La Flûte Enchantée de W. A. MOZART



Crédits photographique DR, Opéra de Bruxelles.

 

Guide d'écoute de l'opéra de Mozart 

Pour une écoute plus précise, vous trouverez la partition dans la rubrique sites internet

 

 


SOMMAIRE :

- Le Livret (trilingue)

- La Création

- L'orchestre

- L'Ouverture

ACTE I :

- L'air de Papageno (Vogelfänger)

- L'air de Tamino

- Air de la Reine de la Nuit (O zittre nicht)

- Air de Pamina et Papageno

ACTE II :

- Air de Monostatos

- Air de la Reine de la Nuit (Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen)

- Air de Pamina

- Air de Papageno Ein Mädchen oder Weibchen wünscht Papageno sich

- Air de Sarastro

____

- L'oeuvre et ses prolongements

- L'opéra maçonnique

- Sites internet (partitions).

- l'Opéra filmé

- Photos de mises en scènes

- Chronologie Mozart I

- Chronologie Mozart II

- Bibliographie

- La Flûte désenchantée !!

__________

Visitez le site :

Didon et Enée de Purcell 

L'Orfeo de Monteverdi

>Vocabulaire de l'opéra

> Moteur de recherche <


Résumé du livret :

I/ Premier acte

Après l’ouverture grandiose, le premier acte nous place d’emblée dans l’univers féerique : Tamino est attaqué par un serpent. Il demande de l’aide, puis s’évanouit. Trois dames envoyées par la Reine de la Nuit apparaissent et terrassent le serpent. Séduites par la beauté du jeune homme, elles se disputent afin de savoir qui aura le privilège de rester seule avec lui : finalement elles ne peuvent se mettre d’accord et sortent toutes trois par la porte du temple. Tamino s’éveille et manifeste son étonnement à la vue du serpent mort. Au même moment, Papageno s’approche alors en chantant : « Der Vogelfänger bin ich ja ». Tamino interroge cet étrange personnage ; Papageno décrit son travail d’oiseleur au service de la Reine de la Nuit. Il se vante, et affirme avoir tué le serpent. Pour le punir de ce mensonge les trois dames lui posentun cadenas sur la bouche. Elles remettent ensuite à Tamino le portrait de la fille de la Reine de la Nuit. Le prince le contemple et tombe immédiatement amoureux de la belle inconnue. Cependant, Tamino devra s’armer de courage avant de rencontrer Pamina, car celle-ci a été enlevée par Sarastro, le puissant démon. La montagne s’entrouvre et la Reine de la nuit apparaît. Son chant témoigne de la douleur d’avoir perdu sa fille. Elle voit en Tamino son sauveur. Les trois dames libèrent Papageno et lui demandent d’accompagner Tamino. Elles remettent à ce dernier une flûte enchantée capable de changer toutes les passions en joie et un jeu de clochettes magiques à Papageno. Trois jeunes garçons escorteront le prince et l’oiseleur et les guideront vers le château de Sarastro.

Papageno rejoint Pamina et lui confie qu’elle est aimée du prince Tamino. L'oiseleur évoque alors que son rêve le plus cher est d’avoir une femme qui lui ressemble trait pour trait : une Papagena. Tous deux chantent la toute-puissance de l’amour.

A l’intérieur d’un bois sacré, on distingue trois temples portant les inscriptions suivantes : « sagesse, raison, nature ». Trois garçons y mènent Tamino et lui conseillent de demeurer ferme, patient et discret face à l’épreuve. Le prince tente alors d’entrer dans l’un des temples. Une voix le repousse impérieusement. Un prêtre apparaît et le questionne ; Tamino répond qu'il est venu afin d'acquérir la sagesse et la vertu. Il apprend que Pamina est encore vivante. Il exprime sa joie en jouant de la flûte, des animaux viennent alors l’écouter. Dans la scène suivante, Pamina s’enfuit avec Papageno. Ce dernier joue de la flûte afin de correspondre avec Tamino. Monostatos les rattrape : Papageno fait alors sonner les clochettes magiques ce qui a pour effet de faire danser le Maure et les esclaves. Précédé d'une sonnerie de trompette, Sarastro fait son entrée. Pamina lui explique les raisons de sa fuite. Sarastro décide pourtant de la tenir sous sa garde afin de l’éloigner de sa mère qui est décrite comme une femme orgueilleuse.Monostatos amène Tamino devant Sarastro et Pamina, les amoureux tombent dans les bras l’un de l’autre. Monostatos les sépare et se vante d’avoir arrêté la fuite de Pamina. En guise de réponse Sarastroordonne que l’on inflige au Maure soixante dix-sept coups de bâton. Le chœur commente la sagesse de la punition. Sarastro fait conduire Tamino et Papageno dans le temple afin qu'ils y subissent les épreuves.

II/ Deuxième acte

Le décor situe la scène dans une palmeraie. Sur un rythme de marche joué par les vents, les prêtres s’avancent à pas solennels. Sarastro prend la parole devant l’assemblée et souhaite que l’on accueille Tamino qui devra remporter la victoire contre les ténèbres. Il justifie l’enlèvement de Pamina par sa volonté de la soustraire à la mauvaise influence de la Reine de la nuit qui veut imposer l’obscurantisme et la superstition au peuple. Le chœur adresse une prière à Isis et Osiris afin qu’ils protègent le Tamino et Papageno pendant les épreuves. Un prêtre propose également à Papageno de se soumettre à l’épreuve du silence ; celui-ci refuse tout d’abord mais la perspective de rencontrer sa future compagne le fait changer d’avis. Les prêtres mettent en garde les deux hommes contre la ruse des femmes ; les trois dames apparaissent : elles tentent d’amener Tamino à enfreindre la règle du silence en lui promettant une mort certaine. Elles échouent et sont envoyées en enfer par les prêtres.La première épreuve est accomplie.

