Kiribatis 2015

Initial documents and links

* National Water resources policy
* http://www.pacificwater.org/
* Press article on crisis

Participants

Encadrant

Nils Ferrand

Membres du groupe de travail

  • Laura Pilet
  • Soléne Masseron
  • Priscilla Da Costa Xavier
  • Pierre Blumenfeld
  • Nicolas Sauvan

Présentation générale

La république des Kiribatis se situe dans l'océan Pacifique au niveau de l'équateur. Cet état, qui s'étend sur une zone maritime de 3,5 millions de Km², est constitué de trois archipels regroupant 33 atolls coralliens : les îles Gilbert, les îles Phoenix, les îles de la Ligne et une île isolée, Banaba. A l’exception de cette dernière, seule île haute du pays, il ne s'agit que d'atolls bas composés de multiples petites îles qui sont pour la plupart inhabitées. Le paysage de ces îles s'illustre par une végétation pauvre entrainant, par conséquence, d'extrêmes difficultés en matière de diversification agricole ainsi qu'une grande exposition aux sécheresses. La population de ce pays, l'un des plus pauvre de la planète, vit de la culture du taro, de l'arbre à pain, du cocotier, de la pêche mais dépend aussi largement des aides internationales et des licences de pêche accordées aux navires étrangers pour puiser dans sa vaste zone maritime.

L'altitude quasiment nulle de Kiribatis est fortement menacée par le réchauffement climatique, et la hausse du niveau de la mer. Les effets du changement climatique sont nombreux avec l'érosion costale et les submersions marines, la salinisation des sols et les maigres ressources en eau douce.

L'archipel des îles Gilbert se compose d'atolls, tous peuplés, et abrite la majorité de la population kiribatienne, soit environ 90% de la population totale. C'est également dans celui ci que se trouve Tarawa, l'atoll-capitale de kiribati qui abrite à lui seul plus d'un tiers de la population du pays et qui servira de modèle pour ce projet.

Depuis la colonisation britannique (1916-1979), qui à fait de cet atoll la capitale administrative, la population n'a cessé d'augmenter, particulièrement dans le sud de Tarawa en accueillant les habitants des autres îles qui arrivent en quête d'emplois salariés, d'écoles, ou encore d'infrastructures médicales. En 2010, l'atoll compte plus de 50 000 habitants, la population est très jeune et il n'existe pas de politique de régulation des naissances. Outre le manque d'eau potable disponible, vient s'ajouter le problème de la forte pollution, qu'il s'agisse de déchets solides : détritus plastiques ou électroniques, pièces de voitures,... ou de pollution organique, en effet 60% des foyers de Tarawa-Sud n'ont pas de toilette. Ce manque de ressource en eau consommable ajouté au manque d’hygiène et d'assainissement des eaux usagées entraine un très fort taux de mortalité, notamment infantile. Ce problème d’accès à une eau propre à la consommation augmente avec la surpopulation qui étrangle l'atoll.


Sur Tarawa, il existe quatre types de ressources en eau :

-Les lentilles d'eau douce : Cinq lentilles d'eau se trouvent sous l'atoll mais seulement deux sont exploitées pour la consommation, celle des îles Bonriki et de Buota. Les trois autres situées sous les îles de Betio, Bairiki et Bikenibeu sont contaminées par des déchets organiques, humains et animal, et sont par conséquent utilisées que pour des usages secondaires. En 1973, après une étude sur leur résistivité, un réseau de galeries de pompage est construit pour approvisionner le Sud de Tarawa. Ce réseau fut fortement développé dans les années 80 avec la construction de nouvelles galeries et les anciennes furent mise hors d'usage. Le taux d'extraction est surveillé par le Public Utilities Board et la salinité est contrôlée par des forages. L'eau est ensuite distribuée quelques heures dans la journée. L'alternance de périodes sèches et humides est le facteur qui influence le plus sur la lentille.

