L'Ouverture de La Flûte Enchantée

 

Commentaire de l'Ouverture..

- La Création

- L'orchestre

L'ouverture

ACTE I:

L'air de Papageno (Vogelfänger)

- L'air de Tamino

- Air de la Reine de la Nuit (O zittre nicht)

- Air de Pamina et Papageno 

ACTE II : 

- Air de Monostatos

- Air de la Reine de la Nuit (Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen) 

- Air de Pamina 

- Air de Papageno Ein Mädchen oder Weibchen wünscht Papageno sich

- Air de Sarastro

____

- L'oeuvre et ses prolongements

- L'opéra maçonnique

- Sites internet

- l'Opéra filmé

- Chronologie Mozart I

- Chronologie Mozart II

 

 

Acte I

Ouverture :

Composée en dernier, à quelques jours de la création de l'opéra, l'ouverture de La flûte enchantée introduit l'ensemble de l'opéra. Marquée du symbole maçonnique par ses trois accords initiaux et sa tonalité de mi bémol majeur (trois bémols à la clef), elle affirme son caractère solennel dès les premières mesures mettant en exergue l'ensemble du cérémonial qui va suivre. Sur le plan instrumental, le compositeur présente l'instrument magique en faisant entendre une mélodie de flûte traversière à découvert bien avant les autres instruments à vent.

Comparez ces deux versions filmées de l'Ouverture : 

Le plan de l'ouverture peut se décomposer de la manière suivante :

- une introduction lente comprenant les trois accords puis des rythmes syncopés,

- une exposition de tempo allegro, qui est une fugue à quatre entrées,

- un retour de trois accords répétés joués par les instruments à vent dans le tempo adagio,

- un développement de style fugué dans le tempo allegro,

- une réexposition qui reprend le sujet de la fugue de l'exposition,

- une coda qui conclut l'ensemble.

L'ensemble respecte donc le schéma de la forme sonate classique (exposition, développement, réexposition) dont l'écriture suit le principe de la fugue : cette architecture musicale en paliers pourrait être à l'image des épreuves successives vécues par les personnages tout au long de l'opéra.