Patrimoine, Monuments et Edifices d'Outreau

 Retour site consacré à la ville d'Outreau Retour Site de Pascal BERNARD d'Outreau

La Croix Madame.

Le Calvaire de la Croix Madame est situé Boulevard Raymond  Splingard juste avant l'angle avec la rue Saint-Michel. Au siècle dernier c'était la voie d’Outreau à Equihen et il n'y avait que des champs et pâtures. La Croix Madame était dans les années 1860 une simple croix en pierre sur le terrain de la famille Dupont propriétaire.

La Croix Madame à Outreau

Les archives du diocèse d’Arras conservent une lettre de l’abbé Létendard, curé d’Outreau qui sollicite de Monseigneur l’érection d’un Calvaire destiné à remplacer une petite croix en pierre

«Le 8 octobre 1862. Procès verbal de la bénédiction solennelle  d’une croix.

Je soussigné Jules Létendard curé de la paroisse d’Outreau, en vertu des pouvoirs à moi accordés par Monseigneur  Pierre-Louis Parisis, Evêques d’Arras, de Boulogne-sur-Mer et de  Saint Omer, en date du 3 octobre  du présent mois, ai procédé à la bénédiction solennelle d’une croix due à la bonté de la famille Dupont, et érigée sur son terrain, à la place d’une petite  croix en pierre vulgairement appelée « Croix Madame ».

Monseigneur voulant favoriser et augmenter la dévotion des habitants de la paroisse d’Outreau doyenne de Samer a daigné sur notre demande accorder à perpétuité quarante jours d’indulgence chaque fois, mais une seule fois le même jour  aux fidèles de l’un et l’autre sexe, qui le dimanche le mercredi ou le vendredi visiteront le Calvaire  nouvellement érigé dans la dite paroisse, pourvu que vraiment repentante de leurs fautes il y récitent dévotement cinq fois le pater et l’ave pour les fins ordinaires de l’église. Sa grandeur a bien voulu encore accorder quarante jours d’indulgence aux nombreux fidèles tant de la paroisse que de toutes les paroisses voisine présentes à la cérémonie (il y avait au moins 9000 personnes).               Le sermon a été donné par monsieur l’abbé Denis vicaire de Capécure qui a vivement impressionné  son auditoire pendant une heure.»                                                                    Fait à Outreau et signé Jules Létendart curé d’Outreau

Calvaire de la Croix Madame

Dans son rapport du 8 octobre 1862 le curé d'Outreau Jules Létendart parle de 9000 personnes présentes à la cérémonie de la bénédiction de la Croix Madame sur la voie d'Outreau à Equihen...

La famille Dupont à La Salle hameau d'Outreau  était agriculteur et propriétaire. Louis Jules Dupont est né le 1er Octobre 1813 à Outreau fils de Pierre Dupont et de Marie Antoinette Dupont, il est décédé le 7 août 1878 à l'âge de 65 ans, il était célibataire, les déclarants sont son frère Jean Pierre Dupont 70 ans propriétaire domicilié à Bonningues, et son neveu Léon Boutroy cultivateur demeurant à Escalles.    

Sa sœur Marie Louise Joséphine Dupont  est née le 9 mai 1819 à Outreau et est décédée à Outreau le 26 octobre 1891; elle était célibataire comme son frère, rentière et propriétaire, les déclarants sont Victor Boutroy et Léon Boutroy, ses neveux.

Leurs parents étaientPierre Joachim DUPONT né le 2 mars 1781 à Coquelles 62239, décédé le 28 mai 1859 à Outreau à l’âge de 78 ans (acte N°14) fils de Pierre Joachim Dupont et de Marie Louise Quenet 

-Et Marie Antoinette Dupont née à  Audembert 62052 Pas de Calais le 8 février 1779 elle est décédée avant 1859 (Pierre Joachim était veuf comme mentionné dans son acte de décès) elle était la fille de Jean Dupont et Marie Madeleine Lecat. Ils sont mariés à Audembert le 9 juin 1807 à Audembert. (page 625 des archives en ligne de la commune d'Audembert cote 5 MIR052/2)

Carte postale d'Audembert au début du 20ème siècle.

Juste après leur mariage le couple Pierre Joachim DUPONT et Marie Antoinette Dupont s'installe à Outreau  où est né leur premier enfant Jules César DUPONT le 5 novembre 1809.

Carte postale de Coquelles au début du 20ème siècle.

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments%2Cedifies%2Cpatrimoines

Coquelles et son moulin carte postale au début du 20ème siècle. Moulin qui datait de 1813
Le moulin de Coquelles

Il existe quelques cartes postales éditées au début 1900 et qui indiquent " Le Calvaire de la Croix Madame au Portel" ; il s'agit d'une erreur la Croix Madame a bien été édifiée à Outreau à La Salle sur la propriété de la famille Dupont cultivateur et propriétaire qui vécurent ensuite de leur bien ; rentier et rentière comme indiqué dans les acte de décès...


La croix Madame à Outreau offerte par la famille Dupont

Le Calvaire d'Outreau dit "De La Croix Madame" sous la neige photo du 19 décembre 2009. 
Outreau Calvaire  neige 19.12.2009
Autre carte postale du Calvaire de la Croix Madame à Outreau postée au début des années 1900.

