LES SPECTACLES‎ > ‎

- "Capitaine Bringuier"


( Ce Spectacle n'est plus à l'affiche )



 




Pièce de Pascal Lainé

    Mise en scène Nadyne Capelli

Scénographie Christian Santoul


    Avec Michel Vautrin et Florence Pilet

-   Spectacle Tout public 

-   Espaces culturels

-   Durée 1h.45



Synopsis :

       
    Un soi-disant guerrier, à bout de souffle, à bout de cœur, à bout de vie, mais qui ne manque ni de charme, ni de malice, se repasse inlassablement, depuis quarante ans, le film de son "Diên Biên Phû" , qu’il a gagné, tout seul, dans son studio transformé en bivouac…

          Jusqu’au jour où arrive l’aide ménagère envoyée par la mairie...Prévenue des lubies 

du  "Capitaine" , Roxane, n’entend pas se laisser faire : c’est serpillière et balai contre fusil et 

grenade.

   Qui aura le dernier mot : l’humour ? L’émotion ? La tendresse ?

   Drôle, émouvante, la pièce surprend et nous fait tomber à côté de nos certitudes. D’éclats 

de rire à gorge serrée, chacun trouve dans cette histoire d’amour et de folie, sa vérité et son 

plaisir.



L'auteur :




Note de l’auteur


             "Réformé Bringuier ! Trop de sucre dans le sang… Z’avez qu’à nous faire des confitures… "

… et Bringuier ne fut jamais soldat. Il trouva un emploi dans une compagnie d’assurances, plaça des polices sur la vie et, pendant quarante ans, rêva tout seul, dans son deux-pièces parisien, d’aventures et de gloire militaire.

Sa grande bataille, son éternel titre de gloire, ce sera "Diên Biên Phû" dont il fera, dans une éclatante victoire militaire : envers et contre tout, le "Capitaine Bringuier" aura changé le cours de l’histoire !... Jusqu’au jour où le modeste retraité ouvre sa porte à Roxane, la énième aide ménagère que lui envoie le bureau d’aide sociale de la mairie.

La jeune personne a du caractère et sait se défendre. On l’a prévenue de la lubie de Bringuier "complètement fêlé mais pas dangereux" , et elle entend bien ne pas s’en laisser conter : serpillière et balai, contre fusil mitrailleur et grenade. On verra bien à qui revient le dernier mot.

Mais le capitaine est un conteur né. Voilà quarante ans qu’il se repasse chaque jour le film de l’héroïque bataille, et il n’a pas la moindre intention de se laisser voler "sa victoire" . Ce n’est pas une gamine de vingt-cinq ans qui empêchera le poète d’écrire son grand-œuvre. Entreprise de séduction d’un genre nouveau, puisque Don Juan, lui-même, n’y avait pas pensé : se faire aimer d’une femme, ce n’est pas la posséder, lui prendre son âme et sa liberté, c’est au contraire lui offrir un monde, lui faire don d’une  vie plus riche dont elle n’avait jamais eu l’idée. Mais une vie,  dont lui-même, le Capitaine Bringuier, sera le seul héros et l’unique fondateur.

La vraie sagesse du capitaine est d’avoir compris que nul n’existe pour de bon, que nul n’accède à la vraie vie, s’il ne devient précisément le héros de sa propre existence dont il a su faire une aventure, une légende, et même si tout cela, bien sûr, n’est qu’invention et affabulation.

Cette pièce est une variation sur le thème, fameux entre tous, de Cyrano. Elle raconte l’amour incomparable et le secret qui peuvent naître entre une jeune fille et "son poète intime" .

C’est aussi, dans l’humour, toute l’absolue et folle générosité d’un homme dont toute l’existence prendra sens et se justifiera par le don qu’il fera de sa propre vie à celle qu’il aime "depuis toujours" , à celle qu’effectivement il rencontre, par hasard, dans sa rizière d’Indochine… à Paris ou ailleurs.





