Evénements


Le 28 février à Lyon

Soirée oenogastronomique ligurienne


Simonetta Cattaneo Vespucci, la belle gênoise immortalisée par Sandro Botticelli

Rendez-vous à Lyon, le 28 février, à 20h30, à l'Institut Italien de Culture

45, rue de la Bourse


ClubMediaItalie vous propose de découvrir la Ligurie à travers les délices gastronomiques de cette Région du Nord de l’Italie. Notre association vous invite à un cocktail dînatoire dont le thème sera la cuisine de la Region Ligurie, dans les locaux de l’Institut Italien de Culture de Lyon.

Une participation de 20 euros par personne vous permettra de découvrir le menu ci-après et de participer au tirage au sort d’un prix se composant de deux week-end pour deux personnes dans deux Bed and Breakfast du village de Toirano de la province de Savona. (Offre valable pour la période de mars à mai, semaine de Pâques exclue):

Vous pouvez découvrir le menu et le coupon réponse ici.

Pourquoi la Ligurie ?

Le 28 février sera l’occasion d’un authentique voyage dans le Nord Ouest qui a fait l’Histoire d’Italie. L’Italie fête en 2011 les 150 ans de son unité. La Ligurie, région frontalière de la France, est le lieu où les discordances entre nord et sud du pays ne sont jamais apparues. En effet cette terre a toujours été aimée des ouvriers agricoles du sud de la Péninsule, qui l’ont cultivée comme la leur.

La terre où les anciens Liguriens, qui n’ont jamais baissé la tête face au pouvoir de Rome, ont été capables de se transformer de montagnards en grands navigateurs qui ont découvert l’Amérique (Christophe Colomb).

L’Italie doit beaucoup à la Ligurie et au grand élan de l’idéal républicain que cette région a vécu dans les siècles. Gênes a été la plus puissante République maritime de Méditerranée, la première ville industrielle de l’Italie moderne mais surtout a été la forge de l’exploit des Milles (« I Mille »). Il s’agit de l’action audacieuse de ces courageux soldats (« i garibaldini ») qui guidé par Giuseppe Garibaldi en 1860 sont partis des rochers de Gênes et ont libéré du pouvoir des Bourbon la Sicile et l’ensemble du sud de l’Italie avant que le roi de Savoie n’en prenne possession.

Aujourd’hui, cette région frontalière fait parler d’elle pour son essor économique et culturel, le rayonnement du port de Gênes, parmi les plus importants d’Europe du Sud.

Un peuple tellement vaillant  ne pouvait être que remarquable à table, les gens de Ligurie ont su se nourrir avec simplicité, saveurs authentiques et, finalement, avec amour.

 

Paolo Alberto Valenti, Président de ClubMediaItalie et originaire de Ligurie, se fera un plaisir d’accueillir tous ceux qui viendront fêter l’Italie, la Ligurie et la gastronomie méditerranéenne  le 28 février 2011 à l’Institut Culturel Italien de Lyon.

Pour les réservations (places limitées!) merci d’envoyer le coupon réponse avec le chèque libellé à l’ordre de ClubMediaItalie.

Pour plus d’info appeler ClubMediaItalie au (+33) 6 74 16 11 98


Nos partenaires.




30/05/09
Genève, Assemblée Générale


Le 30 mai dernier, les journalistes européens qui se sont réunis lors de l’Assemblée Générale de l’association ClubMediaItalie au siège de l’Union Européenne de Radio-Télévision, à Genève, ont lancé un appel a tous les confrères, aux institutions européennes, aux ministres des Affaires Etrangères d’Italie, France, Belgique, Suisse, Luxembourg et Principauté de Monaco, pour attirer leur attention sur la nécessité de protéger et promouvoir un journalisme européen de qualité, fondement d’une démocratie européenne. La réunion s'est déroulée en présence du Président de l'Ordre des journalistes italiens, Lorenzo Del Boca.

pour en savoir plus...



5/04/09
Monte-Carlo, Le double impact de la crise économique et d'Internet

Le Président de ClubMediaItalie, Paolo Alberto Valenti et le Président de l’Ordre National des Journalistes, Lorenzo Del Boca, sont intervenus lors de la Conférence « L’information et la communication journalistique : quel avenir ? » qui a eu lieu à l’Espace Librairie Scripta Manent de Monaco.
Les interventions ont insisté sur les scénarios pour le monde de l’information menacé par la crise économique mondiale et par la place de plus en plus importante qu'occupe Internet.


