G7 L'ESCAULT FRANCAIS



 
TABLE DES MATIERES
  1. Encadrant
  2. Membres du groupe de travail
  3. Présentation générale
  4. Carte de référence
  5. Schéma spatial
  6. Analyse des enjeux
  7. Analyse sociale et politique - Acteurs
  8. Schéma fonctionnel Acteurs / Enjeux / Ressources
  9. Ressources considérées
  10. 10 Modèle des acteurs - rôles
  11. 11 Modèle des actions
  12. 12 Structure du modèle et du jeu
  13. 13 Scénarios
  14. 14 Calibration
  15. 15 Règles spécifiques du jeu
  16. 16 Résultats du test
  17. 17 Actions stratégiques complémentaires
  18. 18 Proposition de stratégie COOPLAN (ES)
  19. 19 Test COOPLAN dans le jeu
  20. 20 Bilan
  21. 21 Documents supports (types)

ENCADRANT
Géraldine ABRAMI
MEMBRES DU GROUPE
François KRESNO PANDOYO
Houam Dalloula BEN TAHAR
Jessica BOUBY
Khady Yacine POUYE
Thomas CARMIGNANI

II/ PRESENTATION GENERALE


L'Escaut est un fleuve transfrontalier de 355 km qui traverse la France, la Belgique et les Pays-Bas. Il possède un bassin versant d'une superficie de 31 863 km². Il prend sa source dans le Nord de la France, dans l'Aisne à Gouy et se jette aux Pays-Bas à la hauteur de Flessingue. Ce fleuve est l'un des plus pollué d'Europe, notamment au niveau des sédiments car il traverse des zones industrielles et agricoles intensives.

L’Escaut est un fleuve à la fois pluvial et à marées. Les précipitations sont décisives pour le niveau de ses eaux, surtout sur le cours supérieur des rivières du bassin. En aval de Gand, ce sont les marées qui prennent le relais.
La partie de l’Escaut comprise entre sa source et l’écluse à marée de Merelbeke, près de Gand, est appelée le Haut-Escaut. À partir de Gand, le fleuve commence à subir les effets de la marée. La partie comprise entre Gand et la frontière néerlandaise est dès lors appelée Escaut maritime ou Bas-Escaut. Une fois la frontière belgo-néerlandaise passée, s’ouvre le large bras de mer appelé Escaut occidental. Le fleuve traverse Terneuzen, Breskens et Vlissingen avant de se jeter dans la mer du Nord. L’Escaut maritime et l’Escaut occidental forment ensemble l’estuaire de l’Escaut, soumis à la marée.

Lors de notre étude, nous nous intéresserons à la partie amont de l'Escaut dans le territoire français, soit 31% (6680 km²) de la superficie totale du bassin versant. il s'agit du périmètre des Sages de l'Escaut, Sensée, Scarpe aval et amont.


POPULATION ET STRUCTURE ADMINISTRATIVE : 

La population totale du DHI (district hydrologique international) de l'Escaut s’élève à 12,8 millions d’habitants. On retrouve trois Communautés d’Agglomération qui sont :

 • Communautés d’Agglomération de Valenciennes Métropole,

 • Communautés d’Agglomération de la Porte du Hainaut,

• Communautés d’Agglomération de Cambrai


ECONOMIE (industrie et agriculture): 
L'industrie est très présente surtout dans la partie française de l'Escaut. les secteurs dominantes sont l'agro-alimentaire et la métallurgie (1/3 du tissu des entreprises), suivis par la chimie et le textile et un important tissu de petites et moyennes entreprises.
La mise en valeur agricole du territoire d’étude a été très précoce en raison du caractère favorable de son sous-sol : une importante couche de craie tertiaire stockant de l’eau et une couche superficielle de limons éoliens très fertiles. Composées d’un riche limon, les terres de la région ont toujours été favorables à l’agriculture. De ce fait, les surfaces agricoles occupent encore aujourd’hui plus de 70% du territoire même si leur qualité tend à se dégrader du fait d’une utilisation intensive et d’une érosion des sols du au développement d’une céréaliculture industrielle et de la régression de l’élevage. Il faut également noter que comme pour l’ensemble des territoires agricoles mondiaux, celui-ci voit sa surface diminuer au profit d’une urbanisation toujours autant consommatrice d’espace périphérique. La vallée de l’Escaut, plus étroite et plus encaissée que celle de la Scarpe, a servi de catalyseur au développement industriel qui pour certaines représentent aujourd’hui des friches industrielles plus ou moins polluées et néfastes pour les terres agricoles environnantes.
De grandes usines polluantes ont fermé leurs portes dans les années 1990 et 2000 (Métaleurop-Nord par exemple), diminuant certaines sources de pollution, mais en laissant parfois une grande quantité de friches industrielles, sédiments, sites et sols pollués.