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments%2Cedifies%2Cpatrimoines

Dans son livre paru en 2009 "Des saisons bord de mer page "François Maspero" raconte une des sorties quand il passait ses vacances chez le professeur Clerc, son grand père maternel, quelques années avant la seconde guerre mondiale...Il parle d'un calvaire c'est celui de la Croix Madame.

des saisons au bord de mer de François Maspéro

" La promenade qu’il fait le plus souvent avec ses cousins, accompagnés d’une grande personne , c’est sur la route qui passe devant la maison et mène au village de pêcheurs (L'auteur  parle d'Equihen). Ils ne vont pas loin. Ils emportent le goûter et s’installent sur un petit tertre au pied d’un grand calvaire, face aux prés qui s’étend jusqu’à la mer. Mais de là on ne l’aperçoit pas. Seuls  sont visibles les champs de blé et les ondulations vertes et rases où errent des moutons. On les appelle des moutons de pré-salé, parce que, lui a t’-on dit, le vent du large sale l’herbe et donne un goût particulier à leur viande. Le calvaire est hideux : un christ peint en jaune y est condamné à la crucifixion perpétuelle et à la rouille. Un serpent verdâtre s’enroule autour du pied de la croix d’un brun sinistre.Chaque été, à la fête de l’assomption, quand on sort la statue de la Vierge pour la promener en chantant des Ave Maria, la procession va jusqu’au calvaire. Au village de pêcheurs , il ne va jamais. Cela reste une contrée lointaine."

Un serpent s’enroulait autour du pied de la croix Madame comme on le voit sur une ancienne carte postale, durant la seconde guerre mondiale la croix avait été brisée au pied, le Calvaire  il fut donc "reconstruit "ensuite....Un morceau du socle avec le serpent se trouve au centre Jacques Brel...

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments%2Cedifies%2Cpatrimoines

Lors de la restauration du Calvaire de la Croix Madame d'Outreau en 1850, le serpent posé sur le socle, qui "s'enroule"   au pied du Calvaire, a été remplacé par un petit muret de pierres formant un cercle. Le socle original avec le serpent se trouve au Centre Jacques Brel d'Outreau..

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments%2Cedifies%2Cpatrimoines

La tempête de janvier 1990 avait elle aussi causé d'importants dégât, il fut rénové et réinstallé par les services municipaux de la ville d'Outreau.

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments%2Cedifies%2Cpatrimoines

l'église Saint Wandrille d'Outreau carte postale colorisée au début des années 1900.

Outreau l'Eglise carte postale colorée

l'église Saint Wandrille d'Outreau

L'entrée d'Outreau par la Verte Voie carte postale vers 1920

La Tour du château de Jules Lonquety qui servait aussi de château d'eau  construite vers 1886. L'ancien kiosque à musique construit vers 1970 sur le blockhaus qui fut ensuite détruit par dynamitage en février 1991; et le C.E.S Albert Camus d'Outreau inauguré en 1965.

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines 

La petite place Jean Jaurès ( actuel IUFM ) vue sur les logements de fonctions de l'écoles Jean Jaurès ; sur la gauche il y avait le baraquement qui a servi de foyer aux personnes âgées et de cantine provisoire pour les écoliers. Toujours sur la gauche le bâtiment avec une " figure" qui était réalisée en fer forgée " le club de boules lyonnaises de l'APBO. Merci à Joël pour l'info ;)

Inauguration du Calvaire à Outreau le dimanche 15 avril 1900, compte rendu de la cérémonie relaté dans l' article du journal La Croix du jeudi 19 avril 1900.

Il est écrit dans l'inventaire des Monuments historiques et bâtiments protégés d'Outreau  que cette croix a été offerte par Jules Lonquety en1900 en remplacement d'un ancien calvaire."
 Jules Lonquety est décédé le 29 juin 1897 en sa demeure à Outreau ; en 1900 il n'y avait plus qu'un héritier son fils Maurice né le 13 mars 1859, mariée à Marguerite Catherine Chopinet... Jules Lonquety a fait don d'une partie de ses biens à " l'église..."

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

Le Calvaire fut restauré en 1913 par Paul Goeusse, puis en 1943 par son fils Mr Robert Goeusse.

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

Le Calvaire rue Jean Jaurès  ancienne rue du Calvaire)  photo de 1932 lors de l'inauguration des bains douches


Le tombeau de la famille Fauquembergue-Sauvage est classé dans l'inventaire général du patrimoine culturel des Monuments et bâtiments historiques d'Outreau.

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

 Voici la terrible histoire qui frappa cette famille.

le mercredi 10 juillet 1907, madame Fauquembergue  après envoyé l'ainé de ses 3 enfants Abel à l'école se rendit à l'économat du chemin de fer et laissa sous la surveillance de son mari ses deux autres enfants. C'est alors qu'occupait au jardin Mr Fauquembergue aiguilleur au chemin de fer, entendit deux bruits sourd... C'étaient ses deux enfants qui venaient de chuter de 8 mètres de leur chambre, rue du Mont Neuf. Robert Fauquembergue âgé de 6 ans et 9 mois mourut sur le coup à 11H00 comme indiqué sur l'acte de décès.
Maurice Fauquembergue âgé de quatre ans décéda à 12h30 comme indiqué sur l'acte de décès.

Article du journal l'Impartial de juillet 1907 relatant le drame de la famille Fauquembergue rue du Mont Neuf à Outreau.
https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

Sépulture à Outreau de la famille Fauquembergue-Sauvage, réalisée par Achille Blot (sculpteur).
https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

Le jeudi 21 novembre 1907, tandis que Mr Fauquembergue se recueillait sur la tombe de ses deux enfants décédés tragiquement le 10 juillet 1907, son épouse "qui avait perdu la tête", pendit leur fils Abel âgé de 8 ans puis après avoir tué le chien, elle se suicida.
C'est en rentrant du cimetière que Mr Fauquembergue découvrit l'horrible drame comme le relate l'Impartial du 22 novembre1907.
L'acte du décès de madame Fauquembergue née Sauvage âgée de 41 ans  fut dressé le 22 novembre 1907 (acte n°80). Celui de son fils Abel 8 ans fut dressé le 23 novembre 1907 acte n°81

https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines 

  Trois ans après, Mr Fauquembert qui avait vu disparaître toute sa famille dans de terribles circonstances et suite à un courrier qui le révoquait de ses fonctions aux chemins de fer, se suicida le 20 octobre 1910 en adressant une lettre à ses proches comme quoi il ne supportait pas sa révocation. Le rapport de police mentionne " qu'à 11h00 du soir Mr Edouard Fauquembergue a été retrouvé mort à son domicile 39 rue des Vieillards à Boulogne-Sur-Mer, après avoir calfeutré les fenêtres et débranché le  tuyau du poêle dans lequel il avait mis du charbon de bois. L'acte de décès fut  rédigé lendemain à la mairie de Boulogne -Sur-Mer.