Un nouveau tableau représente un jardin. Sous une tonnelle de roses, Pamina est endormie. Monostatos contemple Pamina et exprime son amour pour elle. Brusquement la Reine de la nuit apparaît et s’interpose entre Monostatos et Pamina. Elle apprend que Tamino est entre les mains des initiés d’Isis. Folle de rage contre Sarastro, elle remet à sa fille un poignard, lui ordonne de tuer Sarastro et de s’emparer du cercle solaire. Sa colère explose dans le fameux air : « Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen ». Monostatos qui a tout entendu, menace Pamina de tout dévoiler à Sarastro si celle-ci se refuse à lui. Pamina refuse et est sauvée par l’arrivée de Sarastro. Il connaît tout de la vengeance qui se prépare et pardonne à la Reine de la nuit qui sera confondue par la réussite de Tamino.

La scène représente maintenant une grande salle dans laquelle une machine volante parée de fleurs se déplace. Tamino et Papageno se soumettent à une nouvelle épreuve du silence. Ils rencontrent alors une femme vieille et laide. Ignorant l’interdit, l’oiseleur engage la conversation. La vieille femme prétend être âgée de dix-huit ans et être amoureuse d'un dénommé Papageno. Elle disparaît dans un coup de tonnerre et cède la place à trois garçons. L'un d'entre eux porte une flûte, un autre une petite boîte contenant des clochettes. Ils remettent ces objets à Papageno et Tamino et leur offrent de la nourriture. Pendant que Papageno se goinfre, Tamino joue de la flûte. Attirée par le son de l'instrument Pamina apparaît. Respectant l'épreuve qui lui est imposée, Tamino n'ose répondre aux questions de la princesse. Bouleversée par ce silence, et pensant que Tamino ne l'aime plus, Pamina chante sa douleur. Convoqués à une nouvelle épreuve par une sonnerie de cuivres, Tamino a bien du mal à arracher son compagnon à son festin. Seule la menace des lions de Sarastro lui permettent d'entraîner son compagnon.

A l'intérieur d'une pyramide officient les prêtres. Ils font entrer Pamina et Tamino, et ôtent le capuchon des Initiés qui leur recouvre la tête. C'est un dernier adieu car deux nouvelles épreuves attendent encore Tamino. Papageno se retrouve seul. Abandonné du prince, il tente de le rejoindre et se présente à la porte du temple. L'officiant lui refuse l'entrée et lui annonce qu'il ne connaîtra jamais les joies célestes des Initiés. Toutefois les dieux lui font grâce et, répondant à son désir, lui offrent une grande coupe remplie de vin rouge. Papageno chante et fait sonner son carillon : il désire une femme : « Ein Mädchen oder Weibchen ». La vieille femme rencontrée précédemment apparaît alors. Elle danse en s'appuyant sur sa canne et, sous la menace, obtient de Papageno une promesse de mariage.Aussitôt elle se transforme en une jeune femme vêtue de la même manière que Papageno. L'officiant saisit la main de Papagena et sépare le couple. Papageno tente de suivre son épouse ; le prêtre le menace et l'oiseleur est englouti dans le sol.

La scène représente un petit jardin ; les trois garçons descendent dans la machine volante. Ils chantent en l'honneur du jour prochain où la terre sera le royaume des cieux. Pamina, folle de désespoir veut se frapper d'un coup de poignard. Les garçons l'en empêchent et la conduisent auprès de son bien-aimé.

Le décor représente deux grandes montagnes. Deux hommes revêtus d'une armure noire introduisent Tamino puis Pamina. Le couple doit maintenant affronter l'ultime épreuve. Guidé par Pamina et protégé par le pouvoir magique de sa flûte, Tamino vient à bout de la dangereuse marche à travers les flammes et les flots. Le choeur chante la victoire du couple désormais initié aux rites d'Isis. La scène représente le jardin précédent. Papageno cherche en vain sa Papagena disparue. Il souhaite en finir avec la vie lorsque les trois garçons lui rapellent qu'il possède un jeu de clochettes magiques. Le son de l'instrument attire Papagena : un duo d'amour marque leurs retrouvailles : « Pa-Pa-Pa-Pa-Pa-Pa-Papagena ! ». La Reine de la Nuit et les trois dames sortent des trappes. Monostatos qui a obtenu de la Reine la promesse d'épouser Pamina se joint à elles. Ils projettent d'entrer dans le temple afin d'y chasser les faux dévôts de la terre par la force de l'épée. Sarastro prévient l'attaque en déchaînant le tonnerre, les éclairs et la tempête ; Monostatos, la Reine, les trois dames sont précipités dans la nuit éternelle. Dans le temple du soleil, Sarastro domine l'assemblée. Tamino et Pamina revêtus des vêtements sacerdotaux sont solennellement admis parmi les initiés. Le choeur des prêtres rend grâce à la force qui couronne la sagesse et la beauté, pour l'éternité.

_____________________________________