G9 - Saône - Doubs

Participants

Encadrant

Géraldine Abrami à irstea fr

Membres du groupe de travail

  • Mounir Chaiblaine
  • Jérémy Blanchard
  • Salah Dehni
  • Elodie Fernandez
  • Oussaid Guiri
  • Gabrielle Weisenberger

Documents supports

Présentation générale

Située dans l’EST de la France, La Saône principal affluent du Rhône prend sa source à Vioménil dans les Vosges et plus précisément au pied de la falaise des monts Faucilles. Par sa longueur de 482 km elle est le neuvième cours d’eau le plus long de France, et se conforte progressivement par l’apport de nombreux autres cours d’eau, dont le Doubs, affluent principal. Elle est divisée en trois sections : Petite, haute et grande Saône.

Le bassin versant de la Saône constitue un réseau hydrographique de 9 000 km de rivières et couvre une surface de près de 30 000 km², sur 10 départements ,5 régions françaises et 2 cantons suisses (Jura et Neuchâtel).

Le bassin versant de la Saône possède un territoire très diversifié, il se découpe en 5 grands territoires :

- La Saône amont : située à l’amont de la Tille et de l’Ognon, constitue la tête du bassin de la Saône. D’Ouest en Est, se succèdent les Vosges Saônoises, le plateau de Langres et la Côte de l’Auxois. Ce territoire possède une grande richesse écologique avec les forêts alluviales du val de Saône, les plateaux des Mille-étangs et les résurgences karstique.

- Les bassins viticoles de Bourgogne et du Beaujolais : Situés en rive droite, ils s’étendent de Dijon à Lyon et s’exposent à une forte production viticole due en partie aux micro-climats qui favorisent la culture de la vigne. Ainsi sur ce secteur, l’impact de ces activités devient très fort, et menace fortement la qualité des eaux de nombreuses rivières affluentes.

- Le Haut-Doubs et la Haute-Loue : situés dans le secteur de la source du Doubs et de la Loue. Ils s’étendent jusqu’à l’amont de Montbéliard et sont essentiellement formés par des plateaux calcaires étagés et fortement karstifiés. En effet, la karstification modifie profondément les écoulements et plus particulièrement à l’étiage avec de nombreuses pertes et infiltrations. Les activités principales de ce territoire sont la production laitière et fromagère.

- Le Doubs aval : Ce territoire s’étend du Ballon d’Alsace jusqu’à la confluence du Doubs avec la Saône. On peut y noter une activité industrielle très importanteDe plus, il est très marqué par la présence de nombreuses infrastructures telles que des autoroutes, canaux et le projet d’une ligne de TGV, ce qui entraîne une importante imperméabilisation.

- La rive gauche de la Saône entre Doubs et Rhône : Située au Sud du bassin du Doubs et en rive gauche de la Saône, ce territoire s’étend jusqu’à Lyon. Il est composé de pays de bocage et d’étangs, ce territoire est un site privilégié pour une faune et flore riches et particulières, mais très sensibles aux pollutions.

Le bassin versant de la Saône est donc un territoire qui possède une forte richesse écologique de par sa diversification des ressources telles que les cours d’eau, les étangs et nappes phréatiques mais aussi les forêts alluviales. Ce bassin constitue un atout en matière de biodiversité puisqu’il possède une faune et flore riches et particulières, ainsi qu’une grande diversité de paysages.

Dans notre étude de cas nous nous sommes intéressés au bassin versant de la Seille, sous bassin de la Saône. Il nous est plus intéressant de travailler à petite échelle afin de pouvoir effectuer une étude précise et intégrale de celui-ci.

Le bassin versant de la seille couvre une surface de 2260 km² sur trois régions (Bourgogne, Franche Comté, Rhône-Alpes) et trois départements (Saône-et-Loire, Jura, Ain) pour 800 km de cours d’eau. On peut dénombrer 4 affluents principaux qui sont la Brenne ; une rivière puissante aux multiples ouvrages hydrauliques, la Vallière ; Une rivière dynamique aux méandres prononcés, puis le Sevron et le Solnan qui sont tous deux, des cours d’eau de plaine.

