Home

Promenade enigmatique
en Val de Pesmes

Dimanche 31 mai, rendez-vous est donné
aux amateurs de rallyes. Mais attention,
ici point de vitesse ni de précipitation : l'objectif est avant tout culturel
et convivial !

 Sur votre vélo, votre moto ou dans votre auto (et pourquoi pas à cheval !), venez participer à la promenade énigmatique qui sillonera le canton du Val de Pesmes le dimanche 31 mai 2009. Le départ sera donné à Pesmes à partir de 9h. Les équipages recevront les documents nécessaires à leur orientation ainsi que
 
 
 
Jeanne-Antide Thouret :
une vie au service des pauvres


Le 23 mai prochain, la Maison de Retraite des Cèdres à Montagney organise une journée en mémoire de Jeanne-Antide Thouret, fondatrice de la Congrégation des Sœurs de la Charité qui sont dans l’Institution. Mais qui est Jeanne-Antide Thouret au juste ? Voyage au XVIIIe siècle entre la France, l’Italie, la Suisse et l’Allemagne…

Née à Sancey-le-Long dans le Doubs en 1765, Jeanne-Antide est cinquième enfant d'une famille rurale très chrétienne. A l'âge de 22 ans, obéissant à sa foi et à sa vocation qui la pousse vers le service des plus démunis, elle intègre la Congrégation des Filles de la Charité, fondée un siècle plus tôt par saint Vincent de Paul. Elle se consacre aux pauvres, d'abord à Langres fin juillet 1787, ensuite à Paris, dès le 1er novembre, à la maison-mère.

Pendant la Révolution française, toutes les Filles de la Charité, comme bon nombre de religieuses, sont dispersées et doivent retourner chez elles. En mai 1794, Jeanne-Antide retourne donc à Sancey.
Ne renonçant pas à sa vocation, le 15 août 1795, elle met le cap sur la Suisse, avec les Solitaires du Père Antoine-Sylvestre Receveur, une communauté errante avec laquelle elle va parcourir la Suisse et une partie de l'Allemagne. Arrivée le 24 avril 1797 à Passau sur les bords du Danube, elle choisit de rentrer. Au terme d’un périple solitaire de plus de 600 kilomètres, elle arrive au Landeron, près de Neuchâtel en Suisse le 24 Juin. Là, elle reçoit l'appel de 2 prêtres français qui lui demandent de rentrer à Besançon pour s'occuper des enfants non scolarisés et des malades. Elle est de retour le 15 Août.

En juin, venez au théâtre !

Depuis le mois d’octobre, la troupe de théâtre Les Zaccolades Anonymes répète dans l’ancienne école de Montagney mise à disposition par la mairie. Son objectif ? « Amener le théâtre là où il n’est pas », explique Théo Lanatrix, un des fondateurs de la troupe.
On se souvient qu’en 2008, la joyeuse bande de comédiens avait déjà frappé fort dans le canton et aussi dans le Doubs, avec plusieurs représentations de la pièce « Quand la Chine téléphonera ». Un succès et beaucoup d’éclats de rire !

Cette année, le choix s’est porté une fois encore sur du théâtre de boulevard
 



Quand les batraciens traversent en sécurité

Qui n’a pas remarqué, sur la D15 reliant Montagney à Sornay, un film plastique de 25 cm de haut sur 300 m de long, bordant les deux cotés de la route. De février à fin avril, cette installation n’a d’autre objectif que la protection des batraciens. Elle est l’œuvre d’un groupe de bénévoles constitué en association (La Chenevière), présent tout au long de la saison pour entretenir les barrages et aider les petites animaux à traverser la route sans se faire écraser.

En février et mars, crapaud, grenouilles rousses, grenouilles vertes et tritons palmés, alpestres et ponctués, descendent du bois surplombant la route pour aller se reproduire dans les ruisseaux en contrebas. En milieu humide, les œufs pourront ainsi se développer et donner naissance aux petites bêtes qui ne retourneront de l’autre coté de la route qu’un an plus tard. En avril, seuls les batraciens adultes feront le chemin inverse. Grâce aux films qui leur fait barrage, le carnage sur la route sera une fois encore évité. Le principe est simple : la grenouille ou le triton qui se retrouve face au barrage tente alors de contourner l’obstacle d’un coté ou d’un autre. C’est alors qu’il tombe dans un des nombreux seaux enterrés le long du film. Tout ce petit monde capturé dans les seaux devra attendre le passage de l’équipe de bénévoles qui, chaque soir 2 heures après le couché du soleil, et parfois aussi le matin, vient prendre les batraciens piégés pour les emmener de l’autre

 
 
 
 
la liste des questions et enigmes auxquelles il devront répondre. Le premier rendez-vous en commun est ensuite donné à la salle des fêtes de Montagney. Ou chacun tirera son pic-nique du sac, pourquoi pas agrémenté d'une boisson fraiche, d'un café ou d'une gauffre vendue au stand du syndicat d'initiative de Montagney monté pour l'occasion. Ensuite, chacun reprendra la route vers d'autres villages, d'autres enigmes à résoudre. En fin d'après-midi, les organisateurs ramasseront les copies à Pesmes pour comptabiliser les points et élires les équipages lauréats de la journée. En attendant la proclamation des résultats, un apéritif sera offert aux participants. Dès à présent, les inscription à un dîner en commun sont ouvertes (auncune inscription prise sur place). Toutes vos questions trouveront réponse auprès de Anne-Laure Spina, de l'Office du Tourisme de Pesmes au 03 84 31 23 37. Inscrivez-vous au rallye et/ou au dîner au plus vite ! (téléchargez l'affiche et le coupon d'inscription au bas de la page "Rendez-Vous"). M.L.