Cependant, des problèmes d'utilisation sont rencontrés. Tout d'abord, plus de 50% de l'eau pompée est perdue par les fuites dans les conduites, des connexions illégales ou des robinets pas ou mal fermés. Un autre problème, spécifique aux zones de Bonriki et de Buota, les réserves sont établies sur des terres en propriété privé, ce qui entraine systématiquement la possession des eaux souterraines selon les droits coutumiers. Les conflits sont nombreux entre les propriétaires fonciers et le gouvernement.

-Les puits : Ils sont dans la plupart des cas creusés à la main et représentent une importante source en eau pour l’hygiène, et les usages secondaires. Mais ces puits ne sont quasiment plus utilisés pour l'approvisionnement en eau de boisson. En effet, les eaux souterraines sont de plus en plus polluées. Tout d'abord par le déversement d'eaux usées non traitées directement dans les sols. Ensuite, par les équipements sanitaires souvent implantés sans études préalable sur les écoulements des eaux en direction de la nappe. Enfin la contamination fécale directe des eaux souterraines par les animaux en liberté dans les villages et parfois par les humains.

-Les collecteurs d'eau de pluie : Il permettent la concentration des eaux de pluie sur les toits et sont connectés à des réservoirs. Cependant, l'absence de maintenance de ces systèmes entraine le développement d'algues et de bactéries rendant l'eau impropre à la consommation.

-La désalinisation de l'eau de mer : Dans les années 1990, quatre usines de désalinisation ont été mises en place sur les îles de Betio, Bairiki et deux sur Bikenibeu. Une seule est encore en marche, celle de Betio et n'alimente que le sud de l'atoll par une pipeline allant de Betio à Buota. Les problèmes rencontrés sont le coût élevé de la production mais également le manque de personnel compétent.


Iles Gilbert
Iles Gilbert
Site: www.fracademic.com
        îles Gilbert


Atoll de Tarawa
Atoll de Tarawa
Source: www.artemjew.ru
              Tarawa atoll. Republic of Kiribati

Carte de référence


Carte des îles constituant l'atoll de Tarawa
Source: www.stamfordhistory.org
             The battle of Tarawa

Objectif du processus / problématique

Notre réflexion de groupe nous a conduits à proposer à chaque intervenant une île, matérialisant ainsi le groupe d’île de l’atoll de Tarawa. Au centre nous avons décidé de mettre à la vue de l’ensemble des acteurs, la ressource en eau permettant aux acteurs de jouer. Le principe étant de montrer à chaque joueur, la gestion qu’il propose en fonction des contraintes appliquées. Nous avons décidé de ne pas mettre sur le plateau de jeu les activités économiques, chaque joueur devra les piocher leur permettant ainsi de faire fonctionner dans le jeu, une activité que le joueur n’exerce pas forcément et donc de voire les difficultés rencontrées au quotidien.

Notre but, par rapport à ce plateau de jeu, est de favoriser au maximum la concertation entre les joueurs sur la problématique : comment concilier la ressource en eau et le développement économique de l’atoll ?

Suivi-évaluation

  • Critères d'évolution
  • Modalités de suivi - questions en chemin --> autoévaluation
    • Externe --> effet sur l'environnement
  • Y aura – t’il un suivi de la mise en place du jeu sur l’Atoll ?

    Les règles sont-elles compréhensibles pour l’ensemble des acteurs ?

    Le jeu va-t’il permettre de sensibiliser l’ensemble des acteurs intervenant sur l’atoll ?


    • Normatif
  • La mise en place de ce jeu nous a-t-il fait changé notre perception sur les îles dites « paradisiaques » ?


    • Cognitif
  • Est ce que nos connaissances actuelles ainsi que le regroupement de nos différentes compétences nous ont permis de cerner et matérialiser l’ensemble des enjeux de l’atoll ?


    • Opérationnel
  • Suite à la réalisation d’un jeu sur la gestion de l’eau sur une problématique d’un pays étranger peut nous inciter à réaliser des projets humanitaires ?


