Le Pays du Brulhois

Jadis vicomté forestière, le Pays du Brulhois était tombé dans un relatif anonymat jusqu'à ce que ses vignerons lui redonnent nom et fierté... 
Un peu d'histoire...

 Il était une fois  
 le Brulhois  

Issue d'un démembrement de l'empire de Charlemagne, et partie intégrante du duché d'Aquitaine, la vicomté du Brulhois occupait - au sud
 
(Situation du Brulhois en Agenais)

d'Agen - une partie de la vallée de la Garonne et la fin de celle du Gers. 
Son territoire historique ne 
peut cependant se référer à aucune réalité administrative comtemporaine :
Dans le département de Lot-et-Garonne, toutes les communes du canton de Laplume y sont rattachées ; mais dans celui d'Astaffort, le chef-lieu  
lui-même s'en trouve dissocié, Astaffort ayant vécu son histoire au sein du Firmacon ou de la Lomagne. La vicomté du Brulhois étendait aussi son emprise sur quelques localités des cantons 
lot-et-garonnais de Francescas, Lavardac et Nérac et sur une petite portion des départements du Gers et du Tarn-et-Garonne.
_____
d'après Pierre Allouis "Le Bruilhois", Revue de l'Agenais n° 4 octobre / décembre 2000)


 D'ou vient le nom 
 "Brulhois" ?  

Le nom Brulhois (parfois écrit Bruilhois) pourrait provenir du bas-latin brogilus qui a donné le mot français breuil (bois, taillis, buisson, clos de haies, servant de retraite au gibier)1 et le mot occitan bruèlh bruòlh (jeune taillis, bouquet d'arbres, bois)2.
Cette étymologie est d'autant plus vraisemblable que le Pays du Brulhois fut effectivement une contrée boisée. 
_____
1 : "Le Grand Robert de la Langue Française", deuxième édition dirigée par Alain Rey, 2001. 
2 : Christian Laux "Dictionnaire Occitan-Français (languedocien)" IEO Tarn, Albi, 2001
 Des bois aux vignes 

Le large étalement [sur la rive gauche] de sables et de graves en terrasses étagées [...] 
a flanqué la vallée de Garonne de mauvaises terres favorables aux bois[...] 
En certaines parties, ces dépôts se sont étalés au point qu'
ils ont entraîné la formation de petits pays intermédiaires : Lomagne, Queyran, Brulhois
Jadis, les bois formaient une bordure presque continue. 
[...] 

(crédit photo : La Dépêche du Midi)

Au XIXe siècle, ces pays de grave ont été progressivement transformés en terre de vigne. La frontière boisée a été relayée par une frontière viticole.
_____
d'après Pierre Deffontaines "Les hommes et leurs travaux dans les pays de la moyenne Garonne (Agenais, Bas-Quercy)" Editions SILIC, Lille, 1932, p 24 et 25