En route...

01/08/10 : De retour en France

publié le 7 août 2010 à 05:47 par Nomads Land   [ mis à jour le·7 août 2010 à 12:07 par Louis DEFRENNE ]

Bonjour à tous, 

Ca y est, la boucle est bouclée, nous voila de retour dans notre chère Picardie. Après 5 moins sur les routes, à profiter des paysages et des rencontres, nous sommes tout de même contents de rentrer à la maison, de retrouver la famille, les amis et l'on a ce sentiment étrange de n'avoir pas quitter les lieux, de retrouver nos proches comme si l'on s'était quitté hier, quoique l'on apprécie tout de même différemment la gastronomie française et la douche chaude...quel luxe !

Donc après avoir quitté Moscou avec un laissez-passer direct pour Anne à la suite de la perte de ses papiers, nous avons repris la route direction la Lettonie. On a préféré n'avoir à passer qu'une frontière pour entrer dans l'UE et les douaniers ukrainiens ne sont apparemment  pas commodes. Les routes ne sont maintenant que du bonheur, comparées à la Mongolie, on est heureux, on roule sans problème jusque la Pologne où nous nous arrêtons 5 jours chez des amis que nous avions rencontrés dans le désert de Gobi 1 mois plus tôt. Les paysages sont très verts et nous profitons des lacs assez nombreux dans ces régions pour nous rafraichir en ce temps de canicule.

Arrivés en Pologne à l'improviste chez nos amis, on se demande s'ils sont là, s'ils auront un peu de temps à nous consacrer et là, on se fait accueillir comme des rois, ils nous emmènent partout, nous font visiter la région, nous font goûter la cuisine polonaise. Bref, ils ont été super. 
On est super content d'être là bas mais comme nous n'avions pas été malade depuis le début du voyage, il a fallu qu'on soit tous les 2 patraques en même temps. C'était très chouette mais on n'était pas dans une forme olympique. On a même testé le sauna où tu te plonges dans l'eau gelé après. Très belle expérience. C'est très à la mode là-bas ainsi qu'en Russie.

Et ensuite, on a roulé, roulé les deux derniers jours, on a traversé l'Allemagne très rapidement pour se retrouver en panne le dernier jour à la frontière française 150 km avant l'arrivée. La rage ! 
On voulait arriver en surprise à la maison, et ben c'était raté. La moto de Anne, qui avait la distribution déjà complètement morte n'a pas tenue jusqu'au bout. Impossible de redémarrer sans ouvrir le moteur une nouvelle fois.
Fabien, notre sauveur, est donc venu nous chercher à la frontière belge. Le départ et la fin se termine avec les mêmes...

Voila, l'aventure se termine là, des souvenirs pleins la tête et des destinations futures déjà en perspective.

Merci à tous de nous avoir suivi, soutenus et aidés d'une façon ou d'une autre. 

Et finalement, on n'est jamais seul, même en plein milieu de nulle part en Mongolie, y'a toujours eu un pèlerin dans les parages prêt à nous aider. Partout où l'on est allé, les gens étaient toujours prêts à nous aider et jamais mal intentionnés. Il faut juste avoir confiance.

A très bientôt pour de nouvelles aventures.

Louis et Anne 

19/07/2010 : Le transsib, la russie et Moscou

publié le 19 juil. 2010 à 04:25 par Nomads Land   [ mis à jour le·19 juil. 2010 à 22:58 par Louis DEFRENNE ]

Coucou a tous,

Il y a deja un moment que nous navons pas donne de nouvelles. Cest pas evident de synthetiser tout ce quil a pu se passer depuis 15 jours alors on va essayer detre bref. Avant de quitter Oulan Bator, pour de bon cette fois ci, nous avons eu loccasion de faire des rencontres interessantes. On a eu loccasion de rencontrer Hubert, un francais qui voyage depuis 6 ans en side-car et qui a deja parcouru bien des continents. Son trip, cest rouler sur la glace, la neige et voyager dans des conditions extremes. Il a traverse le desert de Gobi (ou je rappelle quil a fait -50 ) et le lac Bakal cet hiver. Vous pouvez aller jeter un oeil, cest assez impressionnant et ses photos valent le coup doeil : http://www.thetimelessride.com/ 
Cetait vraiment une super rencontre. On a aussi eu loccasion par hasard de rencontrer Etienne Dehau, un photographe renommme qui connait la Mongolie comme sa poche : http://etiennedehau.com/Bio.htm

Bref, le voyage est fait de surprises et de rencontres..
Nous voila donc, visa russe en poche, pret a partir a la decouverte de la Siberie et du si majestueux Lac Baikal, juste le temps dun dernier bivouac en Mongolie avec deux autres motards finlandais qui eux venaient d arriver en Mongolie et descendaient vers Ulaanbaatar



On roule sereinement jusqu a la frontiere ou des douaniers souriants et sympathiques nous ouvrent les portes de la Russie et de leurs belles routes asphaltees au coeur de la foret siberienne. Premier bivouac sur le lac Bakail apres Oulan Oude nous permet de rejoindre Irkousk en deux jours. Le  lac est impressionnant de par sa taille, la purete de son eau...malheureusement encore trop froide pour se baigner.

    
 





Nous nous appretons alors a affronter l administration ferroviaire russe afin de prendre le legendaire transsiberien pour rallier Moscou en 5 jours avec les motos en bagage supplementaire....


et bien evidemment ca n a pas ete aussi evident dans la realite qu ici ecrit sur ces lignes...bref on sen est quand meme sorti apres avoir debourse une sacree petite somme.