    • Relationnel
  • Lors de la mise en place du projet y a-t-il eu une bonne cohésion de groupe ? L’intégration d’une étudiante étrangère a t’elle changé notre vision sur la problématique traitée ? Le regroupement de différents parcours nous a t’il permis de cerner l’ensemble des enjeux de la problématique


    • Équité

  • Notre perception de la notion d’équité a t’elle changé ?


Schéma spatial


Analyse des enjeux

Ces enjeux dépendent de l’occupation du territoire qui est la suivante :
- au nord de l’atoll : l’activité principale est l’agriculture
- au sud de l’atoll : 80% de la population est urbaine, regroupant les activités touristiques et industriels
Les enjeux ressortant de ce lien amont- aval du bassin versant sont la gestion quantitative et qualitative de l’eau, l’économie de l’atoll et la gestion de l’occupation des sols.
Enjeux quantitatifs:
La population de Tarawa est d’environ 50000 habitants, la partie la plus peuplée et urbanisée de ce atoll est Tarawa sud avec une population 36722 habitants qui demande une quantité d’eau de 3700m3 par jour pour une un besoin par habitant de 100L par jour. Nous allons donc regarder les chiffres pour la partie la plus peuplée. Il y a quatre moyens pour récupérer l’eau:
    -réserves en eau souterraine ( lentilles d’eau )

Le pompage par jour est de 1500m3/j (1000 m3 /j sur Bonriki et 500 m3 /j sur Buota) mais 50% de l’eau pompée est perdue du fait du mauvais état des conduites ( fuites), robinets mal fermés, etc. 70% de la population est concerné par cette source d’alimentation en eau.
    -puits privés
Ces puits alimentent 54 % des foyers en eau de Kiribati, c’est une ressource très importante.
    -collecteurs d’eau de pluie 
16% des foyers possèdent un collecteur d’eau de pluie.
    -usines de désalinisation
Sur quatre sites de déstalinisation d’eau de mer, seul l’usine de Betio est en fonctionnement aujourd’hui. Cette usine produit 100m3 d’eau par jour, ce qui est très faible en comparaison à la demande en eau de Tarawa sud (ne correspond pas à 3% de la demande ). 

Enjeux qualitatifs:
La qualité d’eau est un enjeu majeur sur l’atoll. Elle est altérée par un manque d’infrastructure pour l’assainissement, en plus des activités touristiques et industrielles qui se concentrent  au Sud de l’île.
La préservation de la lentille d’eau reste primordiale pour l’avenir de l’atoll. 

Enjeux de l’occupation des sols:
Pour pallier le problème qualitatif de l’eau, l’État a créé une réserve d’eau douce permettant de protéger une eau « propre » pour la consommation. Cette initiative engendre un problème d’aménagement de l’espace lié à sa nature d’atoll, sa surpopulation et  la montée des eaux.  

Enjeux économiques :
Le manque d’espace et des ressources restreintes engendrent des difficultés économiques du point de vue de son développement pénalisant ainsi les entreprises. L’atoll est donc contraint d’importer des produits venant des pays voisins et demander de l’aide auprès d’organismes internationaux pour faire vivre ses habitants.  

On a deux types d’enjeux : les principaux enjeux présentés ci-dessus et les enjeux secondaires: 
- Les enjeux sociaux : qui sont d’assurer à toute la population l’adduction en eau potable et un assainissement des eaux usées.
- les
enjeux environnementaux : préservation du paysage littoral et de sa biodiversité.