Les noms de la famille Fauquembergue-Sauvage gravés sur la sépulture. 
https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

Plaque d'inscription en bas du monument: Edouard Fauquembergue 1874-1910
Il est décédé le 20 octobre 1910 à 11h00 du soir 39 rue des vieillards ; acte n°654 du 21 octobre 1910. Il est né le 22 mars 1874 à Boulogne-Sur-Mer.
     https://sites.google.com/site/outreau2/momuments,edifies,patrimoines

La petite gare à Outreau.

https://sites.google.com/site/outreau2/

En bas à droite de la carte postale : l'église de Capécure...
 Le quartier de Capécure qui a appartenu à Outreau jusqu'en février 1835

CAPECURE fut détruit pendant les bombardements de la seconde guerre
Carte postale de l' église St Vincent de Pau de Capécure vers 1950.

La ferme Fayeulle à La Salle hameau d'Outreau. Vers 1850- cette ferme "caractérisée" par l'architecture de ses deux porches d'entrées- fut exploitée par les famille Chivet puis Fayeulle  et Delattre-Fayeulle et leur fils Paul Delattre.

Christian Fayeulle était l’arrière grand-père de Monsieur Paul Delattre dernier exploitant. Vers le début du 20ème siècle Christian Fayeulle occupait la ferme...Ses deux fils Louis et Jules lui succédèrent. La fille de Jules Fayeulle se maria avec monsieur Delattre et en 1954 leur fils Paul Delattre reprit à son tour l’exploitation et cessèrent leurs activité en1996 ; la ville d’Outreau exerça le droit de préemption et les bâtiments servent d’entrepôt et de locaux pour les serres et services techniques. Photo de la famille FAYELLE au début du 20ème siècle.   

Louis Fayeulle le frère de Jules était propriétaire et exploitant de la ferme rue Pantigny, route d'Equihen à l'époque. Cette ferme était devenue " l'Aumônerie" elle appartient maintenant elle aussi devenue la propriété de la commune d'Outreau...
Carte postale de la ferme de la Salle exploitée par la famille Fayeulle

Vue sur l'intérieur de la ferme et quelques bâtiments
Vue sur les deux entrées de la ferme Fayeulle au hameau de la Salle à Outreau

La deuxième entrée dont l'architecture est semblable à l'entrée principale, et vue sur l'habitation de la ferme

Témoignage de Mr et Mme Paul Delattre :
Le 8 septembre 1943 lors des bombardements aériens sur Le Portel et alentours, vers 16H30 plusieurs bombes frappèrent les prairies près de la ferme tuant une grande partie du bétail qui s'y trouvait ; quelques heures plus tard vers 20H30 une nouvelle attaque eut lieu continuant de raser Le Portel et c'est ce soir là que la ferme fut détruite...
C'est en entendant le bruit des avions qui arrivaient que Mme Delattre née Fayeulle, la mère de Mr Paul Delattre, qui se trouvait dans la cour, cria " tout le monde à l'abri à la cave" ; ce qui sauva la vie à toute la famille ainsi que des voisins venus s'abriter...
C'est vers 1954 que la ferme fut reconstruite au même endroit et toujours exploitée par Mr et Mme Paul Delattre jusqu'à leur retraite. Cette ferme appartenait à la famille Sauvage Boudrois, acquise par la commune en 1996.
Photo aérienne de l'ancienne ferme Delattre devenue les serres municipales


Autre carte postale de la ferme Fayeulle Delattre vers 1920

Entrée de la cour de la ferme vers 1900 avec certainement sur la photo un fils Fayeulle

 La salle le Tihen


Halte au Tramway au lieu dit " l'ave Maria" à Outreau " la petite Gare" et la rue Hippolyte ADAM.


Halte au Tramway au lieu dit " l'Ave" Maria" à Outreau

Parcours du Tramway à partir de la place Dalton jusqu'au Portel avec Halte à Outreau.

La petite Gare d'Outreau

 
 La petite gare et la ligne du tramway traversant Outreau près de la rue H.ADAM


Ecole maternelle du Biez devenue école Saint Exupéry inaugurée en 1935 et vue sur une partie du parc du château Lonquety

Une partie de la cours de l'école du Biez et autre vue sur le parc du château Lonquety


Vue aérienne Outreau vers 1950..Cliquez et zoomez sur l'image pour visualiser en gros plan...
Sur la droite on peut apercevoir l'école Paul Bert dont le bâtiment du bas n'est pas encore construit il le sera en 1956...On aperçoit aussi le parc du château Lonquety et la tour...Les cités provisoires du Biez.
L'ancienne mairie, la toiture de la salle des fêtes qui est en  réalisation...ect...

Carte postale de l'entrée de l'église par le cimetière d'Outreau. Carte voyagée en 1907



Vue sur l'intérieur de la ferme de la Tour du Renard
Le "château des Mazurettes"  qui s'appelait autrefois le Manoir de Battinghem

Carte postale de l'époque du Manoir de Battinghem

La ferme de Battinghem d'Outreau fut construite au XIV ème siècle appelé par la suite la ferme des Mazurettes
Carte postale colorisée de la ferme de Battinghem

 

Vue sur le cimetière au début du 20ème siècle entrée par la rue de l'Egalité

Au début du 20ème siècle l'ancienne mairie et le bureau d'octroi se trouvaient rue de l'Egalité cette rue porte toujours le même nom

Sur la photo de l'ancienne mairie rue de l'Egalité quelques renseignements sur les personnes photographiées, à gauche le garde champêtre de cette époque Monsieur Etienne JUSTIN, la jeune dame assise sur le muret sa fille Alida JUSTIN secrétaire.

