c, ç, cqu, cu, k, q, qu


Devant a, o, u, il faut une cédille pour faire [s].

  • Ça, c'est un cas spécial. L'horticulteur a reçu sa commande.

  • Voilà une règle qui paraît simple : Devant a, o, u, je mets une cédille pour faire [s] sinon ça fait "ca co cu". 

    Elle permet par la question "Et si on se trompait ?" d'obtenir des sonorités cocasses qui plaisent aux jeunes élèves.

  • Et pourtant, une règle n'est pas à apprendre : "Pour faire [k] devant e, i, y, il faut écrire cu." 

D'une part, c'est rarement vrai car il y a transformation du son (cuillère, cuir, cuire, cuisine, cuisson, cuivre, écuyer, ...).

Et quand elle s'applique, elle entraine des graphies spéciales pour la famille de "cueillir" qui devrait s'écrire "cueuillir" comme "feuille" et non pas "cueillir" comme "merveille". Le deuxième "u" a ainsi disparu pour un accueil, accueillir, il est accueillant, cueillir, il cueille, nous cueillons, recueillir, il recueillera, recueillant, une cueillette ou cueillaison, un recueil, il est recueilli, un cercueil, un écueil, un cueilleur, un cueilloir, un recueillement, un cueillage ...

Pour découvrir l'origine de la cédille, voir cette page.

Si on écrit cu devant e, i, y,

  • il y a souvent transformation du son (cuillère, cuir, cuire, cuisine, cuisson, cuivre, écuyer, ...).
  • D'autre part, on observe des graphies spéciales pour la famille de "cueillir" qui devrait s'écrire "cueuillir" comme "feuille" et non pas "cueillir" comme "merveille". Le deuxième "u" a ainsi disparu pour un accueil, accueillir, il est accueillant, cueillir, il cueille, nous cueillons, recueillir, il recueillera, recueillant, une cueillette ou cueillaison, un recueil, il est recueilli, un cercueil, un écueil, un cueilleur, un cueilloir, un recueillement, un cueillage ..

Prononciations de la lettre "c" :

  • La lettre "c" se prononce [g] dans : second, une seconde, secondaire, secondairement, seconder, un zinc.

Des noms et adjectifs ne s'écrivent pas comme les participes présents :

  • claudiquer : en claudiquant ; il est claudicant
  • communiquer : en communiquant ; un communicant, il est communicant
  • convaincre : en convainquant ; il est convaincant
  • fabriquer : en fabriquant ; un fabricant
  • prédiquer : en prédiquant ; un prédicant
  • provoquer : en provoquant ; il est provocant
  • suffoquer : en suffoquant ; il est suffocant
  • vaquer : en vaquant ; il est vacant
  • voir une explication

Mots en cage :

Question posée par l’un de nos adhérents : « Pourquoi certains substantifs dérivés de verbes en -quer s'écrivent-ils avec un c et d'autres avec qu, voire les deux avec parfois des significations différentes ? Exemples : bloquer / blocage - piquer / piquage et picage - plaquer / placage et plaquage ».

Pour comprendre, il ne faut pas s'arrêter au verbe, mais remonter au-delà, au mot d'origine, celui qui donna naissance à la famille. Les ouvrages didactiques consacrés à la langue française étant muets sur la question de ces terminaisons, j'ai effectué quelques recherches qui m'amènent, par déductions et recoupages, à cette conclusion :