Le transsiberien, c est vraiment une aventure, 87heures de train, en plein coeur de la taiga russe, avec deux autres compagnons russes dans le compartiment (Kuppe), on roule jour et nuit et les quelques arrets en gare permettent de se ravitailler aupres des vendeurs du quai (bieres, bieres et nouilles deshydratees), enfin meme si la siberie c est magnifique, on se lasse vite de voir une enfilade interminable de bouleaux et de foret verdoyante, martellee par le Tam Tam du train. Heureusement que nous avions prevu des bouquins consequants...on a avale pres de 2000 pages a deux pendant ce trajet, on a jamais lu autant en si peu de temps.
 




Arrivee a Moscou a 4h du matin, la tete enfarinee, il nous faut trouver la gare dediee au bagages alors on va d un cote, puis de lautre, puis encore de l autre au gre des informations qu essayent de nous donner les employes de la gare...le tout en russe bien sur. Apres quelques aller et venu a pied, ou en voiture des employes on retrouve nos motos en parfait etat aux environs de 11h...Ouff. Bien creves par cette matinee haletante, on cherche une auberge de jeunesse pendant 3h a circuler dans une ville ou toutes les rues sont en sens unique. 17h, enfin arrivee et une douche nest pas superflux apres ces 5 jours de trains et nos peregrinations dans la ville surchauffee.






Il est alors temps de se balader, de flaner sur la Place Rouge pour admirer cette superbe ville regorgeant de monuments religieux, historiques, ruelles charmantes...impregnes bien sur de l epoque communiste. Franchement, on a vraiment adore cette ville ainsi que les moscovites. Les russes, a l encontre de tous les prejuges francais, sont chaleureux, accueillants et vraiment prevenants...bref on kiffe la Russie.











Mais le temps nous est compte a Moscou, la date fatidique du retour approche alors on decolle apres seulement deux nuits a Moscou, en direction de l Ukraine...mais c etait sans compter sur la tete en l air de Anne qui, au retour d un petit magasin sur la route, oublie sa pochette contenant tous ses documents administratifs (Passeport, carte grise...la totale). C etait aux environs de la ville de Obninsk...on fait donc une declaration de perte au commissariat de police ou nous passons plus de 5h avec un super gentil flicard qui nous trimballe dans toute la ville a la recherche d un interprete, qui se revelera etre une professeur de francais fort sympathique (merci Tatiana pour ce moment en ta compagnie), qui apres les formalites nous a invites chez elle, propose une collation et surtout une douche salvatrice (ici il fait entre 30 et 39 degres...on sue sang et eau)









Alors retour a Moscou, pour quelques jours afin de regler ce petit probleme administratif, dun cote ca nous laisse le temps de revoir cette ville que nous regrettions de ne pas mieux connaitre. Mais d ici 48h tout sera regle et nous reprendrons la route en direction de la Lituanie cette fois (d apres les autorites russes, les douaniers ukrainiens ne sont pas toujours commodes alors autant passer directement en Europe).

Tient, notre resto de ce midi...a la mode CCCR


A bientot.

Anne et Loulou


Commentaires

Commentez l article



01/07 : Derniere viree en Mongolie Centrale

publié le 30 juin 2010 à 21:49 par Nomads Land   [ mis à jour : 3 juil. 2010 à 01:45 ]

Coucou les amis,

Voila deja un mois et demi que nous sommes en Mongolie.  Ce pays est tellement grand que nous navons pas encore eu le temps de tout decouvrir. En plus, des que lon commence a voyager, les distances sont immenses donc ca prend vite du temps.

Revenus du desert de Gobi, on sest encore une fois senti etouffe dans cette capitale qui na strictement rien a voir avec le reste du pays. On y est reste 3 jours, le temps de dire au revoir a nos amis Nico et Johanne - qui ont reussi a recuperer leurs passeports et qui ont trace vers la Russie - et d organiser la suite. On est donc parti pour 5 jours vers la Mongolie centrale avec deux autres francais et un guide.  On n a jamais rencontre pendant notre voyage autant de francais quici. Et cest finalement bien agreable de pouvoir parler francais avec dautres et de ne pas etre limite a des conversations simples de part la barriere de la langue.

Nous voila embarque dans une voiture que nous ne pensions pas capable daffronter les pistes mongoles, direction la Mongolie centrale qui est clairement la partie la plus verte de la Mongolie.

On sympathise tres vite avec notre chauffeur, Mendar, et nos deux compagnons de route, Ulysse et Simon.

Mendar, meme sil ne parle ni anglais ni francais, nous apprend beaucoup sur la culture mongole. On est dans le bain des le depart avec des musiques mongoles a pleine balle dans la voiture et ca, du debut a la fin de notre voyage. Nous voila parti comme en grande vacances quand tes mome avec lui, qui chante a tue tete en conduisant et le coffre rempli a ras la gueule.

Le premier jour, on visite pres d Olziit les ruines dun ancien village kitan qui date du 10e au 13e siecle. Ca vend pas du reves comme ca mais cetait plutot impressionnant. Louis dirait "cest des pierres quoi" mais vous pourrez  constater par vous meme que ca valait le coup doeil. Surtout que cest une civilisation qui a tente de sedentariser les mongoles en constuisant plus de 156 villes, echec...les mongoles ont prefere leurs bonnes vieilles yourtes...







Le soir, on se retrouve a bivouaquer et comme des cons, a se dire, "mince on na pas prevu de gaz pour le rechaud" et dans la steppe le bois est une denree rare alors notre cher chauffeur nous apprend a faire comme eux, on se retrouve a ramasser des bouses sechees de vaches ou de yaks ou autres dailleurs pour faire la bouffe et etonnamment, ca marche plutot pas mal. Ca fait des cendres, beaucoup de cendres mais ca chauffe, cest le principal.

On part le lendemain en direction de Tsetserleg, la ville la plus verte du pays ou les paysages sont paradisiaques, la steppe boisee et les elevages encore plus nombreux et plus importants quavant. Ils appellent meme cette region la Suisse Mongole. Cest splendide.




