G1 Repenser les transports urbains et leurs liens avec l'habitat

Participants

Encadrant

Nils Ferrand

Membres du groupe de travail

ABDOURAHAMANE Tourki
DKHILI Mohamed
LAHSINI Chakib
PRUVOST Kévin
VRIGNAUD Nicolas

Présentation générale

Nous avons décider de penser notre sujet au moyen d'une étude territoriale sur Toulouse et ses alentours. Notre territoire d’étude est le même que celui a été choisi dans les Enquêtes Ménages Déplacements de 2013 et l’Enquête Cordon de la même année. Il est celui de la Grande Agglomération Toulousaine comprenant en son sein 4 intercommunalités (Toulouse Métropole, SICOVAL, Le Murétain et) regroupant au total 179 communes.

Enquête Ménages Déplacements : observe et rend compte des comportements types des habitants du territoire, analyses les tendances évolutives de ceux-ci, et préconise des politiques de transports adaptées et prévoyantes.

Enquête Cordon : vient en complément de l’Enquête Ménages Déplacements pour préciser des informations sur « les flux d’échanges et les transits routiers » au sein du périmètre territorial étudié. 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Le territoire étudié englobe le SCoT de l’agglomération toulousaine (Schéma de Cohérence Territoriale de 2012 comprenant 117 communes), le PDU (Plan de Déplacement Urbain de 2012 comprenant 117 communes), et le PTU (Périmètre des Transports Urbains de 2012 comprenant 99 communes).

Nous étudions un territoire large de 2000 km2 et regroupant aux alentours de 1,1 millions d’habitants fortement regroupés autour de la première couronne puis proches des axes routiers les plus importants. Toulouse dispose de 40% des habitants du Territoire et l’on perçoit 4 autres communes dépassant les 20 000 habitants : Colomiers, Tournefeuille, Blagnac et Muret. L’augmentation démographique sur la grande agglomération de 12 000 habitants/an depuis 2004 est plus significative en périphérie qu’à Toulouse même (+ 2% à Toulouse contre + 9% en périphérie). 

Si Toulouse abrite la moitié des emplois, d’autres pôles d’emplois sont notables comme ceux de Blagnac, Colomiers, Balma-Gramont ou Labège. L’attractivité économique du territoire a permis une croissance polarisée de 14% d’emplois depuis 2004. Les zones commerciales ont aussi connu un fort essor (« + 30% des surfaces de vente liées aux commerces de grande surface ») et  se sont aussi fortement polarisées en une dizaine de sites. Le territoire est aussi fortement marqué par une importante présence étudiante (100 000 étudiants) via des 3 pôles, de nombreuses écoles et autres résidences universitaires très abondantes.

La SMTC et les autres acteurs de la mobilité ont considérablement développé leur réseau et intensifier leur maillage pour continuellement s’adapter et accompagner le dynamisme territorial. D’autres projets sont en cours et d’autres sont prévus.

Voici un petit tableau (réalisé par la SMTC) résumant les réseaux et les transports inscrit dans ce territoire.


Il s’agit à présent de déterminer les principales informations des deux études évoquées préalablement pour saisir le territoire et sa contextualisation en lien au sujet des transports, de l’habitat et de l’emploi. La SMTC nous propose de nous concentrer sur certaines :

  • L’intensité de la mobilité individuelle décroit : 3,8 déplacement/jour/habitant contre 4,1 en 2004. Cette évolution rentre en rupture avec la tendance inverse observée des années 2000.
  • La croissance démographique continue de croître : + 12 000 habitants/an entre 2004 et 2013 ce qui a accentué de 5% la quantité de déplacements (3,8 millions de déplacement/jours).
  • Des changements sont observables en terme de modes de transport : la part de l’usage des voitures et mêmes plus globalement des transports motorisés tend à diminuer (même si toujours extrêmement majoritaire avec 60% des déplacements via la voiture).
  • Des transports collectifs qui se trouvent de plus en plus utilisés : la densification de son réseau et des possibilités de déplacement ont fait que Tisséo est devenu le « 2ème réseau de province le plus fréquenté » (+75% de transport via Tisséo entre 2004 et 2013). On note que les étudiants utilisent particulièrement ce réseau (8 étudiants sur 10 bénéficiant d’un abonnement Tisséo).
  • On note aussi une stabilisation du déplacement à pied et une augmentation significative de la pratique du vélo en zone urbaine.
  • Par ailleurs, des disparités territoriales restent présente en comparant l’utilisation des transports en commun en zone urbaine et périphérique (2,7 fois plus de déplacement/habitant en zone urbaine).
  • Le trafic dit de transit (passage par le territoire mais sans s’arrêter) reste faible (utilisation principale de l’autoroute via le périphérique). Les déplacements en terme échanges avec le territoire et son extérieur sont conséquent et peuvent témoignent d’un élargissement des zones d’emplois.
Par rapport à ces informations et en lien avec notre sujet un certain nombre d’enjeux tendent incontestablement à se dessiner. C’est l’objet d'une des parties qui suit.