Il possède les mêmes enjeux et le territoire est aussi diversifié que le bassin versant de la Saône.


Cartes de référence

Les cartes suivantes, prises sur le site de l'EPTB Saône et Doubs, caractérisent le Bassin versant de la Seille:





Schéma spatial


Analyse des enjeux

Sur le bassin versant que nous étudions, il existe différents enjeux importants, coordonnés par l’EPTB (Etablissement Publique Territorial du Bassin) qui organise de nombreuses actions sur le terrain. Ces enjeux se traduisent le plus souvent par la limitation des risques liés aux inondations, la préservation et l’amélioration de la qualité des eaux, la gestion quantitative de la ressource ainsi que la restauration de l’environnement.

La variation quantitative de la ressource en eau          

 

D’une part, les ressources d’alimentation en eau superficielle sont caractérisées par des étiages considérables qui produisent des variations de débit importantes. Ce problème est dû à la formation géologique composée de plateaux calcaires quartzifiés favorisant les infiltrations. D’autre part, des débits minimums dans les cours d’eau sont reconnus comme prioritaires sur le bassin versant afin de préserver les systèmes écologiques.

Par contre une forte augmentation des surfaces agricoles a engendré une hausse de la demande en eaux dans ce domaine. C’est pourquoi, des principes de partage et de protection de la ressource, reconnus comme actions prioritaires, doivent être établis afin de garantir la satisfaction des besoins pour l’alimentation en eau potable des agglomérations et le maintien d’un débit minimum dans les cours d’eau. Pour cela, il existe un Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) qui permet justement une gestion quantitative et qualitative de la ressource en eau qui a vu le jour, après la loi sur l’eau en 1992. Dans le bassin versant, il y en a 4 : celui de la Nappe du Breuchin, de l’Allan, de Tille puis celui du Haut-Doubs Haute-Loue.

Dans notre cas, il existe plus précisément différents contrats rivière de la Seille qui correspondent à des démarches territoriales.

 

La qualité de l’eau

 

Les grandes agglomérations qui dépassent parfois les 100 000 habitantes, sont situées dans le bassin versant de Saône et Doubs sont aussi les sièges d’une importante dynamique industrielle.

Cette dernière entraîne une pollution des cours d’eau par des produits toxiques d’une part, d’autre part les réseaux d’assainissements qui collectent les eaux domestiques (phosphates, azotes, produits pharmaceutiques…).

De plus, les activités agricoles introduisant des pesticides sous forme de nitrates ont donné naissance à l’augmentation du phénomène de l’eutrophisation ainsi que la dégradation des écosystèmes aquatiques.

La réduction des pollutions est un objectif primordial. Etant donné l’ampleur de cet enjeu, et la mise en place des diverses démarches est nécessaires pour mieux connaître les sources de contamination, ainsi des actions renforcées et durables pour réduire 75% des rejets de phosphore domestique et maîtriser davantage les rejets agricoles.

Diminuer les risques liés aux inondations

 

Un autre facteur important est le développement et l’extension de l’urbanisation dans les vallées des villes. Ce phénomène a entrainé l’augmentation des surfaces artificialisées et imperméabilisées provoquant d’importantes activités de ruissellement.

Un deuxième paramètre correspond à la gestion et à l’entretien des ouvrages hydrauliques. L’ensemble ayant influencé les capacités de rétention et de circulation des eaux dans les lits majeurs. C’est ainsi qu’a été créée un programme de prévention des inondations (PAPI) et de nouvelles règles en matière de gestion de l’eau, des milieux aquatiques et de prévention des inondations (GEMAPI). L’EPTB a aussi pour mission de réaliser des diagnostics de vulnérabilité afin de réduire les risques et aussi d’alerter et sensibiliser la population.

 

En revanche, des réflexions restent à mener, notamment sur les thématiques de la gestion des eaux pluviales et des ouvrages hydrauliques.

 

 

Restauration de protection des milieux aquatiques (zones humides et cours d’eau)


Le basin versant de Saône et Doubs est constitué de vastes zones humides qui font la richesse du patrimoine écologique reconnu au niveau national et européen. La préservation de ces milieux aquatiques se fait à travers la préservation de ressource en eau, soit en termes de qualité et de quantité.

