Le Centre Jacques Brel d'Outreau

 
 

Centre social et culturel Jacques-Brel, 77 bis boulevard de La Liberté,

 62230 Outreau, 03 21 80 27 82.


Les activités du Centre Jacques Brel
Centre Jacques Brel, 77 bis Bd de la Liberté. 62230 Outreau. Renseignements au 03.21.80.27.82.

--------------------------------------------------------------------------------------
Recherche documents et photos sur les clubs de foot du Boulonnais
pour création d’une expo

Dans le cadre de l'Euro 2016, le Centre culturel et social Jacques Brel d'Outreau a souhaité participer à cette grande fête du football. Du 3 au 14 mai 2016 sera donc organisée une exposition consacrée aux clubs de foot du Boulonnais (USBCO et sa devancière l'USGB, Stade Portelois, Eclair Neufchâtel, As Outreau...).
Pour réaliser cette exposition, nous allons nous appuyer sur les clubs, d'anciens joueurs, des bénévoles, des supporters... Durant cette quinzaine seront exposés différents panneaux et objets relatifs à l'histoire de ces clubs.
Si vous souhaitez témoigner ou apporter documents ou objets relatifs à l'un de ces clubs (tickets de match, fanion, ballon, maillot...), contactez Jérôme ou Bernard au 03 21 80 27 82 ou à l'adresse mail suivante : centrejacquesbrel@orange.fr

 
Découvrir le site de Vincent BERNARD ( mon neveu ) Hommage à Jacques BREL
 Connaître Jacques Brel photos, commentaires, archives, films, vidéos interviews, photos et cartes postales inédites c'est ici : Brel
 
Madame Danielle MITTERRAND au Centre Jacques BREL d'Outreau en octobre 1987
Discours de Roger DERNONCOURT en présence de Jean Marie François maire d'Outreau de 1983 à 2005
 

Danièle Mitterrand était venue en visite à Boulogne, Outreau et le Portelen octobre 1987 pour sa fondation France-Libertés

mercredi 23.11.2011 - La Voix du Nord

 Paul Barbarin, maire PS du Portel, montre à Danièle Mitterrand les costumes traditionnels portelois. Paul Barbarin, maire PS du Portel, montre à Danièle Mitterrand les costumes traditionnels portelois.

|  SOUVENIR |

C'était le vendredi 23 octobre 1987, Danièle Mitterrand était en déplacement ...

officiel dans le Boulonnais en tant que présidente de la fondation France-Libertés. Elle sera reçue par Guy Lengagne, Jean-Marie François et Paul Barbarin dans leurs mairies respectives à Boulogne, Outreau et Le Portel. « Nous avions fait une réunion dans la salle des Annonciades à la bibliothèque, se souvient Guy Lengagne. Claude Wilquin, le maire de Berck, était là. Il connaissait très bien Danièle Mitterrand, elle était la marraine républicaine d'un de ses enfants. » La première dame s'était également rendue à Outreau. « Je crois que la secrétaire générale de sa fondation était une sous-préfète originaire d'Outreau, » souligne Guy Lengagne.

Danièle Mitterrand avait visité le centre Jacques-Brel dont le directeur était Guy Vasseur, par ailleurs un des fondateurs de l'antenne locale de France-Libertés. Ce comité relais lui avait présenté ses deux projets à Boulogne : un regroupement de manuels scolaires et de livres pour les enfants du tiers-monde ainsi que l'ouverture d'une maison d'hébergement d'urgence et temporaire. « Nous avions trouvé un bâtiment en haute-ville, rue du Puit-d'Amour, explique Guy Lengagne. Mais le projet a ensuite été abandonné par l'équipe Muselet. »

« Une grande générosité »

L'ancien député-maire de Boulogne-sur-Mer garde « une grande admiration pour la générosité et la gentillesse de Danièle Mitterrand. Je ne l'ai jamais entendu dire du mal de quiconque. » Une générosité et un dévouement y compris dans sa famille. « Son fils Gilbert, qui était parlementaire, m'avait confié l'anecdote suivante à l'Assemblée. Danièle Mitterrand est restée des jours et des nuits entières au chevet de sa petite-fille quand elle a été victime d'un grave accident de voiture. Au-delà de ce que l'on peut attendre d'une grand-mère. Ça faisait partie de sa générosité. » •