On campe le soir pas loin dun village et dune famille nomade. On a donc loccasion dassister a la traite des vaches. On en profite pour acheter du lait qui vient detre trait et notre cher chauffeur le lendemain nous apprendra a faire du fromage. Quand le lait est caille, il le filtre avec un chiffon, le laisse secher une nuit et le lendemain, fromage frais au petit dej... quel luxe. Faut dire que les mongols boivent que ca, a toutes les sauces, the au lait toute la journee, une sorte de fromage blanc le tarag, lait de jument fermente l airag, et des fromages plus ou moins frais qui ont ete seche au soleil sur le toit des yourtes. Quand tu viens en Mongolie, tas interet a aimer le lait et la viande, sinon, tes mal...

On quitte cette region si belle pour se rendre a Karakorum, la capitale de la Mongolie quand Gingis Khan etait a la tete du pays. On en profite pour visiter le Monastere d Erdene-Zuu, lun des plus grand monastere boudhiste de Mongolie et lun des plus anciens. La visite valait le coup.

On finit le dernier jour par faire du cheval dans le petit Gobi. Louis ne sest pas laisse tente mais cetait a faire. Trotter et galoper dans la steppe, cest magique. Enfin, finalement, on n est pas si mal sur nos motos...les selles en bois mongoles ne sont pas des plus confortables...

Retour a Oulan Bator pour deux jours, le temps de recuperer nos motos et nos passeports. Direction la Russie et le lac Baikal a partir du 6 juillet.

La suite au prochain numero.

A tres vite,

Louis et Anne


Commentaires


 

Postez vos commentaires




 




23/06 : Sejour prolonge en Mongolie

publié le 22 juin 2010 à 21:59 par Nomads Land   [ mis à jour : 1 juil. 2010 à 23:32 ]

Nous sommes arrives a Oulan Bator depuis déjà 15 jours.  On n a jamais trop aime les capitales en moto et ca cest encore confirme ici. Vue quune personne sur 3 vit dans la capitale, il na pas ete facile de sorienter au depart. Heureusement, nous avons croise des Mongols qui nous ont propose de nous guider. Quand les gens commencent a nous dire “Suivez moi”, on est toujours super content.

On sest donc pose dans une guest House "Ciel Mongol" tenue par une francaise. Cest en fait un appart avec des dortoirs et cest un peu le lieu de rassemblement des francais de passage a UB, on a donc rencontre pas mal de francais et c etait super agreable de pouvoir reparler francais avec dautres gens. Ici, les mongols ne parlent que mongol, pas russe, tres tres tres peu anglais donc du coup, cest parfois relou de se faire comprendre et encore plus de communiquer.  On a squatte la pres de 5 jours, le temps de retrouver nos potes, Nico et Johanne, de poser un peu les valises, de soccuper de nos visas, de mettre les motos au garage (pour la Xieme fois de notre sejour) et d organiser la suite.  On a pris le temps de visiter un peu. On a d ailleurs pu, lorsquon est alle au musee de lhistoire mongole, assister a un concert de lorchestre traditionnel mongol...super chouette.

On a en fait ete oblige de prolonger notre visa mongol jusquau 6 juillet parce que les delais dobtention de notre visa russe etaient trop longs, on doit le recuperer le 30 juin. La galere ces histoires de visa, quand tu voyages, tas interet a vraiment prevoir ton coup au niveau des dates.  On sest donc retrouve la, dans la capitale ou les gens et les bagnoles grouillent de partout et ou le contraste avec les steppes mongoles etait hallucinant. On avait limpression d etouffer dans cette ville ou les centres commerciaux et les resto a touristes pullulent de partout. On sest donc vite motive a bouger.

Cetait super agreable de retrouver les Joni nos potes Nico et Johanne), dechanger sur nos differentes experiences de voyage. Eux sont partis depuis déjà presque un an donc ils ont vu du pays ( http://www.on-the-road-again.com/ ). On a pris le temps de suivre un peu la coupe du monde le soir, cetait drole, les Mongols sont plutot motives, ils ont installes des tentes avec des ecrans geants un peu partout dans la ville, ils boivent de la biere en regardant les matchs. Au debut, on a un peu hallucine parce quen fait, nous, quand y a un match, on est pour telle ou telle equipe, ici, des qu il y avait un but dun cote comme de lautre, ils se levaient, criaient, trop content. En fait, ils en ont rien a tape des equipes mais sont juste la pour apprecier le moment et boire des coups. Dailleurs, en parlant de boire des coups, ils sont plutot portes sur la bouteille. A tout moment de la journee, on croise des mecs completement, mais completement saouls,  partout et tout le temps. Ca, pour kiffer la vodka, ils la kiffent.

On se motive donc a partir avec le bus local vers le desert de Gobi avec les Joni. 10 minutes avant de prendre le bus, ils se sont fait piques leur sac avec passeports donc visas, ordi…bref la total. Donc oblige dannuler le periple, pour eux tout du moins puisquils doivent aller a la police, a lambassade… Le bad. On decide donc de decaler notre depart au lendemain, histoire de leur remonter un peu le moral et de passer une derniere soiree avec eux. En plus, on avait rencontre Pierre a la Guest House, un fana de la Mongolie, qui vient depuis un petit moment ici, qui connait du coup pas mal le pays, qui a appris le mongol et qui partait justement le lendemain.  

On sembarque donc en direction de Dalanzadgad pour 16h de bus, un trajet un peu dans le meme delire que Ouaga- Cotonou  - pour ceux qui sen souviennent – mais peut etre en un peu mieux. On se retrouve aux places les pires, adosses au moteur donc on creve de chaud, avec des vieilles en face de nous donc pas de place pour les jambes et un gros plein de soupe a notre gauche qui a dormi pendant la totalite du trajet sur notre sac de bouffe et qui prenait toute la place. Autant vous dire quon a du coup pas beaucoup dormi. Les pistes en plus secouaient pas mal donc impossible de caler ta tete sans sauter dans tous les sens a chaque bosse. 