Analyse sociale et politique - Acteurs


état

agriculteurs

industries

tourisme

population

ONG

état


Dialogue:

- en désaccord sur les problèmes engendrés par l'extraction d'eau

Peu de contacts



Pas de dialogue

Dialogue:

- en désaccord sur les problèmes engendrés par l'extraction d'eau

- en désaccord avec la création de la réserve naturelle

Dialogues: 
- financement programme des tropiques humides
- environnement et le développement dans les régions côtières et les petites îles 
- aides financières et techniques 

agriculteurs

- impôt sur le droit du sol

- sensibilisation


Dialogue :

Conflit sur le droit du sol


Dialogue :

- achat de leur production

Dialogue :

- achat de leur production



Dialogue:

- étude sur la gestion des terres et de l'eau

industries

- impôt sur le droit du sol

- sensibilisation

Dialogue :

Conflit sur le droit du sol


Dialogue :

- achat de leur production

- exportation

conflit: 

- droit du sol 

- pollution de l'eau et environnementale 

Dialogue:
- formation et conseil 

tourisme

Dialogue :

- régulation liée a la capacité d'accueil 

Dialogue :

- propositions de marchandises

Dialogue

- Propositions de marchandises


Peu de contacts

Dialogue:
-sensibilisation pollution de l'eau et environnementale et conditions de vie de la population 

population

Dialogue :

- approvisionnement en eau et assainissement

- impôt sur le droit du sol

- sensibilisation

- plan NWRP action dans la fourniture de services d'eau potable

Dialogue :

- propositions de produits

- concurrence sur l’accès au sol

Dialogue :

- proposition de marchandises

- conflits: droit du sol et pollution de l'eau et environnementale 

Peu de contacts


Dialogue:
-sensibilisation pollution de l'eau et environnementale
ONG Dialogue :
- demande d'aides financières et techniques
Dialogue :
- demande d'aides financières et techniques
Dialogue:
- demande d'aides financières et techniques 
Dialogue: 
- demande d'aides financières et techniques
Dialogue:
- demande d'aides financières et techniques


Schéma fonctionnel Acteurs / Enjeux / Ressources


Ressources considérées

Sur le plateau de jeu nous avons représenté trois ressources ayant un impact sur l’atoll ce qui permet de créer un dialogue entre les différents intervenants lors du jeu.

- l’argent : permet aux intervenants de prendre conscience de la situation économique de la gestion de l’eau et de l’atoll.

- l’eau propre : représente l’eau utilisée dans la lentille d’eau, la pluie interceptée sur l’atoll ainsi que l’eau provenant de l'usine de désalinisation.

- l’eau « sale » : représente la pollution émise dans la lentille d’eau par un manque d’installations d’assainissement et des activités économiques présentes sur l’atoll.

Modèle des acteurs - rôles

    État :

- Description : Vous représentez l'état et êtes responsable de l'organisation politique et juridique du territoire de Kiribatis.

- But : amélioration du niveau de vie aux Kiribatis, mettre en place une meilleure gestion de l'eau tant qualitative et quantitative, améliorer le traitement des déchets, diminuer la pollution et lutter contre la montée des eaux pour assurer la pérennité de votre pays. La lutte contre la montée des eaux n'est pas abordée dans le jeu car cet enjeux n'entre pas dans la problématique immédiate.

- Interaction : l'état interagit avec tous les autres acteurs en mettant en place des systèmes d'amélioration de la ressource, mais surtout avec le tourisme et l'agriculture car si l'état ne met pas en place l'aéroport, le tourisme ne fonctionne pas et si il ne met pas en place le port l'agriculture locale fonctionne mais pas l'agriculture d'exportation.

- Améliorations :

  • Usine de désalinisation
  • Dépollution
  • Toilettes sèches
  • Incinérateur
  • Collecte des déchets
  • Épuration


    Tourisme :

- Description : Vous représentez un gestionnaire de l’ensemble des activités touristiques sur l’atoll. Cette activité représente 66% du PIB de l’atoll.

- But : L’objectif est de faire des bénéfices et de développer cette activité au sein de l’atoll.

- Interactions : L’activité touristique interagit avec l’Etat par la carte action de l’aéroport permettant à l’acteur de jouer. Ce dernier interagit avec les autres acteurs tels que l’industrie, la population et l’agriculture tout au long du jeu en fonction de la quantité de pollutions émises par les différents acteurs qui seront un frein au développement de son activité.