FRÉDÉRIC VAILLANT   PHOTO ARCHIVES « LA VOIX »

 
Un timbre pour le 30ème anniversaire du centre Jacques BREL clic pour lire
 
           
 Le club guitare du centre Jacques Brel : inscription, horaires, numéro de téléphone
 

 

 

Un timbre pour fêter les 30 ans du centre Jacques-Brel

mercredi 28.09.2011- La Voix du Nord

 Guy Vasseur et Bernard Bocquet sont satisfaits de la sortie de ce timbre, inspiré du pin's qui avait été réalisé pour les dix ans. Guy Vasseur et Bernard Bocquet sont satisfaits de la sortie de ce timbre, inspiré du pin's qui avait été réalisé pour les dix ans.

| OUTREAU |

Sur une idée de Daniel Deschepper, membre du conseil d'administration,

un timbre vient d'être édité à l'occasion du trentième anniversaire du centre culturel Jacques-Brel. « Je me suis inspiré du pin's qui avait été réalisé pour le dixième anniversaire, explique Bernard Bocquet, qui s'est chargé de la réalisation de la maquette. On y retrouve quelques activités phares comme la musique, la poterie, la palette de peinture, sans oublier la colombe car le centre est un lieu de paix et d'amitié ».Ce timbre adhésif pour lettre prioritaire de 20 grammes, à validité permanente, est vendu au prix d'un euro et cinquante centimes au secrétariat du centre et lors des différentes manifestations. •

Centre Jacques-Brel, boulevard de la Liberté. Tél. 03 21 80 27 82.


Exposition Pierre BEREGOVOY

 

Pierre Bérégovoy, né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime) et mort le 1ermai 1993 à Nevers (Nièvre), est un homme politique français. Il fut Premier ministre d'avril 1992 à mars 1993, sous la présidence de François Mitterrand.

En 1941 il travaille à l'âge de 16 ans pendant neuf mois à l’usine de tissage Fraenckel en tant que fraiseur. En 1942 il entre sur concours à la SNCF comme cheminot. Rencontre avec Roland Leroy. Il entre dans la Résistance via le groupe « Résistance-fer ».

 
Un mois après avoir quitté Matignon  Pierre Bérégovoy se suicide près de Nevers  le 1er mai 1993, sur la berge du canal de la Jonction. Retrouvé gravement blessé en fin d'après-midi le 1er mai 1993, il a été victime d'un traumatisme crânien causé par un tir de revolver. Les pompiers de Nevers, prévenus par téléphone à 18 h 18, arrivent sur place vers 18 h 22.D'abord transporté à l'hôpital de Nevers, il décède dans l'hélicoptère chargé de l'emmener à l'hôpital du Val-de-Grâce.

Ses obsèques ont lieu quelques jours plus tard à Nevers, en présence du président de la République et d'autres personnalités politiques françaises. Il est enterré à Nevers. L'enquête de police a conclu, de manière formelle, au suicide de Pierre Bérégovoy au moyen de l'arme de service de son officier de sécurité.

 

 
Le Centre Jacques Brel fête ses trente ans depuis le 17 mai et jusqu'au 4 Juin
 
 
L'anniversaire des 10 ans du Centre Jacques BREL avec la visite de sa fille France BREL
 
 
France BREL, Raymond SPLINGARD (Maire d'Outreau de 1952 à 1983 et Jean-Marie FRANCOIS  Maire d'Outreau de 1983 à 2005) lors de la visite de France BREL
photo de 1981 année d'ouverture du centre Jacques BREL d'Outreau
 
 
 
 mercredi 18.05.2011   Florence PÉCRIAUX  La Semaine dans le Boulonnais

Le centre Jacques-Brel fête son trentième anniversaire La philosophie du lien social Que ce soit par des ateliers aussi divers que variés, par le lieu ressource ou des temps forts comme les "journées du Faire Ailleurs", la phil

mercredi 18.05.2011   Florence PÉCRIAUX  La Semaine dans le Boulonnais

Ici, pas de virtuel à la Facebook. Le lien social est plus que réel. Il est la raison d'être du centre Jacques-Brel, il est ce qui anime ceux qui y travaillent et ceux qui participent à sa vie.