QUALITE DES EAUX SOUTERRAINES ET SUPERFICIELLES : 

L’Escaut est un cours d’eau qui, traversant zones industrielles et zones d’agriculture intensive, a été et reste très pollué, notamment au niveau de ses sédiments (Métaux lourds, résidus de pesticides, etc.). Sur les tronçons les plus dégradés du Haut-Escaut, la qualité de l’eau est mauvaise et seulement certains affluents et bras morts bénéficient d’une qualité moyenne. La situation n’est donc vraiment pas favorable et devra évoluer dans l’avenir. Cela dit, l’Escaut est depuis une vingtaine d’années en phase de récupération. Grâce à une augmentation du nombre de stations d’épuration et donc du volume d’eau épuré, la qualité des eaux commence à s’améliorer et, conséquence directe, sa population piscicole est en train de se reconstituer. Cette problématique de la qualité des eaux est d’autant plus vraie que l’on trouve de nombreuses nappes aquifères en sous-sol. Ces réserves d’eau font d’ailleurs l’objet de nombreux captages.




III/ CARTE DE RÉFÉRENCE


Ci dessous la carte de référence de l'Escaut avec la délimitation des SAGES de notre Zone d'étude en jaune. 


IV/ SCHÉMA SPATIAL

Le premier schéma fonctionnel est un schéma brut représentant les différentes catégories d'acteurs se trouvant dans notre zone alors que le second est un schéma simplifié de ces groupes d'acteurs. Nous avons décidé de mettre les deux schémas fonctionnels afin d'avoir une meilleure comparaison de nos groupes d'acteurs et de leurs situation par rapport à la ressource.

https://drive.google.com/file/d/0B6XKOqF6L67ASEp4Q2dnSHBJX1U/view?usp=sharing

V/ ANALYSE DES ENJEUX

Le bassin de l’Escaut comporte de nombreux enjeux liés ou pas aux activités qu’on retrouve dans la Zone ; ces dernières entraînent une forte demande et différentes sources de pollutions.

 

Liste des activités retrouvés dans le bassin de l’Escaut

v  Activités agricoles

v  Activités pastorales (Élevage)

v  Activités Portuaires (Anvers)

v  Touristiques

v  Développement urbain (Lille et Amiens)

v  Industrie (Agro-alimentaire, métallurgie, chimie et textile).

 

Liste des enjeux

v  La gestion et la protection des ressources en eau souterraine et superficielle (quantité et qualité)

v  La protection des milieux naturels (zones humides et cours d’eau)

v  La promotion et le développement du transport fluvial et du tourisme durable

v  L’assainissement urbain et rurale

v  La problématique transfrontalières et inter-SAGE

v  La sensibilisation envers des différents usagers du périmètre étudié

v  L’aménagement du territoire

v  L’alimentation en eau potable

 

L’enjeu principal : La pollution

Par son parcours dans des zones industrielles et d’agricultures intensives, l'Escault est très pollué. Ses sédiments sont de très mauvaise qualité (métaux lourds, pesticides organochlorés, polychlorobiphényles, HAP). Bien que meilleure dans les anciens méandres et dans les affluents, la qualité de l’eau est moyenne à mauvaise et les concentrations d’azote et de phosphore sont néanmoins trop élevées. Les confluences entre l’Escaut et ses principaux affluents donnent lieu, pour la plupart, à des espaces occupés par des zones humides et des marais. 

Selon les mesures de la Commission Internationale de l’Escaut (mesures entre 1998 et 2007), le nombre de stations d’épuration et le taux de purification de l’eau ont augmenté, de même que le rendement moyen des installations en ce qui concerne les niveaux d'azote et de phosphore. L'assainissement des rejets industriels a un effet positif. Malheureusement, encore de grandes quantités d’eaux usées non traitées atteignent la rivière. 

