M2 Orb

Participants

Encadrant

Valérie Borrell
Marine Rousseau

Membres du groupe de travail

  • Thomas PORAS
  • Julie BEUZE
  • Jan BONDY
  • Laura LAGUET

Présentation générale

Le bassin versant de l’Orb est situé dans le département de l’Hérault où il occupe une superficie totale de 1580 km².

L’Orb prend naissance sur les plateaux calcaires du causse du Larzac au Nord et sur le massif volcanique de l’Escandorgue au Nord Est. Les altitudes du bassin s’échelonnent entre 1126 m au sommet de l’Espinouse et 0 m à l’embouchure de l’Orb dans la Méditerranée à Valras-Plage.

Le bassin est sous un climat Méditerranéen. Celui-ci est caractérisé par une sécheresse estivale et une forte pluviométrie au printemps et en automne.

Le bassin amont (amont de la confluence avec le Jaur) : la majeure partie est couverte par des espaces naturels dont une partie est classée. La population se concentre à plus de 80% dans l’aire urbaine du bassin de Bédarieux. Sinon l’habitat est dispersé en hameaux autour de petits bourgs ruraux. Cette partie du bassin à vocation agricole où la production est localisée au bord du réseau hydrographique (vignes, céréales, vergers et maraîchage). 

La moyenne et basse vallées de l’Orb : les plaines sont occupées par des terrains agricoles. La moyenne vallée est dominée par la vigne, la basse plaine est plus diversifiée (aval de Béziers) avec de la vigne, des céréales et quelques cultures légumières et fruitières et productions industrielles. Les milieux naturels se composent de garrigue basse, boisement isolé et végétation rivulaire des cours d’eau. Sur la moyenne vallée la ripisylve de l’Orb est classée en ZNIEFF et constitue une enclave naturelle particulièrement développée. La zone de plaine concentre la majorité de la population et notamment Béziers et les communes du littoral. Béziers concentre le secteur tertiaire. Les activités touristiques sont principalement des activités balnéaires sur la côte autour de la station de Valras plage (population multipliée par 7 en période estivale).

Carte de référence

Pour visualiser la carte de référence, cliquer ici.

Schéma spatial

Pour visualiser le schéma spatial, cliquer ici.

Analyse des enjeux



Le bassin de l'Orb est sous l'influence du climat méditerranéen (été chaud et sec, hiver doux et humide, pluies majeures au printemps et en automne) et connaît donc des sécheresses marquées, des averses intenses et des pluies irrégulières d'une année sur l'autre.


  • Ressources en eau :

Les aquifères karstiques, la nappe alluviale de l'Orb ainsi que la nappe astienne sont les aquifères les plus productifs du bassin versant de l'Orb.

Les aquifères karstiques jouent un rôle non négligeable dans l'alimentation du fleuve, en apportant entre 1 à 2 m3/sec en période d'étiage (ou 30 à 60 % du débit d'étiage naturel), ils sont également des "écréteurs" de crue puisqu'ils sont favorables à l'infiltration des eaux de pluie et permettent ainsi lors d'évènements pluvieux intenses de diminuer les ondes de crue. En raison de leurs apports pour les eaux superficielles, leur exploitation reste limitées, même si toutefois, le recours au pompage dans le karst a augmenté ces dernières années.

La nappe alluviale de l'Orb, située entre Hérépian et Mons dont le niveau est fortement lié à l'Orb a un effet de filtre des eaux du fleuve. Les prélèvements annuels dans cette nappe représentent environ 13 Mm3, dont la majorité est destiné à l'alimentation en eau potable (77%). Aujourd'hui, cette nappe est menacée par l'activité d'extraction de granulats (gravières en amont de Béziers), qui abaisse son niveau et diminue sa capacité filtrante. Des seuils ont été aménagés pour pallier ces effets négatifs.

La nappe astienne située dans les basses plaines de l'Orb, aquifère captif profond et de bonne qualité est exposée à une pollution saline, liée à sa surexploitation depuis les années 80.

Ainsi, les objectifs fixés par la DCE visent l'atteinte pour 2015 du bon état quantitatif de la nappe alluviale de l'Orb et de la nappe astienne, d'où les actions ciblées du SDAGE pour résoudre ce problème.