Sources : 

Document publié par la SMTC – Tisséo : « Principaux résultats de l’Enquête Ménages Déplacements et de l’Enquête Cordon Routière ». Disponible sur : http://www.smtc-tisseo.fr/images/LA-MOBILITE-DE-DEMAIN/les_donnees/Enquete-Menages-Deplacements-2013.pdf

Document publié par l’INSEE – « Emploi et population active entre 2006 et 2011 en Midi-Pyrénées : la dynamique toulousaine atténue les effets de la crise ». Disponible sur : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=7&ref_id=21411

Carte de référence

La Grande Agglomération Toulousaine

Document publié par la SMTC – Tisséo : « Principaux résultats de l’Enquête Ménages Déplacements et de l’Enquête Cordon Routière ». Disponible sur : http://www.smtc-tisseo.fr/images/LA-MOBILITE-DE-DEMAIN/les_donnees/Enquete-Menages-Deplacements-2013.pdf

Schéma spatial



Analyse des enjeux

Les enjeux constituent ce que l'on pourrait gagner ou perdre en agissant ou en ne faisant pas.  

A partir de cette définition et de notre territoire, nous distinguons deux grandes thématiques actions/enjeux:  

  1. La première repose sur la mobilité

Objectifs

 - Garantir un prix abordable 

- Accessibilité sur l'ensemble du territoire Toulouse Métropole 

- Efficacité des transports 

- Nécessité de prendre en compte les besoins réels des usagers dans un souci d'efficacité 

Les transports individuels motorisés constituent indéniablement la cause première de congestion et un très grand nombre d'utilisateurs comptent sur ce moyen de transports pour se déplacer. 

Les transports en communs permettent de réduire les effets de congestion. Ces derniers devraient desservir correctement les itinéraires lieu de domicile - lieu de travail sur l'ensemble du territoire concerné. L'enjeu de cette action peut se traduire par un ensemble d'éléments tel que l'économie du temps ou encore le dynamisme de la population du territoire et donc un certain renforcement de la cohésion territoriale. 

Une meilleure répartition de la population sur le territoire peut être amorcée par une politique de mobilité ne laissant pas de côté les zones peu habitées jusque là, d'autant plus que la croissance démographique dans les milieux péri-urbains est supérieur à celui en zone urbaine, et que par conséquent, le futur de la mobilité se joue surtout à ce niveau. 

Il est à savoir que 10% des déplacements en voiture se font sur une distance inférieur à 500 mètre. L'enjeu associé à l'utilisation des vélos ou des voies piétonnes est donc d'un réel intérêt, pour réduire la congestion d'une part (en zone urbaine) mais pas seulement. Le caractère non polluant de cette dernière alternative aux transports individuels motorisés nous emmènent vers notre deuxième thématique d'enjeu qui est d'ordre environnementale. 

        2. La seconde s'établit sur l'environnement 

L'état actuel de la planète et des réalités socio-économiques nous imposent de joindre mobilité et protection de l'environnement. L'enjeu étant la pollution de notre environnement (local mais pas seulement) la question est de savoir quelles sont les actions qui permettent une mobilité responsable à ce niveau là. 

Il semble nécessaire de développer des transports en commun utilisant des énergies renouvelables afin de préserver notre écosystème. De plus le problème de congestion relaté dans le thème mobilité est en étroite relation avec la question de la pollution car s'il y a congestion c'est qu'il y'a circulation et donc, les moteurs n'étant pas à énergies renouvelables, il y a pollution. 

Les politiques coercitives ou incitatives allant dans le sens de la réduction du volume des transports en voiture combinées à l'amélioration des transports en commun constituent certainement la meilleure réponse à ce problème. 

