Naturaphil 6

  Suivi des Grands Ducs  2014-2015 
   
  

La 1ère de cette saison.

                 Nous sommes le février, il fait -5C.

Je suis resté de 7H à 9H et la femelle n'a pas bougé 
d'une plume...   En fait les jeunes sont déjà nés.

Cette saison a commencé beaucoup plus tôt que
les années précédentes. Chant en octobre au lieu de
novembre ou décembre, ponte début Janvier ! 
 
HIBOU 1ERE 2014 2015
 
   
 
 
Il y a 3 poussins !

La saison s'annonce bien, les années
 précédentes il n'y en avait que 2


15 février     10h

 
   
 





 
 





   
 

4 clichés de ma sortie du 28 février

Comme vous l'avez remarqué, la plupart de mes photos
de grands ducs sont limites. Vu l'emplacement du nid,
mon 100/300 est un peu court et mon 500 manque
de lumière (ils sont installés coté ombre, forcement !)
 j'ai choisi d'investir dans le bridge de Sony optic Zeis. 
De 500, je passe à 1200 ! En terme de grossi,
c'est bluffant, poussé à fond, j'obtiens le rendu
ci contre. Je préfère celles à 70% du zoom (à droite).
 
 
                                       
                                         


01 mars.

Coté hiboux, rien de nouveau, par contre 
une jolie rencontre juste où les grands ducs
 préparent les repas des gosses,un inconscient ! 
 
 



 
03 mars.

Le nid est vide, dégouté, comme l'an dernier...









             
             
                
                      En repartant, je passe voir si la femelle ne
                serait pas dans les roches en face de l'aire


         
                     Elle est là, même coin que l'année dernière.

Il est 9h, je vais rester une heure avant de la
laisser tranquille rester face au nid vide.


     
             
En revenant de cette sortie, j'ai croisé Fred le passionné
d'oiseaux du coin, pour lui les jeunes ont quittés le nid, ...
 ...ils pourraient déjà voler...   L'espoir revient (en même
temps, je me dis que c'était peut être le cas l'an dernier)...
 ... et que j'ai peut être lâché l'affaire trop tôt !
Cette année, je vais revenir.
   



Sortie du 13 mars    

 Une première dans les repas des jeunes : de l'effraie.

D'habitude, je trouve du pigeon ramier, de la 
corneille, du corbeau (ces 3 là dans des quantités  impressionnantes). 2 fois j'ai trouvé des restes d'écureuil et 1 seule fois en 4 années, un lièvre. 
 
                                                                  
 
 
   
 Depuis quelques semaines, j'essaie de faire des clichés
de nuit avec un piège photo qu'on me prête (merci Rémy).
 J'ai décidé d'aller l'installer sur une place de nourrissage..
   ..située sur un promontoire du coté du nid, dans l'espoir   de revoir un jour les jeunes et pour être sûr qu'ils ne
 se soient pas fait manger. Au moment où j'ai entendu ...  
 ... le cri d'alerte d'un adulte, j'ai compris qu'ils étaient
vivants, pas loin de moi et que je venais de faire une
très grosse connerie !  Les jeunes étaient là, silencieux. 
   
 En fait, l'adulte a donné l'alerte alors que j'arrivais
sur les jeunes. J'ai donc fait une dizaine de photos...
 ... en un temps record pour me barrer au plus vite!
 Les gros plans sont les premières que j'ai faites, j'étais à...
 ... coté d'eux quasiment, j'ai fait les autres en repartant,
de beaucoup plus loin, les cris d'alerte ayant cessés.

 
        

                  Le troisième est plus sur la droite, au pied du pin.

Nous sommes juste à l'aplomb du nid,
derrière c'est le vide de la carrière, avec 
la pelleteuse juste en dessous.

Sur les clichés en dessous, le troisième
visiblement le plus âgé, le plus "adulte",est
passé derrière le tronc. Je l'ai juste vu se
dandiner mais ne l'ai sur aucun de ces clichés,
ce n'est pas graver, l'essentiel n'est pas là... 
 
 
   
 

Vous les avez ?


                                                          Plus facile !
 
   
   
 
 


Sortie du 28 mars

Le bridge Sony va chauffer...
 
   
 



 
 



 


 
Ma préférée, à gauche.  On se regarde, le calme total...



Celle de droite fait partie d'une série faite 2 jours
plus tard. Au même endroit, à la même heure.
Comme quoi, plus on connaît son sujet,ses 
habitudes plus on peut faire de belles photos.