Toutefois l'équilibre ressource/besoins est fragile sur ce bassin. Depuis les années 1990, les prélèvements pour l'eau potable n'ont cessé d'augmenter pour subvenir aux besoins d'une population à la démographie exponentielle sur la frange littorale, engendrant des risques importants, notamment en période d'étiage, malgré une compensation toute relative basée sur une baisse des prélèvements pour l'irrigation en faveur d'une hausse pour l'alimentation en eau potable.


  • Inondations et crues :

En raison d'un contexte géographique et physique peu favorable et également altéré par l'action humaine, ce territoire est extrêmement sensible au risque inondation, principalement dans sa partie aval : la plus urbanisée.

"Le bassin versant de l’Orb est situé dans la zone des 150 à 200 mm en 24h, les ruissellements peuvent y être à la fois importants et extrêmement rapides ; les débits de pointe de l’Orb sont importants et les temps de propagation sont courts ; le bassin de l’Orb n’est régulé que par le barrage d’Avène qui ne contrôle que 7,5% du bassin total et n’a pas de fonction formelle en matière d’écrêtement des crues ; les inondations deviennent très fréquentes à partir de Béziers et concernent une vaste plaine inondable (5000 ha) et plusieurs agglomérations" (http://www.vallees-orb-libron.fr/diagnostics-objectifs-crues/).

En plus de caractéristiques intrinsèques défavorables, "constructions, installations commerciales et industrielles, cultures (sont) établies en bordure de rivière ou en zone inondable régulièrement menacées ; (le) ruissellement urbain (est) en forte augmentation du à l’urbanisation des terrains agricoles ou en friches ; (le) manque d’entretien des lits (induit) une surélévation locale des niveaux d’eau ; (l')abandon des cultures en terrasses (a) un effet négatif sur la rétention, la vitesse d’écoulement des eaux, sur l’érosion et les transports solides souvent cause de dégâts directs ; (les) prélèvements de matériaux dans le lit vif du cours d’eau accélérant les transferts et rendant la crue plus brutale en aval" (http://www.vallees-orb-libron.fr/diagnostics-objectifs-crues/).


Le bassin de l’Orb a connu un nombre important de crues, qui depuis trois siècles ont été répertoriées par les services de la DDE 34, de la DIREN LR et de la ville de Béziers (plus ancienne crue connue répertoriée Octobre 1667 : « très haut niveau de l’Orb à Béziers »).

En fonction de la crue considérée, la partie du territoire concernée ne sera pas la même.

            - Crues lentes :

Également appelées inondations de plaine, celles-ci se produisent dans les basses vallées de cours d’eau importants et s’accompagnent de débordements touchant de grandes étendues où les hauteurs d’eau sont de l’ordre de 1.5 m dans le delta de l’Orb, avec des vitesses d’écoulement faibles, ce qui induit une submersion longue des terrains (plusieurs jours). Les crues de l’Orb font suite à des évènements pluvieux longs (pluies d’hiver ou de printemps) et concernent tous les secteurs du bassin versant.

            - Crues torrentielles :

Elles se produisent suite à des évènements pluvieux intenses sur les affluents de l’Orb, tels que le Jaur ou le Lirou, dont les bassins versants sont relativement peu étendus. Ces crues aux hauteurs d’eau importantes représentent un réel danger pour les populations touchées du fait de vitesses d’écoulement élevées. Contrairement aux crues décrites précédemment et du fait des vitesses, les crues torrentielles ont des temps de submersion faibles (quelques heures) et engendrent sur leur passage de nombreux dégâts.

            - Crues éclairs :

Il s’agit là d’inondations provoquées par le ruissellement pluvial sur des bassins versants urbains ou péri-urbain. Elles représentent un vrai danger du fait de leur brutalité ; l’inondation survient au même moment que la précipitation, ne permettant aucun délai d’anticipation. Bien que les hauteurs d’eau observées lors de ce type de crue soient faibles, les vitesses d’écoulement importantes génèrent un risque pour les populations engendrent d’importants dégâts notamment sur les voiries (qui servent d’axes d’écoulement).

            - Inondation superficielle :

Il est important ici de citer ce type d’inondation, effectivement, le bassin versant de l’Orb pourrait être touché par une inondation superficielle suite à la rupture d’un barrage à l’amont, qui aurait les mêmes effets qu’une crue torrentielle.


