Laurent Beauvais, de nous dire pourquoi l’Etat se refuse à reconnaître que le vélo au Mont n’est pas un « problème ». Pourquoi en effet l’Etat ne veut pas du vélo au Mont-Saint-Michel alors que les périodes d’essai ont montré que le vélo a sa place au Mont ? Doit-on penser que l’Etat a choisi de satisfaire la tranquillité de la société filiale de Véolia, Transdev, qui assure la gestion des navettes permettant l’accès au Mont-Saint-Michel ? Ou est-ce que Transdev voit un manque à gagner de savoir le Mont accessible aux cyclistes ?

 
Pour obtenir une réponse à ces questions, pour soutenir l’accessibilité vélo du Mont-Saint-Michel et, plus largement, le développement des moyens de locomotion doux, Vélocité et les ligues de cyclotourisme de Basse-Normandie et de Bretagne vous invitent à nous rejoindre dans notre démarche en faveur du vélo au Mont en signant la pétition « Pour le vélo au Mont toute l’année et en toute liberté ».

https://www.change.org/p/monsieur-yann-galton-monsieur-andr%C3%A9-denot-monsieur-laurent-beauvais-l-accessibilit%C3%A9-v%C3%A9lo-du-mont-saint-michel-toute-l-ann%C3%A9e-et-sans-restriction

 

Contact :  itinerairesavelo@gmail.com


La fontaine St-Michel à Paris


La voie verte Condé-sur-Huisne-Alençon


Cathédrale d'Alençon


Château de Carrouges

 

Cathédrale de Chartres



Vitrail de la cathédrale de Chartres



Moulin sur la Mayenne



La Loire à vélo près de Nantes




Château des Ducs de Bretagne à Nantes