 
   


Peut être la dernière de cette saison !


Un juvénile au bord de la carrière

29 mars   9h 
 
 


C'est un peu une photo de "consolation" pour moi,
j’étais parti avec juste le 100/300,persuadé que je ne 
les reverrais plus. En allant me poster pour surveiller
la crête en face, en descendant un tas de sable, je les
ai fait envoler tous les 3, ils étaient justement au 
pied de ce tas, debout l'un à coté de l'autre.
Ils se sont envolés l'un après l'autre, trop surpris
pour faire des photos !  Un des jeunes s'est posé
en face et s'est baladé une dizaine de minutes.  
   
 
 


 Une des photos faites avec le piège de Rémy

J'ai aussi de vidéos sympas mais je ne sais pas
comment les mettre sur le site...

Il y a un jeune qui appelle en faisant une espèce de 
danse bizarre, la femelle qui le rejoint avec une proie,
la femelle qui prépare la viande et peu être plus,
le piège étant toujours en place....   
 
   
   
   
 La renarde et les ballots de foin ! 
   

 La toute première de cette série.


En fait, je n'avais pas du tout prévu de faire des clichés
de renard ce jour là tellement il faisait chaud ... c'était
une année de canicule et à part au bord d'un étang, je
ne voyais pas du tout où j'aurais pu aller !




En arrivant au abords de l'étang de Courcelles Frémoy, je
trouve un pré fauché avec la porte d'entrée ouverte pour 
garer ma voiture, je rentre et en tournant, au loin, je vois 
arriver la bestiole tout au bout du terrain. Je n'en reviens pas.
Depuis le temps que j'essaie de faire renard + ballots...

Après avoir fermé la voiture en prenant bien soin de ne
pas faire de bruit et après avoir crapahuté de ballot en
ballot tout en surveillant que je n'avais pas été repéré,
me voilà arrivé au plus près, impossible d'avoir mieux !
 
 
 


A part pousser mon ballot de foin pour me rapprocher,
je n'ai pas d'autre solution, avancer à découvert ou même
en rampant, je suis sûr de me faire gauler !
  


Donc c'est parti çà roule. En fait vu que je suis en montée,
qu'il fait vraiment chaud et que le ballot fait quant même un
certain poids, çà roule plutôt mal...  mais bon,çà vaut le coup!





Voilà, je suis content, j'ai la photo que je voulais depuis
longtemps, le reste ne sera que bonus. Je refais une série.
 
 
 
 
   



 Je décide, de refaire rouler mon ballot de foin
pour me rapprocher un peu plus. Le renard est
très calme, il n'a pas regardé dans ma direction...
 


 ...une seule fois, je ne pense pas qu'il entende le bruit
de mes déclenchements. En plus, il est à l'ombre et moi
au plein soleil, je mérite, je le tente on verra bien s'il reste.







                           Et il reste !        Maintenant grosse série !
 
   
           Il se passe quelque chose, mais il ne sait pas quoi !

 
 

 

 
 
 
   
 
 
 
   



 Ma belle série est faite, je reste encore un peu
juste pour le plaisir. Dix minutes plus tard,
la surprise, malgré la chaleur, la bestiole se
 lève et décide de commencer à chasser !!! 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
  






Et voilà, la fin d'une belle séance, complètement
imprévue où, il faut bien le dire la chance était avec moi.

Dans quelques secondes, nous serons face à face,
et çà ne va pas durer longtemps....
   
   
   
   Un autre amateur de terrier :  le blaireau 


sortie prudente 1

 

sortie prudent 2
 

sortie prudente 3
 
sortie prudente 4
 
sortie prudente 5
 
sortie prudente 6
   
 Sortie prudente :  anciens clichés réalisés en argentique   et scannés. 22h, colline de Trévilly (mon coin à blaireaux)   Cette série à été réalisée en plusieurs fois pendant la nuit.
  A plat ventre devant une sortie de terrier, dans le noir total,
 juste les sons et quelques formes qui bougent au fond du
   trou pour se guider. Super soirée.      Objectif  24/75mm.
 

  
   
   
   
           On reste dans le noir, mais cette fois sur une échelle ! 
   
           Les lérots dans la vigne grimpante de mon père. 
   
 
lérot ds gouttiere
 
lérot avec raisin
 
         La couleur bleu vient du traitement pulvérisé sur les feuilles.
 