(Informations issues de : http://www.vallees-orb-libron.fr/crues-orb/)


Près de 160 000 âmes sont réunies sur les 89 communes du bassin versant de l’Orb, dont presque la moitié est à Béziers. La zone de plaine concentre la majeure partie de la population et notamment Béziers et les communes du littoral qui forment une aire urbaine qui abrite près de 75% de la population du bassin. Le reste de l’habitat se concentre sur la moyenne vallée.

Béziers, seconde ville du département de l’Hérault regroupe principalement le secteur tertiaire (centre administratif et activité commerciales). Béziers est également le premier bassin d’emploi de la zone devant Bédarieux et Lamalou-les-Bains.


  • Economie :

            - Activité agricole :

L’agriculture est essentielle sur le bassin de l’Orb, de par la proportion des actifs concernés et de par la diversité des productions qu’elle regroupe. La viticulture (relancée par l’AOC) recouvre près de 80% des terres agricoles du piémont et de la plaine du Biterrois, ce qui en fait l’activité économique prépondérante du bassin. On note également la présence d’une zone d’élevage sur la partie Nord (Escandorgue), qui reste -malgré un faible nombre d’exploitations et d’actifs- plutôt dynamique.

            - Activité industrielle :

Celle-ci reste limitée. Elle est principalement liée à l’exploitation des ressources de granulats aux alentours de Béziers qui reste intensive malgré l’arrêt des extractions. L’exploitation de cette ressource naturelle représente environ 40% des granulats du département de l’Hérault.

L’histoire du bassin a profondément été marquée par l’activité minière -passée aujourd’hui en second plan- qui témoigne d’une grande diversité des gisements sur ce territoire (chardon, carrière de marbre, bauxite, sablières, gravières,…).

            - Tourisme :

Les activités touristiques connaissent quant à elles un essor important (pêche, canoë-kayak, baignade) et concernent aussi bien le haut du bassin que la frange littorale. Sur la côte et plus précisément autour des stations de Valras-Plage, Portiragnes, Vias,… la population peut être multipliée jusqu’à 10 en période estivale.

            - Thermalisme :

Ces dernières années, le thermalisme a connu un fort développement, notamment à Lamalou-les-Bains. Le thermalisme y a généré un secteur santé important (centre de rééducation,…) et a permis le développement de nombreuses structures (hébergement, restauration, commerces,…). Le site d’Avène offre également un centre thermal et touristique lié à l’exploitation des eaux de la source (environ 2500 curistes/an).


(Informations issues de : http://www.vallees-orb-libron.fr/activites/)


  • Humain :

Le bassin connaît une croissance moyenne de sa population de 0.4%, avec en 2009, 179 000 habitants. Toutefois, cette tendance n’est pas toujours vérifiée à l’intérieur du territoire : au nord et à l’ouest du bassin : stagnation démographique et vieillissement de la population, tandis que sur la frange littorale et dans les communes péri-urbaines : augmentation de la population. La population est donc inégalement répartie sur le bassin avec ¾ des habitants se situant dans la plaine alluviale (aval du bassin) et se divise en deux types : population urbaine et zones rurales.

            - Population urbaine :

Comme dit précédemment, la croissance démographique concerne les communes situées sur la frange littorale et celles aux alentours de Béziers ; multiplication de la population par 2 ou même 3 durant les 25 dernières années. Toutefois, depuis 1975, Béziers à quant à elle vu sa population diminuer de 17%, diminution que connaissent également les villes de l’arrière-pays telles que Bédarieux, Lamalou-les-Bains,…contrairement aux communes situées dans la basse vallée.

            - Zones rurales :

En dehors des villes de Bédarieux, Lamalou-les-Bains et Hérépian, l’habitat dans la moyenne et basse vallée de l’Orb est très dispersé, caractérisé par des hameaux aux environs de bourgs ruraux et de fermes isolées.


(Informations issues de : http://www.vallees-orb-libron.fr/population/)

Analyse sociale et politique - Acteurs

L’ensemble des acteurs comprend de nombreuses institutions qui se voient obligées de travailler, de coopérer et de communiquer de façon à ce que les besoins ou les exigences de chacun des acteurs puissent être pris en considération. Il s’agit des institutions publiques, représentées entre autres par les élus et les syndicats, chargées de la gestion des ressources; de la population et du secteur économique représenté par les agriculteurs, les professionnels du tourisme,...Il est évident que l’interaction entre tous les acteurs est très compliquée. Le tableau ci-après, vise à, représenter de façon générale la forme de communication et d’interaction entre les acteurs, leurs rapports et leurs obligations.

