A. Le plan de Théodore Davis, 1802

Les cartes et plans anciens sont un moyen privilégié de relever les conditions socio-économiques à une époque donnée. Le plan de Théodore Davies indique le nom de famille des premiers associés à s’établir dans le canton de Hull en 1802. Cette carte montre la tenure des lots au début du 19e siècle en Outaouais. 


Théodore Davies, Plan of part of the Township of Hull situated on the northerly side of the Ottawa River in the Province of Lower Canada. - 1802  - Fonds Ministère des Terres et Forêts; Cote : E21,S555,SS1,SSS1,PH.17A, Cartothèque, Centre d'archives de Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec. 



Théodore Davies, Plan of part of the Township of Hull situated on the northerly side of the Ottawa River in the Province of Lower Canada. - 1802  - Fonds Ministère des Terres et Forêts; Cote : E21,S555,SS1,SSS1,PH.17A, Cartothèque, Centre d'archives de Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec. 

Dès 1801, Philemon Wright procède au partage des lots de son canton. L'arpenteur, Théodore Davis, accomplit la tâche d'arpentage avec lui. Théodore Davies est originaire du New Hampshire et il fait affaires à Saint-André-d'Argenteuil. Outre ses activités d'arpenteur, il fait construire les écluses à Vaudreuil où il est copropriétaire d’un magasin à Pointe-Fortune en 1825. En 1827, il est nommé juge de paix et commissaire au Tribunal des petites causes en 1834. Il est registrateur du district de Deux-Montagnes dès le 25 novembre 1834. Il est élu député de la circonscription d'Ottawa à une élection partielle en mars 1832. En chambre d’assemblée, il n’hésite pas à appuyer le Parti des bureaucrates et à voter contre les 92 Résolutions[1].


Le plan Davies démontre le partage des lots selon un plan topographique du canton. Le nom des occupants est inscrit sur des lots rectangulaires. Chaque lot est de 200 acres. L'inscription des noms revient aux détenteurs de bail.Les rectangles colorés présentent les terres du clergé protestant en gris et celles de la couronne en rose. Le lot est couvert de cette teinte grise montrant distinctivement qu’elle est une terre réservée au clergé. Le lot de teinte grise au bas au milieu de la carte montre le lot 15. Le lot est cependant aussi marqué en jaune dont le sens de la couleur n’est pas écrit sur la légende.


Le plan Davies permet d’examiner le statut foncier des propriétaires des lots. Il se remarque rapidement que les McConnell détiennent les droits le lot sur le premier rang à l’ouest des chutes de la Chaudière. Il est possible d’y mesurer l’étendue de leur terre. Il devient évident que cette famille un associé d’influence dans la région. 


Il demeure que le nom d'Ithamar Day ne figure pas sur le plan Davies. L'article de l'encyclopédie biographique du Canada nous renseigne qu'il est arrivé en 1828. Il faut dire que Ithamar Day témoigne d'avoir payé les dus de son bail. Il a payé de plein droit le lot 15 selon son témoignage écrit de 1821. La pétition de Ithamar Day nous impressionne avec le nom du "Bishop of Montreal" dans le témoignage de son fils Charles Dewey Day. L'historique des revendications sur le 15 nous amène vers différentes contradictions très tôt dans l'histoire de l'Outaouais.  

Comments