- Améliorations :

  • Dépollution
  • Toilettes sèches
  • Collecte des déchets

    Habitant:

- Description : Vous représentez la population, vous êtes responsables de l'installation des foyers, aussi par la mise en place des mesures adaptatives selon le contexte du jeu

- But : Amélioration du niveau de vie de la population en parallèle avec une croissance démographique exponentielle et un développement économique de l'atoll.

- Interactions : Les habitants interagissent principalement avec les agriculteurs locaux qui leur fournissent de la nourriture. Par conséquent, si l'agriculteur ne pose pas d'agriculture locale, l'habitant doit obligatoirement poser une carte potager avant d'installer des maisons. Les interactions se font également avec l'état qui va aider la population si elle manque d'argent

- Améliorations :

  • Toilettes sèches
  • Collecte des déchets
  • Dépollution

    Agriculteur:

- Description : Vous représentez l'ensemble des agriculteurs et vous devez assurer une bonne gestion de l'agriculture locale et d'exportation.

- But : L'agriculture permet à la population de vivre (agriculture locale), et tente d'améliorer l' économie du pays avec l'exportation des produits locaux.

- Interactions : La principale interaction se fait avec les habitants, l'agriculture offre une grande partie des emplois sur l'atoll et permet aussi de nourrir la population locale. Les interactions avec l'état sont aussi indispensables pour la mise en place d'un port qui permettra l'exportation.

- Améliorations :

  • Collecte des déchets
  • Dépollution


    Industrie:

- Description : Vous représentez l'industrie, qui un facteur important de pollution sur l'atoll. Vous êtes donc un partenaire important dans la prise de décision pour une gestion concertée de la ressource en eau.

- But : L' objectif est d'avoir des revenus tout en minimisant son impact sur l'atoll aussi bien d'un point de vue qualitatif que quantitatif, car une mauvaise gestion de la ressource ne permettra pas à l'industrie de fonctionner correctement.

- Interactions: L'industrie possède peu d'interaction avec les autres joueurs, elle  a un fort pouvoir polluant mais peu de contrainte.

- Améliorations :

  • Incinérateur
  • Collecte des déchets
  • Dépollution

Modèle des actions

Chaque acteur dispose de plusieurs cartes à jouer qui sont propres à son activité. Le joueur à toujours le choix entre trois cartes tirées au sort et peut en poser une, plusieurs ou aucune. Toutes les cartes ont un coût financier et un sur la ressource en consommant de l'eau propre ou polluée, elles sont également un impact sur l'occupation des sols. Une fois posées, ces cartes rapportent une certaine somme d'argent à la fin de chaque tour mais vont aussi polluer la ressource. La carte désalinisation permet d'augmenter la ressource en eau propre en désalinisant l'eau de mer. Les cartes amélioration permettront également de restaurer la ressource sur le plan qualitatif ou quantitatif.

Les différentes cartes:

  • Pour l'acteur État:


  • Pour l'acteur Agriculteur:


  • Pour l'acteur Habitant:


  • Pour l'acteur Industrie:


  • Pour l'acteur Tourisme:


Structure du modèle et du jeu

Lors de la création du jeu , nous avons décidé de créer une conception schématique de celui-ci. Cette conceptualisation permet aux joueurs d’imaginer l’atoll de Kiribatis par rapport aux éléments concrets dont ils disposent. Ce procédé permet d’élaborer différents scénarios sur la gestion de la ressource en eau et d’étendre son utilisation à d’autres atolls.


Le modèle de jeu se compose :  

  • De cinq îles  placées en rond, pour chaque acteur, matérialisant l’atoll de Kiribatis.  

  • Chaque île  possède un nombre X de cases où l’acteur devra poser ses activités et se développer au sein de l’atoll.  Cette île traduit la place limitée de l’expansion du développement économique de chaque acteur. 

  • Trois dés à 6 faces font varier la quantité pluviométrique. 

  • Des billes bleues pour l’eau « propre ». 