On sest retrouve dans une Guest House mais cette fois cetait un camp de yourte tenue par une mongole mais qui parlait francais, quelle aubaine.

On organise donc notre periple dans le Gobi pour les 3 jours suivants. On part le vendredi en direction de Yolyn Am dans une jeep russe avec un chauffeur qui parlait pas un mot danglais.

Cest en fait une gorge situee dans le parc national. Cest assez impressionnant a voir et on a une fois de plus pu marcher sur la glace le long de la gorge.



Le lendemain, on part cette fois ci avec Pierre et un autre chauffeur en direction de Khongoryn Els, plus loin dans le desert de Gobi. Comme Pierre parle mongol, on apprend beaucoup plus de choses sur le Gobi, les animaux, le mode de vie, le chauffeur est un vieux qui connait tres bien le coin.








On se rend vite compte avec Louis quon est bien content davoir laisse les motos a UB, les pistes sont vraiment mauvaises, et y a vraiment personne pour te guider. Avec une densite de 0,3 habitants au kilometre carre, autant vous dire quon a croise beaucoup plus de chameaux que de gens.

Ca valait le coup detre vu, nous qui pensions que le desert de Gobi etait presque integralement recouvert de sable – comme dans les cartes postales quoi – on a ete surpris en decouvrant qu en fait, cest de la steppe tres aride partout sauf a un endroit ou s etendent des dunes de sable qui peuvent atteindre 200m de haut, qui setendent sur 100 km de longueur mais qui sont relativement etroites (de 6 a 12 km ). A Khongoryn Els, on peut observer les trois paysages consecutivement, steppe, dunes de sable et montagne. Cest assez impressionnant. 










On passe la soiree a jouer avec les enfants de la-bas qui sont tres sympatiques et tres joueurs.


On en a profite pour faire les vrais vrais touristes en faisant une ballade en chameau dans les dunes.

Conclusion : cest moche, ca pue et ca navance pas un chameau. Comme ils ont creve la dalle cet hiver, cest drole parcequils ont presque tous les 2  bosses de travers. En fait cest des bosses de graisse…bah.

Derniere destination : Bayanzag. Ancienne mer assechee transformee en falaises de couleur ocre. Cest la quon a decouvert une grande partie des squellettes et doeufs de dinosaures.

Nous revoila a UB, on a retrouve les Joni qui galerent avec leurs passeports. On pense refaire un petit tour, destination a definir.

A tres vite.

Louis et Anne

Com 26.06


Com 26.06


 

 

08/06 : Sortis des galeres, en route pour UB

publié le 7 juin 2010 à 22:35 par Nomads Land   [ mis à jour : 24 juin 2010 à 01:53 ]

Salut la compagnie,

quoi de neuf depuis les denieres nouvelles, et bien plein de choses...et des bonnes cette fois. On commence a plus profiter de ce pays aux paysages naturels preserves et presque a prendre du plaisir a rouler sur la piste...enfin presque.




Notre excursion au Lac Khosvgol pour nous rafraichir pendant ce climat si torride nous a rafraichit, c est le moins qu on puisse dire, car la temperature a bien chute de 15 degres en une nuit...finalement on a du prendre la route sous la pluie par un vent glacial pour arriver a Khatgal et marcher sur la banquise. En fait, ce lac a l eau si claire, et si pure qu on peut directement la boire, n avait pas encore degele depuis l hiver, alors on a assite a un superbe spectacle de fonte de glace.



Ici, l hiver les camions peuvent traverser les 30 km de largeur du  lac sur une glace epaisse de pres de 80 cm...

C etait stupefiant meme si pour meriter ce spectacle on a du se geler les miches. On a d ailleurs pu en profiter pour faire ressortir nos ames scoutes autour d un joli feu de camp.



Le lendemain, on repart en arriere vers Moron, et on  y recroise deux anglais a velo, Tom et Andy, que nous avions vu deux jours plus tot. On partage un repas puis la soiree dans une guesthouse de la ville. C etait vraiment sympa de pouvoir partager avec eux nos impressions sur la Mongolie et les voyages en general.
Leur site : www.ride-earth.org.uk. On leur souhaite bonne route vers l Ouest de l Mongolie.


Bref, un petit check up de la moto de Anne revele un bruit suspect au niveau de la distribution, alors une fois de plus, on passe une matinee a reparer tout avec rien, il s avere finalement que c est la chaine de distribution qui est en train de rendre l ame puisque elle est completement detendue, alors fabrication d un nouveau tendeur de chaine, plus long pour palier au probleme. Apres 300km ca a l air de tenir mais a terme, ca finira inevitablement par lacher...on croise les doigts et on sert fort les fesses. D ailleurs ce nouveau probleme nous a decide a prendre le transsiberien pour le retour, depuis Irkust jusque Moscou, histoire d economiser les motos et de gagner du temps pour mieux decouvrir Moscou et Berlin par la suite.

L apres midi, on part en direction de Bulgan. On roule pas mal car on attend des amis a UB, Nico et Joanne qui etaient partis en Australie a moto l annee derniere et qui reviennent en France via le Transsiberien. Mais c etait sans penser que la Mongolie nous jouerait encore des tours...alors que le temps etait redevenu clement, une bonne tempete de neige en pleine nuit nous a force a attendre une journee au chaud dans la tente avant de reprendre la route aujourd hui sur des routes boueuses.



Neanmoins nous avons rejoint Bulgan sans encombre car cest a partir de la que commence le reseau de routes asphaltees...Youpi. On ne pensait vraiment pas etre si content de retrouver du bitume, mais au moins ca nous permet de faire plus de 120km dans une journee.