A Besançon, le 11 avril 1799 elle fonde une école gratuite pour les filles et un bouillon pour les pauvres. De mai à septembre 1802, Jeanne-Antide rédigera sa Règle de Vie. Accompagnée de quelques jeunes filles attirées par son idéal de vie, elle ouvre de nouvelles écoles, et des lieux dédiés aux soins des malades, tandis qu'elle envoie ses sœurs faire la classe et soigner les pauvres.
On lui demande aussi de prendre en charge le service des prisonniers “du cloaque” de Bellevaux, le 23 septembre 1802. Elle s'efforce de mettre ses talents d'éducatrice au service des prisonniers, leur donne de quoi se nourrir, organise du travail, leur permet de recevoir un salaire.
C’est en 1807, à Paris, que la Congrégation reçoit le nom officiel de « Sœurs de la Charité de Besançon ».

Appelée en Savoie, à Thonon, elle s'y rend avec quelques sœurs le 8 mai 1810, mais peu de temps après, en novembre, elle reçoit un appel de Naples où elle se rend avec 8 de ses sœurs.
À Naples, on lui demande d'abord de prendre en charge l'hôpital des Incurables. C’est alors qu’elle se heurte à l'organisation sociale locale, qu'elle doit comprendre et apprendre, avant de pouvoir agir selon sa foi. Elle ouvre aussi une école, une pharmacie au milieu du couvent qui lui avait été octroyé. Elle et ses sœurs n'hésitent pas à sortir pour aller visiter et soigner pauvres et malades.

Le 23 juillet 1819, les Constitutions sont approuvées par le Pape Pie VII. Il donne à la communauté le nom de « Filles de la Charité sous la protection de Saint Vincent de Paul ». Les difficultés de Jeanne-Antide avec l'archevêque de Besançon et ses sœurs restées au pays l’obligent à rentrer en France et l'éprouvent très profondément. Malgré tout, en août 1823, elle repart à Naples, où elle décède le 24 Août 1826. M.L.
 
 
 
 
 
avec une pièce de Ray Cooney : « Espèce menacée ». Sans pour autant en dévoiler les secrets, Théo Lanatrix plante le décor : « Par mégarde, Yvon a échangé sa mallette contre celle d'un inconnu dans le RER. Là où se
trouvaient ses gants et son sandwich, il y a désormais des millions. Pour fuir des représailles certaines, il décide de prendre le premier vol pour Buenos Aires. Mais c'était sans compter le refus obstiné de sa femme, les intrusions successives d'un couple d'amis inopportuns, d'un policier douteux, d'un commissaire tatillon, d'un chauffeur de taxi irascible, et la menace d'un tueur bien décidé à récupérer son dû… »
La première représentation aura lieu à Montagney le samedi 6 juin, date à laquelle la troupe fêtera précisément son deuxième anniversaire ! La pièce sera jouée à Pesmes le samedi 13 juin ainsi qu’une autre date dans le week-end (vendredi ou samedi). Se renseigner à ce sujet à l’office du tourisme de Pesmes. Marnay ne sera pas en reste avec un passage de la troupe le vendredi 3 juillet. D’autres représentations devraient avoir lieu à Ornan, à Gy… M.L.
Renseignements : Théo Lanatrix au 06 31 17 37 80.
(http://www.lza-theatre.fr)


 

coté de la route en toute sécurité. « Nous les comptons, déterminons le genre, l’âge et la variété de chaque batracien », explique une des bénévoles. Opération fastidieuse mais utile car cette comptabilité animalière sera envoyée à la LPO, ligue de protection des oiseaux. Mais que viennent faire les oiseaux dans cette histoire de grenouilles ? « Ils entrent simplement dans la chaîne alimentaire des volatiles. »

Lors d’une année de forte migration, l’équipe de bénévoles de l’association La Chenevière a secouru près de 6 000 petites bêtes. Résultat de leurs campagnes successivement menées depuis 2006, le nombre de batraciens recueillis tend à s’accroître. Preuve que le travail effectué porte ses fruits. Merci à tous ceux qui, surtout les soirs de pluie et de grande affluence des batraciens, vont courageusement sur le terrain remplir leur mission !

Enfin, pour les amateurs de cuisses de grenouilles, précisons que la gendarmerie effectue des tournées régulières dans le secteur. M.L.














Comments