Aujourd’hui, Les zones humides sont menacées par le phénomène d’anthropisation (construction de village, autoroutes, décharges) ainsi que par la pollution des eaux due au drainage agricole et au non traitement des eaux usées et effluents industriels.

Sachant que le territoire a subit une grande fragmentation écologique vu les obstacles de la continuité écologique (seuils, barrages, endiguement, corrections), seule la mise en place d’une stratégie éco-morphologique cohérente et coordonnée à l’échelle du bassin versant pourra assurer la protection via la réglementation, l’information, la sensibilisation et réhabilitation de tourbières et ruisseaux et la régulation du débit des rivières. De nombreux projets ont alors été mis en place, comme la contractualisation agricole : la MAEC Mesures Agro Environne tales et Climatiques), les contrats rivières ou encore les contrats Natura 2000…

Enjeu économique

Il est donc primordial de réussir à concilier les différents usages des cours d'eau (tourisme, sports nautiques, pêche) en accord avec la protection du milieu naturel.

En effet, par exemple : La préservation des milieux aquatiques et du patrimoine piscicole permet le développement du tourisme et des loisirs. La conciliation des différents usages touristiques et de loisirs favorise un développement harmonieux dans les meilleures conditions possibles tout en protégeant le milieu naturel.

Et pour finir, il convient de prendre en compte la situation économique du pays qui fait que les dons de l’Etat sont moins importants. Malgré tout, grâce à des aides financières de l’Europe et de particulier, de nouveaux projets voient le jour chaque année.


Analyse sociale et politique - Acteurs


Schéma fonctionnel Acteurs / Enjeux / Ressources


Ressources considérées

Voici les différentes ressources que nous avons choisi de prendre en compte :

- Eau brute : elle est ici assimilée à l’eau propre, utilisable et consommable à la fois par la population pour l’eau potable, les activités agricoles et industrielles et autres.

- Expertise : représente l'expérience et les compétences requises à l’acteur qui exécute ou subit une action.

- Argent : c’est la ressource économique pouvant à la fois émaner du budget public comme des investissements privés. Cette dernière permet d'investir dans une action qui pourra rapporter, par la suite, des bénéfices. Elle sera appelée « Mon€y ».

- Eau polluée : cette « ressource-malus » représente les dégâts que les différents acteurs peuvent engendrer sur l'eau. 

Modèle des acteurs - rôles

Six différents acteurs sont représentés dans ce jeu. Ils entretiennent des relations saines, conflictuelles ou neutres suivant l’avancement du jeu et les efforts consentis entre eux. Ils tachent de rester fidèles à leurs intérêts initiaux qu’ils soient d’ordre économiques, environnementaux ou politiques.

  

                                                                EPTB

Description

Acteur institutionnel et interlocuteur sur le bassin versant de la Saône, Il intervient sur les communes sur les thématiques des inondations, de l’amélioration de la qualité et de la ressource en eau, des zones humides et de la biodiversité.

Objectifs

L’Etablissement Public Territorial du Bassin Saône et Doubs œuvre pour une gestion durable de l’eau, des rivières et des milieux aquatiques. L’objectif est d’ordre environnemental.

Conditions initiales

L’EPTB possède 5 unités de Mon€y + le nombre indiqué par le dé que le joueur lance au départ. L’acteur dispose également de 6 cartes actions dont 4 qui requièrent un niveau d’expérience supérieur à 1 (le niveau initial d’expérience est à 1). L’acteur doit placer deux de ses cartes sur les terrains de type « Agricole/naturel & urbain/industriel »

Relations

Les relations sont majoritairement saines avec les autres acteurs au vu de la mission environnementale portée par celui-ci. Ils sont majoritairement en relation avec les 1) communes dans le but de coordonner, 2) les agriculteurs dans le but de former et les 3) riverains pour communiquer leurs actions.

Activités

Propose plusieurs actions dans le but de sensibiliser les acteurs sur les problématiques liées à la qualité et la disponibilité de l’eau. Incite à la communication entre les différentes parties-prenants et prend également des initiatives de gestion des eaux (bassins de rétention …etc.). Met en place des contrats rivières qui visent à réhabiliter et valoriser le patrimoine aquatique dans un projet commun à tous les acteurs.