Globalement, l’eau du Haut-Escaut possède une faible qualité chimique. La concentration des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) est encore trop élevée et la concentration de résidus de pesticides est encore trop importante (atrazine, diuron, isoproturon). On retrouve également des traces de métaux lourds tels que le zinc, le plomb, le cuivre, le nickel et le cadmium. 

La qualité écologique des eaux du Haut-Escaut est pauvre de par la teneur important en azote (N) et en phosphore (P), mais également en raison du faible taux d'oxygène dissous (O2). Ce dernier élément jouant un rôle crucial dans la survie des poissons. 

Il y a une tendance à l'amélioration de la qualité générale de l'eau, bien que les valeurs dépassent toujours les seuils. La situation est encore fragile et les efforts et engagements devraient être poursuivis. 


VI/ANALYSE SOCIALE ET POLITIQUE: Acteurs




VII/ SCHEMA FONCTIONNEL/ACTEURS-ENJEUX-RESSOURCES






VIII/ RESSOURCES CONSIDEREES


Dans le cas de notre modèle de jeu, les ressources cités ci-dessous ont été considérées afin d’assimiler notre jeu au cas réel de l’Escaut Français et de le confronter à son enjeu principal : la pollution 

- 
L’eau polluée : une ressource matérielle. Elle est produite par les différentes activités des acteurs présents dans notre jeu. 

- 
L’argent : une ressource matérielle et économique. C’est un instrument de paiement pour faire fonctionner de actions, payer des taxes, acquérir de nouveaux terrains. 

- 
L’espace : une ressource matérielle. La quantité de l’espace possédée influe le nombre d’activités. 

La connaissance : une ressource immatérielle. C’est un instrument d’améliorer les cartes d’activités afin d’avoir une diminution de rejet de pollution générer par la même action.


-
La satisfaction sociale : une ressource immatérielle. Dans notre jeu, cette ressource n’est utilisée que par l’acteur ‘’association’’. Elle est cumulable à travers des actions de nettoyage, sensibilisation et manifestation auprès d’autres acteurs et fait augmenter la crédibilité et la notoriété de l’association auprès de l’état. 



IX/ MODELE DES ACTEURS-ROLES


X/ MODELE DES ACTIONS


Les différentes cultures (agriculteurs) :


Les différentes cultures (industriels) :


Actions de l'association :


Actions de la collectivité :


Actions supplémentaires jouables par les industriels/agriculteurs :


XI/ STRUCTURE DU MODELE ET DU JEU


Le jeu est composé :

- d'un plateau de jeu représentant le bassin de l'Escaut comprenant des parcelles de terrain urbain, agricole, industriel.

- des cartes acteur détaillant chaque rôle.

- des petites maisons pour identifier les zones urbaines désignées par la collectivité.

- des cartes action pour chaque acteur.

- des cartes innovations permettant aux acteurs évolués en modifiant leur rejet de pollution et leur rendement.

- des cartes événement qui imposent des changements de conditions économiques ou de lois.

- des billes bleues représentant l'eau propre.

- des billes noires représentant l'eau polluée.

- des billes jaunes représentant notre monnaie le $.

- des smileys représentant la reconnaissance sociale.

Dans le jeu, nous avons décidé qu'un tour correspondait à une année.


XII/ SCÉNARIOS


Notre jeu se déroule de façon aléatoire en fonction des cartes événements piochées. Pendant les deux premiers tours, les joueurs d'habituent au jeu pour mieux le comprendre, c'est pourquoi ils ne tirent pas de carte événement. c'est seulement à partir de la fin du troisième tour que ces cartes interviennent et sont tirées avant la remise des gains des joueurs, ces cartes conditionnent la partie. Elles représentent les décisions de l'Etat et de l'Europe sur le plan législatif et les conditions économiques qui peuvent varier d'une année à une autre.

Voici les différentes cartes événements :

XIII/ CALIBRATION


Comme l’aspect quantitatif du fleuve ne nous intéresse pas car nous estimons que dans notre zone d'étude, on n'a pas de déficit en eau; Nous ne prendrons en compte que l'aspect qualitatif de notre ressource. Pour cela, on estimera le pourcentage d'eau polluée présente dans l'Escaut par rapport aux rejets des différentes activités des acteurs du bassin. Ainsi, à la fin d’un tour, le but est d’avoir moins de 50% de pollution dans notre ressource.