* Acteurs :
SMVOL : Syndicat Mixte des Vallées de l'Orb et du Libron
CABM : Communauté d'Agglomération Béziers Méditerranée
SMETA : Syndicat Mixte d'Etudes et de Travaux de l'Astien (SAGE nappe astienne)
Syndicats intercommunaux de gestion de l'AEP
Structures maîtres d'ouvrage des travaux de restauration - entretien des cours d'eau

* Economie touristique - Activités récréatives (canoë-kayak, baignade dans les cours d'eau, pêche en rivière ou plan d'eau, randonnée) - Activités industrielles (secteur tertiaire - extraction) - Production hydroélectrique (12 usines sur BV Orb dont Montahut, Langlade et barrage des Monts d'Orb) - Agriculture (viticulture)

* Politique :
SAGE : Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux Orb-Libron (en cours de rédaction)
PAPI : Programme d'Actions de Prévention contre les Inondations Orb-Libron 2011-2015
Contrat de rivière Orb-Libron (contrat de rivière III 2011-2015)

A noter : la population et certaines activités hors bassin versant bénéficient de la ressource Orb (population, tourisme, agriculture de l'Aude)

Pour visualiser le tableau des interactions entre acteurs, cliquer ici.

Schéma fonctionnel Acteurs / Enjeux / Ressources

Pour visualiser le schéma fonctionnel acteurs/enjeux/ressources, cliquer ici.

Ressources considérées

L’eau propre :  représente l’eau de la rivière, elle est essentielle pour réaliser les activités mais aussi conserver un débit suffisant à l’aval (débit biologique). Sa quantité varie en fonction du scénario climatique déterminé en début de tour.


L’eau polluée :  représente l’eau polluée (pesticides, azote, phosphore,...) rejetée dans le cours d’eau par les activités en amont pouvant impacter les activités en aval.


L’argent : ressource économique essentielle au déroulement du jeu. Permet de réaliser une activité ou d’en changer ainsi que de se développer.

Modèle des acteurs - rôles

Quatre acteurs ont été choisis pour modéliser les interactions et pour lancer le jeu.

Agriculteur


Rôle

Propriétaire des terres agricoles :

culture de vigne, maraîchage-élevage, aviliculture

Objectifs / intérêts

Avoir suffisamment d’eau pour ses parcelles et lui permettre de gagner sa vie

Agriculture respectueuse de l’environnement (afin d’obtenir des bénéfices/subventions)

Ressources

Eau propre

Eau polluée

Argent

Options d’évolution / amélioration

Ajout de parcelles

Irrigation goutte à goutte

Viticulture biologique


Professionnel du tourisme


Rôle

Gestion des espaces récréatifs :

baignade, pêche, thermalisme, parc naturel, balnéo

Objectifs / intérêts

Création d’espaces récréatifs (baignade, camping, activités aquatiques)

Développer son activité

Créer des bénéfices

Ressources

Eau propre

Eau polluée

Argent

Options d’évolution / amélioration

Tourisme “naturel” (Jaur) : développement, traitement des effluents

Tourisme balnéaire : hébergement économe, extension

Thermalisme : système d’épuration


Gestionnaire AEP


Rôle

Alimentation en eau potable (de la ville de Béziers)

Prélèvement dans l’Orb (si nécessaire, un prélèvement complémentaire dans la nappe est autorisé)

Objectifs / intérêts

Veiller à la qualité et la quantité de l’eau potable

Ressources

Eau propre

Eau polluée

Argent

Options d’évolution / amélioration

Amélioration du réseau


Gestionnaire STEP


Rôle

Gestion et traitement des eaux usées

Objectifs / intérêts

Veiller au bon fonctionnement de la STEP

Respecter les normes de rejet

Ressources

Eau polluée

Argent

Options d’évolution / amélioration

Modernisation de la STEP (rénovation)

Modèle des actions

Actions classiques :

Ce type d’action est imposé dès le premier tour de jeu


- Viticulture conventionnelle

- Aviliculture

- Eleveur – Maraîchage

- Tourisme naturel

- Tourisme balnéaire

- Tourisme thermale

- Fonctionnement classique de la STEP

- Alimentation en eau potable


Actions pénalisantes :

- Autorisation d’un captage supplémentaire dans la nappe alluviale afin de subvenir aux besoins en eau potable. Il y a plusieurs niveau 1, 2 et 3 en fonction du nombre de gouttes d’eau propre nécessaire. Cette action ne permet pas un gain d’argent cependant le gestionnaire d’eau potable doit payer.

