Aquadomitia

Membres du groupe

  1. Aoulad hadj aissa Fadoua
  2. Asselos Carle
  3. Boukhatem Myriame
  4. Fouquet Gaël

Cas traité

    Le projet Aquadomitia a été lancé en 2005 pour répondre aux besoins en eau de la région Languedoc Roussillon. Cette région dispose d’une ressource unique en eau ; il est ainsi nécessaire de prendre en compte le besoin d’une seconde ressource afin de sécuriser l’approvisionnement en cas d’accident sur la ressource principale. Le projet consiste à étendre le canal Philippe Lacour par une conduite jusque dans l’Aude permettant de concilier le développement économique de la région et la préservation de l’environnement.  Les objectifs étant de, d’une part de sécuriser l’alimentation en eau potable par l’apport d’une deuxième ressource en cas de sècheresse ou de pollution. (Apport de l’eau du Rhône). D’autre part, alléger la pression sur les milieux  fragiles (Lez, Mosson, Hérault, nappe Astienne…) en apportant une ressource de substitution. Ensuite, accompagner le développement économique régional tout en préservant l’environnement. Enfin, maintenir et développer  une agriculture diversifiée de qualité et une viticulture compétitive malgré le changement climatique.

    Le porteur de projet est la région Languedoc Roussillon qui a eu la compétence de la gestion en eau en 2008 ; et le maitre d’ouvrage est le BRL. Le projet est découpé en 5 maillons afin de répondre aux enjeux spécifiques de chaque territoire. Mais encore, les acteurs au niveau local participent à la mise en œuvre du projet. (Collectivités…)

    Ce projet est estimé à 140 millions d’euros. Le projet Aquadomitia  a été présenté à la commission Nationale de Débat Public qui a décidé de lancer un débat public permettant de mettre en commun la réflexion et de répondre aux interrogations.
Sources:

 http://www.debatpublic-aquadomitia.org/docs/pdf/synthese-du-dossier-du-maitre-d-ouvrage.pdf

 http://www.debatpublic-aquadomitia.org/docs/pdf/dossier-du-maitre-d-ouvrage.pdf 

http://www.languedoc-roussillon.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/3_AQUA2020_Domitia_Claude_ALLET_cle6a2b16.pdf

                                                                      

Principaux enjeux et contraintes de développement

    Le Languedoc-Roussillon se trouve face à une demande d’eau croissante, cependant ses ressources ne sont pas illimitées. Le projet de desserte en eau brute Aqua Domitia a pour objectif de compléter le Réseau Hydraulique Régional afin d’apporter une deuxième ressource en eau pour les territoires et en assurer la sécurité pour les générations futures. Il consiste à construire des artères hydrauliques de gros débit, permettant d’étendre la desserte à partir du Rhône vers des secteurs à ressources déficitaires ou limitées.

    Ce projet, porté par la Région, gestionnaire du réseau, et par son concessionnaire BRL,  va relier les réseaux alimentés par le Rhône avec ceux alimentés par l’Orb, l’Hérault et l’Aude touchant cinq maillons distincts (le maillon Nord-Ouest Montpellier, le maillon Val d'Hérault, le maillon Littoral Audois, le maillon Minervois, le maillon Biterrois).

    Pour résumer, les grands enjeux à retenir :

- satisfaire et sécuriser les besoins en eau potable (habitants)

- des gains de rendement sur les réseaux de distribution d’eau potable (habitants)

- augmentation des surfaces agricoles irriguées (agriculteurs)

- rentabiliser et optimiser la production viticole (viticulteurs)

- diversification des cultures dominée par la monoculture de la vigne (agriculteurs).

    Ce projet répond aux besoins estivaux en venant compenser l’absence de ressources naturelles exploitables sans engendrer des impacts écologiques. Par ailleurs Aqua Domitia permettrait d’augmenter d’environ 10 % les surfaces irriguées en Languedoc-Roussillon

    Principalement utilisés pour l’arrosage et l’irrigation, les prélèvements d’eau dans les fleuves et les rivières  vont être réduits grâce à Aqua Domitia en ne prélevant que 1% du débit d’étiage du Rhône.

    Cependant, à côté de ces différents enjeux énoncés, le projet Aqua Domitia doit faire face à de nombreuses contraintes sur plusieurs niveaux :

  •   Ecosystème

    La traversée de ce bassin touche certaines nappes, notamment celles d’accompagnement des grands fleuves côtiers (Hérault, Orb, Aude) et les nappes karstiques qui sont les plus touchées. Il « traverse une très grande variété de faciès géologiques » ; et peut être dommageable à la biodiversité.