Analyse sociale et politique - Acteurs

Au sein du territoire, de nombreux acteurs sont concernés par le transport ainsi que les politiques qui y sont menées. Les différents acteurs présentent tous des enjeux et des buts à atteindre notamment concernant l’emploi mais également l’habitat.

Les intercommunalités : Elles se distinguent en 4 EPCI qui vont déléguer la mission des transports en communs mais gardent aussi des compétences en matière de transport. De plus c’est elles qui sont chargées des missions ayant un rapport avec l’habitat ainsi que le développement durable.

·      La Toulouse Métropole : C’est l’EPCI la plus importante en terme de moyen et d’intervention sur la politique de transport et de l’habitat (concernée par tous les types de transports)

·      Le Muretain : se situe au Sud de Toulouse. En terme de transport, la concentration est beaucoup moins importante que pour la Toulouse Métropole

·      Le Sicoval : qui représente le Sud Est toulousain est le seul avec Toulouse Métropole à être également muni du métro. (Station Ramonville)

·      Le SITPRT (Syndicat Intercommunal des Transports Publics de la Région Toulousaine)

Le SMTC : C’est le Syndicat Mixte des Transports en Commun, il représente l’autorité organisatrice des mobilités. Il s’est vu délégué la mission des transports par les intercommunalités.  En son sein, il se décline en plusieurs services mais son également présentes les différentes intercommunalités :

·  Tisséo : qui a la fonction d’exploitation, de gestion, de commercialisation du service de transport. C’est un Etablissement Public Commercial et Industriel.

·  La SMAT : C’est le maître d’ouvrage Du SMTC, elle étudie et va construire les nouveaux projets.

·  Le Mobibus : qui est un service adapté aux personnes à mobilité réduite mais également aux personnes excentrées ne disposant pas d’un arrêt physique de transport en commun (TAD).

                                                            

     source : http://www.smtc-tisseo.fr/index.php/accueil/le-smtc/organisation

Le  département : qui va avoir un rôle d’expertise notamment dans le contrôle des politiques de transport et qui dispose aussi de certaines compétences en matière de transport (non urbains notamment)

La mairie de Toulouse et autres mairies de l’agglomération toulousaine : s’occupent de la gestion des routes et de leurs aménagements mais également proposent des services pour faciliter le déplacement des habitants (vélô Toulouse, lignes de bus) mais doivent également s’inscrire dans un développement durable.

Les usagers/habitants/travailleurs : Ce sont les premiers concernés par les sujets relatifs au transport. Ils sont donc les acteurs prédominants car ils sont liés aux transports quel que soit les déplacements qu’ils vont entreprendre. De plus, ils sont liés au territoire et notamment sur la question de l’habitat (domiciliation, zone…).

La SNCF (Société Nationale des Chemins de Fer)Dispose de l’ensemble du réseau ferroviaire de France. Dans notre cas, elle permet de relier Toulouse aux autres grandes villes de France mais également avec le TER, de relier de nombreuses communes de la région toulousaine entre elles.

Les associations : elles interagissent au sein du territoire afin de mettre en avant la protection de droit mais également sensibiliser sur certains domaines qui pourrait être mis en péril par d’autres acteurs. Elles peuvent être à caractère environnemental mais également social afin de soutenir et aider les habitants du territoire.

Les transporteurs privés : ce sont les sociétés qui transportent des individus en groupe ou seuls par différent types de véhicules (Bus, taxi…). Certains peuvent passer des partenariats avec des acteurs publics.

Les entreprises : Sont concernées par les transport notamment en terme de visibilité, de localisation, d’accessibilité. Elles ont aussi un impact sur les déplacements en générant des mouvements par les travailleurs. De plus, elles vont également avoir un rôle dans le développement d’une ville selon leurs implantations en entrainant des constructions sur des futures zones d’habitation ou à l’inverse en s’implantant dans des zones déjà existantes (zones d’activités, bassins d’emplois…)

Les promoteurs immobiliers : Ils vont agir sur les projets de constructions d’habitations. Ils ont un rôle sur l’urbanisation, la concentration de population. Mais ils sont forcément en relation avec les acteurs publics mais également privé comme les entreprises concernant les bassins d’emplois.    