 
 
 
 

Tableau représentant la Tour du château de Jules Lonquety  qui servait aussi de château d'eau fut construite vers 1886. Le château fut  construit vers 1860 .
               
 et photo des années 1970   représentant la Tour du château de Jules Lonquety
           

 Le café de la place en 1927 dont les propriétaires étaient la famille Loeuillette ; l'étage sera réalisé en 1930 cette date est toujours indiquée sur le café tabac de la place d'Outreau...

Le cimetière d'Outreau et l'église carte début 1900

Ferme de Monsieur et Madame DUMONT à Outreau à La Salle

 Manoir de Battinghem à droite la Ferme de Battinghem, aujourd'hui traversés par la rue Condorcet

 
La rue Condorcet à Outreau
Connaissance de Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, né le 17 septembre 1743 à Ribemont et mort le 29 mars 1794 à Bourg-la-Reine est un philosophe  mathématicien et politologue français
Condorcet MORT EN PRISON A BOURG LA REINE EN MARS 1794... photo du monument
 
 
La ferme de Battinghem appelé ensuite la ferme des masurettes

La ferme de Battighem, ferme des Masurettes patrimoine d'Outreau

 
Vue de La ferme de Battinghem avant la seconde guerre mondiale
En 1877 est décédé dans sa ferme de Battinghem à l'âge de 69 ans  Henri MOREAU DE VERNICOURT, célibataire ; frère de Armant MOREAU DE VERNCICOURT 70 ans propriétaire et cousin germain du côté parternel de Firmin DAGUEBERT 71 ans propriétaire et maire d'Outreau en cette année...
 
château des Masurettes un jour de neige à Outreau
 Manoir des Masurettes appelé aussi château des Masurettes photo des années1950...
 
 Vue actuelle sur le Manoir de Battinghem

Vue sur le Manoir de Battinghem appelé par la suite le château des Masurettes
 
 Certainement une ancienne chapelle dépendante du manoir de Battinghem

 

François Maspéro auteur du livre " Des Saisons au Bord de la Mer "est le  petit fils du professeur Clerc côté maternel... Découverte de la famille... le tombeau de la famille ADAM-PERROCHAUD- CLERC Le buste de PERROCHAUD fondateur des hôpitaux de Berck-Plage( avec son gendre Henri Cazin frère du peintre Jean-Charles CAZIN et connaissance de toute la famille et ces personnalités

Le 17 juillet 1898 à Outreau se marient  Pierre Antonin CLERC et Eve Jacqueline ADAM
ils eurent deux filles dont  Hélène Clerc mariée à Henri Maspero, né à Paris Ve le 15 décembre 1883 et mort en déportation au camp de Buchenwald  le 17 mars 1945 était  un sinologue
Information : source http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/deportes/complement.php?id=8041
MASPERO
Henri Paul Gaston
MASPERO Né le 15/12/1883 à Paris 5e (75) - Arrêté avec son épouse, Helène CLERC, sur des soupçons de terrorisme - Matricule: 77489 à Buchenwald - Déporté une première fois le 20/05/1941 à Sarrebruck - Sinologue - Membre de l'Institut - Professeur au collège de France - Chevalier de la Légion d'Honneur & médaille de la Résistance - Fils de Gaston Camille Charles MASPERO - Cité dans le "Livre Mémorial des Déportés de France" de la F.M.D. Tome 3 P 173
 
Convoi du : 15/08/1944
Au départ de : Paris (75) Gare de Pantin
A destination de : Buchenwald (Allemagne)
 Date du décès : 17/03/1945
 Lieu du décès : Buchenwald (Allemagne)
 Source : J.O.R.F. n° 248 du 24/10/1993
 Référence n° : D-8041 Information :
 
 
 La Pleureuse à Outreau oeuvre sculptée par Marie CAZIN ( née Marie GUILLET (décédée à Equihen-Plage en 1924) et marié avec le  peintre Jean Charles CAZIN (1840-1901)
Le professeur Pierre Antonin CLERC dont la fille Hélène fut déportée, son beau fils Henri Maspéro mort en déportation et son petit fils

Volontaire de la 3eme armée américaine Né le 21/02/1925  Mort à 19 ans  le 08/09/1944 mort au combat. Son autre petit fils est éditeur, traducteur et écrivain, auteur de nombreux livres.

Le professeur Antonin CLERC est décédé à Outreau le le 6 septembre 1954 dans sa demeure 40,rue d’Equihen devenue rue André Pantigny.   Le Professeur Clerc était Officier de la Légion d’Honneur.
 
Acte de décés à Outreau du professeur Clerc du 6 septembre 1954  
 

François MASPERO le petit fils du professeur CLERC
 
En bleu et en italique source : L'homme qui relie | La-Croix.com 
 
François Maspero, éditeur proche du gauchisme français durant les années 1960-1970, est passé à l'écriture tendue, sensible, secrète à partir de 1984, avec Le Sourire du chat, roman qui livrait les clés d'un passé familial saccagé par l'occupation nazie. Il y revient en un diptyque brossant une jeunesse dans une maison de vacances du Boulonnais (Outreau ?), puis peignant un âge mûr, celui d'un être devenu père, passionné par la passion de sa fille pour un havre (Belle-Île ?) posé sur l'océan.

La maison de vacances se trouvait bien à Outreau route d'Equihen aujourd'hui rue Pantigny et la demeure  du professeur Clerc où se trouve actuellement le lycée Clerc...