De plus, le rejet de saumures et de produits chimiques utilisés sont nuisibles à l’environnement.  

    En effet, « ces rejets peuvent localement altérer la qualité de l’eau et avoir un impact sur les sédiments, voire sur la faune et la flore des écosystèmes marins. Indirectement, l’activité de la pêche peut aussi être affectée. »

  •   Humain

    La mise en place d’un tel projet, concernant notamment l’exploitation de différents aquifères qui sont des ressources supplémentaires en eau, nécessite une connaissance tant au niveau des besoins de la population concernée, son impact sur ces zones environnantes, que sur la capacité du bassin à irriguer ces différentes zones.

    Cependant, face à l’insuffisance de ces connaissances à ce sujet, des études plus poussées sont nécessaires.

  •   Financier

Les aquifères sont situés assez loin des villes et leurs exploitations suscitent un budget important.

    En effet, « leur distance aux agglomérations principales ou aux plaines agricoles ainsi que les difficultés parfois liées à leur utilisation peuvent rendre leur exploitation très coûteuse ».

Le dessalement de l’eau nécessite également une contribution financière importante.

  •   Gestion

    Les modes d’usage de la gestion de l’eau est un problème. En effet, les différents acteurs (agriculteurs, viticulteurs …) ont des problèmes concernant l’accès à l’irrigation

  •   Besoins

    On prévoit des besoins en eau potable trop important par rapport à la population concernée et conduit donc à des dépenses inutiles.

.

Schéma spatial



Acteurs

Liste (tableau) des acteurs de ce territoire, selon le modèle descriptif suivant :
 Acteur Localisation Ressources
contrôlées
Objectifs - Buts Actions possibles   Besoins (ressources requises)  Relations avec autres acteurs
 Région : L-R
 Montpellier  Réseaux hydrauliques
Budget
Concertation
 Apporter une deuxième ressource en eau  Relier les réseaux alimentés par le Rhône avec ceux alimentés par l’Orb, l’Hérault et l’Aude  Financières,
foncières
Les 5 maillons, BRL
 BRL  Montpellier Techniques, technologiques, savoir faire
Concertation
Mettre en œuvre la politique publique et mettre à disposition des ressources en eau
Mise en place du plan d'action
 Financières, matérielles
Les 5 maillons, la région
 Les 4 maillons
Région
Financières, foncières
 Favoriser l'irrigation
Participation au financement
 Financières, foncières
Région, le maillon Biterrois, BRL
 Le maillon Biterrois
 Béziers  Financières, foncières
 Un meilleur apport en eau potable
Participation au financement
 Financières, foncières
 Région, les 4 maillons, BRL

 Agriculteurs irrigants et à sec
 Région  Sol, production agricole et vote
 Favoriser l'accès à l'eau pour leur production
Augmenter leur production
 Eau, financières
 Partenaires publics
 Viticulteurs
 Région  Sol, production viticole et vote  Favoriser l'accès à l'eau pour leur production Augmenter quantitativement
et qualitativement leur production
Eau, financières Partenaires publics
 Habitants  Région  vote,ressources finnancières (impôt)  accès à l'eau sans contribution excessive

petitions,  avis défavorable lors du débat public, discréditer les porteurs de projets           

concertations dialogue pour engager une action commune,savoir, soutien des associations.  Liens avec les associations, les maillons et les elus de la région. 

Associations contre

 Région Influence l'opinion publique  Restreindre l'exercice du pouvoir en place car le projet est couteux.

 proposer une alternative aux décisions

action de sensibilisation

 financier

la participation des habitants

 les habitants, les elus de la region, les maillons.


Graphe fonctionnel du territoire



Processus participatif envisagé - étapes

 

Notre plan d’action nécessite une très forte  mobilisation, celle-ci n’affectant pas toutes les catégories : elles sont différenciées selon les actions.

Par ailleurs, pour les actions revendicatrices, les associations et les habitants ont un fort besoin de savoir et d’information pour sensibiliser, agir et défendre leur point de vue.

Il faut aussi souligner que la réalisation de ce projet génère un budget assez important, du fait de nombreux travaux nécessaires (barrages, station de pompage...); qui soulève une contestation forte des habitants (les contribuables)  et des associations.

 

Efficacité des actions

C’est un projet où les conflits sont inévitables, dû à une forte mobilisation

Du point de vue économique et social, ce projet a un impact positif ; et touche en même temps très peu l’écologie.

 

Comments