Eugène BIZEAU (1880 - 1986)

 

Eugène Bizeau est un poète paysan, pacifiste, antimilitariste, anarchiste, Né le 29 mai 1883 à Véretz, il décède en 1989 à 106 ans !. 
Il collabora à de nombreux périodiques et journaux anarchistes de son époque, parmi lesquels Le Libertaire. Il appartint au groupe de la Muse rouge avec Gaston Couté et Aristide Bruant. Il cultiva ses vignes jusqu'à quatre-vingt-dix ans

En 1983, l’année de ses cent ans, Eugène Bizeau fut invité par le journaliste Jacques Erwan, à rencontrer, au cours d’un débat, le jeune public du Printemps de Bourges. À la suite de quoi, les chanteurs Gérard Pierron, Alain Meilland et Michel Grange créèrent le spectacle Les Cent Printemps des Poètes au cours duquel ils interprétèrent des poèmes de Bizeau qu’ils avaient mis en musique.

En 1986 l'Académie Charles-Cros décerna son prix, dans la catégorie patrimoine, à ce disque.



Soleil levant

Debout ! ceux dont l'âpre détresse
Gémit sans espoir et sans pain.
Ce n'est pas quand l'oisif  s'engraisse
Que nous devons mourir de faim ;
Jaillissant du coeur populaire
Voici de farouches clameurs :
On ne supprime la misère 
Qu'en supprimant les affameurs !

Compagnons de toute la terre
Le soleil se lève au ciel noir
Et bientôt sa grande lumière
Chassera les ombres du soir

Hier, sur le champ de bataille
Conduits comme un pauvre troupeau,
Sous un ouragan de mitraille,
Les gueux ont creusé leur leur tombeau ;
L'Eglise a béni la tuerie
Comme une oeuvre chère à Dieu,
Mais un jour la plèbe affranchie
Ne retournera pas au feu.

Bourreaux de la classe ouvrière,
Nous voulons le désarmement, 
Et le cri de "guerre à la guerre !"
Est notre cri de ralliement.
En apprenant à se connaître,
Les peuples seront des amis,
Et ce sera pour vous y mettre
Qu'ils dresseront des piloris..

Eugène BIZEAU, poème écrit en 1931

LUTTER

« Lutter, puisque la vie est une âpre mêlée
Où l’on se bat sans fin contre plus fort que soi,
Et marcher le front haut sous la voûte étoilée
Sans se décourager des coups que l’on reçoit.

Lutter de tout son cœur et de toute son âme,
Sur tous les points du globe, et par tous les moyens,
Contre la renaissance et le retour de flamme
De ce qui reste en nous de préjugés anciens.

Lutter contre la peur, contre la maladie,
Contre la profondeur de l’égoïsme humain,
Contre la pauvreté d’un peuple qui mendie,
Contre le désespoir, la misère et la faim.

Lutter contre le joug des maîtres de la terre
Masquant leur dictature en tapageurs discours ;
Contre les trublions, les criminels de guerre,
Aigles noirs de haut vol et répugnants vautours…

Lutter contre les fous qui jouent à pigeon vole
En jetant vers le ciel d’affreux engins de mort…
Et, sans cesse assoiffés de gloire et d’auréoles,
Enchaînant l’avenir au culte du veau d’or.

Lutter pour le succès des causes généreuses,
Pour l’idéal de paix dont on a la fierté,
Pour le destin meilleur des plèbes douloureuses,
Pour le bonheur du monde et pour la liberté.

Lutter jusqu’à la fin du rève ou du poème
Qui soutient notre cœur et l’enflamme en secret…
Et quant on n’est plus rien que l’ombre de soi même,
Sourire à la jeunesse et partir sans regret ! ».



Eugène Bizeau, poète vigneron et chansonnier anarchiste, né le 29 mai 1883 à Veretz (37) et mort le 16 avril 1989 à Tours (37), qui collabora à de nombreux périodiques et journaux anarchistes de son époque et appartint au groupe de la Muse Rouge.

Poème à Hélène BRION, institutrice, féministe, syndicaliste et pacifiste

(En novembre 1917, elle est arrêtée pour propagande défaitiste et envoyée à la prison des femmes de Saint-Lazare).





Blog de l'Association laïque des "Amis d'Anne et Eugène Bizeau" :

Association Laïque des Amis d' Anne et Eugène Bizeau

Comments