- Mauvais fonctionnement de la STEP. Cette carte est imposée par le présentateur du jeu au 3ème tour.

Deux cas de figure, le premier une innovation a été réalisé sur la STEP au 2ème tour le dysfonctionnement sera petit. Le second, il n’y a pas eu d’innovation sur la STEP, le dysfonctionnement sera très pénalisant.

Structure du modèle et du jeu

Le jeu est constitué de :

  • 1 plateau représentant le bassin de l'Orb.  

  • 4 cartes “acteur” : agriculteur, professionnel du tourisme, gestionnaire AEP, gestionnaire STEP

  • 19 cartes actions :

    • 8 cartes “activité classique”

    • 2 cartes “activité pénalisante”

    • 9 cartes “activité innovante”

  • 9 cartes parcelles :

    • 1 parcelle pour le gestionnaire STEP - Carte dessin STEP

    • 1 parcelle pour le transfert vers le bassin de l’Aude - Carte transfert vers Aude

    • 1 parcelle pour le gestionnaire AEP - Carte verte

    • 3 parcelles pour le professionnel du tourisme - Carte jaune

    • 4 parcelles pour l’agriculteur (3 zones intermédiaire + 1 littoral) - Carte marron

  • 3 sacs de perles pour les différentes ressources :

    • bleues = eau propre

    • roses = eau polluée

    • jaunes = argent

  • 1 gobelet opaque pour l’eau disponible depuis le barrage d’Avène

  • 1 dé afin de déterminer le scénario (année humide, normale ou sèche)

  • 3 cartes “météo” matérialisant le scénario pour l’été en cours


Le jeu se déroule seulement durant l'été, la problématique traitée étant la sécheresse.


Visualiser les cartes "acteur" et "action" ici


Visualiser la support de jeu Watagame ici

Scénarios

Nous allons ici chercher à représenter l’incidence des prélèvements des différents acteurs économiques en période estivale sur le bassin versant de l’Orb. On cherche ainsi à démontrer les enjeux qui sont liés à ces activités. On souhaite également mettre en avant l’impact de ces prélèvements sur le milieu naturel en considérant différents scénarios, comment vont réagir les différents acteurs face aux situations ?


Scénarios

Données sur le bassin

État des barrages

Entrée d'eau sur le bassin

Année normale

Les réserves en eau ont été rechargées pendant l'hiver précédent, le débit

réservé est de 1,5 m3/s en sortie du barrage de l'Avène

Le barrage est suffisamment remplit pour jouer son rôle d'alimentation en période estivale

24 gouttes d'eau

Année humide

Il a fortement plu au cours de l'année, avec quelques périodes de crue, le débit est relativement haut pour la période estivale

Le barrage est remplit

28 gouttes d'eau

Année sèche

L'année à été très peu favorable, la pluviométrie a été très faible sur le bassin et empêche la recharge de l'ensemble des réservoirs

Le barrage n'est pas remplit, il ne peut assurer le débit de réserve pour ne pas descendre en dessous des limites réglementaire (Volume barrage > 5-10 Mm3)

18 gouttes d'eau

Calibration

Cette étape de calibration est primordiale pour le jeu. On cherche ici à représenter le jeu au plus proche de la réalité, avec des valeurs de prélèvements sur la ressource en eau, des coûts financiers et des pollutions (d’ordre quantitatif) les plus réels possibles.

1. Calibration de la ressource « eau » :

  • Le débit de l’Orb : Le débit moyen par temps sec sur le cours de l’Orb est de 1,5 m3/s, c’est à dire d’environ 48 Mm3 par an. Le scénario étant rédigé sur la période estivale nous considérons ce débit comme étant le fonctionnement normal de notre jeu. La présence de deux barrages  l’Avène et le Laouzas dont les volumes sont de 32 et 44 Mm3  permet en effet d’assurer ce débit minimum toute l’année.
  • Le débit réservé à l’exutoire doit être de 1 m3/s soit environ 30 Mm3/an.
  • De plus, les prélèvements représentent en moyenne 40 Mm3 par an, 40% sont à destination de l’irrigation et l’agriculture, et 60% pour l’AEP (et environ 20% de ces prélèvements sont desservis hors du bassin versant). La consommation touristique en eau est importante : environ 30% de l’AEP.
> Nous avons décidé d’utiliser la représentation suivant : 2 Mm3 = 1 goutte d’eau