Distribution :


Bringuier :                                  Michel Vautrin

Roxane:                                       Florence Pilet

Rôle initialement tenu par :        Fanny Delunsch

Mise en scène :                           Nadyne Capelli

Scénographie :                         Christian Santoul

Atelier décor :                           Claude Belmont

Bande son :                                 Arnaud Duprey

Création lumières :                        Eric Stéphane

Affiche :                                  Christian Santoul

Communication :                     Françoise Santoul






Les comédiens :


 Michel Vautrin

   Floence Pilet


Fanny Delunsch

              


                                                                    
                                                                                                                                     
 
Metteure en scène :

Nadyne Capelli

 

         Parallèlement à des études de lettres classiques, Nadyne Capelli a été formée à Grenoble par René Lessage. Elle a poursuivi une carrière de comédienne, de metteur en scène et de professeur de théâtre, en Afrique, en province et à Paris.

        En 1998, elle est Sarah, dans la pièce de John Murrel  "Sarah ou le cri de la langouste"  et obtient le prix d'interprétation féminine Festhéa à Tours. En 2004, elle tourne dans le long métrage "Tic" de Philippe Loquet, en 2007 dans "Une vie d'artiste" de Marc Fitoussi, et en 2008 dans la sitcom "Cinq soeurs" .

        Elle crée et anime pendant 10 ans, de 1988 à1998, la troupe  "Les Tréteaux de la Renarde" , et monte plusieurs comédies musicales, dans le cadre scolaire, avec 280 enfants à l'Espace Jules Verne de Brétigny (91).

        En 1990, elle entraîne une équipe d'improvisation pour les championnats d'Ile de France. En 2007, elle écrit et réalise "Un secret mal gardé" , spectacle d'inauguration  du centre culturel de Bruyères le Châtel. En 2008, elle met en scène "Les raisins de la discorde" à Etréchy.

        Nadyne Capelli a, par ailleurs, enseigné la pratique théâtrale à "L'Ecole des Moineaux" (16e), au cours de "Laurence le Dantec" (17e)  et à "L'ASCH" de Bruyères le Châtel.



Note d'intention de la metteure en scène :

            Rien ne me touche plus que les sujets graves, traités avec humour et légèreté ; c'est pourquoi j'aime le théâtre de Pascal Lainé.

Si j'ai choisi de monter "Capitaine Bringuier" , c'est essentiellement que j'avais sous la main le comédien qui correspondait idéalement à ma vision du personnage, vieillissant certes, mais dont la prestance était encore capable de séduire une jeune fille. Nous avons ici un homme dont le rêve a été brisé au sortir de l'adolescence, un homme qui se voulait un héros, comme tous les gosses, à une époque où l'héroïsme était militaire et où être réformé était une tare. Vie cassée, vie vouée au fade quotidien, vie interdite d'héroïsme et surtout de défi à relever. Car, peut-on vivre sans un "jeu" , quel qu'il soit ?  Sans doute, le contexte est ici la bataille de "Diên Biên Phû" , mais le sujet est d'une actualité stupéfiante, à un moment où les jeunes adultes cherchent en vain un but à leur mesure et se réfugient dans les paradis artificiels, faute de trouver une palpitante "bataille" . Combien y a-t-il de Bringuier en devenir dans ces adolescents qui rêvent d'être artistes et plus particulièrement célèbres ? Le sujet de "Capitaine Bringuier" était, à l'origine, une plaisante histoire d'amour entre un vieux fou et une jeune femme de ménage qui rêvait d'un ailleurs où elle serait princesse, mais, avec le temps, il a pris une toute autre dimension, c'est sans doute là le génie de Pascal Lainé, cette vision prémonitoire .

La patrie n'a pas voulu de Bringuier, qu'importe, il se réfugie dans l'imaginaire, il se fabrique son univers, il met des couleurs au  "train train" , il refuse la mort tranquille, aseptisée et il ira jusqu'au bout de son "histoire" , malgré tout, malgré absolument tout. Il brave la réalité et il gagne sa bataille de Diên Biên Phü. La grandeur de Bringuier, c'est le refus.

