L'évolution du langage écrit et oral chez l'enfant

Qu'est-ce-que le langage ?
 
Le langage est l'ensemble de ses capacités de communication. Il existe deux types de langage : le langage oral, c'est-à-dire la parole se développant chez l'enfant de 0 à 4 ans, et le langage écrit, c'est à dire la lecture et l'écriture. Après 14 ans, le jeune progresse peu en lecture. L'orthographe est en grande partie acquise à 16 ans.
 
L'évolution du langage oral :
Contrairement à l’acquisition de la marche, dont on peut retenir la date précise où l’enfant lâche la main de l’adulte, l’avènement du langage est progressif et s’étale sur plusieurs années. Il n’en tient pas moins du « petit miracle » quotidien, à mesure que le discours de l’enfant devient riche et articulé.

Après la naissance,
la mémoire de l’enfant se développe et contribue à affranchir l’enfant de « l’ici et maintenant » du monde des sensations. Il découvre alors les souvenirs des événements gratifiants ou déplaisants et comment il peut agir sur le psychisme d’autrui pour retrouver les sensations plaisantes et éviter les déplaisantes. Il le fait d’abord avec son répertoire d’expressions faciales, de cris et de babillages. C’est ce qu’on appel les stades pré-linguistiques qui correspondent, en gros, à la première année de vie de l’enfant.
Les enfants ne franchissent pas tous les mêmes étapes au même âge. Mais quelques repères indicatifs ont pu être déterminés.
 
  • Durant les deux premiers mois de la vie, l’enfant n’émet que des vocalisations réflexes ou quasi-réflexes où se mêlent cris et sons végétatifs (bâillements, soupirs, etc).

 

  • Vers 3 mois, le langage de l’enfant se résume à des gazouillis constitués de sons produits de manière non spécifique. Les premières syllabes archaïques ainsi produites par l'enfant sont liées à l'émergence du sourire, premier indice de la communication sociale.

 

  • Entre 3 et 8 mois, le babillage rudimentaire de l'enfant l’amène à jouer avec sa voix, à produire des sons très graves et très aigus, des hurlements ou des murmures.

  • Entre 5 et 10 mois apparaît ce qu’on appelle le babillage canonique. Il s’agit du point culminant du développement pré-linguistique. L’enfant possède alors les ingrédients de la future organisation langagière, c’est-à-dire des syllabes bien formées de type consonne-voyelle : /bababa/, mamama/, /papapa/, /tabada/, etc.

  • Vers 6-8 mois, les enfants commencent aussi à acquérir des éléments prosodiques (mélodiques et rythmiques) spécifiques à la langue de leur environnement. Les consonnes et les voyelles du babillage canonique commencent alors à refléter certaines spécificités de la langue de leur pays. C’est à cet âge, par exemple, que le petit japonais va cesser de distinguer le « r » et le « l».
  • Entre 7 et 12 mois, l’enfant comprend des ordres simples et familiers accompagnés d’un geste. C’est aussi la période du babillage mixte : les enfants commencent à produire des mots à l'intérieur du babillage.
  • Vers 11-13 mois, tous les sons que l'enfant produit appartiennent à sa langue maternelle. Il utilise de plus en plus fréquemment les gestes et les changements d'intonation pour donner du sens à ses "proto-mots". Progressivement, ces gestes qui soutiennent les proto-mots vont s’estomper et laisser place à des étiquettes sonores que comprend son entourage: les mots.

  • Juste avant les premiers mots cependant, une étape doit être franchie : celle du "pointer du doigt". En effet, jusqu'à 10 mois environ, un bébé coincé dans sa chaise haute manifestera son désir de s'approprier un objet éloigné parr un geste du bras, la paume ouverte vers le bas, et une grande agitation. Le tout est accompagné d'immenses vocalises et de regards orientés successivement vers l'objet et vers la mère.
    • Mais entre 11 et 13 mois, son attitude change radicalement car l’enfant parvient alors à pointer son index pour désigner l’objet désiré. Ce simple geste plante ni plus ni moins quelque chose dans le monde mental de l’autre. En fait, quand un enfant pointe du doigt, c’est qu’il a compris le principe de la parole et n’a plus qu’à apprendre à faire certains « gestes sonores » avec sa bouche et sa langue au lieu de pointer son doigt. Le pointer de l’index semble donc être un passage obligé vers les premiers mots (même si tous les enfants qui le font n’accèdent pas nécessairement au langage).
    L'évolution du langage écrit :
    L'acquisition du langage écrit débute à partir de 6 ans, une fois que l'enfant maîtrise suffisamment le langage oral.
    Les mécanismes spécifiques du traitement du langage écrit, c’est-à-dire l’identification et la compréhension des mots écrits sont détaillés en étapes successives : stade logographique (l’identification du mot écrit est basée sur la reconnaissance d’un « modèle visuel »), stade alphabétique (établissement d’un lien entre la graphie, les lettres de l’alphabet, et les phonèmes, les sons de la langue), puis stade orthographique (l’enfant lecteur est devenu capable de garder en mémoire des « codes phonologiques » auxquels il peut faire appel quand il le souhaite ). L'évolution du langage écrit est rapide : il se fait entre une et deux années d'apprentissage; l'enfant devient un "lecteur autonome".
     
    [Retour]
     
                       
    Comments