En fonctionnement normal
:
  • En entrée 24 gouttes d’eau (48 / 2 = 24)

  • Les prélèvements sont de l’ordre de 20 gouttes d’eau

  • En sortie le volume d’eau doit être de 15 gouttes et dont au moins la moitié des gouttes doivent être de bonne qualité pour un bon fonctionnement écologique


Rq : La nappe artésienne peut fournir un apport pour l’alimentation en eau potable de près de 5 millions m3 d’où la possibilité de prélever 1 à 3 gouttes d’eau supplémentaires en période estivale (voir autorisation captage).

2. Calibration de la ressource « argent » :

La « bille » d’argent représente ici l’investissement et le gain selon chaque action sur le bassin versant.

Selon les valeurs de 2009 (site web de vallée Orb-Libron) nous savons que les bénéfices liés au tourisme sont de près de 280 M€ et ceux provenant de l’agriculture sont de 110 M€.
L’alimentation en eau potable et traitement des eaux ont un gain approximatif de : 24 Mm3 * 3,4€ = 82 M€ d’où 50 M€ par activité (avec un prix de l’eau moyen de 3,4€/m3).

D’où, sur le tableau ci-dessous, la répartition des gains :


Gain (M€)

% gain

Billes d'argent

Tourisme

310

61

15

Agriculture

110

22

6

AEP

41

8

3

Traitement des eaux

41

8

3

TOTAL

490

100

27

(source Sage Orb-Libron et prix de l’eau en France)


L’investissement va être déterminé en fonction des gains. Plus l’activité possédera des bénéfices importants plus l’investissement le sera également (coût d’entretien supérieur, services, …).

3. Calibration de la ressource « Eau polluée » :

La valeur de la pollution est ici plutôt de l’ordre de la quantité, on ne s’intéresse pas à la qualité de l’eau, ni à son degré de pollution. Il s’agit d’une calibration plus simple, nous définissons pour chaque type d’activité s’il va accepter, créer ou traiter une pollution.

La calibration de la pollution se fait directement en fonction des ressources en eau en entrée et en sortie.


La représentation des valeurs de nos trois ressources pour chaque type d’action une fois la calibration effectuée est visible sur le tableau ici.

Règles spécifiques du jeu

Le jeu

4 joueurs “Acteur” + 1 présentateur

Le présentateur explique le fonctionnement du bassin et les contraintes à respecter :

  • Transfert inter-bassin : 4 gouttes d’eau (peu importe la couleur, autrement dit la qualité) doivent être laissées pour l’alimentation en eau potable vers le bassin de l’Aude. Une carte” Transfert vers l’Aude” symbolise ce prélèvement.

  • Quantité : minimum 15  gouttes d’eau doivent arriver en aval.

  • Qualité : avoir plus de gouttes d’eau bleues que de gouttes d’eau roses à l’aval.


Le scénario

Le choix du scénario se fera par lancé de dé, comme décrit ci-après :

Scénario

Billes d’eau

Année sèche

1 et 2

18

Année normale

3 et 4

24

Année humide

5 et 6

28

Ainsi, au début de chaque tour, le lancé de dé, qui sera effectué par le joueur le plus âgé, déterminera le scénario à jouer et donc le nombre de billes d’eau à l’entrée du bassin.


L’acteur

Chaque joueur tire une carte “acteur “ au hasard : le tirage au sort des cartes “acteur” s’effectue du joueur le plus âgé au joueur le plus jeune de la partie.

Chaque joueur représentera donc un acteur du secteur : agriculteur, professionnel du tourisme, gestionnaire AEP et gestionnaire STEP.

Au premier tour de jeu,  le présentateur distribuera à chaque acteur 7 billes d’argent, qui lui permettront d’investir afin d’exercer son activité (carte action).


La parcelle

Les cartes matérialisant les parcelles sont positionnées avant le début du jeu (1 acteur = 1 ou plusieurs parcelles). Les acteurs pourront seulement réaliser leurs actions sur les parcelles qui leur sont destinées.

Lorsqu’un joueur souhaitera étendre son activité à d’autres parcelles, il devra débourser 1 bille d’argent pour l’activer.