Tout se passe à la troisième personne du singulier, ce « il » à la fois frémissant et figé, qui induit un âpre bras de fer entre la confidence et la distance, le souvenir et sa transfiguration, la nostalgie et la littérature ; tout ce qui pousse Maspero à préciser dans une note finale : « Même si les personnages de ces récits sont, pour une grande part, nés de l'imagination de l'auteur, toute ressemblance avec des personnes qu'il a connues et aimées ne saurait être non plus totalement fortuite. »

Voici donc un garçonnet qui, avant de partir à motocyclette sur les routes, empruntait le train depuis Paris : « La locomotive mettait un temps infini à s'arracher des gares et à prendre de la vitesse. » Quelque quatre heures plus tard, il était au jardin, où son grand-père médecin colossal se montrait aérien en chassant le papillon muni d'un filet approprié.

Tous les repères sont là, dont « la seule personne avec qui il se sente vraiment bien », le frère aîné. L'Histoire se précipite. Le garçonnet imite dans son bain le chancelier Hitler entendu à la radio ; la Wehrmacht déjà envahit la France ; les parents sont tués en déportation et le frère fusillé sur le sol national.

Ses parents seront déportés, son père Henri Maspero décèdera au camp de Buchenwald le 17 mars 1945. Sa mère Hélène Maspéro née Clerc survivra. Le frère aîné de François MASPERO Jean. né le 21/02/1925  est Mort  Pour La France à 19 ans  le 08/09/1944, il  sera tué au combat  - Médaille de la Résistance. Dans ses ouvrages François MASPERO parle de sa famille, notamment dans " le Sourire du chat", dans son livre des saisons au bord de la mer, il raconte les souvenirs d' une partie de son enfance  avant la seconde guerre mondiale, cela se passe dans la maison familiale d'Outreau, celle du professeur CLERC où est installé le lycée depuis 1975, lycée du Professeur Antonin CLERC, cardiologue, grand-père maternel de François MASPERO. Recherches et commentaire de Pascal BERNARD d'Outreau.

Le garçonnet François MASPERO parle de son grand-père maternelle le professeur Antonin CLERC

Après 1945, le grand-père a perdu son énergie vitale dans une maison qui tient à peine debout. L'orphelin se mure mais veille l'aïeul jusqu'à son dernier souffle : « Ce qui terrifie, ce n'est pas la mort qui vient, c'est la vie qui refuse de partir, qui s'accroche comme une bête méchante toujours prête à mordre chaque parcelle du corps. »

Le grand père Antonin Clerc  revient dans sa demeure d'Outreau, maison qui tient à peine debout ; Outreau fut rasé au deux tiers par plus de 400 bombardements durant la seconde guerre mondiale. François Maspero revient à Outreau en 1954 au chevet de son grand-père maternel le professeur Clerc qui décèdera le 6 septembre 1954. Dans son livre il soulignera les dégâts qu'a subits  la ville ( Outreau) où enfants il passait ses vacances avant la guerre, parlera des cités Provisoires qui pour du provisoires durèrent longtemps tellement notre ville fut anéantie...

Dans son ouvrage des Saisons au bord de mer jamais il ne cite Outreau, mais en lisant son livre on reconnaît facilement les endroits...Le Calvaire ( La Croix Madame), la route d'Equihen,

                                                                                                

 la plage du Portel, le village de pêcheurs d'Equihen. Le grand port, Boulogne Sur-Mer... La Pleureuse au cimetière d'Outreau

Deuxième partie, dans une île au large de la Bretagne, où l'homme enchaîné dans de tels souvenirs voudrait transmettre des clartés à sa fille mais reproduit les ombres. Une naissance n'est pas une délivrance. « Il fallait à la fois savoir rêver la vie et admettre que cette vie ne serait jamais telle qu'on la rêvait. » Sur ce bout de terre rédemptrice, rien n'empêchera que le passé simple n'abatte sa herse entre le père et la fille. Faute de quoi au juste ? C'est la question de ce récit délicat, révolté, las et vibrant, composé par un éludeur admirable. ANTOINE PERRAUD

Page 84 du livre" des Saisons au bord de la mer" de François MASPERO parlant de l'enterrement de son grand-père maternel le professeur Clerc et de la Pleureuse monument mortuaire de la famille

"De la maison à l'église, derrière le corbillard, le trajet est court pour le cortège. L'église est pleine, nombreux sont ceux venus du Bourg. A la sortie, une file interminable se forme pour les condoléances. Il serre la main d'inconnus qui passent devant lui en murmurant de vagues formules. On a ouvert la dalle du caveau. Jamais cette pleureuse monumentale qui surmonte et domine les autres tombes ne lui a paru aussi écrasante, comme si, même dans la mort, cette famille avait voulu jadis affirmer sa différence..."

Connaissance de Marie CAZIN ( née Guillet ) peintre et sculpteur
La Pleureuse à Outreau oeuvre sculptée entre 1880-1900 par Marie CAZIN ( née Marie GUILLET décédée à Equihen-Plage en 1924 )  marié avec le  peintre Charles CAZIN

Marie Cazin épouse du peintre Jean-Charles CAZIN, Marie GUILLET de son nom de jeune fille, est née le 19 septembre 1844 à Paimboeuf, commune située dans le département de la Loire Atlantique,fille de Aristide et Clarisse BRAULT. Elle est décèdée le 18 mars 1924 à Equihen hameau d’Outreau jusqu’en 1939.

