Premier air de la Reine de la Nuit

 

Premier air de la Reine de la Nuit..

- La Création

- L'orchestre

L'ouverture

ACTE I:

L'air de Papageno (Vogelfänger)

- L'air de Tamino

- Air de la Reine de la Nuit (O zittre nicht)

- Air de Pamina et Papageno 

ACTE II : 

- Air de Monostatos

- Air de la Reine de la Nuit (Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen) 

- Air de Pamina 

- Air de Papageno Ein Mädchen oder Weibchen wünscht Papageno sich

- Air de Sarastro

____

- L'oeuvre et ses prolongements

- L'opéra maçonnique

- Sites internet

- l'Opéra filmé

- Chronologie Mozart I

- Chronologie Mozart II

 

 

Premier air de la Reine de la Nuit (O zittre nicht, mein lieber Sohn) :

La montagne s'entrouvre et la scène se transforme en une salle somptueuse. La Reine est assise sur un trône orné d'étoiles brillantes.

Après l'introduction majestueuse de l'orchestre, dont le rythme des syncopes marque l'attente, la Reine de la Nuit s'adresse à Tamino dans un récitatif : "c'est un homme comme toi qui peut le mieux consoler le coeur affligé d'une mère" car elle voit en lui le sauveur de sa fille enlevée par le cruel Sarastro. Dans le larghetto qui suit, la voix est doublée par les cordes ou parles bois (hautbois et basson) ce qui donne tout d'abord à cet air le caractère d'une complainte...mais le rappel des événements : "un scélérat me l'a enlevée, je la vois trembler de peur"..."Ach helft ("A l'aide"), fait place à l'expression d'une souffrance plus grande et à des ponctuations en forte-piano de l'orchestre.

Avant l'allegro moderato qui suit l'accent est mis sur le mot "Hilfe" ("mais mon aide était trop faible"), reflet de l'incapacité de la Reine à agir dans le passé mais peut-être dans le futur. Le mouvement rapide, plus lumineux, où l'espoir de la victoire se fait ressentir : "toi, tu iras la délivrer, tu seras son sauveur, si je te vois victorieux, elle sera tienne pour toujours". C'est par la vocalise, les capacités etextradordinaire de sa voix, que la Reine charme, impose ses volontés. Le changement immédiat de tableau (retour dans le décor initial) aura pour effet de laisser Tamino abasourdi, perdu dans les multiples réalités qui lui sont proposées : "Ce que je viens de voir, est-ce la réalité ? Ou bien une hallucination des sens ?".