 

  

                                                              Riverains

Description

Ce sont les habitants du bassin versant de la Seille ainsi que les touristes en visite dans la région.

Objectifs

Le but de cet acteur est principalement axé sur la qualité de l’eau disponible et sur le non dépassement des normes de rejets d’eaux polluées par les industriels. La quantité de l’eau est également une problématique pour les touristes souhaitant par exemple faire du canoë ou des activités liées à l’eau.

Conditions initiales

L’EPTB possède 5 unités de Mon€y + le nombre indiqué par le dé que le joueur lance au départ. L’acteur dispose également de 6 cartes actions dont 4 qui requièrent un niveau d’expérience supérieur à 1 (le niveau initial d’expérience est à 1). L’acteur doit placer deux de ses cartes sur les terrains de type « Agricole/naturel & urbain/industriel »

Relations

Leurs relations sont principalement conflictuelles avec les autres car ils ont un fort pouvoir de revendication. Ils peuvent arrêter certaines initiatives des industriels et des communes et mettre en péril les activités économiques des pollueurs. Mais ils peuvent aussi se servir de leurs capacités et de leur nombre à nettoyer l’eau et donc avoir des relations positives avec les autres acteurs.

Activités

Deux familles d’actions : 1) celles visant à entretenir et sensibiliser autour des problématiques de l’eau si les rapports sont généralement positifs, cela implique des efforts de la part des industriels et de la commune 2) en cas de mécontentement, des manifestations et des opérations de sabotage peuvent être mises en place

  

                                                              Agriculteurs

Description

Les propriétaires de certaines parcelles sur le bassin versant de la Seille, majoritairement des éleveurs ou des viticulteurs.

Objectifs

L’objectif et de maximiser le profit en minimisant la pollution engendrée. De plus, l’entretien de relations saines avec d’autres acteurs est profitable aux agriculteurs qui seront moins menacés par les communes/riverains

Conditions initiales

Les agriculteurs possèdent 5 unités de Mon€y + le nombre indiqué par le dé que le joueur lance au départ. L’acteur dispose également de 6 cartes actions dont 4 qui requièrent un niveau d’expérience supérieur à 1 (le niveau initial d’expérience est à 1). L’acteur doit placer deux de ses cartes sur les terrains "agricoles" seulement.

Relations

Les agriculteurs sont souvent pointés du doigt par les autres acteurs et les relations sont souvent mauvaises. Mais les richesses engendrées ainsi que l’exploitation agricole historiquement présente sur la région viennent nuancer ces différents.

Activités

L’agriculteur peut choisir entre des activités respectueuses de l’environnement en termes de quantité et de qualité (biologique), ou sinon opter pour des cultures intensives très fructueuses mais génératrices de fortes pollutions

 


 

  

                                                            Communes

Description

Les maires et leurs équipes sont les représentants de l’Etat auprès des autres acteurs : à la fois ambassadeurs, initiateurs et diplomates.

Objectifs

Les mairies ont d’un côté un rôle de coordination et d’apaisement entre les agriculteurs/industriels/riverains, et de l’autre côté une attitude « politique » : le maire sera plus enclin à prêter oreille aux riverains les années des élections, et subventionner les agriculteurs les autres années. Ils mènent également des actions de dépollution.

Conditions initiales

Les mairies possèdent 5 unités de Mon€y + le nombre indiqué par le dé que le joueur lance au départ. L’acteur dispose également de 6 cartes actions dont 4 qui requièrent un niveau d’expérience supérieur à 1 (le niveau initial d’expérience est à 1). L’acteur doit placer deux de ses cartes sur tous les types de terrains.

Relations

Acteur charnière entre les riverains et les industriels/agriculteurs, ils subissent d’importantes pressions et jonglent constamment pour satisfaire les deux cotés tout en participant à la mise en place d’infrastructures améliorant la qualité de vie générale.

Activités

Ils mènent des actions visant à dépolluer l’eau (STEP), limiter les risques d’inondation et créer des espaces publics en lien avec l’eau (piscines).