Marie GUILLET s'est marié en 1868  avec Jean-Charles Cazin (né à Samer Pas de Calais  en 1840 décèdé en 1901 au Lavandou dans le Var). De leur union naîtra  Jean-Marie Michel Cazin (graveur). Il fera un portrait de sa mère intitulée Parmi les souvenirs,

 
Atelier de Jean-Charles CAZIN et statue faite par Marie CAZIN

statue de Jean Charles Cazin, qui se trouvait à Equihen

 


Ferme de Mr. Florent Dumont, située au 121 de la rue Saint-Michel à Outreau à La Salle

Merci à Isabelle Claeyman petite fille de Mr Dumont pour l’envoi de cette magnifique photo

 Ferme de Monsieur et Madame DUMONT à Outreau à La Salle

Sur cette photo, Monique, le deuxième enfant de la famille (ma mère), âgée d’une dizaine d’années, devant la première voiture. On y aperçoit le coin l’ancienne maison « en dur » devenue un débarras. Le baraquement a été démonté depuis longtemps et un nouveau bâtiment a pris place sur une partie de l’emplacement.

 

Sur cette photo plus récente, prise après le décès de mon grand-père et avant la vente de la ferme en 2004, l’implantation des bâtiments est identique à la photo de 1947, sauf le baraquement qui a laissé place à un garage

La maison d’habitation et les bâtiments accolés ont été rebâtis après la seconde Guerre Mondiale, en 1951-52, en face du baraquement. Mes grandsparents, Antoinette et Florent Dumont, y élevèrent leurs 12 enfants (Quatre des enfants sont nés dans la petite maison en face). Deux pièces étaient aussi réservées à mon arrière grand-mère.

La ferme, présentée  sur la photo de Nord-Matin du 31 janvier 1947,                          était située au 121 de la rue Saint-Michel à Outreau à la Salle est appartenait à la famille DUMONT.  Entre le préfabriqué et l’étable, une « voyette » permettait d’accéder sur l’arrière, à une demie lune.
 
Aujourd'hui l'aspect de la ferme a totalement
 

religion eglise religion eglise 1 gif  L'église Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus religion eglise religion eglise 1 gif

L'église Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus d'Outreau reconstruite après la guerre sur la commune du Portel. Elle se situait entre la ligne du tramway et la rue Hipplype ADAM au lieu dit l'Avé Maria

En octobre 1925, la paroisse de Sainte Thérèse venait de naître,  c'est l'abbé Coquelle qui fut   le premier prêtre de cette paroisse. En entendant la construction de l'église, un baraquement en tôle de la première guerre mondiale est récupéré. Dans le fond de ce baraquement un appartement  est aménagé qui sert de logement au curé, une chambre à coucher et un petit bureau.

Des demandes de dons sont organisées et affluent d'un peu partout car c'est aussi

l'année où Sainte-Thérèse de Lisieux est canonisée après avoir été béatifiée en 1923
 
1931, détruite durant la seconde guerre mondiale
et reconstruite et inaugurée en Juin 1958 sur la commune du Portel suite au remembrement
 
Le jeudi 16 août 1928 Monseigneur JULIEN évèque d'arras posa la première pierre et 3 ans après le samedi 13 Août 1931 l'église Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus était inaugurée en présence d'une foule immense
 

    
 
Connaissance de Eugène-Louis-Ernest
JULIEN  http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Julien
Eugène-Louis-Ernest Julien, né à Canville-les-Deux-Églises (Seine-Maritime) le 16 janvier 1856 et mort à Arras le 14 mars 1930, est un évêque français.Après des études à l'Institution ecclésiastique d'Yvetot, il est ordonné prêtre à Rouen en 1881 et nommé curé de la paroisse Notre-Dame du Havre puis évêque d'Arras en 1917. Connu sous le nom d'« évêque de la reconstruction », il fait bâtir ou rebâtir de nombreuses églises dans les communautés minières du nord de la France pendant la période de l'entre-deux-guerres. Il s'est occupé aussi avec le cimetière et le mémorial de Notre-Dame-de-Lorette dédié aux victimes des violents combats qui s'y déroulèrent pendant la Première Guerre mondiale, particulièrement en 1915. Il est élu membre de l'Académie des sciences morales et politiques en 1925
 
      religion eglise religion eglise 1 gif                      
 
Le premier prêtre de cette paroisse fut l'Abbé Coquelle
.
 Photo  de l'église avec des personnes devant la grande porte 
et la petite Chapelle attenante à l'Eglise avant la seconde guerre mondiale
 
 
   
 
 Cette nouvelle église avait à peine 10 ans lorsqu'elle fut en partie détruite
 lors des bombardements de septembre 1941, l'Abbé Coquelle qui se trouvait
à l'intérieur de l'église échappa à la mort. Puis après les bombardement de septembre 1943
l'Abbé Coquel retourna à TILLOY LES MONFFLAINES en 1944 près d'Arras où il était originaire
Il décèda le 17 mars 1945...Il repose au cimetière du Portel dans le caveau des Prêtres.
 
Photo Louis MICKE Résistant O.C.M.  de l'église Saint-Térèse d'Outreau après les bombardements de 1941
 
Eglise St Thérèse appel aux dons  Voix du Nord du mois d'Octobre 1946
 
Carte postale de l'église Sainte Thérèse détruite pendant la seconde guerre mondiale 
 
 
Voix du Nord du 25 aout 1946 annonçant l'arrivée de l' abbé DUBOIS curé de l'Avé Maria

 L'Eglise Sainte Thérèse ne put être reconstruite au même endroit ( à cause des problèmes de la reconstruction ; en 1951 un accord était trouvé pour obtenir un terrain près du moulin Bleu.
C'est seulement en 1956 après moult démarches et procédures au plan de vue national
qu'Outreau put donner son accord pour le transfert sur la commune du Portel.
Les travaux commencèrent en juin 1957 et l'église Sainte Thérèse fut inaugurée en juin 1958
Article de journal : la belle statue de Sainte-Thérèse de l'Ave-Maria
 
    
                 
 
Quelques photos de l'église Sainte Thérèse qui se situe maintenant au Portel
 
Vue extérieure façade est
 
l'intérieur de l'Eglise Sainte-Térèse, l'autel et les vitraux
   
 
Les vitraux de l'eglise Saint-Thérèse
   
 
 photo de l'intérieur de l'eglise Saint-Thérèse
 
l'Abbé DUBOIS est décédé en septembre 1997
La voix du Nord du 27 septembre 2007 nous retrace sa vie, son parcours et son combat
cliquez et zoomer pour lire l'article de la Voix du Nord du 27 septembre 2011
 