La calibration de l’argent a été faite en testant le jeu. Dans le but d’avoir un jeu réaliste, nous avons équilibré au fur et à mesure des tours, l’argent distribué au début du jeu et les amendes mais aussi le coût des activités et leur rendement. Les cartes directives et événements participent en grande partie à cette calibration et à l'équilibre des différents tours.


XIV/ RÈGLES SPÉCIFIQUES DU JEU


Notre jeu se joue avec 4 à 7 personnes qui interprètent le rôle des différents acteurs: industriels, agriculteurs, associations, collectivités. Il peut y avoir deux agriculteurs et/ou deux industriels.

Les joueurs peuvent choisir leur rôle mais ne peuvent pas choisir des activités qu'ils pratiquent ou dont ils sont familiers dans la vie réelle; le but du jeu est de se mettre dans la peau des autres acteurs et de mesurer l'impact de chaque action.

Le lancé de dé détermine l'acteur qui débute à chaque partie.

Agriculteurs/industriels:

- mise initiale: 12$

-nombre de parcelles: 2

  • A chaque tour, l'agriculteur/industriel doit payer le coût de fonctionnement de leurs activités s'il veut les faire fonctionner.
  • L'achat d'une parcelle coûte 5$ et l'agriculteur/l'industriel peut changer de culture au fil du jeu avec un coût de 2$ + coût de fonctionnement de la culture choisie.
  • L'agriculteur/l'industriel peut aussi acheter une carte innovation au prix de 4$ qui s'applique seulement à une parcelle; pour appliquer cette innovation dans d'autres différentes parcelles, il faudrait payer 1$/parcelle.
  • L'agriculteur/l'industriel peut acheter une carte matérielle au prix de 3$/parcelle.
  • Si un agriculteur/industriel ne fait pas fonctionner son activité pendant deux tours, il la perd.


Association:

- mise initiale: 5$ + 5 unités de satisfaction sociale.

- pas de parcelle attribuée pour cet acteur.

  • A chaque tour, l'association peut faire le nombre actions qu'il souhaite. Celles-ci lui feront gagner ou perdre des points de satisfaction sociale.
  • A chaque fin de tour, l'association reçoit des subventions par l'Etat en fonction du nombre de points de satisfaction sociale qu'il a accumulé. 
Satisfaction sociale Gain
 5 2
 8 3
 11 4
etc..

Remarque : L'association perd la partie si la satisfaction sociale se trouve en dessous de 2.
  • En dessous de 5 unités de satisfaction sociale, l'acteur association n'a plus de subventions et ne doit plus faire d'activités.


Collectivité:

- mise initiale : 12$

- Parcelles initiales: 3 parcelles. Vous gagnez 2 parcelles par tour (croissance de la population).

- 1 parcelle génère 1 unité de pollution.

- Situation STEP initiale: 25% d’efficacité épuratoire sur les rejets urbains.

-A chaque tour, la collectivité a la possibilité de :

  • créer une STEP à l'endroit choisi. Elle remplace 3 unités de pollution en eau propre des rejets urbains, agricoles et industriels amont. Tous les acteurs peuvent participer au financement de cette STEP. 
  • améliorer la STEP urbaine.
  • créer une taxe pour le plus grand pollueur, dont elle choisira le montant.
  • vendre une parcelle : 5$ par parcelle.
  • mettre en enchère des parcelles à partir 1$.
- A chaque fin de tour, la collectivité perçoit 5$ de l'Etat.

Amende:

Si eau est polluée est supérieur à 50% à la fin d'un tour:

- Chaque acteur paye 50% de ses revenus.

- Association perd 50% de ses unités de satisfaction sociale.



XVI/ RÉSULTATS DU JEU


Durant le premier tour considéré comme la première année, nous avons constaté que les agriculteurs et les industries choisissent des activités en fonction de leur gain et non de la pollution, Ainsi joueurs représentant les acteurs agriculteur maximisent leurs profits mais ne tiennent pas beaucoup compte de l’augmentation de la pollution au niveau de la ressource. A la fin du tour, la pollution dépasse largement le seuil de 50% fixé au début de la partie. Les secteurs qu’on a constaté les plus pollueurs sont le secteur agricole et le secteur industriel qui ont pollué plus de la moitié de la quantité d’eau utilisée pour le fonctionnement de leurs activités, Ce taux de pollution a été sanctionné cependant par une amende pour tous les acteurs au sein du jeu.