- les noms en -quage, dans leur quasi-totalité, ont une filiation directe avec des verbes en -quer, souvent eux-mêmes dérivés de substantifs en -que : braquer, braquage – marque, marquer, marquage – remorque, remorquer, remorquage.
- ceux qui finissent en -cage ont été formés, non sur le verbe, mais sur un ancêtre ne se terminant pas par la syllabe que.
  • appliquer, un applicage [une applicabilité, il est applicable, un applicage, une application]
  • astiquer, un astiquage
  • bloquer, un blocage ; débloquer, un déblocage [un bloc, une blocaille] Blocage est formé sur bloc, qui fournit également le verbe bloquer.
  • braquer, un braquage
  • calquer, un calquage ; décalquer, un décalquage
  • claquer, un claquage
  • cloquer, un cloquage
  • contreplaquer, un contreplacage
  • craquer, un craquage (sens spécifiques), un hydrocraquage, un vapocraquage
  • décortiquer, un décorticage [une décortication]
  • dépiquer, un dépicage ou dépiquage Il existe deux verbes dépiquer :
    • a – en couture, découdre, défaire les piqûres (d’après piquer)
    • b – en agriculture, action d’égrener les épis de céréales (d’après une racine provençale signifiant épi).
    • S’il n’existe pas de substantif correspondant au premier, le second a donné dépiquage, que l’on écrit encore dépicage, cette dernière orthographe étant postérieure à la première.
  • détroquer, un détroquage
  • encaustiquer, un encaustiquage
  • fliquer, un flicage [un flic, un flicage, un flicard, il est flicard]
  • floquer, un flocage ; défloquer, un déflocage
  • laquer, un laquage
  • marquer, un marquage ; démarquer, un démarcage ou démarquage Même démarche que pour dépiquage : pour démarquage, né de marque, on a ultérieurement ajouté, sans raison valable, un démarcage.
  • masquer, un masquage ;
  • mastiquer, un masticage ; remastiquer, un remasticage [un mastic] Masticage obéit à la même règle.
    • N.B. il existe deux verbes mastiquer :
    • a – appliquer du mastic (masticage)
    • b – broyer avec les dents, mâcher longuement (mastication)
    • Tout cela fut jadis parfaitement déterminé. Mais la comparaison entre anciennes et récentes versions des dictionnaires montre que de nouvelles graphies sont apparues, bousculant le principe d’origine. Parallèlement à masticage, le Dictionnaire des rimes de Larousse donne aujourd’hui mastiquage, que l’on ne trouve dans aucun dictionnaire, pas même le Petit Larousse 2003. On le découvre cependant sur Internet, dans la rubrique produits de mastiquage, en rapport avec l’utilisation du mastic.
  • matraquer, un matraquage
  • pacquer, un pacquage
  • parquer, un parcage [un parc : origine différente]
  • piquer, un picage (origine différente) ou piquage. Piquage vient de piquer, « perforer avec une pointe », du latin pikkare. Picage n'a aucun rapport avec le premier : issu du latin pica, il désigne une maladie des gallinacés captifs mal nourris.
  • plaquer, un placage ou un plaquage
    • Placage, l'action d'appliquer une feuille de matière précieuse sur une autre matière, vient du néerlandais placken francisé en plaquer.
    • Plaquage est un terme de rugby, et ne s'emploie pas en dehors de ce domaine particulier. Il est évident que son inventeur s'est référé au verbe plaquer pour construire son orthographe, sans remonter à la source.
  • plastiquer, un plasticage [le plastic] ou plastiquage (?)
  • remorquer, un remorquage
  • repiquer, un repiquage
  • rustiquer, un rusticage [la rusticité]
  • stuquer, un stucage [un stuc, un stucateur]
  • taquer, un taquage
    • truquer, un trucage ou truquage [un truc]
    • Trucage, formé sur truc, s’est vu adjoindre le compère truquage sans plus de logique que mastiquage.
    • Le verbe truquer engendre lui-même deux dérivés : truqueur (tricheur) et truquiste (spécialiste des trucages de cinéma).
  • (lire aussi)

Il est ainsi démontré que l’usage se moque de l’étymologie et des règles établies.

(Les commentaires en bleu proviennent d'un article de Jacques PÉPIN, Français notre belle langue),

Adjectifs en -cable ou -quable

  • Pour déterminer si un adjectif se termine par -cable ou -quable, lire les explications.
  • Particularité : il est bancable ou banquable (= peut être réescompté).

D'autres mots ont plusieurs graphies pour le son [k] :

  • un chocard ou choquard, un dépicage ou dépiquage, un placage ou plaquage (sens différents), un trucage ou truquage, ...
  • une becquée ou béquée, un becquet ou béquet, becqueter ou béqueter, débecqueter ou débecter, un jacquemart ou jaquemart, un jacquier ou jaquier, un jacquot ou jacot ou jaco, oncques ou onc ou onques, sacquer ou saquer,
  • un soquet ou socket,
  • il est rikiki ou riquiqui,
  • ...

Deux mots commencent par ç :

  • ça ; le çivaïsme (ou shivaïsme).

