1916




Du 29 décembre au 13 janvier 1916
Le 109ème régiment territorial d'infanterie va cantonner dans la commune de Mancy. Les hommes sont au repos.

 
Un épisode de la bataille de la Marne

 
Le 14 janvier 1916
Le régiment se déplace jusqu'à Violaine, commune d'Olizy-Violaine dans le département de la Marne.

 
 
Du 14 au 22 janvier 1916
Le 109ème va rester à Violaine .
Le lieutenant est logé dans une maison du village où habitent une dame et sa fille Jeanne qui a 18 ans. Etienne dort dans la grange, mais il rédige ses courriers à la table de la cuisine.
Jeanne va confectionner avec le papier à lettres d'Etienne un véritable chef d'oeuvre qu'elle appelle une faveur. Cet ouvrage magnifique figure à la rubrique "les plus belles correspondances". 

 

Du 23 au 30 janvier 1916
Le régiment va se déplacer à pied de Violaine dans le département de la Marne jusqu'à Saconin dans le département de l'Aisne.

 

La première étape les conduira le 23 janvier 1916 au soir jusqu'à Coulonges-en-Tardenois, aujourd'hui Coulonges-Cohan dans le département de l'Aisne.

 
 
Le 24 janvier au soir, le régiment atteindra la commune de Villemontoire dans le département de l'Aisne, où il restera jusqu'au 29 janvier 1916.

 
 


La dernière étape de ce déplacement va conduire la troupe jusqu'au village de Saconin dans le département de l'Aisne.
Saconin est situé à l'ouest de Soissons.

 
Soissons - La rue Saint-Rémy

 

Le 30 janvier 1916
Arrivés à Saconin, les hommes du 109ème régiment territorial d'infanterie vont cantonner dans le village jusqu'au 08 mars 1916.
Les camarades d'Etienne de la 7ème compagnie seront employés à des tâches matérielles à proximité des tranchées. Durant cette période, Etienne devra mettre en oeuvre ses talents de cuisinier pour les officiers du régiment.

 
Saconin - La rue principale


Du 08 au 19 mars 1916
C'est une période de repos pour le bataillon auquel appartient la compagnie d'Etienne. Le bataillon se déplace vers le sud de Soissons. Les hommes sont positionnés dans le village d'Hartennes, aujourd'hui commune d'Hartennes-et-Taux dans le département de l'Aisne.
Le lieutenant et Etienne sont logés dans une maison du bourg d'Hartennes.
Etienne va rencontrer Pauline une jeune veuve qui est employée comme 
bonne dans la maison où il loge.

 





Du 19 au 28 mars 1916

Etienne bénéficie d'une deuxième permission. Il rentre dans son village de Saint-Sorlin-de-Vienne.

 




Etienne va partir en permission de la gare de Vierzy, dans le département de l'Aisne. Au retour il fera une halte à Corbeil dans le département de l'Essonne. Puis il sera de retour à Vierzy le 30 mars 1916.
 
Corbeil



Du 31 mars au 30 avril 1916 
Le 109ème régiment territorial d'infanterie est en première ligne à Mercin.
Pour sa part Etienne fait une halte à Cravançon Commune de Chaudun dans le département de L'Aisne, du 31 mars au 03 avril, où il attend son patron (le lieutenant) qui rentre lui aussi de permission. Ensemble, ils rejoindront les tranchées à Mercin où ils resteront jusqu'au 30 avril.

 
Mercin - Le château

 
Du 30 avril au 03 juin 1916
C'est une longue période de repos pour le 2ème bataillon qui retrouve le village d'Hartennes.
Etienne va retrouver Pauline et une véritable amitié va se nouer entre eux. 
Cet épisode du parcours d'Etienne fait l'objet d'un chapitre complet dans le livre "Des lettres pour apaiser les maux".

 


 
Du 03 au 18 juin 1916
Le régiment d'Etienne remonte au front.
Les soldats vont occuper les tranchées dans le secteur de Mercin.


 
Mercin - La gare


Les 19 et 20 juin 1916
Le 109ème territorial amorce un déplacement vers l'Est. 
Une première halte a lieu à Vignolles au sud de Soissons.
Le 21 juin le régiment prend le train en gare de Vierzy dans le département de l'Aisne pour une destination qui n'est pas connue des soldats.

 

Le 21 juin 1916 
Dans l'après-midi, le régiment arrive à la gare de Bar-le-Duc dans le département de la Meuse. Le soir il cantonne à Vavincourt dans le département de la Meuse. Pour la troupe il n'y a plus de doute, la nouvelle destination est Verdun !

 

Le 23 juin 1916
Les troupes sont déplacées en automobile jusqu'à Ville-sur-Cousances dans le département de la Meuse.
 
 



Du 24 juin au 05 juillet 1916
Depuis Ville-sur-Cousances, les hommes du 109ème territorial sont chargés de ravitailler les zones où les combats font rage autour de Verdun.