Et ça fait 30 ans que ça dure.
A l'occasion du trentième anniversaire du centre, une série d'événements sont prévus. De l'exposition qui retrace ces trois décades à la journée des "Faire Ailleurs", en passant par tous les ateliers, le point commun, c'est justement le lien social quel qu'il soit : provoquer la rencontre, créer des affinités, combattre l'isolement, faire renaître la solidarité, vivre ensemble, partager du temps, des activités, du plaisir, des émotions.
Guy Vasseur, directeur du centre depuis son origine raconte : « Cette année, par exemple, nous avons créé des ateliers éphémères pour créer nos "bêtises" autour du 1er avril, en préfiguration de la journée du "Faire Ailleurs". C'est l'occasion de rencontrer de nouvelles personnes. Et il arrive qu'au détour d'une conversation très décontractée, une personne se livre sur un problème, qu'elle trouve une oreille qui l'oriente vers le lieu ressource, vers un interlocuteur qui pourra l'aider. » Derrière la création d'un atelier comme celui de la danse country qui connait un vrai succès depuis l'an dernier, c'est à la fois répondre à une demande de loisir, donner une occasion aux participants de se retrouver, de partager une passion, de s'ouvrir à l'extérieur.
« De même, on relance un atelier photo, avec du numérique et de l'argentique. Quand on voit des jeunes revenir à l'argentique, ça a un sens ». Et que dire de l'atelier d'histoire locale ? « Un bulletin va à nouveau être régulièrement édité. Nous sommes sans doute le seul centre social au Nord de Paris à avoir édité des ouvrages, comme "Outreau d'hier et d'aujourd'hui" ou celui sur la Comilog, s'enorgueillit Guy Vasseur. Et il y a tellement à faire ! » L'intergénérationnel, c'est aussi une formidable dynamique qui se crée, lors des soirées au coin du feu, devenus des incontournables de la vie outreloise.
La reconnaissance, celle du travail, de l'implication, cela fait aussi partie de la philosophie du centre. « Quand on fait une validation des acquis par l'expérience, une attestation d'action bénévole ça peut permettre de décrocher un diplôme et tout ce que cela représente. » Guy Vasseur a recensé une trentaine de personnes anciens employés du centre à avoir su rebondir d'une très belle façon, sur le plan professionnel.« J'ai en mémoire une dame qui est arrivée comme dame de service en emploi aidé. Un jour, elle m'a demandé comment devenir agent administratif. Je lui ai parlé du concours, les agents du centre ont travaillé avec elle pour lui apprendre les notions nécesaires en secrétariat et autre, certains lui ont donné les épreuves de concours passé.
Elle a beaucoup travaillé par elle-même. Et elle a obtenu son concours du premier coup ! Bien sûr, c'est une réussite personnelle. Mais c'est aussi une réussite collective : tout le monde a été à ses côtés pour la soutenir dans sa démarche. C'est aussi ça notre rôle. » Et si la Ligue de l'enseignement, partenaire historique du centre s'investit dans ce trentième anniversaire, c'est aussi une façon de souligner que la "politique" de lien social du centre social outrelois répond à une préoccupation générale. « Quand ils nous disent qu'on est tout à fait représentatif de leur façon de concevoir le travail d'un centre social, c'est rassurant, c'est qu'on est dans la bonne ligne ! » poursuit le directeur.
Pour comprendre de façon plus concrète encore ce que signifie la philosophie du lien social, il suffit de prendre part aux manifestations du centre pour ses 30 ans.

