817-987 La difficile succession de Charlemagne

Il avait appartenu à Charlemagne d'établir le plus puissant royaume d'occident et de donner une nouvelle assise au pouvoir en unissant la conception franque à l'héritage romain. L'ascension des carolingiens avait duré 100 ans, de 714 à 814, mais elle fut remise en question par les générations suivantes. La grande oeuvre de Charlemagne fut aussi touchée par l'incapacité des grands d'admettre une autorité supérieure. Les terribles invasions des Normands, à partir du milieu du IXème siècle, achevèrent d'ébranler l'édifice.
Louis, fils de Charlemagne, roi d'Aquitaine depuis 781, se trouvait en 813, à la suite du décès de ses 2 frères, seul héritier de l'empire constitué par son père. Sentant sa fin proche, Charlemagne l'appela à Aix-la-Chapelle, et selon la coutume franque, le fit acclamer empereur par les grands.
Louis le Pieux tenta de poursuivre l'oeuvre de son père en consolidant l'unité de l'empire. 2 ans après son avènement, il se faisait sacrer par le pape Etienne IV faisant entrer définitivement dans les moeurs l'habitude de compléter le couronnement laïque par la cérémonie religieuse du sacre. Louis entreprit quelques expéditions contre les Bretons, les Croates et les musulmans d'Espagne. Mais, malgré ses bonnes intentions, Louis le Pieux était un homme faible, qui se laissait diriger par les prélats de son entourage. Comme l’avait fait Charlemagne avant lui, Louis divisa son empire entre ses enfants au cours d’une assemblée tenue en juillet 817 à Aix-la-Chapelle. Ce capitulaire fut intitulé Ordinatio imperii (ou organisation de l’Empire), établissant un nouvel agencement du royaume, destiné à régler de son vivant sa succession. Lothaire, fils aîné du souverain, était proclamé empereur et partageait avec son père le pouvoir. Pépin Ier et Louis recevaient respectivement l'Aquitaine et la Bavière, tandis que Bernard, petit-fils de Charlemagne, conservait le royaume d'Italie. Toutefois, l’Ordinatio imperii stipulait qu’il serait désormais le vassal de Lothaire, qui était l’héritier de l’Empire. Ce partage mécontenta les grands qui se soulevèrent. Louis le Pieux réprima durement leur mouvement et condamna leur chef, Bernard, à avoir les yeux crevés, brûlés au fer rouge. Il mourut quelques jours après des suites de ses blessures. Par ailleurs, plusieurs de ses partisans furent arrêtés. Pour expier sa cruauté, l'empereur se soumit à une pénitence publique à l'assemblée d'Attigny en 822.