  • Des billes vertes  pour l’eau « sale ». 

  • Des billes jaunes pour « l’argent ». 

  • Un gobelet au centre du jeu représente l'ensemble des ressources en eau de l'atoll. Il accumule la pluie, la ressource en eau de base et les eaux polluées 

  • De 15 types de cartes activités réparties entre les différents acteurs. 

  • De 5 types de cartes améliorations. 

Scénarios

Kiribatis


Durant le jeu, différents scénarios sont testés, un tour représente un an. Les dés tirés au début de chaque tour illustrent la quantité de pluie tombée, les billes d'eau propre sont ajoutées dans la ressource commune au milieu du plateau. Celle-ci contient au début du jeu 20 billes bleues qui correspondent à la réserve d'eau déjà présente.


Premier tour:  

La quantité de pluie tombée est de 10 billes bleues.

L'état commence et pose la carte aéroport. L' agriculteur pose ensuite deux cartes agriculture locale, l'une ne fonctionne pas (carte inactive) car les demandes en eau ne sont pas satisfaites. Il ne peut pas jouer une carte d'agriculture d'exportation car l'état n'a pas encore mit en place le port. L'habitant pose deux cartes habitation, possible sans carte potager car de l'agriculture locale a été mise en place. L' industrie pose par la suite deux cartes industrie dont une ne fonctionne pas. Pour finir le tourisme joue une carte grand hôtel et une location de bateau. 

Le bilan à la fin du tour est de 8 billes bleues et 16 billes vertes. 

Chaque acteur récupère le bénéfice de ses cartes posées et actives et paie à l'état un impôt et une taxe car le nombre de billes polluées est supérieur au nombre de billes propres.


Deuxième tour: 

La quantité de pluie tombée est de 13 billes bleues.

L’agriculteur commence , il rejoue pour sa carte d’agriculture locale qui fonctionnait et fait de même pour son autre carte d’agriculture locale qui ne fonctionnait pas, cette fois ci il arrive à la faire marcher. Pour finir son tour, il place une carte de dépollution qui lui permet de prendre 4 billes sales dans la lentille et d’en rejeter une sale et trois propres. L’habitant rejoue ensuite pour ses maisons, la première échoue et la carte est retournée, la deuxième par contre marche toujours. Il pose ensuite un carte toilette sèche qui lui permet de retirer une bille sale dans la lentille par maison en activité. L’industrie rejoue pour ces cartes déjà posées, la première usine ne fonctionne plus et la deuxième qui ne fonctionnait déjà pas au tour d’avant est enlevé du jeu. Pour finir il pose une usine qui ne consomme que de l’eau sale car comme cela il est sûr qu’elle fonctionnera. Le tourisme maintenant, il recommence par rejouer pour son hôtel, les quantités ne sont pas bonnes, l’hôtel est retourné. Il rejoue pour sa carte de location de bateau, les quantités sont bonnes. Il ajoute une carte d’amélioration : collecte des déchets, qui lui permet de retirer une bille sale de la lentille. Et pour finir il ajoute une carte d’activité: cours de plongée. On finit ce deuxième tour avec l’état, il repaye et rejoue pour sa carte aéroport mais les quantités d’eau ne correspondent pas et la carte est retournée. Il ajoute ensuite une usine de désalinisation qui lui permet de rajouter deux billes propres dans la lentille. Il essaie ensuite de mettre le port en place mais cela ne fonctionne pas et la carte est directement retournée. Pour finir il ajoute une carte amélioration: incinérateur, qui lui permet de retirer une bille sale de la lentille.

Le bilan à la fin du tour est de 11 billes bleues et 19 billes vertes.

Chaque acteur récupère le bénéfice de ses cartes posées et actives et paie à l'état un impôt et une taxe car le nombre de billes polluées est supérieur au nombre de billes propres.


Les tours suivants: 

Avec une prise en compte de l'extrême pollution de la ressource en eau et part conséquent les difficultés à faire fonctionner les différentes activités, les joueurs continuent à mettre en place des stratégies pour améliorer la qualité et la quantité d'eau. Cette ressource s'améliore et les activités fonctionnent à nouveau.