Durant le deuxième tour, il y’a eu une nette amélioration grâce à l’amende infligée aux acteurs lors du premier tour. En effet, Cette dernière est efficace, car les acteurs commencent à partir de ce tour à choisir leurs actions en fonction du profit certes, mais aussi en tenant compte du degré de pollution de leurs différentes activités. Aussi, on remarque que les acteurs communiquent de plus en plus afin d’atteindre leur objectif commun, gagner du profit pour faire fonctionner leurs activités mais en maintenant quand même la pollution à moins de 50%.

Les tours qui suivent sont rythmés de la même manière que le deuxième tour avec une volonté des acteurs de diminuer la pollution afin de ne pas se voir infliger d’amandes tout en ayant des profits en fonction de leurs différentes activités. Les cartes innovations et nouveaux matériels leur permet soit d’augmenter leurs gains, soit de diminuer la pollution de leurs activités et les cartes scénarios, piochées au fil du tour, permettent de réguler le jeu et d’avoir une main mise sur les différents joueurs.



XVII/ PROPOSITION DE STRATEGIE/ COOPLAN



Ce tableau représente le classement des actions des différents acteurs à des échelles soit individuel soit local soit régional et ce, suivant le court ou le moyen terme.

Echelle individuelle : les actions classées dans cette échelle correspondent à des actions faites individuellement par un acteur spécifique (agriculteur, industriel, collectivité, association).

Code couleur :        

  Actions faites par les associations.
       
  Actions faites par les industries
  
  Actions faites par les agriculteurs

  Actions faites par les collectivités
 

Echelle locale : les actions locales correspondent à des actions coordonnées entre deux ou plusieurs acteurs (collectivité/association, association agriculture…)

Echelle régionale : les actions qu’on y trouvent sont des actions coordonnées par l’état et faisant intervenir (ou agissant sur) presque tous les acteurs.



XVIII/ TEST COOPLAN DANS LE JEU

Nous n'avons pas pu utiliser toutes les actions de notre test COOPLAN dans le jeu car la majorité d'entre elles est trop complexe pour être modélisée. Cependant, nous en avons simplifié certaine en cartes innovation ou achat de nouveau matériel.


 

XX/ BILAN


Notre cas, l’Escaut français, est une zone confrontée à un enjeu majeur qui est la pollution. Nous avons donc essayé de centrer notre jeu sur ce problème afin d’y trouver une solution et ce, en adoptant une méthode participative des différents acteurs, représentés par les joueurs, pour qu’il puissent avoir une meilleure communication et mieux connaître les conséquences de leurs diverses activités, en matière de pollution.

Notre jeu est ainsi très représentatif de notre cas, très simple à comprendre et à jouer, et implique des stratégies des différents acteurs qui doivent augmenter leurs profits tout en ne pas dépassant pas le seuil maximal de pollution imposé qui est de 50%. Pour cela, les cartes innovations et achat de nouveau matériel sont mis à leur disposition et qui, associés à leurs activités respectifs, les aident à atteindre les buts visés.

Les cartes scénarios, imposés par l’état, rythment les tours et permettent de les différencier en apportant des défis pour les acteurs à la fin de chaque tour.

Les amandes infligés aux acteurs quand ils dépassent le seuil de pollution de 50% diminuent de manière considérable leurs profits et favorisent la communication entre les différents joueurs qui devront essayer de trouver un terrain d’entente de manière à ne plus dépasser ce seuil.

L’impact des différentes activités des acteurs de notre bassin par rapport à l’enjeu de la pollution, s’il n’est pas atténué, sera directement ressenti par la partie Belge de l’Escaut qui se trouve en Aval. UNE MEILLEURE COMMUNICATION DES DEUX PAYS EST DONC NÉCESSAIRE AFIN DE TROUVER UNE ENTENTE COMMUNE A LA GESTION DE LA RESSOURCE ET DE DIMINUER L’IMPORTANTE POLLUTION QUI S’Y TROUVE.

Comments