Coopération‎ > ‎

BFA

La Brigade Franco-Allemande

La brigade franco-allemande (BFA) ou Deutsch-Französische Brigade est une unité militaire interarmes binationale, créée le 2 octobre 1989. Son état-major est stationné à Mülheim (Land de Bade-Wurtemberg) et d’autres garnisons existent en Allemagne et à Metz.    

La Brigade franco-allemande fait partie du Corps européen. Elle est la seule grande unité interarmes placée en temps de paix sous son commandement opérationnel, dont elle constitue la capacité de réaction initiale. Elle totalise 5 000 hommes dans ses rangs et ses capacités sont sensiblement identiques à celles des brigades interarmes légères blindées. Depuis juillet 2010, elle comprend également le 291e Jägerbataillon (bataillon d'infanterie et de reconnaissance allemand), stationné au sud de Strasbourg.

Mission

La BFA peut être amenée à intervenir dans l’ensemble des missions de maintien de la paix et de la sécurité sous couvert national, de l’OTAN (force de réaction immédiate : «immediate response force»), ou de l’Union européenne (European battle group) et dans certains cas aux ordres du corps de réaction rapide européen dont elle est généralement «l’Initial response force».

Composition

Outre l’état-major, les formations suivantes composent la brigade:
  • Le bataillon de commandement et de soutien (BCS), unité mixte, dont le commandement est alterné, stationné à Müllheim (Allemagne)
  • Le 110e régiment d’infanterie (110e RI) et le Jägerbataillon 292 (JgBtl 292), stationnés à Donaueschingen (Allemagne) dont la garnison est sous responsabilité française
  • Le 3e régiment de hussards (3e RH), stationné à Metz (France)
  • Le Jägerbataillon 291 (JgBtl 291) stationné à Illkirch-Graffenstaden (France)
  • L’Artilleriebataillon 295 (ArtBtl 295) et la Panzerpionierkompanie 550 (PzPiKp 550) stationnés à Immendingen (Allemagne).
Lire l'article sur le Nouvel an 2011 de la Brigade franco-allemande
  • Actualité: le ministre français de la Défense a annoncé, en octobre 2013, la dissolution au cours de l'année 2014 du 110e régiment d'infanterie français de Donaueschingen. La décision intervient l'année du 50e anniversaire du Traité de l'Elysée, une entente cordiale mise à mal tant les autorités allemandes auraient été mises devant le fait accompli. Dans son communiqué, le ministère français déclare que "l'optimisation de la brigade fait actuellement l'objet d'une concertation entre Berlin et Paris dans le but de renforcer son efficacité et ses perspectives d'emploi au profit de la défense européenne"... "Un nouveau régiment, aux capacités d'action supérieures, sera rattaché à la BFA afin de renforcer son efficacité opérationnelle".
    L'implantation française se monte à près de 1 900 âmes pour 21 000 habitants. Cette dissolution aura un impact social fort sur les familles, avec un effet collatéral sur l'enseignement (maternel, primaire et collège Robert Schumann) des enfants.
    Lire mon article publié dans la Lettre d'info de janvier 2014.





Sous-pages (1) : Vœux de la BFA