Cet apres-midi, on repart en direction de Erdenet puis Darkhan pour ensuite redescendre vers UB.

a bientot

Anne et Loulou

PS 1 : Vu que Google ne nous fait plus de misere et qu ici la connexion va bien on a mis des photos sur le message precedent 02/06: La Mongolie, cest sportif mais chouette

PS 2 : on vous a mis aussi la video du passage de gue a cote de Tsaagannur 27/05/2010 : Arrivee en Mongolie, et premieres aventures

Commentaires

Commentaires 08.06


02/06: La Mongolie, cest sportif ms chouette

publié le 2 juin 2010 à 00:12 par Louis DEFRENNE   [ mis à jour le·1 juil. 2010 à 23:05 par Nomads Land ]

Salut la compagnie,

Notre dernier message netait pas tres optimiste alors on vous rassure, le moral est remonte. La traversse de lAltai na pas ete une partie de plaisir meme si les paysages sont spendides, on a trop galere a soriente et a conduire sur ces pistes sableuses pour apprecier a sa juste valeur la beaute du paysage mongol.

Depuis notre derniere etape a Ullangom, on a pu decouvrir la vie des nomades, on sest fait invite a bouffer dans plusieurs yourtes. Malgre leurs abords un peu froids, les mongols sont tres accueillants et linterieur des yourtes nous a semble plus que chaleureux. On a pu goutte leur the au lait, leur tarag, sorte de fromage blanc assez amer qui fermente dans un seau en plastique sous le lit de la mere...des raviolis et la classique soupe de nouille au gras de mouton.




Les paysages sont toujours aussi splendides, on sen lasserait presque. Il commence neanmoins a change avec le retour de la verdure aux abords des rivieres.





Lorientation est encore difficile mais on sameliore en demandant tous les dix kilometres notre chemin au premier pello trouve. On avance quand meme pas tres vite puisquon fait en moyenne pour linstant du 80 kilometres a vol doiseau par jour...
On est actuellement a Moron et partons en direction du lac Khovs-Gol au nord pour profiter un peu. On a retire nos doudounes, nos doublures et nos gants dhiver parce quil fait maintenant super chaud. On etouffe dans nos casques. On pense rejoindre Oulan Bator dici un peu plus de huit jours.

Desole pour les photos, google nous fait des siennes et a verrouille notre compte...la prochaine fois on lespere.

Bises a tous

Louis et Anne

27/05 : Premieres aventures en Mongolie

publié le 26 mai 2010 à 23:48 par Nomads Land   [ mis à jour : 1 juil. 2010 à 23:43 ]


Bonjour a tous,
 
Ca fait deja un bout de temps qu il nous a ete impossible de vous donner des nouvelles, mais le temps nous manque presque...faut dire qu on a pas chomer depuis notre depart de Astana...
 
Bref, notre visa de transit russe en poche, on file a la frontiere, on a un peu de temps devant nous donc on repare un derniere fois nos porte bagages dans la ville de Pavlodar chez un couple bien sympayhique Sacha et Julia.


On passe la frontiere un peu difficilement car les douaniers Kazak sont un peu relou, ils ont absolument tout inspecter en detail, avec meme un grand sourire lorsqu ils ont mis la main sur un sachet de sel de 500g...
 
Arrivee en Russie sans encombre, on file en direction de la ville de Barnaul...pas de probleme jusque la, mais il nous fallait absolument trouver un nouveau pneu arriere pour les deux machines avant d attaquer la Mongolie, mais c est plus facile a dire qu a faire. Finalement, on en trouve un seul pour la moto de Anne dans le repere de Victor et Lana, a vrai dire le seul garage, enfin atelier moto, de la region ; www.motoxayc22.ru


On perd un jour avec cette histoire de pneu alors que nous n avons que 5 jours  pour parcourir les 1200 km qui nous separe de la frontiere mongole...mais ce pneu neuf creve apres 50 km et la reparation sur le bord de la route nous impose d en changer par un autre neuf trouve 80 km plus loin a Bijsk..encore du temps de perdu alors maintenant on roule on roule 450 km par jour pour etre a l heure a la frontiere... d autant plus que nous avons du ressortir les gants d hiver, les cagoules et les doudounes pour affronter l Altai sous la neige...malgre ces petits desagrements, la route est magique et les paysages superbes, on se serait cru dans la Suisse d antant, avec des maisons en bois, des elevages et de la belle nature.
 
on en profite a peine car il faut tracer.
 
On arrive a la frontiere mongole le 20 mai au soir apres une rude journee de route...
et maintenant commence le periple sur la piste, fini l asphalte et bienvenue aux graviers et routes de sable...c est errintant de rouler la dessus, et pas que pour nous car les motos trinquent aussi. A peine 20 km apres notre premier bivouac dans ce desert de rocaille, le moteur de Anne est litteralement bloque, plus de kick, plus rien...On se dit que c est la fin car a ce moment la on est pris dans une tempete de vent et de sable a decorner les boeufs : on ne tient meme plus debout et impossible de rouler, alors on attend une ame charitable qui nous sortira de ce merdier.



L ame on l a trouver mais elle est pas vraiment charitable mais bien interesse par nos pepetes...a savoir 30 dollars la livraison de la moto a 20 km. Bref on n a pas le choix alors on obtempere et on banque.
 
Un petit bivouac et on repare des le lendemain, oblige de demonter le moteur en entier, car c est le balancier d equilibrage qui nous a lache...retour aux mains pleines de cambouis et aux incertitudes. Finalement, on prend la decision de remonter ce moteur si fiable (?) sans ce balancier et ca tourne...bon ca vibre vraiment beaucoup mais la moto roule. Heureusement pour ce remontage, Loulou a eu un coup de main de la part d un Mongol chez qui on a loge pendant 2 jours.
 
 

Et maintenant Go en direction de Ulaangom. On ne sait pas combien de fois on a pu prononcer le nom de cette ville pour essayer de trouver la route, mais c est consequent. Ici, point de route unique, point de balisage et surtout point d asphalte...juste la galere de rouler dans le sable a se peter la gueule jusque 7 fois dans la journee pour Anne et d avoir des courbatures dans les bras et les epaules le soir alors qu on a juste fait 80km dans la journee a vol d oiseau et en plus pas dans la bonne direction.
 