 

  

                                                        Syndicat d’eau potable

Description

Ce sont les gestionnaires techniques de toute la chaîne de production de l’eau. Ils signent un contrat avec les mairies afin de mener des opérations depuis les précipitations jusqu’au robinet

Objectifs

Ils définissent les normes techniques et gèrent les étapes telles que : le prélèvement, le traitement, l'acheminement, le stockage et la distribution de l'eau.

Conditions initiales

Le syndicat d’eau potable possède 5 unités de Mon€y + le nombre indiqué par le dé que le joueur lance au départ. L’acteur dispose également de 6 cartes actions dont 4 qui requièrent un niveau d’expérience supérieur à 1 (le niveau initial d’expérience est à 1). L’acteur doit placer deux de ses cartes sur les terrains de type « Point de captage » seulement

Relations

Les relations sont saines avec l’ensemble des acteurs et cela dû à la nature du rôle qui est le leur : ce ne sont pas des décisionnaires mais des techniciens œuvrant à l’amélioration de chaque étape de l’acheminement de l’eau.

Activités

Ils gèrent le diagnostic, l’acheminement, la distribution et la tarification de l’eau en plaçant des cartes autours des points de captage.

 

 

                                                           Industriels

Description

Grosses entreprises implantées depuis quelques années sur le bassin versant. Elles sont très génératrices d’emplois et souvent pointées du doigt par les différents acteurs pour leurs rejets et pollutions.

Objectifs

Le but est principalement de maximiser la productivité et le profit. Ils souhaitent avoir un accès maximal à l’eau et pouvoir rejeter ces mêmes eaux polluées sans subir trop de pressions. Ils peuvent optimiser leurs impacts de différentes manières quand les relations sont apaisées.

Conditions initiales

Les industriels possèdent 5 unités de Mon€y + le nombre indiqué par le dé que le joueur lance au départ. L’acteur dispose également de 6 cartes actions dont 4 qui requièrent un niveau d’expérience supérieur à 1 (le niveau initial d’expérience est à 1). L’acteur doit placer deux de ses cartes sur les terrains de type « industriels » seulement

Relations

Les relations sont majoritairement conflictuelles. L’interlocuteur privilégié est la commune du bassin-versant qui par la suite communique avec les principaux revendicateurs (les riverains). Les industriels insistent beaucoup sur la création d’emploi qu’ils engendrent.

Activités

Ils peuvent dynamiser la région en investissant dans les infrastructures ou réduire les externalités négatives dûes à leurs activités en améliorant les processus de production ou en acquérant de nouvelles certifications.






Modèle des actions

Voir le tableau avec les actions en cliquant sur le lien suivant:

https://drive.google.com/open?id=0B3S9iSP-APnTYXJhSU51VWJMd2M

Structure du modèle et du jeu

Objectifs du jeu


- lutter contre les pollutions

- lutter contre les inondations


En mettant en lumière :

- les interactions entre les acteurs

- les enjeux économiques

- les actions possibles


Acteurs identifiés :


- Société civile : habitants, riverains

- Les agriculteurs

- les indutriels

- Le syndicat d'eau potable

- La commune

- L'EPTB


Plateau de jeu


Le plateau de jeu représente de manière schématique le sous-bassin versant de la Seille. Les affluents de la Seille n'ont 

pas été représentés de manière spécifique mais la dispersion des activités le long de la rivière stylisée correspond à la 

répartition des zones d'activités sur le Bassin (zones agricoles, industriels, urbaines, point de captage).



Photo du plateau de jeu:

https://drive.google.com/open?id=0B3S9iSP-APnTUXZpYkhndV93a00


Matériel


1 plateau de jeu

pions de couleur bleu (eau propre)

pions de couleur rouge (eau polluée)

1 godet opaque

1 réglette pour les degrés d'expertise des joueurs


Argent : Money

Cartes de niveau d'expertises

Cartes actions


Scénarios

Trois scénarios hydrologiques possible à tirer au sort en début de partie :


- année sèche : 12 gouttes de départ

- année normale : 19 gouttes de départ

- année humide : 25 gouttes


Répartition des cartes scénarios : 3 cartes normales, 2 cartes humides, 1 carte sèche


Évènements aléatoires


Hormis au début du premier tour, le maître du jeu tirera une carte « évènement aléatoire ».