 



lérot ds trou mur


Ma préférée... et de loin celle qui m'a pris
le plus de temps à faire.  La vivacité de cette
bestiole a mis mes nerfs a rude épreuve ! 
 

    



 Ces clichés ont également été réalisés en argentique,
    avec le même objectif que pour les blaireaux, à savoir
   un petit 24/75 et bien sûr un flash additionnel 
        (réglé un peu trop fort ,je le reconnais !)

Pour l'anecdote, pour réaliser ces quelques clichés
pendant environs 3 semaines, tous les soirs, je montais
en haut de mon échelle et j'attendais que les bestioles
arrivent. Elles arrivaient dès que la nuit était assez noire
( en descendant la tête en bas, agrippées au mur! )
Ensuite, elles suivaient toujours les branches les plus
fortes de la vigne, jusqu'à atteindre les raisins.

Il y a fallu que je fasse un marché avec mon père.
Il avait compris que je faisais des photos de lérots
donc il a mis des tapettes pour les prendre.
J'ai du récupérer des boîtes pour les prendre
vivants et le matin, en allant au travail, je les 
relâchais dans une vigne se trouvant sur mon trajet... 


  



   
   
  Cincle plongeur

Sur le déversoir derrière la maison.

Pour tous ces clichés, il va vous manquer
     un élément essentiel, le bruit de l'eau !    
(très agréable au début, moins au bout de 3 h d’affût...)
 
  
CINCLE BELLE LUMIERE










C'est le reflet de la toiture du moulin en face
qui donne à l'eau cette teinte orangée.
   
 
 
 
   
 
 
 
   






Pour ces 2 clichés, j'ai changé d'idées de photos.
J'ai voulu essayer de montrer le piaf 
seul face à le puissance du courant,
 j'ai modifié ma vitesse d'obturation.

 Je ne trouve pas le résultat sensationnel ! 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
  
Pour les clichés qui suivent, je me suis plus intéressé aux
effets produits par l'eau et le cincle ; les gouttes ...

 ... d'eau en l'air, le coté "plumage super étanche", la force
du courant par rapport à la taille du plongeur. 


  
 SUR LES DERNIÈRES VOUS VERREZ POURQUOI LA
BESTIOLE DÉPENSE TANT D'ÉNERGIE !!!!  
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   
 
 
 
   

La récompense !!!!    
Comme vous l'avez compris
        le cincle plongeur trouve sa nourriture sous l'eau.
     Les traînes-bûches ou portes-bois en font les frais...

Tous ces clichés ont été réalisés au bout d'une dizaine
de sortie d'environs 3 heures chacune. Le plus compliqué
à été d'avoir la bonne lumière car ce coin se trouve
sous une héronnière et est généralement très sombre.
Le cincle ne vient pas souvent et est très vite reparti si
quelque chose le perturbe.  Une fois en confiance, par
contre, il se met en chasse et peu rester une heure mais
par contre, c'est le mouvement perpétuel !!!!! 
 
 
   
   
   
 Une série "spéciale cascadeurs"     
   
  Écureuils 
 
le grand saut

Ces 2 clichés ont été réalisés à la volée
(ce qui explique leur piètre rendu !)

Pour celui de gauche, je le l'ai pas mal retouché.
La bestiole effectue un changement d'arbre à plus
de 15 m de haut et avec le ciel blanc derrière, elle
ne ressortait pas trop sur la photo d'origine...

Pour celui de droite, l'idéal aurait été d'être
 en place avec le 500 installé sur son pied.
Surtout,il y aurait juste fallu que j'imagine qu'une
telle position pouvait être choisie pour boire un coup !  
 
 
boire la tête en bas
   
 






Celui la, dès que je l'ai vu, j'ai pensé à Patrick Edlinger.

Je ne fais pas d'escalade, mais à chaque fois qu'un
reportage passait sur lui à la télévision, je regardais.

Accroché à des parois vertigineuses ou suspendu 
au dessus du vides, sans cordes, les cheveux au vent,
il représentait la liberté totale. Il arrivait à tracter son
corps avec juste un doigt !   Un mec incroyable... 

Pour revenir à mon écureuil, je l'ai photographié
dans la carrière aux grands ducs, tôt le matin
à peu prés à l'heure où ceux ci rentrent pour
la journée. Pour un écureuil, traîner dehors à
cette heure là, c'est la prise de risque maximum !