16 et 17/01/09
Menton, L’essence méditerranéenne :
www.menton-medias-mediterranee.com


Plus de 40 journalistes, issus de pays tels que Algérie, Croatie, Egypte, Espagne, France, Grège, Israël, Italie, Liban, Malte, Maroc, Monaco, Palestine, Portugal, Slovénie, Tunisie ou encore Turquie, ont fait le point sur les métiers de la communication, à l'initiative
du Club de la Presse de la Méditerranée (Nice). A cette occasion, a été signé la 
«Déclaration de Menton 2009», appel à tous les organisations (politiques, gouvernementales, économiques, associations) actives dans le bassin méditerranéen, en défense de l'information. Celle-ci est un bien capital pour les 465 millions d'habitants de cette région du monde.

Compte-rendu intégral (en italien)

23/09/08
Strasbourg, Zoom sur le post-correspondant

Toujours inquiets pour l'évolution du métier de correspondant, aux prises aussi avec le délicat exercice de la transmission de l' "image" de son pays à l'étranger, les journalistes de ClubMediaItalie, se reconnaissent dans la brillante intervention de Marcelle Padovani, correspondante à Rome du Nouvel Observateur et membre de l'association.
Voici ses réflexions livrées en toute transparence, à l'Institut culturel italien de Strasbourg et plus que jamais d'actualité...



Mais aussi...

19/11/09
Monaco rend hommage à G. Marconi


23/01/09
Roberto Saviano reçoit les honneurs de Paris

© Sophie Robichon/Mairie de Paris

Il y a environ un an, l'écrivain et journaliste Roberto Saviano, auteur, entre autres du livre Gomorra recevait la Médaille Grand Vermeil des mains du Maire de Paris, Bertrand Délanoë, à l'Hôtel de Ville. A cette occasion, nous l'avons rencontré et il nous a livré ce message :
“raconter, ce n'est pas de la diffamation. Raconter c'est de la résistance".
compte rendu intégral (en italien)

à la Une

Panorama 2010


Notre parcours a été ponctué de quelques moments forts que voici...


24/05/10

1ère réunion des pigistes italiens à Paris

Comment travaillent les pigistes italiens de Paris ?

Quelques éléments de réponse ont été livrés lors de la réunion que ClubMediaItalie a organisée le 24 mai dernier à La Cantine.


Les situations sont très variables mais il se confirme ce que l’on savait déjà : être pigiste à l’étranger est encore plus compliqué : les délais de paiement s’allongent et on a du mal à avoir des justificatifs de son travail. Sans parler des problèmes liés à la protection sociale.


D’ores et déjà, l’association s’est mise en marche pour relayer les informations recueillies auprès des instances professionnelles en France et en Italie.

 

ClubMediaItalie veut en savoir plus et renouvellera cette rencontre pour creuser et mieux cerner le « phénomène ». N’hésitez pas à vous faire connaître si vous êtes concernés et souhaitez nous en parler. Si vous êtes nombreux, nous pourrons parler au nom d’un échantillon réellement représentatif.

pour en savoir plus

13/01/10

Strasbourg, au Parlement UE pour défendre le journalisme

Journalisme de qualité, précariat, blues des correspondants. tels étaient les thèmes abordés lors de notre dernière rencontre dans les locaux du Parlement Européen à Bruxelles.

pour en savoir plus...





Prix Albert Londres 2010

Le temps d'écouter et de réfléchir


Delphine Saubaber, journaliste à L'Express et lauréate du Prix Albert Londres dans la catégorie presse écrite, nous a émus. Elle parle d'un métier où l'on prend le temps d'écouter, comprendre et relater. Et puis, clin d'oeil, elle parle aussi d'une Italie malade mais elle dédie son prix aussi à sa famille italienne.
Voici les mots par lesquels elle a accueilli le prix.


Bonjour,

Je suis profondément émue, impressionnée de me retrouver devant une telle assemblée, dont beaucoup d’anciens lauréats du prix Albert Londres que j’admire, tant ce prix est un mythe pour nous, jeunes reporters… Je suis intimidée, aussi, à l’idée de parler de moi, qui ai l’habitude de rester en retrait derrière mon stylo et d’écouter les autres…

Je me sens infiniment honorée d’avoir été choisie, au terme d’une rude bataille ( !), par un tel jury qui récompense une notion à laquelle je tiens par-dessus tout, qui peut être une raison de vivre et qui doit surtout être, je crois, une nécessité journalistique : l’engagement. Cette notion ne va sans risques, et un jour tel que celui-ci, de liberté de la presse, toutes nos pensées ne peuvent que se diriger vers nos deux confrères retenus en Otage en Afghanistan, et à leurs familles qui vivent dans l’attente. Avec Jean-Robert Viallet, nous vous dédions, ce prix, Hervé et Stéphane. Je ne sais pas si vous le saurez, mais où vous que soyez, sachez que nous sommes avec vous.