Acteur

Agriculteur

Professionnel du tourisme

Gestionnaire AEP

Gestionnaire STEP

Parcelle

marron

jaune

verte

dessin STEP


La ressource Eau

Le gobelet symbolisant la rivière circule d’amont en aval. Les acteurs prélèvent sans regarder la ressource chacun leur tour en fonction de leur position sur le bassin.

Si la ressource est insuffisante pour réaliser une action alors l’acteur concerné ne perçoit pas d’argent à la fin du tour.


Les cartes action

Chaque acteur dispose de plusieurs cartes actions (classiques, innovantes et parfois pénalisantes).

Toutefois au premier tour les cartes innovation ne sont pas mises à disposition ; le premier tour de jeu s’effectue uniquement avec les activités classiques, disposées au préalable sur le plateau de jeu. Les cartes innovation sont mises à disposition de chaque acteur au second tour seulement.


Sur les cartes actions sont représentés les besoins en entrée : eau propre, eau polluée et argent pour réaliser l’action et le résultat en sortie : eau propre, eau polluée et argent.


Lorsqu’un joueur souhaite changer d’activité, celui-ci doit débourser 2 billes d’argent (changement de carte). Il devra au début du tour investir le montant souhaité pour exercer la nouvelle activité.


  • Carte “Autorisation de captage” :

Cette carte est destinée au gestionnaire AEP.

Elle est obligatoirement utilisable, lorsque la ressource en eau n’est pas satisfaisante en terme de qualité et/ou quantité.

Pour la rendre active, le gestionnaire AEP doit débourser des billes d’argent en fonction du besoin, différents niveaux sont disponibles  :



“Autorisation captage Niveau 1”

“Autorisation captage Niveau 2”

“Autorisation captage Niveau 3”

pour obtenir :

1 goutte d’eau non polluée,

2 gouttes d’eau non polluée,

3 gouttes d’eau non polluée,

il faut dépenser :

2 billes d’argent

3 billes d’argent

4 billes d’argent


  • Carte “Pénalité STEP” :

Cette carte est destinée au gestionnaire STEP.

Elle est imposée par le présentateur du jeu au gestionnaire STEP lors du tour de jeu 3.

2 cas possibles :


Tour 1

Tour 2

Tour 3

Cas n°1

“Fonctionnement classique”

“Rénovation”

“Petite pénalité mauvais fonctionnement”

Cas n°2

“Fonctionnement classique”

“Fonctionnement classique”

“Grosse pénalité mauvais fonctionnement”


La banque

Un prêt à la banque est possible pour :

  • la mise en place d’une activité innovante,

  • ou pour permettre le fonctionnement d’une activité innovante.

Cet emprunt doit obligatoirement être remboursé dans les deux tours de jeu suivants.


Les pénalités de jeu

Si à l’aval les normes qualité et quantité ne sont pas respectées (c’est-à-dire : 15 billes d’eau minimum et plus de billes d’eau non polluée que que de billes d’eau polluée), chaque acteur devra payer une pénalité, définie à 1 bille d’argent par acteur.

Résultats du test

Le jeu que nous avons créé a été rejoué une fois la calibration faite. Quatre tours ont alors été effectués selon les types d’années suivantes : sèche, normale, sèche et enfin année normale.


La première observation est que lorsque l’année est sèche les problèmes apparaissent. En effet l’ensemble des actions n’a pas été réalisé et cela est dû au fait que nous ayons considéré la qualité de l’eau. Cette qualité ainsi que la quantité d’eau à l’exutoire n’étaient pas suffisantes.

Suite à des problèmes de fonctionnement (qualité ou quantité), certaines actions (aviliculture, maraîchage,...) obligent leurs acteurs à emprunter afin de pouvoir exercer leurs activités au tour suivant.

Toutefois en période normale la quantité et la qualité de l’eau à l’exutoire suivent les normes réglementaires. Les innovations ont pu être jouées au cours de la partie permettant ainsi de réduire les prélèvements sur la ressource en eau et les rejets d’eau polluée.

C’est pourquoi il a ainsi été possible d’obtenir à la fin de la partie, même en année sèche, un eau dont la qualité à l’exutoire était correcte. En année normale l’ensemble des activités ont alors pu fonctionner correctement.


L’utilisation des cartes innovations au cours du jeu a permis de mettre en avant l’influence des différents acteurs sur la ressource en eau et l’enjeu économique qu’il y a en fonction des différents domaines d’activité.