Inscription à l'entrée de l'église Sainte Thérèse d'Outreau avant la seconde guerre mondiale  "Je veux passer mon ciel, à faire du bien sur la terre"
 
Recherche de Pascal BERNARD
Bibliothèque de Boulogne-Sur-Mer - Archives et photos personnels - Collection de cartes postales

                

 L’ entrée du manoir du Noirval Propriété de la famille DESTREE du Noirval, juges de paix le père ainsi que le fils. Puis vers 1880 propriété de DELABIE capitaine de cavalerie en retraite

 Connaissance de la famille DESTREE du NOIRVAL inscrit parfois aussi DESTREES du NOIRVAL

Destrée Louis Pierre Victor juge de paix du canton de Samer est né à Outreau en 1790  décédé le 10 avril 1872 à l’âge de 82 ans  il était le fils de Louis Victor Destrée juge de paix du canton de Condette et de  Marie Francoise WARNIER DU WICQ  marié à Marie Henriette L’HOTELLIER née à Isques le 22 septembre 1795 Décédé à Outreau en sa demeure du Noirval le 6 août 1879 à l’âge de 84 ans  déclaré par son gendre DELAUNNAY habitant à Blendecques et âgé de 65 ans.

Dans l'acte de décés du 17 janvier 1865 de Marie Batbe DESTREE  célibataire 77 ans née à Outreau c'est inscrit
fils de Louis Victor Destrée Marie Francoise WARNIER DU WICQ
Vers 1885 on trouve madame Sauvage-Destrée du Noirval ( recherche en cours )
 
 
 
En 1917 décédait en sa demeure du Noirval à Outreau Edouard DELABIE capitaine de cavalerie en retraite Chevalier de la Légion d'Honneur ; né à Calais en 1860. Clic et zoom pour lire l'acte
 
 
 
 
En 1928 la commune d'Outreau est dotée du services des eaux. Deux ans plus tard un établissement commence à s'élever de terre... C'est les Bains douches d'Outreau qui seront inauguré en 1932 le 18 Juin.
Les enfants de l'école ont leur jour réservé dans la semaine et cela gratuitement...
 
 
En même temps s'ouvrent le dispensaire et la consultation des nourrissons
ouvres sociales entièrement au service de la classe ouvrière
La municipalité avait demandé au docteur Salmon directeur des services
d'hygiène de Boulogne-Sur-Mer, son aide dans le plan du dispensaire d'Outreau
ainsi que le fonctionnement des futurs services de l'établissement.
        
 
Les Bains douches et le dispensaire dans les années 1950 photo d'Alain GOEUSSE
 

Les bains douches d'Outreau furent inaugurés le 18 juin 1932

 
 
 

 
Gravure d'époque sculptée par Gil FRANCO  à l'entrée des bains douches d'Outreau
devenue salle Henri BLANPAIN inaugurée le 18 Octobre 1988
 
Gravure d'époque sculptée par Gil Franco à l'entrée du dispensaire d'Outreau
 
 
 Bain douche fenêtres entre l'entrée des bains douches et le dispensaire


ligne multicolore

Carte postale de la fresque réalisée d'une classe de l'école du Biez ( fresque réalisée par Gil Franco ; l'école du Biez a été inaugurée  en 1935 le 15 septembre...Elle se nomme maintenant école Saint Exupéry de la rue du Biez.

 
La fontaine de l'école maternelle du Biez photo juste avant la seconde guerre mondiale
 

Carte de l’école du maternelle du Biez envoyée par un allemand pendant l’occupation

 
Tour du Renard desssin de Léon Curé en 1940. Les allemands avant leur départ ont détruit ce vestige
 

 Ancienne ferme MOUCHON rue Jean Jaurès

 

Un des  chevaux de la ferme de Mr Mouchon  s 'appellait ( Cadet) et il  emmenait le corbillard de Mr Sauvage Léon (Grand oncle d'Alain Goeusse ) qui était entrepreneur  de pompes funébres habitant rue des Masurettes ( Information confirmant ce que m'avait conté le regretté Louis MICKE)

son petit fils habite encore les lieux il va avoir 79 ans cette année  

Il a été raconté jadis que napoléon aurait couché dans ce lieu  mais avec Napoléon 1er  comme il a passé partout  il y a doute ?! souligne Alain

 

 sur la photo   du château Lonquety devenue le Cap Horn  on aperçoit bien les docks du littoral         la dame avec la petite charrette  c est mme Seguin marchande de poissons elle passait dans les rue  d Outreau ,; la maison de l autre côté des docks était habitée par Mr Carriti  Italien  qui travaillait  chez Herlem à Wimereux il avait 3 filles dont une s' appelait Carla elle  était médecin . Merci à Alain GOEUSSE pour les informations.

 
 

 Mme Seguin marchande de poissons avec sa petite charette près des Docks du Littoral ;on remarque que sur cette carte il n'a pas d'affiche publicitaire contrairement celle du dessus

 

Carte postale des éditions Fauchois : un papa avec un enfant dans ses bras photographié dans le cimetière : la légende

Information de Mr Alain GOEUSSE concernant la photo au cimetière d'un papa avec un enfant dans les bras . Un grand merci pour ses informations.