Calibration

Pour  calibrer le jeu nous  avons décidé que l’ensemble des ressources de l’atoll se composait de 20 billes bleues , comme cela est écrit dans la règle.  Or ces 20 billes n’incluent pas la ressource pluviale, celle -ci est, en effet, matérialisée par la somme des dés qui sont lancés par les différents joueurs. Cela permet d’avoir une part de hasard sur la  quantité de pluie qui tombe sur l’atoll, ce qui est le cas actuellement. 

Mettre les acteurs face à une quantité relevant du hasard a permis d’avoir plus de concertation entre les joueurs. 

Pour mettre en évidence notre problématique qui est basée sur l’aspect quantitatif et qualitatif de l’eau de l’atoll, nous avons ajusté les cartes actions. 

Règles spécifiques du jeu

Au commencement du jeu: 

-20 billes d'eau propre dans la lentille

-6 billes d'argent par acteur


A chaque tour: 

-les trois dès sont lancés pour inclure l'eau des précipitations (eau propre)  

-chaque acteur à ses propres cartes 

-les acteurs doivent toujours avoir trois cartes actions en main tirées au sort 

-l'ordre de passage du premier tour : état, agriculteur, habitant, industrie, tourisme. Pour les tours suivants, l'ordre se décale de un acteur à chaque fois (exemple agriculteur, habitant, industrie, tourisme, état)                                                                                           

-interactions entre les acteurs:  

  • Le tourisme ne peut pas fonctionner tant que l’État ne met pas en place l'aéroport 

  • L'agriculture d'exportation ne peut pas fonctionner tant que l’État ne met pas en place le port 

  • Si l'Agriculteur ne met pas de carte champs local ou que l'Habitant ne met pas la carte "potager", il ne peut pas y avoir de maison 

-les cartes améliorations ne peuvent pas être posées au premier tour. 

-si les besoins en eau d'une carte ne peuvent pas être satisfait par le tirage dans la lentille elle est alors retournée, l'acteur ne récupérera pas l'argent de celle-ci à la fin du tour mais elle pollue quand même la ressource en eau. Au tour suivant, si les besoins en eau sont satisfaits la carte est réactivée dans le cas contraire elle est perdue.


A la fin de chaque tour: 

-les acteurs récupèrent les bénéfices de leurs cartes posées 

-impôt à l'état de 2 billes d'argent pour les acteurs tourisme et industriel et de 1 bille pour les acteurs habitant et agriculteur. Si une de carte dépollution est posée par un acteur alors son impôt est diminué de 1 bille (1 bille payée pour le tourisme et l'industrie et 1 bille tout les deux tours l' habitant et l'agriculteur). 

-si la quantité d'eau propre (billes bleues) est inférieure à la quantité d'eau polluée (billes vertes) les acteurs doivent alors tous payer un impôt de 1 bille à l'état. 

Résultats du test

D’après les tests croisés, le jeu était simple. Au départ chaque acteur devait piocher des activités au hasard, lui permettant de gérer et de prendre conscience des contraintes que ses coéquipiers de jeu rencontraient au quotidien. Ce test nous a permis de mettre en évidence l’incompréhension des joueurs à se retrouver parmi les différents acteurs incarnés. 

De plus, l'ordre de passage des différents joueurs traduisait une organisation amont-aval, ce qui n'est pas le cas dans la réalité. L'ordre de passage change, par conséquent, à chaque tour pour illustrer le caractère aléatoire de la distribution en eau. 

Actions stratégiques complémentaires

Face au constat du test croisé nous avons créé différentes fiches d’activités correspondantes à chaque acteur présent dans le jeu.  La création de ces différentes cartes actions a permis d’identifier correctement le rôle de chaque acteur et l’impact qu’il a sur l’atoll. Des règles ont été rajoutées pour être au plus près de la situation actuelle de l’atoll.  Pour exemple l’activité touristique ne peut  fonctionner que si l’Etat met la carte action : aéroport.  