Schéma fonctionnel Acteurs / Enjeux / Ressources

Vidéo Google Docs



Ressources considérées

1. L'entité ARGENT correspond à la dotation initiale alloué à chaque acteurs à chaque tours. Cette unité leur permet de réaliser les activités/obligations de la vie quotidienne et d'user d'un transport nécessaire pour se déplacer.

2. L'entité TEMPS correspond à la dotation initiale alloué à chaque acteurs au début du jeu, et seulement au début du jeu. La quantité de temps est une contrainte imposée à chaque acteurs, dotation auto-gérable en fonction du mode de transport utilisé pour mener à bien une activité/obligation de leur quotidien.

3. Le BIEN-ÊTRE constitue la transformation affective de l'effectuation de l'activité, aussi dépendante de la qualité du transport et du temps nécessaire.

4. La DELIBERATION COLLECTIVE est la concertation pouvant aboutir à une décision commune à certains acteurs, à un certain prix, à la réalisation de certaines infrastructures routières, à la mise en réseau de nouveaux transports, ou à des solutions plus imaginatives.

Modèle des acteurs - rôles

TableauActeurs.xlsx


Modèle des actions



Structure du modèle et du jeu

Le jeu se compose de:

- 1 plateau de jeu,

- 5 pions & 5 gobelets attribué à chaque joueur ou il y a la dotation de base, 1 gobelet pollution, 1 dé (virtuel, sur application téléphonique),

- 10 cartes actions rares (applicable au troisième tour), 15 cartes actions courantes, 5 cartes bonus/malus personnage,

- Bille bleu : Argent, Bille jaune : Bien-être, Bille rose : Temps ; Bille noire : Pollution.

- 5 cartes territoire logement (PENTAGONE BLEU) au premier tour, 3 carte logement + 1 logement résidence universitaire au 3ème  tour.

-1 carte territoire LOISIR, (carré vert), 1 carte territoire TRAVAIL (carré rose), 1 carte territoire ASSOCIATION (carré orange), 1 carte territoire CONSOMMATION (carré jaune) + 2 autres cartes territoires CONSOMMATION au 7ème tour.


Plateau du jeu servant à la modélisation:



Les différentes cartes du jeu:

Le jeu est composé de différents types de cartes:

- des cartes "Transports"
- des cartes "Actions courantes"
- des cartes "Actions rares" (utilisables après plusieurs tours)
- des cartes "Bonus/Malus" qui dépendent du type de l'acteur


Exemples cartes "Transports":

Exemples cartes "Actions courantes":










Exemple carte "Action rare":

Vidéo Google Docs



Exemples cartes "Bonus/Malus":



Scénarios

- Le premier & le second tour du jeu sont des tours d’initiation pour permettre aux joueurs de comprendre les règles classiques du jeu. Les terrains sont choisis par les joueurs librement, les cartes transport sont tirées au hasard, seule les actions courantes peuvent être joués.

- Le troisième tour, de nouveaux logements sont mis à disposition, les actions rares (à savoir celle des déménagements) peuvent être joués, afin de remédier à l’inégalité de l’emplacement. Le logement universitaire ainsi qu’un logement normal permettent d’être premier dans la localisation, les deux autres logements second (c’est-à-dire sur le tableau, 1$+2t+1p).

- Le quatrième tour, un appel à projet est lancé par l'Etat afin de construire une zone commerciale proche des habitants les plus éloignés. Seules ceux qui ont les actions rares création zone commerciale peuvent y répondre et négocier s'ils veulent ensemble.

- Le cinquième tour, les moyens de transport ne sont plus tirés au sort mais choisis. L’Etat lance une situation d’alerte pic pollution. La circulation alternée est déjà effective à Paris, Toulouse envisage d’interdire les déplacements en voiture, (seul les carte transports en commun et vélo/pied seront acceptés), et d’instaurer une taxe de 2 billes d’argent par tour si sur ce tour plus de 6 billes de pollution sont produites.

- Le sixième tour, s’il y a plus de 30 billes de pollution :  taxe (2 billes argent) + suppression des cartes voiture personnelle, et voitures luxe pour 2 tours.

S’il y a moins de 20 billes : Aucune taxe, toute les cartes restent jouables.