Les évènements aléatoires sont :

- Période électorale : les élections municipales auront lieu cette année. La commune est deux fois plus impactée par les 

actions des riverains.

- Bonne santé économique : toutes les activités économiques rapportent + 1 Money

- Crise économique : toutes les activités économiques perdent + 1 Money

- Fortes pluies : + 10 gouttes d'eau

- Subvention exceptionnelle de l'Union européenne : +4 Moneys pour la commune

- Forte croissance urbaine : deux zones A/N sont changées en Zones urbaines/industrielles. Il y aura + 2 gouttes bleues 

dans le godet opaque en début de partie.


Calibration

Lorsque nous avons construit notre jeu, nous avons du, dans un premier temps, attribuer arbitrairement des valeurs sur nos cartes actions. Ces dernières se rapportent aux ressources utilisées et permettent ainsi de les quantifier. Pour cela, nous avons fait appel aux données mises à notre disposition, à nos connaissances et aux recherches faites sur les différentes activités proposées.

Une fois toutes les cartes actions établies, nous avons joué afin de vérifier si les valeurs choisies, permettent de se rendre compte des problématiques de notre bassin versant. 
C'est ainsi que nous nous sommes aperçus qu'avec les premières cartes, seul l'enjeu sur les risques des inondations était visible. En effet les quantités d'eau étaient trop importantes et dès le premier tour, les villes ont été submergées par les eaux. De plus, les activités n'étaient pas assez polluantes pour que l'on observe la problématique de la pollution, c'est pourquoi nous les avons recalibré.

En ce qui concerne l'argent, nous ne savions pas exactement combien donner aux acteurs au début de la partie. Afin de se rapprocher de la réalité et de montrer les inégalités réelles face à l'argent, nous avons choisi finalement d'avoir recours aux dés et par la même occasion au hasard.

Règles spécifiques du jeu

Objectif du jeu :


Terminer trois années de jeu sans avoir subit d'inondation et en ayant limité la pollution du cours d'eau


Ainsi il faut pour gagner :

- Que le nombre de gouttes rouges ne dépassent pas 8 en fin d'année hydrologique et qu'il n'y ait pas plus de gouttes rouges 

que de gouttes bleues

=> Sinon, il y aura 1 Money d'amende pour tout les joueurs au début du tour suivant

- Que le nombre total de goutte soit de minimum 5 et de maximum 12

=> Sinon, les actions génératrices de revenus en aval de Louhan échoueront



Mise en place du jeu


Au premier tour :


- chaque personne pioche un acteur dans la pile au hasard

- chaque joueur récupère 5 Moneys et lance un dé 6 faces, il reçoit une somme de Money supplémentaire correspondant

 au résultat du dé.

- Chaque joueur choisi deux territoires en fonction de son acteur

- le maître du jeu pioche un scénario hydrologique


Aux deux tours suivants :


- chaque joueur paie les sommes qui lui sont demandées : amendes, taxes

- chaque joueur paie les sommes nécessaires à leurs actions

- le maître du jeu pioche un scénario hydrologique au hasard

- le maître du jeu pioche un évènement aléatoire au hasard


Déroulement d'un tour


- Phase de mise en place des actions

- Phase de déplacement du godet - Résolution des évènements

- Phase de négociation entre les acteurs


I – Phase de mise en place des actions


- Chaque joueur peut décider d'acheter de l'expertise :

  • le premier niveau d'expertise coûte 1 Money

  • le second niveau coûte 2 Moneys

  • le troisième niveau coûte 3 Moneys

- Chaque joueur peut mettre en place des actions sur un territoire donné

- Les agriculteurs, les industriels et les habitants peuvent décider de faire un prêt pour financer leurs activités : dans ce 

cas, ils devront payer 50 % d'intérêts l'année suivante

- Chaque joueur paie pour les actions mises en place. Une action ne peut être mise en place que si le joueur a atteint le 

niveau d'expertise suffisant.