La dislocation de l'Empire carolingien
L'équilibre qu'il avait instauré se trouva bouleversé par la mort de sa femme Ermengarde et par son remariage avec la princesse Judith de Bavière en 819. L'empereur se trouva alors sous l'influence de sa nouvelle épouse et la naissance de son quatrième fils, Charles (Charles le Chauve), en 823, remit en question la constitution de 817. Sous la pression de Judith, Louis le Pieux voulut assurer à son dernier fils un royaume et se heurta violemment à ses 3 autres fils.
Dès 823 et pendant plus de 10 ans, les crises se succédèrent dans l'empire d'Occident. Lothaire prit la tête d'une coalition où on comptait aussi bien des nobles que des ecclésiastiques.
Les 10 dernières années de règne de Louis le Pieux furent alors ensanglantées par des luttes que Lothaire et ses frères, Louis le Germanique et Pépin Ier d'Aquitaine, tantôt unis, tantôt adversaires, menèrent contre leur père. Lors de 2 assemblées, Louis le Pieux fit abolir l'Ordinatio imperii, qui faisait de Lothaire un emperuer associé, et modifia les partages territoriaux.
Moins de 3ans plus tard, ses trois fils aînés, de nouveaux unis, soulevèrent l'aristocratie et isolèrent Louis le Pieux qui, abandonné par son armée près de Colmar, fut fait prisonnier (833). Alors que Judith et Charles étaient enfermés dans des couvents, Louis le Pieux fut déposé par l'archevêque de Reims et contraint de faire publiquement pénitence au monastère de Saint-Médard de Soisssons.
Après l'abdication de son père, Lothaire restait seul empereur puisqu'il avait remis en vigueur l'Ordinatio imperii. Jaloux des prétentions de leur frère aîné, Louis le Germanique et Pépin Ier d'Aquitaine s'unirent contre lui et l'obligèrent à s'enfuir en Italie. Ce revirement permit à Louis le Pieux d'être rétabli dans ses fonctions. Cependant l'empereur ne recouvra jamais son prestige, il ne songeait toujours qu'à avantager son cadet. En 837, l'assemblée d'Aix-la-Chapelle accorda à celui-ci un royaume. A la mort de Pépin Ier d'Aquitaine, en 838, le royaume de celui-ci fut rattaché au futur Charles le Chauve. Mais ce partage ne fut pas accepté par tous les nobles d'Aquitaine, dont une partie choisit pour souverain, Pépin II, fils aîné de Pépin Ier. Mécontent, Louis le Germanique se révolta à nouveau. Louis le Pieux s'apprêta à mener une expédition contre lui, mais il mourut le 20 juin 840.
Dans les monastères comme dans les églises, étaient conservés de fastueux trésors constitués par les rois ou les riches voyageurs. Des ateliers d'orfévrerie travaillaient à réaliser calices, ciboires, reliquaires et châsses en métal précieux. 
Le culte des reliques qui commençait à se répandre en France entraîna des modifications dans le plan de ces églises. Au deux extrémités, pour abriter les reliques ou les tombes de saints personnages, on ajouta des prolongements voûtés, les cryptes. La liturgie des offices qu'on célébrait dans ces sanctuaires accordait une large place au chant, car des écoles de chantres s'étaient installées près des monastères et de cathédrales. Pour les carolingiens la musique était le plus haut degré de la spiritualité.
A sa mort en 840, Louis le Pieux laissait un empire disloqué, en proie aux guerres civiles. Seule l'église et les clercs restaient fidèles à l'idée unitaire qui avait inspiré les mesures des premières années de son règne.
Lothaire, s'appuyant toujours sur la constitution de 817, réclamait pour lui la plus grande part de l'héritage paternel. Mais il dut faire face à la rébellion de ses deux frères Louis le Germanique et le jeune Charles. Louis et Charles regroupèrent leur armées qui infligèrent à Lothaire une écrasante défaite à Fontenoy-en-Puisaye le 25 juin 841. Pour consolider leur alliance contre Lothaire, les 2 frères resserrèrent leurs liens par les serments solennels d'alliance défensive prêtés à Strasbourg en février 842.
Effrayé par l'alliance de ses frères, Lothaire préféra traiter avec eux. En août 843 les 3 frères signèrent le traité de Verdun, qui établissait la constitution de 3 royaumes. Charles reçut la partie occidentale de l'empire qui prit le nom de Francia occidentalis. Louis le germanique obtint un royaume situé à l'est de Rhin et au nord des Alpes, la Francia orientalis. Quant à Lothaire, qui conservait la dignité impériale, il reçut la Lotharingie, où se trouvaient les 2 capitales impériales, Aix-la-Chapelle et Rome.
Le traité de Verdun, qui sanctionnait la fin de l'empire unitaire conçu par Charlemagne, eut une importance capitale dans l'histoire de l'Europe. Les 2  franciae ne se réunirent plus jamais, et donnèrent naissance à 2 états: la France et l'Allemagne. La Lotharingie se brisa à la mort de Lothaire en 855, et devint l'enjeu de luttes entre les 2 puissances voisines.
Depuis la fin du Vème siècle, l'Europe était délivrée des terribles invasions barbares qui l'avaient ensanglantée pendant près de 300 ans. Mais, au IXème siècle, de nouveaux dangers se précisèrent au sud, à l'est et surtout au nord.
Venus principalement d'Afrique du Nord, les sarrasins firent des raids contre l'Italie et le midi de la France, qu'ils dévastèrent entre 827 et 842. Originaires d'Asie, les Hongrois ravagèrent au Xème siècle la Germanie, l'Italie du Nord ainsi que la France de l'Est en 917, 926, 937


Comments