Histoire



L’orangerie de Cambray fait partie du domaine de Cambray acquis par François Lambert, écuyer et conseiller du roi, auditeur en sa chambre des comptes, le 28 Mars 1575 au noble d’Oinville, seigneur du Puiset.




Le lieu-dit Cambray, Combarius sous les Romains, devait être un camp. Combrée veut dire aussi « lieux broussailleux », or Cambray est situé le long de la Conie, bordée de roselières.






Ce lieu seigneurial servit de rendez-vous de chasse à François Lambert  jusqu’à sa mort en 1589. Il s’agit certainement de la partie la plus ancienne du château, située à gauche et qui date  du XVème siècle. Elle comporte 2 bâtiments qui devaient faire partie d’une ferme. Ils sont construits en angle droit, l’angle étant occupé par une tour ronde. Ils sont en pierres appareillées de briques.


C’est Charles Lambert, conseiller du roi et grand maître des eaux et forêts du duché d’Orléans qui construisit le pavillon central entre 1650 et 1700, sous Louis XIV. Il est en pierres et en pierres de taille pour les piliers d’angle. Les deux ailes, situées de chaque côté ont été bâties peu après. On y retrouve les mêmes techniques de construction, le même habillage. Devant s’étendait une cour pavée de grandes pierres plates irrégulières.

 


 

Les 2 ailes de la façade arrière ont été construites fin  XVIIème, début  XVIIIème siècle par Jacques Lambert, maître particulier des eaux et forêts du duché d’Orléans. On  remarque qu’elles ont été construites postérieurement aux autres parties du château, à l’aspect différent de la construction, de pierre d’une part et de briques autour des fenêtres d’autre part.







 A droite, la chapelle dont la construction a débuté en 1805, était prolongée par de vieilles remises qui ont été démolies lors de la construction des communs. Il ne reste que 2 petits bâtiments carrés, anciennes forges à ferrer les chevaux.

 

 

 

 

 



C’est avant 1858 que les deux tours octogonales ont été ajoutées par Charles Anatole Lambert de Cambray. Le belvédère sur la partie centrale du château l’a été vers 1870.

 




Quant aux communs à droite, c’est Charles de Cambray qui les a construits en 1901. Ils abritent de magnifiques écuries, dignes de celles de Chantilly. A gauche, par souci de symétrie, il a habillé les bâtiments de la ferme d’un trompe l’œil.

 

 

 

 

A l’est du château se trouve des bâtiments agricoles datant du XVème/XVIème siècle. Parmi ceux-ci, certains furent assemblés pour former le prolongement de l’aile est du château. Au centre se situe l’Orangerie dont la façade a été modifiée en 1898. Devant s’étendait  un potager aménagé à la française, avec un bassin au centre et 4 carrés où se faisaient les cultures maraîchères.

 

 

Les caves sont les constructions les plus anciennes de l’ensemble de Cambray. Elles comprennent 2 salles, la première qui date du 12ème/13ème siècles, a une voûte en berceau.  La présence d’une cheminée sur le côté peut faire supposer qu’on y conservait le vin. La deuxième salle date de la même époque ou bien même lui serait antérieure. Sa voûte est  en croisée d’ogives supportée par un pilier central assez important.

 

 



 

Le parc s’étend sur une cinquantaine d’hectares entièrement entourés de mûrs. Il est traversé par des allées dessinant un cadran solaire dont le centre est le château. Une première enceinte entourée d’un petit mur bas et d’une très belle grille délimite un jardin où l’on remarque de très beaux arbres. Une série de statues apporte un décor original.

 

Inscrit au titre des Monuments Historiques