            Telle fut ma rencontre avec ce personnage.

J'ai demandé à mes comédiens une grande souplesse, un jeu quotidien qui mettent le spectateur en état de voyeur, non pas pour répondre à la mode de la TV réalité, mais parce que le sujet s'y prêtait et qu'il y a là une indécence troublante.

Bringuier s'adresse à tous les publics, chacun y trouvera sa vérité et son plaisir. C'est pourquoi j'ai voulu un décor dénudé, léger, modulable, de façon à pouvoir jouer dans n'importe quel espace, voire un salon, chez des particuliers.




Le scénographe :

           Christian Santoul

            Né à Carcassonne, il pratique très tôt les Arts Plastiques au soleil de l'Aude.

Après une inscription aux Beaux Arts de Toulouse, il "monte à Paris" .

D'abord enseignant, il devient psychopédagogue, puis psychodramatiste. La pratique du jeu dramatique comme thérapie l'amène à s'intéresser de plus près au  théâtre qui le séduit par ses trois "P" :

 Parole, Plastique, Psychologie.

En 1990, il offre aux "Tréteaux de la renarde" ses premiers décors pour "La cuisine des anges" d'Albert Hudson.                                                    

Après cette réussite, se succédèrent les scénographies de :

En 1992,  "La petite Phèdre" de Jean Canolle.

En 1994, "Week-end" de Noël Coward.

En 1995, "Barbe Bleue" une création de Bernard Lafragette.

En 1996, "La nuit du 16  janvier" ("Coupable ou non coupable") De Ayn Rand.                               

En 1998, "Un inspecteur vous demande" de J.B. Priestley.

En 1999, "Guitry vous avez dit Guitry" deux pièces de Sacha Guitry :

      "On passe dans 8 jours"  et "Un soir quand on est seul" .

En 2000, "Le nombril" de Jean Anouilh. "Les bons bourgeois" de René de Obaldia.

En 2001, "La colonie" de Marivaux.

En 2002, "Meurtre au saloon" création de Bernard Lafragette.

En 2003, "Potins d'enfer" de Jean-Noël Fenwick. "Le cimetière des éléphants" de Jean-Paul Daumas.

En 2004, "L'amour des 4 colonels" de Peter Ustinov.

                "Promenade chez M. Trenet", un café théâtre bâti autour d'œuvres de Charles Trenet.

En 2005, Nadyne Capelli lui confie, pour la compagnie Nautilus, la scénographie de "Capitaine Bringuier" de Pascal Lainé.

En 2007, celle de "Virginité" du même auteur.En 2009, "Célimène et le Cardinal" deJacques Rampal.

En 2010, "Dis moi oui" de Déborah Helpert pour " Artistes Production ".

En 2011, "12 femmes pour une scène" de Gérard Levoyer, et

En 2012,"Comédie sur un quai de gare" de Samuel Benchétrit , mise en scène

               de Michel Vautrin.

En 2013, " Variations Énigmatiques" d’Éric-Emmanuel Schmitt, et

En 2015, "Commissaire Badouz" de Guy Foissy.

En 2017, " Batailles" de Jean-Michel Ribes et Roland Topor.




Note du scénographe :

        Toute action dramatique évolue dans un espace matériel, théâtre de pensées, de mouvements, de pensées en mouvement.

        Ici,  j'ai choisi un cadre scénique restreint, limité par les parois d'une " cage-cache ", à la fois spartiate et exotique, dans laquelle Bringuier cultive son onirique folie. Les mots et les maux s'entrechoquent dans son exiguïté, rebondissent sur les murs de ce huis clos pour mieux percuter nos émotions.