"Mr Bernard je vous félicite pour le site  d'Outreau si cela peut vous servir  je vous signale que le Monsieur qui est photographié devant  l église St Wandrille  avec un bébé dans les bras       c est mon père  Robert Goeusse avec ma soeur Paule Goeusse  devant la tombe de son  père Paul Goeusse décédé en 1924  suite  de la guerre 14 cette photo date de début 1945."

 
intérieur de l'glise Saint -Wandrille d'Outreau
 
Intérieur de l'église Sainte Wandrille d'Outreau
Merci à Alain GOEUSSE
 
 
Chapelle du saceé cœur église de Manihen à Outreau
 
 
 
Eglise photo de 1995
 

La ferme de Battinghem Tableau de Monsieur Léon Curé en 1940


Le presbytère qui se trouve dans le cimetière d'Outreau fut construit entre le 18 et le 19ème siècle ; il fut acquis par la commune d'Outreau pour servir de presbytère ; puis ensuite d'école de musique.
 

 Eglise d'Outreau

                    
 
 Eglise Paroissiale du Sacré-Coeur de Manihen Eglise construite en 1936, inaugurée en 1937
 
                                                          

 La tonnellerie du marais

 

La tonnellerie du marais en 1911: la famille Trenaux jusqu'en 1930

   

           La Ferme de la Salle à Outreau avant la seconde guerre mondiale

                                       

                   Maurice WASSELIN était un frère de ma grand-mère maternelle... Deux autres frères plus âgés sont morts pour la France durant la  première guerre mondiale ils sont inscrits sur le monument Aux Morts Pour La France d'Equihen.

Grève du personnel à la Société Générale de Fonderie en septembre 1981

 

Enterrement d'Emile Carpentier né le 15 septembre 1888 à l'ETOILE dans la Somme et décédé le 9 mai 1948 à Outreau

  
  De la Fanfare Communale à l'Orchestre d'Harmonie d'Outreau Le Blason a été créé par Daniel MERLIN en 1990 avec l’arrivée des nouveaux costumes qu'ils ont portés jusqu’en 2012. Chaque musicien était doté de ce pin’s. Page 157 du livre de Jean Claude MERLIN.

               https://sites.google.com/site/outreau2/
 Historique de la Fanfare Communale à l'Orchestre d'Harmonie. Outreau 1919-2011

En 1930 la municipalité avait déjà de nombreux musiciens

 
    Les musiciens d'Outreau en 1955... Lieu inconnu
 
 

Le château des Masurettes Manoir de Battighem

         

 Faire part de décés de madame veuve LECOUTRE le 22 mai 1899 à Outreau

 

         

      
                   Un Baptème : date inconnue

 
                       
         La Pleureuse date avant 1900                                  Monument Mortuaire   
                                
 
                
 
 Le cimetière d'Outreau début des années 1900
       
 
 
 Personnage devant l'Eglise
 
    
 Le cimetière d'Outreau, l'Eglise et le presbytère au début des années 1900
 
              

La petite Gare. 

 
 La petite gare et la ligne du tramway traversant Outreau près de la rue H.ADAM
 
 La rue Paul BERT appelé autrefois la rue Madame
 
   

le pont du Tihen à LA SALLE, il était en pierre...                           

   
 
  La route d'Equihen aprés 1900
 
 

    La rue de L'Enfer devenue rue Lonquety et photo de droite ma mère Gisèle BRANLY photographiée en face de la maison parentale N°62. Les enfants sont  Daniel Branly le dernier de la famille né au N° 62  et la famille Gardette  vers1956...Aujourd'hui  la demeure ( abattue) de la famille Gardette c'est l'ancienne maison qui était le cabinet médical du docteur LIBAUX repris par le Docteur BOURGAIN.
 


 Rue de l'Enfer est devenue rue Jules Lonquety vers 1900 ... Jules Lonquety est décédé le 29 juin 1997 il était propriétaire de la maison de maitre sur la place d' Outreau plus connue sous le terme " le château Lonquety"  endommagé durant la seconde guerre mondiale il fut ensuite détruit pour la création du jardin public et ensuite la mairie d'Outreau...
Concernant le nom des rues appelées " rue de l'enfer" : les érudits prétendent que le nom d'Enfer fut souvent donné aux petites rues ou ruelles écartées isolées où les filous et les gens sans aveu trouvaient facilement refuge.
 

  
  Le landeau des années 1950...et un aperçu des anciennes rues le troittoir semble être fait de pierres posées ça et la sur la terre ; on remarque aussi que  les fenêtres étaient trés basses...
   1953
Photo de la rue Lonquety appelée autrefois rue de l'Enfer

    

                                                            Connaissance avec la famille Jules LONQUETY 

 EXTRAIT DU LIVRE OUTREAU D'HIER à AUJOURD'HUI

    Tout un tissu industriel s'est formé en relation avec le chemin de fer. Les A.P.O constituent le pôle métallurgique du Boulonnais. D'autres industries lourdes sont progressivement venues se greffer autour du réseau ferroviaire.on peut citer la Société des Ciments Français fondée en 1856 ainsi que la société anonyme des Phosphates en 1878,elle se spécialise dans la production des produits réfractaires et céramiques, aussi bien à destination des industries que pour l'usage domestique. Dotée d'un capital de 1,4 million de francs, ( franc-or)...suite en cliquant et en zomant sur les deux pages qui suivent  

 
 
 
 
 
 
               IL LEGUA   UNE PARTIE DES SES BIENS A L'EGLISE  ET FIT DONNATION D'HINRI   
 
 
                  
             
  
 

                                             Commerce rue Lonquety renseignements de maman et de Luce

 

  

 Rue qui rejoint le cimetière à droite dans la rue  Jules LONQUETY en venant par le café le Bras d'Or...Elle s'appelle la rue Firmin BLONDEEL il fut résistant Outrelois fusillé au Fort de Bondue en février 1944
 
 
                    
 

Firmin BLONDEEL fusillé le 9 février 1944. Reconnu Mort pour la FRANCE en Septembre 1946.

 
 
 
 
 
 
      
 
 Un mariage à Outreau en 1919.... sortie de la mairie....
 
 
1927
 
Café des fleurs
 
 
 

free counters   free counters

 
 
             
                                                                                                                             est