Home‎ > ‎

Carte de presse

Pour la création d’une carte de presse européenne

Depuis sa création, ClubMediaItalie œuvre auprès des organismes représentatifs de la presse professionnelle, notamment en Italie, pour aboutir à une carte de presse européenne. Ceci afin de symboliser l’identité européenne de notre métier mais aussi, tout simplement, pour éviter aux journalistes « transfrontaliers » la multiplication des cotisations.


A titre d'exemple, voici les démarches nécessaires dans certains pays de l'Union Européenne.

En France, la carte de presse est délivrée par la Commission Paritaire pour la Carte Professionnelle des Journalistes. LA Commission est composée de représentants des éditeurs et des syndicats de journalistes. Pour obtenir la carte, il faut démontrer que le journalisme est votre principale source de revenus, bulletins de paie à l’appui. L’obtention et le renouvellement de la carte impliquent une cotisation de la part du journaliste et de son principal employeur. Pour en savoir plus

En Italie, c'est l’Ordre des Journalistes qui délivre la carte de presse. Pour les journalistes italiens, l'obtention de la première carte qui atteste du statut de journaliste professionnel est soumise à la réussite à un examen organisé par l’Ordre. Sinon, le journaliste doit présenter une  attestation de l'employeur ou un contrat précisant qu’il travaille en tant que journaliste. Pour les renouvellements, c'est automatique, il faut juste payer. Pour en savoir plus

En Belgique, pour obtenir une carte de presse professionnelle, vous devez travailler en info générale, à titre principal et être en mesure de prouver 2 années de revenus journalistiques. Procédure idem pour les salariés, indépendants, photographes, rédacteurs, cameramen,... Les cartes pros sont fabriquées par le Ministère de l'Intérieur.

Il existe aussi une carte stagiaire pour laquelle il faut également travailler en info générale, à titre principal mais prouver uniquement les 3 derniers mois de revenus journalistiques. Les cartes stagiaires sont fabriquées au sein de l'AJP.

Vous trouverez un maximum d'informations sur le site de l'Association des Journalistes Professionnels : www.ajp.be (rubrique "documents").

Au Luxembourg, les règles sont définies par une loi de 2004.
La Carte de presse est délivrée par le Conseil de presse à ceux qui exercent à titre principal une activité rémunérée ou, à titre régulier, une activité générant des revenus substantiels, que ce soit en tant que salarié ou en tant qu'indépendant, auprès ou pour le compte d'un éditeur et qui consiste dans la collecte, l'analyse, le commentaire et le traitement rédactionnel d'informations.
Le Conseil de Presse est aussi en charge de l'élaboration du code de déontologie et de mettre en place une Commission des Plaintes chargée de recevoir et de traiter des plaintes émanant des particuliers et concernant une information contenue dans une publication diffusée par la voie d'un média.
Pour en savoir plus, consulter le site
www.press.lu
 
En Suisse, pour obtenir la carte de presse, il faut remplir les trois conditions suivantes :

être membre du Syndicat Suisse des Mass Media (SSM) ; exercer une activité principale comme professionnel(le)s de médias depuis deux ans au moins pour un ou plusieurs médias produits selon des critères journalistiques ; reconnaître par sa signature la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes.

L’inscription au RP-CH coûte CHF 60.- par an (frais administratifs). Les demandes d’adhésion doivent parvenir avec la documentation requise. Une fois que le SSM a établi que tous les critères sont remplis, il faut environ 3 à 4 semaines pour l’élaboration de la carte de presse.

Comme le SSM fait partie de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ) , les membres SSM du Registre suisse des professionnels de médias RP peuvent également obtenir une carte de presse internationale. Celle-ci est couplée à la carte de presse suisse et est régie par les mêmes critères. Elle est valable deux ans et coûte CHF 60.

 

Principauté de Monaco. Enfin une carte professionnelle pour les journalistes travaillant à Monaco. Le travail patient de notre conseillère Maria Bologna pourrait bientôt porter ses fruits.

Un an après sa suggestion de rapprocher le syndicat des journalistes de Monaco (SMJ) et les éditeurs, le dialogue a enfin démarré entre les intéressés, le 10 février dernier. En tant que responsable de la commission Presse de la SYCOM (Syndicat Patronal Monégasque des Professionnels de la Communication), Maria Bologna a assisté et mené le dialogue entre les partenaires avec, en ligne de mire, l’entrée du SMJ dans la FIJ. Une commission paritaire va aussi être créée prochainement. Maria Bologna a aussi suggéré au SMJ de faire une place aux free-lance, majoritairement présents dans la Principauté. Elle souhaite faire la même demande auprès de la SYCOM. (lire le compte-rendu)

Actuellement, il n'existe pas encore de carte de presse à proprement parler mais le Centre de Presse, émanation de l'administration du gouvernement monégasque, délivre sur simple demande une carte personnelle sans valeur juridique. Notre conseillère Maria Bologna a été chargée de la direction d'une commission spéciale "Presse" au sein du SYCOM, pour la création d'une véritable carte de presse, de préférence internationale, conforme aux normes européennes.