II – Ecoulement d'une année hydrologique et résolution des évènements


Le godet contient autant de pions bleus que le scénario hydrologique déterminé.

Le godet circule le long de la rivière et on résout les impacts sur l'eau des actions au fur et à mesure.


La résolution d'une action s'effectue de la manière suivante :

- le joueur prélève les ressources en eau nécessaires dans le godet

- il rajoute dans le godet les pions d'eau pollués/d'eau propre rejetés dans la rivière


Si le godet en arrivant à Louhan contient plus de 12 pions d'eau, alors la ville est considérée comme inondée et toutes

les actions économiques en aval seront annulées.


Si le godet en arrivant en aval contient plus de 8 pions de pollution ou contient plus de pions de pollution que de pions

d'eau propre alors chaque joueur se verra imposé une amende de 2 Moneys au tour suivant.


III – Phase de négociation


Pendant une phase de négociation limitée par un sablier à 3 minutes, les joueurs peuvent discuter pour mieux 

coordonner leurs actions ou non pour le tour suivant.

Ils présentent à tour de rôle leurs exigences ou leurs problèmes. Puis ils en discutent librement jusqu'à 

l'écoulement complet du temps de discussion. Cette phase se termine par l'écriture sur une feuille de papier de leur 

décision finale.

Les acteurs peuvent décider de faire jouer leurs pouvoirs spéciaux ou non durant cette phase.


Pouvoir spéciaux des joueurs pendant la phase de négociation:


EPTB


=> peut taxer les communes et les obliger à leur acheter de l'expertise

=> en dernier ressort c'est l'EPTB qui arbitre en fin de période de négociation et prend la décision finale si aucun 

consensus n'a pu être trouvé


Habitant


=> pouvoir de pétition : la commune reverse un Money de subvention aux associations

=> si la carte « période électorale » a été tiré en début de tour, la commune est obligé de répondre à leur demande sans

 négociation


Agriculteurs/Industriels


=> peuvent menacer de réduire leur activité (par mécontentement) le tour suivant, ils ne joueront alors qu'une seule carte

action : dans ce cas, tous les acteurs seront pénalisés de moins 1 Money en début de tour


Syndicat d'eau potable


=> peut réduire l'accès à l'eau aux agriculteurs si la pollution est trop forte à l'issue du premier tour de jeu


Communes


=> peuvent imposer une taxe aux agriculteurs et aux industriels en fin de tour pour le suivant et décider de l'affectation de

 cette taxe (subvention pour un acteur, paiement d'un équipement particulier)


Les actions spéciales ne peuvent se jouer que durant la phase de négociation.

Le maître du jeu peut décider librement d'encourager les acteurs à rechercher un consensus ou bien au contraire les 

pousser les uns contre les autres.

Résultats du test

Durant la première manche les joueurs peuvent s’apercevoir très vite que seule une négociation et une action concertée leur permettra de gérer les différents enjeux du bassin versant de la Seille.

Nous avons en effet, fait en sorte qu’au cours des différents tests, quel que soit le scénario tiré au sort, la situation sur la Bassin versant soit telle que seules des actions menées en commun permettent au second tour de tempérer ou de résoudre les problèmes de pollution et de maîtriser les inondations.

 

La seconde manche peut se dérouler de manière très différente selon les joueurs et les parties puisque les actions engagées dépendent en grande partie d'une première négociation. Sachant que le cadre des négociations est volontairement très souple, les joueurs peuvent créer de nouvelles règles entre eux ou décider d'actions innovantes. Bien entendu quelques pistes leurs sont données notamment au travers des pouvoirs spéciaux qu'ils peuvent exercer les uns sur les autres, mais le résultat des négociations est toujours original. La seconde manche est donc une manche de tests des solutions proposées.

 

La troisième manche a pour objectif de consolider les résultats des décisions de la seconde manche et de voir dans quelle mesure face à un nouveau scénario hydrologique ou face à un événement inattendu (carte événement tiré en début de manche), leurs décisions continuent d'être valides ou non. Il s'agit ici de permettre aux joueurs de prendre conscience que la gestion équilibrée des ressources en eau du Bassin Versant n'est pas nécessairement un ensemble de décisions fixées une fois pour toute mais qu'il convient de toujours garder une certaine souplesse. Lors de nos tests, cette manche se présentait déjà sous la forme d'une routine et les négociations, très vives après la première phase, étaient beaucoup plus rapides et apaisées.