Florence PÉCRIAUX   
La Semaine dans le Boulonnais
 
 
Photo de 1980 emplacement où se trouvent l'école Jacques Prévert er le centre Jacque Brel
 
 
  Les 10 ans du centre Jacques BREL d'Outreau  avec la visite de France la fille du chanteur auteur compositeur Jacques Brel ...de dos Mme Dernoncourt,  et Roger DERNONCOURT et Guy Lengagne
 
 
 Madame Dernoncourt France Brel et Roger Dernoncourt et Guy VASSEUR directeur du centre J.BREL
 
Le Centre Jacques BREL d'Outreau et le Boulevard de la liberté
 
 

 

Voix du Nord du Mardi 10 Octobre 1978 : La mort de Jacques BREL

 Jacques BREL est décédé le 9 octobre1978 à l'hôpital Avicenne de Bobigny
 
 
 La Tombe de Jacques BREL
 
Discours de France BREL lors des 10 ans de la création du Centre Jacques BREL
 
Photos du concours de Guénel au centre Jacques BREL année inconnue
 
 
 
 
 Concours de guénel dans la Salle Monborne
 
 
 
 
 
La grande salle du centre Jacques Brel où se déroulent les expositons s'appelle Salle MONBORGNE. Qui était MONBORNE ?
C'était en 1943, février et mars avaient été cléments ; il ne tomba pas une goutte d'eau du 26 février au 24 mars à Paris. L'hiver 1942-1943 n'avait pas été aussi doux depuis 1937... les 17 et 18 Avril on relevait 26° à St Quentin...C'était la période des vacances l'école était donc désertée des enfants qui aprés s'être acquittés de leurs besognes et il y en avait à cette époque, devaient jouer et les plus grands partis certainement aider dans les nombreux champs, pâtures et fermes...On m'a raconté que l'instituteur vivait dans le logement de l'école rue des Hauts Fourneaux et que son frère était là aussi...Le 20 avril un mardi Jean profitait du temps radieux pour s'installer dans le jardin, son frère était resté dans ses locaux...Quand soudain surgirent les bombardiers...L'école fut touchée et détruite et Jean fut tué ; son frère fut extrait des décombles et survécut. A la gare de triage le même jour pratiquement à la même heure c'était un écolier de16 ans qui fut aussi victime civile Germain PRUVOST qui habitait 257 rue des Hauts Fourneaux.
 
 
 
Extrait du site consacré à la ville d'Outreau Manihen hameau d'Outreau
 
Photos du Centre Jacques BREL sous la neige
 
 
 La façade du Centre Jacques Brel d'Outreau avec la fresque un jour de neige.
 
 
 
 Fresque de Jacques Brel d'Outreau photo prise du Boulevard de la Liberté
 
 
 
 
Vue sur le Centre Jacques BREL en juin 2004 et sur les travaux de la façade
 
Fredo Gaillard entrain de repeindre la façade en juin 2004
 
Le nouveau look du centre Jacques Brel en 2004
 

Source http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Brel

Jacques Brel, né Jacques Romain Georges Brel, le 8 avril 1929 à Schaerbeek, une commune de Bruxelles (Belgique), et mort le 9 octobre 1978 à Bobigny (France), est un auteur et chanteur Belge. Il était également acteur et réalisateur de films.

 Le 1er juin 1950, il épouse Thérèse Michielsen, dite « Miche », secrétaire dans une entreprise d'électricité, qu'il a rencontrée trois ans plus tôt dans la Franche Cordée. Le 6 décembre 1951 naît sa première fille, Chantal (car 1951 correspond à l'année où il commence à chanter).

1er juin 1953, il quitte la capitale belge pour se rendre seul à Paris appelé par Jacques Canetti. Sa famille ne lui coupe pas les vivres, mais le laisse se débrouiller seul en lui gardant une place dans l'entreprise familiale de cartonnerie. Son émigration est à l'origine du prénom de sa deuxième fille France, née le 12 juillet 1953.

En 1957, le second 33 tours reçoit le grand prix de l'Académie Charles-Cro et, fin 1958, année de naissance de sa troisième fille, Isabelle, c'est le succès à l'Olympia, en première partie ; puis il est tête d'affiche, créant Ne me quitte pas et La valse à mille temps à Bobino, fin 1959. Dès lors, les tournées s'enchainent à un rythme infernal,

Le 16 mai, Brel donne son dernier récital en France à Roubaix en 1967

 

Source http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Brel

 
 
 
free counters      free counters 
 

 
              
 
 
 
 

Comments