Plus modestement, me concernant, j’exerce ce métier depuis 8 ans, d’abord en société puis, depuis 3 ans, au service étranger. Un jour comme aujourd’hui, où mille images se télecopent dans  la tête, je pense d’abord à toutes ces personnes croisées en reportage, qui commence pour moi au coin de la rue. Ces personnes qui ont accepté de me confier un pan de leur histoire, de leur solitude, pour que je puisse les raconter, les « médiatiser ». Angela, cette mère calabraise, ex femme de boss, qui se bat depuis des années contre la ‘Ndrangheta, la mafia la plus puissante d’Europe, qui a assassiné son fils. Angela vit sur la « terre des disparus », où l’on noie les corps dans l’acide, en 2010, au cœur de l’Europe. Elle a accepté de me parler, de briser l’omerta, au risque de sa vie. Je pense aussi à Livius et Constanza, ces deux professeurs d’université retraités, en Roumanie, qui m’ont parlé, pour la première fois, du séisme qu’ils ont vécu, il y a quelques années, lorsqu’ils ont découvert, avec l’ouverture récente des archives de la Securitate, qu’un très proche ami avait livré sur eux, des années durant, des notes à la police politique… On sait aujourd’hui que cela a affecté nombre de familles… Il a fallu des heures pour les convaincre de ne pas revenir sur leurs témoignages, pour ne pas subir une deuxième fois le poids de l’Histoire… Je pense aussi à Amal, cette mère de famille égyptienne morte piétinée dans une file pour du pain, lors des émeutes de la faim, dont j’avais voulu à reconstituer l’existence anonyme. Je pense à Hadidja, une mère bosniaque, qui nous donnait directement rendez-vous au cimetière de Srebrenica, en expliquant qu’on avait tué 49 personnes de sa famille… Et je vais m’arrêter là ! Car je ne suis pas ici pour faire le catalogue des désordres du monde, d’autant qu’il y a en reportage, et heureusement, beaucoup de moments cocasses, drôles, d’espérance…

Tous ces personnages, que je n’oublierai jamais, je les dois à L’Express qui m’a donné la possibilité et le temps d’aller les chercher, alors que tous les jours, les tendances, les pressions accrues, nous poussent vers toujours plus de rapidité d’information. Or le temps est la valeur sacrée, fondamentale, de notre métier.

Evidemment, je tiens à remercier toutes les personnes qui, à L’Express, m’ont aidée à faire ces articles, et en particulier mon chef, Marc Epstein, qui m’a accompagnée, m’a fait confiance, m’a poussée à présenter ce prix depuis deux ans. Il y a aussi, bien sûr, Alain Louyot, qui l’a précédé à ce poste durant de longues années, avec la valeur qu’on lui connaît.

Pour mes proches, qui me supportent dans tous les sens du terme, les remerciements se passent de mots… Et je voudrais juste finir par un clin d’œil à deux personnes qui me regardent de là-haut, mes grands-parents italiens, qui sont arrivés en France avec pour tout bagage des sabots et un dialecte. Je leur dis « Ciao », merci, merci à vous, et merci à ce métier extraordinaire.

Delphine Saubaber est diplômée du CFJ, l'école de journalisme de Paris. On peut retrouver plus d'informations sur : http://www.ancienscfj.com/actualite/330-delphine-saubaber-02-laureate-du-prix-albert-londres-2010-de-la-presse-ecrite.html




 




Accès à la profession


Des initiatives foisonnent pour les journalistes de demain.
 
Prix 2010 des Jeunes Journalistes Européens
 
Lancé par le Conseil d'Administration Général à l'Élargissement de la Commission Européenne, lance le Prix 2010 des Jeunes Journalistes Européens (EYJA) récompense les meilleurs jeunes journalistes d'Europe, en mettant à l'honneur le thème de l'élargissement de l'UE.
 

Bourse pigistes de la SCAM

 

Deux à trois bourses, d’un montant de 2.000 à 4.000 euros, seront attribuées pour permettre aux lauréats d’approfondir et de mener à bien un projet francophone, ambitieux et singulier, de thème libre.

pour en savoir plus


 
Faciliter l'accès à la formation
Le Centre de Formation des Journalistes (CFJ) renouvelle sa "Chance au concours" pour permettre l'accès aux écoles de journalisme des étudiants issus des milieux les plus modestes.