 
Verdun

 
Du 06 au 20 juillet 1916
Le lieutenant, Etienne et une dizaine d'hommes sont affectés avec des troupes du génie en première ligne à Esnes-en-Argonne dans le département de la Meuse.
Ils ne combattent pas mais ils sont directement sous le feu. Leur mission est d'entretenir les boyaux et d'acheminer le matériel et les matériaux nécessaires.
Ils occupent les caves basses de plafond et humides des ruines du village d'Esnes-en-Argonne.

 

Esnes-en-Argonne
 

Le 20 juillet 1916
Pour le 109ème, l'ordre de quitter Verdun arrive enfin !
Etienne et son groupe vont se déplacer à pied jusqu'à jusqu'à Récicourt dans le département de la Marne, en passant par la commune de Montzéville.


 
Verdun

 

Le 21 juillet 1916
Le régiment est déplacé en train jusqu'à Châtrices dans le département de la Marne, où il va rester une seule journée.


 

Le 22 juillet 1916
Le 109ème régiment territorial d'infanterie est déplacé en train de Châtrices dans le département de la Marne vers Fismes dans le département de l'Aisne

 
 



Du 23 au 25 juillet 1916
Le régiment reste à Fismes.


 
Fismes - La gare




Les 25 et 26 juillet 1916
Déplacement jusqu'à Maizy dans le département de l'Aisne, puis jusqu'à Blanc-Sablon commune de Craonnelle dans le département de l'Aisne.
Le 109ème rejoint un autre front célèbre : Le Chemin des Dames.


 
Chemin des Dames



Du 27 juillet au 07 août 1916
Les soldats du 109ème sont au repos. Ils cantonnent dans les bois, autour du château du Blanc-Sablon sur la commune de Craonnelle.


 
 
Du 08 au 30 août 1916
Les soldats de la 7ème compagnie montent dans les tranchées de première ligne à Vassogne dans le département de l'Aisne.
Les hommes travaillent la nuit, ils creusent de nouvelles tranchées et de nouveaux boyaux.
 
 
 
Du 30 août au 15 septembre 1916
Le lieutenant et Etienne sont affectés à Maizy dans le département de l'Aisne, le lieutenant commande une compagnie de mitrailleurs.

 

Le 11 septembre 1916
Le 2ème bataillon du 109ème régiment territorial d'infanterie est dissout.
 
 

Du 15 au 26 septembre 1916
le poste de commandement de la compagnie de mitrailleurs est positionné à Beaurieux dans le département de l'Aisne.

 
 


Le 26 septembre 1916

Le lieutenant et Etienne quittent Beaurieux vers 13 heures, le soir ils mangent et ils dorment à Fismes.

 
Fismes - L'église

Le 27 septembre 1916
Nouveau déplacement en tramway de Fismes à Dormans dans le département de la Marne. Le soir, ils dorment à Vincelles dans le département de la Marne.

 
 
Le 28 septembre 1916
Le lieutenant et Etienne rejoignent le 109ème à Champvoisy dans le département de la Marne.
Etienne restera à Champvoisy jusqu'au 05 octobre 1916

 




Du 05 au 13 octobre 1916
Etienne est en permission.
Pour la troisième fois depuis le 02 août 1914 il retourne dans son village de Saint-Sorlin-de-Vienne.
 
 

  
 
Les 13 et 14 octobre 1916
C'est le voyage de retour de permission.
Etienne effectue des changements de train à :

 
 



Lyon

 






 
Corbeil

 





Paris

 

 
Le 14 octobre 1916
Etienne arrive à Dormans, mais son régiment est parti vers Château-Thierry dans le département de l'Aisne.

 
 
Le 15 octobre 1916
Vers midi, Etienne arrive à Château-Thierry.
Son régiment a quitté cette ville pour Mareuil-sur-Ourcq.

 
 


Du 16 octobre au 02 novembre 1916
Etienne est à Mareuil-sur-Ourcq dans le département de l'Oise. Le régiment fait des manoeuvres.

 
Mareuil-sur-Ourcq

 
Le 03 novembre 1916 
Le 109ème RIT arrive à la gare de Longueau près d'Amiens dans le département de la Somme.

 
 
Du 03 au 13 novembre 1916
Le régiment est en attente dans le village d'Oresmaux dans le département de la Somme.

 
 
Le 13 novembre 1916
Le régiment est transporté dans un secteur géographique compris entre les villages de Cappy, Frise, Eclusier et Herbécourt dans le département de la Somme.
Etienne est avec le lieutenant au poste de commandement. Ils restent dans ce secteur jusqu'au 17 novembre 1916.

 
 
Du 17 au 21 novembre 1916
Le poste de commandement s'installe à Frise.

 

Du 22 au 28 novembre 1916
Le poste de commandement est dans le village d'Eclusier.
 
 
 
Du 28 novembre au 17 décembre 1916
Le poste de commandement est à nouveau installé dans le village de Frise.

 





Le 5 décembre 1916
C'est le drame. Pierre l'ami de naissance d'Etienne est tué par un obus tombé sur son abri.

 

 
Du 17 décembre 1916 au 04 janvier 1917
Le régiment trouve un peu de repos dans le village de La-Motte-en-Santerre dans le département de la Somme.