 
Bref au final, on echappe de justesse a la panne seche, on l a echappe belle en traversant un gue ou l eau et le courant montaient jusque mi cuisse (au passage on remercie nos sauveurs, a savoir deux cavaliers et leurs montures qui ont tracte la moto de Loulou calee au beau milieu de la riviere),


Le passage du gue


 
On a vraiment lutte pour parcourir 400 km au lieu de 180 km prevu...
 
Heureusement, on va bien, le moral remonte au fur et a mesure que la direction s affine et aujourd hui, nous sommes a Ulaangom, le moral regonfle a bloc alors que 24h plus tot on a failli jeter l eponge en plein desert. Mais il faut bien l avouer, les paysages sont superbes et on croirait a chaque instant etre sur une carte postale tellement c est magnifique : le desert, la steppe, les montagnes, les lacs, les yourtes et les troupeaux c est fou le sentiment que ca vous laisse.
 
 



 
 

On reprend la route en direction de Moron en esperant avoir laisser les galeres derriere nous. On a abandonne l idee de partir dans le desert de Gobi, car sans assisatance ca nous parait assez peu recommande meme si certains l ont fait, nous on se dit qu on a pas l etoffe pour rouler dans un desert de sable sans savoir ou aller et ou se ravitailler...bref, c est la sagesse qui nous guide dans ce choix et les petits bras de Anne qui n en peuvent plus de ramasser cette moto trop lourde et loulou qui a trop peur pour sa douce. Peut etre une prochaine fois, quand on le sentira, qu on aura plus d experience et qu on parlera le mongol couramment.
 
A bientot pour la suite des aventures.
 
 
Anne et Loulou
 

 

Commentaires

 

com1

10 mai 2010 : Le Kazakhstan, cest grand...

publié le 10 mai 2010 à 07:43 par Nomads Land   [ mis à jour : 11 mai 2010 à 21:58 ]

Coucou tout le monde,

Les cybers au Kazakhstan ne courent pas les rues alors il a fallu attendre detre a Astana la capitale pour vous donner des nouvelles fraiches...

Partis avec notre ami Liocha en direction de Ouralski, les routes sont plus que bonnes. Cetait trop beau davancer si vite en si peu de temps...

La moto de Louis commence a faire Clac Clac. On est contraint de sarreter pour identifier le probleme.En fait une des vis de reglage de culbuteur d une soupape d admission s est fait la malle avec son ecrou et la rondelle de calage ondulfex du culbuteur...fallait voir le boucan que le moteur faisait, meme si la moto manquait pas mal de peche, avec ce probleme on accrochait encore le 100km/h ? etonnant vu le jeu aux soupapes qu il y avait : 3mm au lieu de 0.10mm.. bref on voit bien le probleme sur la photo


On se retrouve obliges douvrir le moteur mais impossible de bouger la moto de place. Notre mecanique en pleine steppe au milieu de nulle part ne peut pas durer. Notre ami Liocha ne pouvant plus nous etre dune grande aide nous laisse au milieu de nulle part. La ville la plus proche est a 200 km de la.
Cest alors quun routier, Anatoly sarrete pour la nuit la ou nous sommes et on commence a causer, les motos, la panne..., il nous invite a boire un coup dans son camion. On sympathise, on boit des coups, cest sympa. A la fin de la soiree, passant par Atyrau, a 200km de la le lendemain, il nous propose de mettre la moto sous son camion pour que nous puissions trouver un garage et reparer cette panne. Son camion est scelle, impossible donc de mettre la moto a larriere. Il propose donc de coucher la moto sous le camion entre les roues. Nous voila donc a 23h couches sous le camion a essayer de sangler la moto du mieux quon peut sous le camion !!! Loulou netait pas tres fiere...
Retour 200 km en arriere pour reparer cette panne. Anatoly nous lache avec tout notre barda comme prevu a lentree de la ville.

Charges comme des mules avec une moto qui ne roule pas, on se demande comment faire pour atteindre le premier garage dans une ville inconnue. Mais les rencontres au Kazakhstans sont toujours impressionnantes. Arrive alors Dina, le fils dun ami de Liocha qui nous avait donne un coup de main lavant veille et qui se demene pour nous aider. 1 heure plus tard, Louis remet les mains dans le cambouis dans le garage du pere et la panne en fin dapres midi est resolue. Nous passons la nuit dans ce garage pour repartir le lendemain loin des zones urbaines.


Deux jours plus tard, le regulator de ma moto nous lache, mon cher et tendre demarreur electrique est donc HS. Heureusement que nous avons un kick sur nos motos mais pour linstant, cest plutot dur de kicker alors cest pas tres pratique... On a eu un gros ras le bol de la mecanique et des motos qui semblent prendre trop cheres. Les fixations de nos portes bagages se fissurent constamment. Mais on a repris du poil de la bete en se disant quon irait jusquen Mongolie et que de toute facon, si une des motos nous lache maintenant, on ne regrettera rien, cetait deja chouette davoir pu traverser tous ces pays et rencontrer tous ces gens.

Les paysages en direction dOuralski, au plein nord du Kazakh commencent a changer. Plus de chameaux mais du vert et surtout plus darbres. Ca fait du bien. 1500 km sans que le paysage ne change dun poil, cest long, et encore on nest pas en velo ou a pied...