Le troisième type d’année, année humide, n’a pas été tiré lors du jeu mais cela n’a pas d’influence directe sur notre modèle puisque nous ne traitons pas le risque inondation.


Actions stratégiques complémentaires


Afin d’améliorer à court ( <3ans) et long terme (>3ans) la situation sur le bassin versant de l’Orb, nous avons décidé de mettre en place des actions innovantes pour l’ensemble des acteurs. Celles-ci sont présentées ci-dessous :


Agriculture :

- Viticulture biologique

- Viticulture goutte à goutte


Professionnel du tourisme :

- Tourisme naturel avec mise en place d’un camping avec sa propre station d’épuration

- Tourisme naturel avec construction d’un camping

- Développement du tourisme balnéaire

- Tourisme balnéaire avec mise en place de re-use

- Tourisme thermale avec mise en place d’une station d’épuration


Gestionnaire de STEP :

- Rénovation de la STEP


Gestionnaire AEP :

- Amélioration du réseau AEP

Proposition de stratégie COOPLAN (ES)

Visualiser la proposition de stratégie sur le bassin versant de l'Orb ici.

Test COOPLAN dans le jeu


Ce 1er test a eu lieu avant la calibration finale. Le résultat est le suivant :


Au 1er tour :

- 1 parcelle viticulture classique

- 1 parcelle tourisme balnéaire classique

- 1 STEP en fonctionnement classique

- 1 prélèvement AEP classique


Au 2ème mise en place des stratégies d’amélioration à court terme :

- 1 parcelle viticulture goutte à goutte

- 1 parcelle tourisme développement d’hébergement écologique

- 1 STEP en fonctionnement classique

- 1 prélèvement AEP classique


Au 3ème tour développement du territoire et mise en place des stratégies d’amélioration à long terme :

- 2 parcelles en viticulture goutte à goutte

- 1 parcelle tourisme développement d’hébergement écologique

- 1 parcelle tourisme classique

- 1 STEP en fonctionnement classique

- 1 prélèvement AEP avec amélioration du rendement du réseau


Au 4ème tour amélioration de la station d’épuration.


NB : Le prélèvement pour le bassin versant de l’Aude est imposé dans le jeu. Il correspond à 4 billes.

Bilan

Le rôle de l'État est inexistant dans notre jeu, cependant il occupe une position importante et il pourrait mettre en place (s’il était considéré dans notre jeu) des pénalisations/subventions envers les différents acteurs.

Nous avons noté qu’il était difficile de faire intervenir tous les acteurs, tous ne sont pas représentés dans notre jeu, notamment les industriels (qui jouent un rôle non négligeable, plus particulièrement dans les problèmes de qualité/quantité de l’eau liés à l’exploitation des gravières).

La calibration a été difficile, un travail plus approfondi notamment sur la partie pollution permettrait d’affiner notre modèle.

Au vu du temps imparti, nous avons choisi de ne représenter qu’une saison (période estivale, problème de sécheresse, manque d’eau), il serait intéressant d’envisager le jeu en période pluvieuse pour mettre en avant les problèmes d’inondation et les enjeux qui y sont liés sur le bassin de l’Orb.

Le jeu en lui-même est ludique et met en avant les conflits d’intérêt qu’il peut y avoir sur un bassin versant, en confrontant différents acteurs aux points de vue souvent divergents ; ceci tout en permettant une compréhension générale du fonctionnement du bassin et la mise en avant des problématiques que l’on peut retrouver sur le territoire concerné.

Documents supports (types)

http://www.vallees-orb-libron.fr/

http://irlr-app.dreal-languedoc-roussillon.fr/~addsd/zi/hydrogeomorphologie/orb/CDROM/RapportORB.pdf

http://www.pecheherault.com/carte_BV10_Gestion%20quantitative.pdf
Doc SAGE-ORB LIBRON

http://fr.wikipedia.org/wiki/Orb
site du projet "intersage" -> voir le document attaché "Annexes" à partir de la page 22 (diagnostics)

- carte générale
- usages du sol
- hydrographie
- données hydro / pluvio
- distrib de populations
- activités économiques
- productivité des activités agricoles
- données tourisme quand c'est le cas
- données conso urbaine (type SONEDE) si dispo
- tous rapports sur le cas
- des photos éventuellement
Comments