L’alerte pic pollution a été lancé à Marseille, Lyon et Grenoble. Toulouse envisage de mettre au point le projet City Airbus. Cela permettra de se déplacer avec une bille temps, une bille argent, et de gagner une bille de bien-être à chaque déplacement (bus volant très confortable). Cependant, c’est un projet très coûteux, la collectivité met 50% du budget (30 billes), elle demande par référendum aux citoyens de voter. Si la majorité absolu l’emporte, 3 votants sur 5, la collectivité prélèvera sous forme d’impôt les 30 billes restants (6 billes bleues).

Hormis toute ces règles et autres événements, une concertation pour trouver d'autres solutions est ouvertes aux joueur. A eux d'imaginer ensemble qu'elles pourraient être les débouchés souhaitables pour certains. 

- Le septième tour, si le projet est accepté : paiement de l’impôt + suppression de la grille emplacement.  Les joueurs jouent ensuite jusqu’à l'écoulement des billes temps.

Si le projet n’est pas accepté : politique encore plus draconienne de pollution (interdiction de polluer plus de 4 billes par tour) jusqu’à l’écoulement de chaque joueur des billes temps.

A la fin du jeu, les billes argent et temps sont convertis en bien-être.

Calibration

Dotation de base pour 5 joueurs : 20 billes de temps, 15 billes d’argent, 4 billes de bien-être.

1 Gobelet et 1 Logement par joueur.

Règles spécifiques du jeu

Le but du jeu est que chaque joueur maximise son bien-être dans le temps imparti. Le jeu se termine pour un joueur lorsque celui-ci n’a plus de billes temps.

Les 5 joueurs tirent au hasard (on a choisi au hasard pour l’aspect ludique) une carte bonus/malus du personnage. Une brève description de leur personnage y est mentionné, puis au dos il y a les gains, ou pertes d’argent, de temps, d’argent, de bien-être en fonction du moyen de transport qu'ils utiliseront.

Ensuite, l’ouvrier et le chauffeur de bus lancent le dé. Ils ajoutent chacun à leur dotation initiale le nombre de billes qu’ils ont obtenu sur le dé. (S’il tombe sur 4, l'acteur/joueur ajoute donc 4 billes bleues, 4 roses et 4 jaunes.)

Le retraité multiplie par 2 les billes temps ; mais enlève trois billes bien-être (s’il tombe sur 3, 3 billes bleues, 6 roses (temps) et 0 jaunes.)

L’étudiant multiplie par 2 les billes bien-être, mais enlève trois billes argent. (s’il tombe sur 5, 2 billes bleues, 5 roses et 10 jaunes (bien-être)).

Le chef d’entreprise multiplie par 2 les billes argent, mais enlève trois billes temps.

Celui qui a le moins de billes temps choisit son emplacement, et ainsi de suite sans savoir que l’emplacement aura un rôle déterminant dans le déroulement du jeu et les possibilités qu'il induit.

L'acteur/joueur tire ensuite au hasard une carte transport, et il applique le bonus-malus qui dépend de sa carte personnage. S’il peut jouer, il choisit parmi ces activités courantes, et sur la carte le signe T $ ? dépend donc de son emplacement. 

    S’il est sur la carte territoire logement numéro 3, il paiera 2 dollars, 3 temps, et produira 2 pollutions en plus de ce qu’il y a sur la carte transport. 

    S’il est à pied, il paiera 5 temps, ne paiera pas d’argent, et ne polluera pas (dernière ligne du tableau.).

Voici le tableau que le narrateur applique en fonction de l’emplacement :

1er

2ème

3ème

4ème

5ème

+1 T

+1$ + 2T+1p

+2$ +2T+1p

+2$+3T+2p

+3$+3T+2p

3T

4T

 

5T

6T

7T

Résultats du test

Nous avons réalisé un test avec 5 personnes 4 extérieurs et un camarade de classe d’un autre groupe. Malgré quelques problèmes de calibration, qui se sont fait ressentir par la sortie du chef d’entreprise assez tôt (dès le cinquième tour), le test nous a montré que le système de jeu fonctionne.

L'aspect négociation a souvent été présente, paradoxalement même lorsque le scénario ne s’y prêtait pas. (Le déménagement sur le territoire le plus proche a été "marchandé" par le chef d’entreprise).

