Appropriation et négociation de l’espace de vie quotidienne en contexte multilingue: Dispositifs d’engagement et de ‘empowerment’ linguistique et culturel pour demandeurs de protection internationale et des réfugiés

Objectif

Ce projet « Appropriation et négociation de l’espace de vie quotidienne en contexte multilingue: Dispositifs d’engagement et de ‘empowerment’ linguistique et culturel pour demandeurs de protection internationale et des réfugiés » a pour but de proposer et d’implémenter des dispositifs favorisant l’engagement linguistique et le sentiment d’appartenance en lien avec les questions de l’espace par les réfugiés. Plus précisément, nous visons à identifier les pratiques linguistiques et sociales dans la perception et la négociation du partage de l'espace et du sentiment d'appartenance.


ce projet a collecté différents points de vue de gens impliqués dans les problèmes de logement des demandeurs de protection internationale (DPI, en abrégé). Les trois catégories sélectionnées sont : les DPI, les agents (assistants sociaux et éducateurs) en contact quotidien avec les DPI, et les traducteurs. Nous aborderons les points suivants:

  • Comprendre dans quelle mesure les logements sociaux se rapprochent d’un « chez soi » pour les DPI en termes de sécurité et de stabilité (en regroupant les points de vue des DPI mais aussi des agents de contact et des traducteurs) ;
  • Comprendre et documenter la réalité à laquelle les DPI (cf. attentes culturelles, sociales en lien avec la vie en collectivité au sein d’un foyer) sont confrontés; les différences dans leurs attentes; les contradictions venant de la communication dans la langue commune d'une part, et d’autre part du partage des différentes réalités et espaces ;
  • Comprendre les sources potentielles de tensions et de conflits dans le partage du même espace avec les autres résidents, dans la communication avec les agents gouvernementaux et nongouvernementaux, et dans les interactions avec les traducteurs, en ce qui concerne les questions de logement ;
  • Documenter la façon dont les réfugiés parlent du logement et des espaces, et la façon dont ils s'organisent et négocient entre eux pour faire face à des problèmes d'espace ;
  • Accéder au sentiment d’appartenance (« chez soi ») que les DPI développent dans la réalité de l’espace transitoire et collectif/à partager ;
  • Proposer des recommandations détaillant la dimension de négociation chez les DPI et les possibilités de gestion/d’intervention pour améliorer les conditions de logement et leur sentiment d’appartenance.

Recommandations

Compte tenu des entretiens avec les DPI, les agents de contact et les traducteurs, le projet a identifié plusieurs recommandations visant à améliorer les questions en lien avec le sentiment d’appartenance des DPI. Nos recommandations seront davantage liées à la gestion des foyers des DPI. Elles seront regroupées en trois parties : d’abord celles concernant les équipements et la gestion des foyers, ensuite celles concernant la gestion des ressources humaines et enfin des recommandations à plus long terme.