Des mots s'écrivent avec q :

  • cinq, coq, l'Iraq (ou Irak) ; un qaddich (ou kaddish), un qanun, un qaraïte (ou karaïte), un qasida, un qat (ou khat), une qibla, un qi gong ; une piqure (anciennement : piqûre).

Mots avec cqu :

  • un acquéreur, acquérir, un acquêt, il est acquis, il est acquisitif, une acquisition, un acquit, un acquit-à-caution, un acquitté, un acquittement, acquitter,
  • un acquiescement, acquiescer,
  • une becquée (ou béquée), un becquerel, un becquet (ou béquet), becqueter (ou béqueter),
  • un coacquéreur,
  • débecqueter (ou débecter),
  • elle est grecque, une grecque, une Grecque
  • un jacquart, un jacquemart (ou jaquemart), une jacquerie, un jacques, un jacquet, un jacquier (ou jaquier), un jacquot (ou jacot ou jaco),
  • elle est néogrecque,
  • oncques (ou onc ou onques),
  • un pacquage, pacquer,
  • sacquer (ou saquer),
  • un socque, un soquet (ou socket), une socquette.

Exercices

  • À partir d'une liste de mots avec "c" ou "ç", demander aux élèves de compléter ce tableau :

Je vois "c". Je vois "ç".
J'entends [k] comme coq.    
J'entends [s] comme six.    
Je n'entends ni [k] ni [s).    

   Ils pourront en proposer d'autres.

   Rédiger la règle en commun : pour faire [s] devant a, o, u, je mets un ç.

  • En écriture, montrer que la cédille a la forme d'un 5.

  • Dictée de syllabes en demandant de choisir entre c ou ç.

  • Devant a, o, u, tu mets c pour faire [k) ou ç pour faire [s].  (Faire dire les mots avant et après l'exercice.)

un  __actus                une balan__oire       un dis__ours
un  __ale__on       un auto__ar               une __uillère
un gar__on                 une __occinelle        il lan__ait
une li__orne                un bis__uit               des va__ances
un vol__an                   un hari__ot               un é__ureuil
une  __as__ade     nous lan__ons          il lan__ait
  • Pour faire [s], complète par ç (devant a, o, u), sinon par c.
un cale__on               une  __einture           une  __igogne
des pin__eaux           une balan__oire        une fau__ille
une coc__inelle         une su__ette              un gar__on
un poli__ier                des piè__es                            
 lan__er ,    je lan__e, nous lan__ons, il lan__ait, vous lan__erez
un  __ygne                  une sor__ière

    Pendant la correction, dire : "Et si on se trompait ?"  (sauf pour "un caleçon"...) Faire écrire des mots nouveaux (hypothèses sur les graphies).
  • Conjugaison de verbes en -cer : acquiescer, agacer, agencer, ambiancer, amorcer, annoncer, autofinancer, avancer, balancer,  bercer, cadencer, carencer, clamecer, cofinancer, coincer, commencer, commercer,  concurrencer, contrebalancer, courroucer, décoincer, décontenancer,  dédicacer, défoncer, déglacer, délacer, délasser, dénoncer, dépecer, déplacer, désamorcer,  devancer, dénoncer, distancer,  effacer, efforcer, élancer, émincer, enfoncer, enlacer, énoncer, ensemencer, entrelacer, épicer, épincer, espacer,  évincer, exaucer, exercer,  fiancer, financer, foncer, forcer, froncer, gercer, glacer, grimacer, grincer, immiscer, indicer, influencer, lacer, lancer, liposucer, manigancer, menacer, nuancer,  percer, pincer, pioncer, placer, policer, poncer,  préfacer, préfinancer, prononcer, rapiécer, réamorcer, recommencer, réensemencer, référencer, relancer, remplacer, renfoncer, renforcer, renoncer, replacer, ressourcer, retracer, rincer, romancer, saucer, semoncer, séquencer, sucer, tancer, tracer, transpercer, verglacer, violacer, ...
  • Recherche des façons d'écrire [s] : s, ss, c, ç, sc, x, t.

Pour approfondir : La cédille

 
Č
Ċ
ď
Gilles COLIN,
15 nov. 2010 09:06
Comments