Dispositif technique :




   

Dimensions utiles du dispositif complet :

Configuration idéale :

Largeur de mur à mur : 14,00 m (ouverture + pendrillons + circulations ).

Profondeur : 7,00 m derrière le rideau de scène.

Hauteur : 6,50 m sous porteuses.

Ouverture du cadre de scène : 7,50 m x 4,00 m

Petits plateaux :

Largeur de mur à mur : 7,50 m.

Profondeur maximum : 4,00 m.

Pour les lieux plus étroits (théâtre de poche ou particulier) :

Examen, au cas par cas, des fiches techniques des théâtres.

Plateau :

Matériel fourni par la troupe :

- Structure métallique trapézoïdale grise, soulignant les arêtes du volume.

- Une porte.

- Un linteau de porte avec rideau de perles en raphia.

- Un cadre fenêtre avec store.

- Meubles : 1 lit, 4 caisses, 1 table, 2 chaises, 1 malle, plusieurs sacs de toile de jute.




 Esquisse du décor : 







 Décor, vue de face :





 Plan de feux :






Album photos :

Capitaine Bringuier

                              "Capitaine Bringuier" photos estebanj.free.fr




Editorial de Danielle Dumas :

L’âge du capitaine

 

Les vieilles badernes font les beaux personnages de théâtre (…). Ils ne badinent pas avec les règlements et s’opposent à toutes les tendresses et les conciliations. Leur vocation, c’est la guerre internationale, leur plaisir la guéguerre familiale. Feydeau et Anouilh en ont donné quelques beaux spécimens. Dignes successeurs de Matamore, les soldats ont mauvais caractère et trimbalent la lâcheté dans leur musette. Ils suscitent rarement l’admiration et il faut être duchesse de Gérolstein, pour leur trouver du charme. Il existe des exceptions comme le prince de Hombourg (surtout quand il fut joué par Gérard Philipe) pour confirmer la règle.

Pourtant, la fascination que le métier des armes exerce sur les pékins, renaît périodiquement. (…) Voici aujourd’hui le capitaine Bringuier, qui rêve d’inverser le cours de l’histoire, en remportant une victoire à Diên Biên Phû… Bringuier comme «  briguer » puisqu’il a brigué un état et un grade qui  l’auraient  sorti de sa vie de petit employé modèle. Bringuier comme «  briquer », lui qui refuse la présence d’une aide  ménagère. Bringuier comme la   « bringue » qu’il n’a jamais faite, comme un cheval mal bâti, avec la « dinguerie » de ses pensées dans son nom. Un drôle de nom, pour un bonhomme, à qui l’âge et l’inaction pèsent, et que la présence d’une jeune femme exaspère. Troisième âge et âge tendre, tous deux têtes de bois, personnages imaginés par Pascal Lainé, très connu par ses romans, les scénarii de ses films, et qui nous vient au théâtre par des voies bien fréquentées. Il aborde la création dramatique avec une plume rôdée, mais un regard neuf. Celui d’un auteur qui s’inspire d’évènements réels qu’il transmue en épisodes imaginaires, et qui partant ainsi du monde rêvé par un héros fictif, parle du quotidien, avec son cortège de malentendus, ses martyrs de la solitude et leurs exploits anonymes.(…)

( Avant scène 1034 du 15 juillet 1998) 


Représentations données :


Avec Fanny Delunsch dans le rôle de Roxane :

Du 15 septembre au 2 octobre 2005 au théâtre de l'Epouvantail  Paris 11ème

25 novembre 2005  Ollainville

29 septembre 2006   Rencontres d'Automne de Saint Chéron

30 septembre 2006 Espace Culturel Jean Jacques Robert de Mennecy

12 janvier 2007 Centre Culturel de Dourdan pour le Lyons Club

26 janvier 2007 Espace Culturel d'Igny

 Avec Florence Pilet dans le rôle de Roxane :

9/10/11 janvier 2009 Breuillet



https://sites.google.com/site/nautiluscompagnie/

























          

 

























Comments