On na pas mal roule jusqua Aktobe ou les routes sont en plus ou moins bon etat. A Aktobe, on a fait la rencontre dun jeune Anthony qui lui aussi a voyage en Russie en auto stop et voulait nous donner un coup de main. Il nous a invite chez lui pour manger et finalment, on y est reste la nuit dapres. Cetait sympa parce quon a rencontre son pere, on a vecu dans leur appartement avec eux en voyant comment ils vivent, dans leur quartier a la peripherie de la ville qui ressemble a nos banlieues a la francaise qui posent aujourdhui probleme. Il semble y faire bon vivre la bas, tout le monde se connait, les appartement sont pas trop mal, avec une baignoire et plus de confort qua la campagne. Cest la seule personne avec qui on a pu tant partage au Kazakhstan puisquil parlait un peu anglais.


Le midi, on sarrete generalement dans des petits cafes au bord de la route ou une femme ou deux preparent un plat pour les routiers de passage. Cest sympas, on mange local, cest pas cher et on rencontre du monde. Ils mangent beaucoup de soupes avec de la viande, du chou, des tomates, des pommes de terre dedans et parfois, ils servent de la viande en sauce avec des pommes de terre toujours servi avec un the.

Et lavantage ici cest que nous navons aucun probleme pour trouver un coin pour planter la tente. Nous commencons  etre rode sur le quotidien du camping, trouver de leau, montage de tente, toilette (enfin, pas trop souvent qd meme), bouffe, lessive meme parfois, mots croises et au lit. Le beau temps est avec nous depuis Aktobe, on a range nos doublures et gros pulls, un peu trop vite peut etre mais il a fait bien chaud. Linconvenient est quon sest tape des moustiques a gogo deux nuits daffilee a pas pouvoir rester dehors pour faire la bouffe ou manger.


Nous voila donc a Astana depuis hier ou nous attendons le visa de transit russe pour pouvoir atteindre la Mongolie. On est pas trop fan des grandes villes a moto alors on sest trouver un hotel plus que luxueux pour pas trop cher histoire de poser nos affaires et les motos trois jours au meme endroit. Enfin, cest cher, y a du monde et pas grand chose a voir donc on espere pas rester la trop longtemps. Mais ca fait plaisir de prendre une vraie douche, de se raser a l eau chaude et de se couper les tiffs, depuis le temps que ca poussait...


Voila, derniere ligne droite avant de decouvrir ce pays qui etait un peu la destination de notre voyage, meme si linteret etait aussi de decouvrir les pays par lesquels on passait. Les gens dici nous prennent pour des fous, ils disent tous que la Mongolie, faut pas y aller, il fait froid et y a pas de routes, y a personne en fait...On veut quand meme le voir de nos propres yeux !

La bise a tous,

Louis et Anne



PS : On espere mettre des photos rapidement mais cest pas evident, cest long et les ordis ici rament...Dsle

PS2 : VOILA LES PHOTOS et on a aussi rajoute des photos dans le message precedent

Les anciens commentaires

les commentaires

Postez vos commentaires ici :


 





27.04.2010 : A nous les grandes steppes Kazak

publié le 27 avr. 2010 à 07:51 par Nomads Land   [ mis à jour : 1 juil. 2010 à 22:49 ]

Salut la compagnie,

Fallait bien que l on vous ecrive avec un peu de retard, histoire de pimenter la vie de certains...

Bref 10 jours sans nouvelle mais 10 jours pleins d aventures loin des civilisations occidentalisees.
Nous avons donc profite de la ville de Bakou pendant pres dune semaine dans lattente de prendre un bateau direction Aktau au Kazakhstan.
Compte tenu de lorganisation ou plutot la desorganisation du trafic portuaire, impossible de savoir quand un bateau part.
On sest donc retrouve a appeler tous les jours le port ou a finir par y aller chaque jour. Entre temps, on a ete accueilli par un ami d Abbas (un contact de Vinc) : Murrah qui nous a donc nourris, loges, promenes pendant cette longue semaine a ne pas savoir quoi faire

 

 
 
 

 

 

Bref, on a squatte chaque jour au Centre culturel francais de Baku et on y a meme tenu un atelier de conversation francaise avec des Azeri ...finalement bien que nos routes nous aient precedemment separe, on retrouve nous deux franchouillards Sophie et Olivier qui eux attendent un autre bateau pour le Turkhmenistan, on passe une aprem a boire des coups et a se marrer. Eux etaient obliges de rester en permanence sur le port a cause d une vague histoire de douanes a cause du camion, alors c est grace a eux qu on a pu choper notre fucking boat, ils nous ont prevenus juste a temps ...
Nous voila donc embarques sur ce raffio, plutot moderne , a notre grande surprise c est presque le confort dans la cabine que nous partagerons avec un camionneur azeri et un voyageur allemand Dietrich.
 
 


Embarque c est le cas de le dire, on grimpe a bord vers 19h et le bateau sort du port vers 23h pour une traversee de 20h...on pensait donc arrive de nuit a Aktau mais le bateau est reste au mouillage encore toute la nuit suivante soit 36h de traversee au final. C est particulier de se retrouver dans une si petite cabine apres avoir vecu a l air libre pendant deux mois, j en suis meme tombe de la couchette le matin. Mais nous voila enfin au Kazak, apres 5h passe a la douane a chercher et rechercher les differents bureaux pour avoir de jolis tampons sur des papiers ecrits en cyrilliques sans aucun sens pour nous. Mais c est fait, alors a nous les grands espaces et la steppe...et les problemes qui vont avec.

On roule bon train au debut sur des routes dans un etat d abord surprenant puis arrive la piste, la vraie, celle sur laquelle on est force de limiter la marche a 50km/h et de zigzaguer entre cailloux, graviers, trous, chameaux, chevaux et autres subtilites inconnus pour les europeens. Mais on est parti pour ca non?


premier bivouac dans la steppe au milieu de rien, pas un arbre, pas un chat, juste de jolies petites bestioles qui ressemblent a des lemuriens et qui creusent des terriers propices a l ensablement des motos...Loulou a pu en faire l experience.

