Urbanisme‎ > ‎

PLUiH-Contributions enquête publique (Victor)

À Castelginest, le PLUIH (Plan Local d'Urbanisme Intercommunal Habitat) de Toulouse Métropole arrêté le 3 octobre 2017, présente un projet baptisé Saint-Supéry qui prévoit d'accueillir 4000 m2 de commerces et 200 à 250 logements à horizon 2025 en lieu et place de l’actuel parc Boyer, zone arborée du centre ville. Pour ce faire, une demande de modification du SCOT (Schéma de cohérence territoriale) proposant son déclassement et le déplacement d'un pixel mixte permettant son développement à terme, a été acceptée lors du projet de première révision.
 
Les nombreuses incohérences de ce projet me semblent importantes à souligner.
 
Tout d’abord incohérences au regard du PLUIH lui même :
 
- L’axe du PLUIH  :
« Toulouse Métropole a lancé l’élaboration d’un Plan Local d’Urbanisme intercommunal et d’Habitat (PLUiH) dans lequel le principe de densité modérée deviendra le fil directeur des projets urbains ». La création de 200 à 250 logements au centre de Castelginest, commune où se sont multipliées les construction de logements ces dernières années ne me semble pas en accord avec ce principe de densité modérée.
 
- Les thèmes clés, notamment « la trame verte et bleue (ensemble de corridors écologiques) : protéger les réservoirs de biodiversité et les milieux aquatiques, protéger, restaurer et créer des corridors écologiques, protéger et développer la nature en ville, réduire les îlots de chaleur urbain, etc. ». Remplacer 4000 m2 de parc arboré par de commerces,  construire 250  logements sur une zone verte au coeur de la ville et proche de l’ Hers ne peut pas être considéré comme allant dans le sens de la protection de cette trame bleue-verte, ni de la nature en ville.
 
- Les avis émis sur le dossier PLUIH :
« Améliorer les mesures de protection des boisements, particulièrement dans les communes qui en comportent peu » (Mission Régionale de l'Autorité Environnementale). Le parc Boyer constitue une zone arborée au sein de Castelginest, une commune particulièrement démunie en matière de boisements. C’est une richesse, elle est menacée par ce projet.
 
En second lieu incohérences avec le contexte environnemental :
 
Les inondations :
Alors qu’elles ont particulièrement touché le sud de la France ces dernières années, les inondations semblent en lien direct avec notre manière de gérer l’urbanisme. De nouvelles constructions augmentent le ruissellement, « l’eau ne s’infiltre plus dans les sols et son ruissellement sur le bitume, particulièrement rapide, augmente encore les risques de catastrophe ».  Conserver de telles zones perméables au sein de la ville semble ainsi nécessaire afin d’assurer un développent urbain viable et sécuritaire.
 
La qualité de l’air :
La pollution de l’air serait responsable de 2.800 décès prématurés par ans en région Occitanie. On connait bien importance du rôle des arbres dans la purification de l’air (stockage du CO2, production d’O2). Dans ce contexte, préserver cet îlot d’arbres au cœur de la ville de Castelginest apparaît comme un enjeu de santé publique.
 
Enfin les enjeux à venir :
 
Au regard des défis économiques, écologiques et sociaux qu’il nous faut relever dès aujourd’hui, le retour à la terre et au local semblent s’imposer comme des solutions intéressantes voire nécessaires. Une commune en pleine croissance comme Castelginest aurait ainsi à mon sens tout intérêt à préserver un tel espace non construit en son sein. Celui-ci apparait en effet comme une chance, une réel atout pour son développement durable.
Bien qu’il soit encore dans le domaine privé, la commune devrait pouvoir envisager une autre valorisation pour ce cœur de ville. Jardins municipaux, pédologiques, poumons verts... Les exemples réussis de transition sont nombreux en France !
 
SOURCES
Axe du PLUIH  et Themes cles du PLUIH
 
Avis emis sur le dossier PLUIH
 
250 logements et 4000 m2 de commerces
 
L’eau ne s’infiltre plus
 
2.800 décès prématurés par ans en région Occitanie
Comments