Les joueurs ont rapidement compris les enjeux, (à savoir ne pas polluer, adapter les transports à proximité de leur lieu d’habitation, se sentir bien dans les moyens de transport...) mais n’ont pas vraiment compris pourquoi, dans un jeu de modélisation d'une certaine réalité, les cartes transports étaient tirées au sort au début ("les moyens de transports sont relativement déterminés par des conditions sociales et spatiales mais un choix relatif est toujours présent dans la vie réelle" ont-ils commenté).

Les deux premiers tours ont été assez laborieux, le jeu demandait une profonde compréhension, ce qui nous amène à penser que le jeu est un peu trop compliqué (et non complexe), pas assez intelligible.

Le but était de voir des négociations aboutir à une entente collective qui amènerait à repenser les moyens de transport, et ce but a été atteint. Les joueurs ont choisi de payer l’impôt.

L’aspect ludique, jouable a donc été globalement réussi, mais l’aspect pédagogique est un peu plus difficile à atteindre dans la mesure où, nous-mêmes avons eu tout au long de ce travail des difficultés à repenser un territoire, en liant habitat et transport.

Actions stratégiques complémentaires

Dans la conception de notre jeu, celui ci fut beaucoup plus axé sur le transport en lui même. En ce sens, il fallait alors développer des actions plus en rapport avec l'habitat mais également l'emploi car c'est également ces domaines qui intéressent les habitants d'une ville.

Pour cela, nous avons donc créé différentes actions qui devaient amener à une certaine réflexion lors de nos différents tests et simulations.

Ces actions se déclinent en différents groupes:

- Actions d'aménagement urbain
- Actions économiques
- Actions politiques et sociales

Proposition de stratégie COOPLAN (ES)

COOPLAN Transport .xlsx


Testabilité COOPLAN dans le jeu

Si ces actions stratégiques ont été élaborées avec le test COOPLAN, celles ci peuvent être intégrées au jeu.
Cependant, pour que celles ci puissent être pertinentes au sein du jeu, de nouvelles ressources doivent être pensées du fait qu'elles ne soient pas présentes dans notre modèle.

De plus, une réflexion pourrait être établie afin d'intégrer ou changer certains acteurs. Un aspect un peu plus professionnel aurait pu être introduit en intégrant des acteurs participant quotidiennement dans l'habitat et le transport. Ainsi, la concertation permettrait de mettre plus en avant les réels problèmes rencontrés dans la sphère sociale mais également technique concernant les projets.
Enfin, le test permet également par sa construction de continuer le travail du jeu qui met en avant un scénario basé sur la prospective et donc sur les futurs possibles et souhaités.

Bilan

Le jeu est jouable, les participants arrivent à faire des tours complets. Le calibrage est donc pertinent, car la rareté des ressources se ressent de manière raisonnable.

Lorsque l'on analyse notre sujet en soit à savoir les transports urbains et leurs liens avec l'habitat, nous pouvons dire que la pertinence reste discutable. En effet, il nous semble que les problématiques que nous avons identifiées lors de nos études sur le terrain ne sont pas présentes dans notre modèle. 

Peut-être ce point constitue-t-il la point faible majeure de notre modélisation ? Il s'avère néanmoins que ce sujet revêt un caractère particulièrement complexe dans la réalité ce qui le rend compliqué à modéliser. Les compétences sont réparties de manière disparate entre la SMAT(société publique locale), Tisséo-EPIC, la SMTC, les pouvoirs publics et il est nécessaire d'adopter des procédures de concertation pour décider de quoique ce soit de relativement important. 

Actuellement, le projet de la construction d'une troisième rame de métro à Toulouse est en cours d'élaboration et les difficultés que nous venons d'exposer se ressentent pleinement. Que ce soit au niveau de la concertation, de la régulation, ou encore de la coordination entre les acteurs, on observe d'innombrables complications qui se posent aussi bien sûr le plan théorique que pratique.

Vidéo récapitulatif final

Nous vous proposons également une vidéo qui permet de résumer l'ensemble du processus de conception mais également un résumé de la simulation.

Bon visionnage !

Devoir Final modelisation.mp4



Documents supports (types)

- carte générale
- usages du sol
- hydrographie
- données hydro / pluvio
- distrib de populations
- activités économiques
- productivité des activités agricoles
- données tourisme quand c'est le cas
- données conso urbaine (type SONEDE) si dispo
- tous rapports sur le cas
- des photos éventuellement

Sous-pages (1) : THE
Comments