Mais c est sublime, alors on reste sur notre bivouac pendant une journee pour faire un check up des machines avant le grand Est...premier constat, des fissures sur les porte bagages a cause des vibrations, des vis perdues et bla bla bla et meme une bequille laterale de cassee, qui sera reparee le lendemain dans un tcho garageot.

De nouveau sur la route, de nouveau la piste, de nouveau des vis perdus et un vent a decorner les boeufs...mais c est chouette, on essaie de causer en russe, quelques mots importants surtout et partout on suscite la curiosite et l etonnement avec nos deux grosses machines soties du Dakar.

Et nous voila dans la ville de Beyneu ou on tombe sur l oncle Lyoucha, un fada de moto, qui parle que russe, ne boit que du Cognac mais qui a un sacre sens de l hospitalite...on passe la journee et la nuit chez lui, on ressoude des trucs, on bouffe et boit et maintenant on est sur la route avec lui, car il partait en moto au mariage de son fils au nord du Kazak. On est donc 3 sur la route, nos deux Yam et sa BMW, cette nuit, on fait halte a Atyrau avant de repartir demain pour une nouvelle longue journee de route (500km), cette fois sur de la route asphaltee droite comme un militaire...Youpi on roule a 100.


a bientot et pour Sophie et Olivier, bonne route au Turkmen, on pense a vous tous.

Anne et Loulou

13/04 : Juste arrives a Bakou apres 7500km

publié le 13 avr. 2010 à 00:53 par Nomads Land   [ mis à jour : 1 juil. 2010 à 23:17 ]

Salam a tous (on essaye de baraguouiner l azeri quand meme)

Que de changement de plan et de belles rencontres ces derniers jours depuis que l on s est fait refoule de la frontiere armenienne....

La petite anecdote la voici : a peine a 50km de la frontiere armenienne, une pluie battante nous impose un arret d urgence dans une sorte de prairie. On passe une nuit assez chaotique entre le vent et la pluie pour se reveiller le matin avec un peu de neige sur la toile...mais il semblait faire beau alors on s arnache mais au moment de monter sur les motos c est de nouveau un deluge de neige fondue qui nous tombe sur le rable mais on decolle malgre tout...enfin c est vite dit car la piste empruntee la veille pour trouver ce campement s est transformee avec la pluie en un bourbier affreux : de la boue jusqu a la moitie des roues ca commence a devenir difficile de conduire, ca glisse de derrière, de devant et on est déjà trempe de l intérieur a force de sueur froide...30 min pour faire 100m et on est de nouveau sur la route en direction de la frontière armenienne.

Vent et pluie au rendez vous jusque la frontiere, enfin plutot la caserne qui nous attendait de pied ferme. Route barree et panneau en turque qui ne semble pas accueillant. Malgre tout Anne s aventure a pied jusque la barriere suivante 200m plus loin, Loulou en retrait reste avec les meules. Arrivee pas trop loin des militaires, Anne, les deux bras en l air,  est deja braquee par une bonne dizaine de fous furieux vert kaki postes comme si on allait a l assaut de leur base. Finalement on comprend vite que la frontiere avec l Armenie est fermee.. c est con car on doit faire un bon detour de 500 km par la Georgie a la place.

On repart le jour meme en direction de Ardahan, ou nous passeront la nuit apres s etre gelé les mimines au point de ne plus pouvoir enlever nos gants. Malgre tout c était une riche journée ! On est arrive frigorifie le midi dans une petite ville ou on sest meme fait invite par des hommes dans un salon de the. Cetait tres sympa, au premier etage dune maison, une salle avec un poele au milieu remplie d homme jouant aux cartes. Un endroit insolite ou Anne etait surement la seule femme a rentre depuis des annees.




Lendemain direction la Georgie, en passant par Turgozu...mais quelle galere car il y a un foutu col a 2600m a passer et surtout une route de  70 km sineuse, lente et pas franchement bien DENEIGEE. Enfin ca on s en est rendu compte trop tard...on roule a l aveuglette, la visere givree, les deux pieds au sol pour stabiliser la meule mais c etait dur et Anne y defonse une valise en chutant sans gravite (enfin c est la gravite qui l a faite chuter...)

On s en sort et on passe la frontiere sans payer notre amende, on espere et on pense qu ils nous retrouveront jamais. Arrivee en Georgie, on apprecie ce changement radical de paysage de l autre cote des montagnes turques.

On trace le lendemain direction Tbilissi sur une route plutôt bonne. On se balade dans cette capitale, et on rencontre deux routards, a pied pour un tour du monde de 5 ans : www.toutenmarchant.com

Puis depart, on galere a sortir de cette ville disposee sur 3 grosses collines, le GPS est complètement dans les choux alors on tourne et retourne pour trouver un semblant de direction pour Bakou (environ 600km).

Mais patatrat, sur une route pas terrible, Anne chasse de l arriere et c est la chute a haute vitesse...Loulou, 200m plus loin, qui ne voit plus sa bien aime dans son retro, fait demi tour, mais elle est debout : plus de peur que de mal, juste une valise plus franchement belle réparée au scotch américain...tout roule !

Ce petit épisode nous a permis de rencontrer deux autres francais, qui se sont arrete : Olivier et Sophie qui sont en camion en direction du Kirgisthan. Cool, on sympathise, on mange et passe la soiree ensemble dans leur camion a siroter des verres de vin géorgien...et pour une fois on ne se couche pas a 20h ! http://olivier-combes.blogspot.com

(Photos prises par Olivier le lendemain matin)





Avec un peu de chance on les reverra a Bakou quand ils y arriveront (ils attendaient le visa Azeri) a Tbilissi.

Nous on est a Bakou depuis hier soir et un pote de Vincent, Abbas, nous a loge chez deux de ses amis le temps que l on fasse nos démarches d enregistrement des motos aux douanes et qu on trouve un bateau pour se rendre a Aktau au Kazaksthan....ca parait facile a dire comme ca mais en vrai c est parfois galère.

A bientot




com




1-10 of 21