 

 

D’après nos résultats, ce jeu représente efficacement bien que de manière extrêmement simplifiée ce que pourrait être un Forum de l'Eau permettant de défendre les intérêts particuliers tout en négociant des solutions communes. Les tests du jeu, nous ont permis de voir des mécanismes assez classiques se mettre en place : les négociations importantes dans un premier temps s'apaisent, une routine se créée et des solutions finissent par émerger. Même lorsque le consensus n'est pas atteint, on constate tout de même que dans l'ensemble les joueurs recherchent plus à trouver des compromis qu'à entrer dans des logiques d'affrontement. En somme, les séries de test, nous ont permis de vérifier que le jeu remplissait réellement les fonctions de sensibilisation aux enjeux de l'eau et de la négociation des actions concertées.


Vidéo du jeu:
https://drive.google.com/open?id=0B3S9iSP-APnTTUlwN1dXcVZNejg

Proposition de stratégie COOPLAN (ES)

Voir le tableau avec les différentes stratégies Cooplan en cliquant sur le lien suivant:

Test COOPLAN dans le jeu

Les deux stratégies Cooplan correspondant à la prévention des risques inondations et à la réduction des pollutions de l'eau ont été appliquées lors de la partie. Le but étant que les divers acteurs se mettent d'accord, fassent des compromis et agissent ensemble pour répondre à ces problématiques. 
Les actions présentent dans nos stratégies Cooplan ne sont pas toutes présentes dans les cartes du jeu car elles sont complexes ou sans grand intérêt à l'échelle du jeu. Elles sont aussi trop nombreuses et cela permet d'avoir un plan plus complet.
Lors du test du jeu, nous avons pu voir que si tous les acteurs discutent ensemble, les problématiques du bassin versant de la Seille peuvent être limitées voire même empêchées. De plus, beaucoup d'autres actions peuvent être adoptées pour pallier ces problèmes.

Bilan

L’élaboration du jeu watagame est une bonne manière de modéliser, sous forme d’un jeu les différentes problématiques d’un territoire en termes de gestion de la ressource en eau.

Notre cas portait sur le bassin versant de la Seille. Nous avons pu, au cours de la construction du jeu nous rendre compte de la complexité des acteurs. Ceux ci recherchent tous à protéger leurs intérêts. Ainsi, les agriculteurs et les industriels sont guidés par une volonté de profit et de productivité ; les communes et le syndicat des eaux par la gestion des inondations et la qualité de l’eau. Quant au riverain et à l’EPTB, ils sont préoccupés par la protection de l’environnement, des milieux aquatiques, de la biodiversité … .

Nous avons donc pu mettre en évidence, via la bibliographie, deux grands enjeux de ce territoire : l’enjeu de qualité de la ressource et l’enjeu de protection contre les inondations.

Ce jeu nous a permis de nous mettre à la place de chaque acteur et mieux comprendre leur préoccupation et leur intérêt. On peut noter que ce jeu a une double finalité : d’une part, il permet de rassembler autour d’une même table les différents acteurs et donc de promouvoir l’interaction directe, le débat et les négociations. D’autre part il met en évidence et à la vue de tous les acteurs les problématiques du bassin versant et l’impact de leurs actions sur ces enjeux.

C’est donc une bonne manière pour eux de s’apercevoir de l’importance capitale d’une concertation afin de trouver des compromis, solutions et terrain d’entente.

Enfin on peut qualifier ce jeu comme étant un outil d’aide à la décision, puisqu’il modélise parfaitement les caractéristiques d’un territoire donné.

Documents supports (types)

- cartes générales proviennent du site de l'EPTB du bassin de la Seille
- usages du sol
- hydrographie
- données hydro / pluvio
- distrib de populations
- activités économiques
- productivité des activités agricoles
- données tourisme quand c'est le cas
- données conso urbaine (type SONEDE) si dispo
- tous rapports sur le cas
- des photos éventuellement
Comments