Proposition de stratégie COOPLAN (ES)


Test COOPLAN dans le jeu

L'établissement du COOPLAN a permis de construire une action cohérente avec une discussion de l'ensemble des acteurs. Des actions ont été prévues à court terme, mise en place dans moins d'un an, et d'autres à plus long terme, mise en place dans plus d'un an. Ces actions à long terme n'ont pas été mise en place dans notre jeu car les problèmes doivent être traités les uns après les autres, la priorité étant dans le cas de Kiribati, la qualité et la quantité d'eau.

Les cartes améliorations: 

  • Les toilettes sèches, cette carte peut être posée par les acteur État, Habitant et Tourisme


  • Incinérateur, cette carte peut être posée par les acteurs État et Industrie


  • Collecte des déchets, cette carte peut être posées par tous les acteurs


  • Dépollution, cette carte peut être posée par tous les acteurs


  • Épuration, cette carte peut être posée par l'acteur État


Bilan

Pour conclure ce projet nous allons tout d'abord faire une conclusion du jeu et notamment des cartes améliorations puis nous finirons en parlant du travail en lui même, de comment il s’est déroulé et ce qu’il nous a apporté.

Notre jeu a pour but de faire comprendre aux différents acteurs présents à Kiribatis, l’importance de travailler et de vivre ensemble et non les uns contre les autres. Mais aussi qu’il existe des solutions simples qui permettraient de palier à la pollution comme les toilettes sèches car l’hygiène est un problème important aux Kiribatis. Mais d’autres améliorations sont plus compliquées, plus chères à mettre en place mais grâce à l’aide internationale et surtout des ONG ces améliorations sont réalisables. Comme les usines de désalinisation qui ont été construites dans les années 1990 grâce à l’aide internationale mais avec le temps ces usines ont été abandonnées. Maintenant il ne reste plus que deux usines en fonctionnement pour 4 construites à la base. Mais outre l’abandon de ces usines l’autre problème vient du fait que celles qui fonctionnent encore sont au  ralenti par un manque de personnel compétent. Il faudrait donc former des gens, ce  qui permettrait de pouvoir exploiter au maximum les capacités de toutes les usines de désalinisation présentes dans le pays. Grâce à toute ces améliorations qui peuvent être apportées, la pollution pourrait être maitrisée. Une fois ce problème réglé il faut passer à l’autre enjeu qui est le réchauffement climatique et qui est la cause de la montée des eaux au risque de faire disparaitre les îles de Kiribatis.

Nous allons maintenant parler du travail en lui même. Ce travail nous a permis de travailler en groupe avec des personnes de spécialités de master différentes et de partager nos connaissances. Ce cas d’étude nous a fait découvrir des points de vue différents sur la gestion de l’eau dans les pays en voie de développement. Cette mise en situation concernant un atoll nous a confronté au problème réel et actuel alors que l’image généralement perçue de ces îles est plutôt paradisiaque.

Les problématiques rencontrées lors de la création de ce jeu ont été de comprendre le contexte local de l’atoll, c’est-à-dire géographique, économique, politique, et donc les problèmes liés à l’eau.  Des difficultés de coordination ont aussi été relevées pour réaliser et finaliser notre jeu, liées aux programmes des différents Master.

Documents supports (types)

https://drive.google.com/file/d/0B5FP-wkiiAOeM2dPLVhiYWRuNTQ/view?usp=sharing


https://drive.google.com/file/d/0B5FP-wkiiAOeN1poMlRyTExKNGM/view?usp=sharing


- carte générale
- usages du sol
- hydrographie
- données hydro / pluvio
- distrib de populations
- activités économiques
- productivité des activités agricoles
- données tourisme quand c'est le cas
- données conso urbaine (type SONEDE) si dispo
- tous rapports sur le cas
- des photos éventuellement
Comments