La prière, une illusion?

 
 
 

La prière, est-elle une illusion ? …,

une fuite vers l’irresponsabilité ?…,

ou une Grâce ?

 

 

                                                                                                                        Par         

                                                                                         Samir Naccache

                                                                                                 (Membre)    

 

 

Prier, représente l’acte le plus important dans notre vie spirituelle.

Cependant, pour que cet acte ne se réduise pas en une récitation de formules que nous comprenons à peine, et par conséquent, en une série d’illusions absurdes, ou en imaginations inutiles, il faut qu’il suive la forme la plus authentique de la prière.

 

Généralement, le « scénario » de la prière commence par la volonté de prier. Ainsi, nous nous mettons soit à genoux, soit debout devant la statue du Saint auquel nous nous adressons, … ou bien nous fermons les yeux pour L’imaginer avec un visage déterminé, vêtu d’une robe déterminée, avec une auréole sur la tête, etc… et nous commençons à lui exposer nos problèmes et nos difficultés…ou bien nos voeux et nos souhaits, dans une prière ardente et très chaleureuse, qui arrive parfois aux larmes, ce qui nous donne l’impression que notre prière est très sincère, et qu‘elle sort vraiment du fond de notre coeur.

Cependant, si l’acte de prier s’arrête à ce niveau, il ne représentera qu’une sorte de décharge psychologique, qui finit par ce sentiment de détente, de relaxe, et de satisfaction, mais qui ne feront pas de cet acte un acte de prière.

 

D’un autre côté, le « scénario » de la prière peut aussi se déboucher en une issue mentale pour jeter toute responsabilité spirituelle, morale et matérielle à Dieu, à Jésus, à la Vierge, ou au saint choisi ! … ainsi, les demandes traditionnellement formulées dans nos prières sont sous les suivantes:

·        Seigneur, Aide moi,… Retranche tout ce qui mal en moi,… Donne moi d’être patient,… Libère moi,… Comble-moi par ta lumière,…etc.

 Ou bien,

·        Seigneur Aide les pauvres,… Soigne les malades,… Enseigne les déroutés,… Supporte les faibles,… Donne à manger à ceux qui ont faim,… Donne à boire à ceux qui ont soif,… etc.

Dans ce genre de scénario, nous remarquons que la personne qui prie prend une position neutre, et ne fait qu’observer et qu’attendre la réaction de Dieu, de Jésus ou de la Vierge ! ! ! C’est pourquoi elle prie avec ardeur pour qu’Ils fassent quelque chose envers la misère de tous ces hommes qui sont dans le vrai besoin ! ! !… et combien de fois cette personne devient étonnée si rien n’arrive, tout en remettant en question et en doute l’existence même de Dieu : Pourquoi n’intervient-Il pas ? Pourquoi ne nous aide-t-Il pas ? Pourquoi n’aide-t-Il pas tous ces hommes dans le vrai besoin ? Ou est-Il ? ? ?    

 

De nouveau, si l’acte de prière s’arrête à ce niveau, il devient absurde, impotent, irresponsable, et ne serait qu’une sorte de décharge mentale ou psychologique pour jeter, une autre fois, toute responsabilité à Dieu, Jésus, la Sainte Vierge, ou aux Saints.

 

Il est ainsi bien clair que lorsque nous prions pour demander quelque telle ou telle chose de Dieu, de Jésus, de la Vierge, ou d’un Saint, nous ne nous posons jamais la question COMMEMT cela pourrait il se matérialiser sur le plan réel ou spirituel. Nous oublions, ou nous prétendons oublier, consciemment ou inconsciemment, que ce sont NOUS qui sommes les responsables au premier lieu de la réalisation de ce que nous demandons. Lorsque je dis « NOUS », je veux dire moi-même ou bien NOUS les hommes, les humains. Car, nous simplement représentons le SEUL MOYEN MATERIEL à travers lequel Dieu exécute sa Volonté entre les hommes, y inclus nous-mêmes. Nous oublions de ce fait de comprendre qu’après l’incarnation, Dieu a conditionné sa Volonté par la nôtre,… Il a fait de nous ses membres exécutifs. Il a voulu que nous partagions sa Volonté. Il nous a soulever à son niveau Divin. Il faudrait donc que nous prenions par nous-mêmes l’initiative de participer directement dans les actes que nous demandons au Seigneur, et de l’exécuter sans toutefois que nous sommes les exécuteurs de sa Volonté sur terre :

-         Nous représentons la dimension matérielle de Dieu sur terre: Les actes et les attitudes entre et envers nous-mêmes. Chacun avec et envers l’autre ou les autres, en individuel ou en groupe.

-         Tandis que Lui représente la dimension spirituelle: Il fait les miracles, Il pardonne les pêchés, Il sauve par la Rédemption, Il protège nos pensés par l’inspiration de l’Esprit Saint, Il bénit, Il donne la grâce dans les sacrements, Il nous protège des « esprits du mal »… etc.

Alors que tout le reste des actes dans la dimension matérielle doit impérativement passer par la volonté de l’homme.

 

Nous voyons donc que si nous n’avons pas la volonté d’initier par nous-mêmes chaque voeu que nous souhaitons de Dieu, nous deviendrons des « BLOQUEURS » de sa Volonté, et nous commettrons un grave pêché envers Lui et envers les hommes.

C’est pourquoi, avant de demander à Dieu ou aux Saints de faire tels ou tels «actes», il faut que nous commencions nous-mêmes par l’exécution de ces actes, car, nous sommes simplement le seul moyen de cette exécution.

Or, dans la prière, nous glorifions Dieu, nous Lui demandons le pardon, la protection, et la grâce. Cette grâce qui viendra s’ajouter à nos actes pour les rendre fertiles, … et que par cette grâce nous découvrirons Dieu dans nos actes d’amour charité.

 

Ainsi, dans l’harmonie qui relie notre volonté avec la Sienne, nous comprenons que le mystère de l’incarnation n’a pas incarné Dieu seulement en Jésus Christ, Homme comme nous, mais il a incarné Dieu en CHACUN DE NOUS (par le baptême), dans le but de nous transformer tous, comme Jésus Christ, en exécuteurs de Sa Volonté sur terre, pour que nous devenions tous UNS SEUL en LUI.

 

C’est là la grande différence entre notre foi et les autres religions. Dans les autres religions, Dieu se trouve d’un côté, tandis que l’homme se trouve dans l’autre.

Dans notre foi, la foi du nouveau testament, le mystère de l’incarnation représente le projet ULTIME que Dieu a offert aux hommes pour les transformer (par la Rédemption de Jésus) en ses fils, membres exécutifs de sa Volonté sur la terre, faisant part en Lui, collés en Lui, en son sein même, dans le but de les re-transformer à la fin des temps en une seule Unité avec Lui dans la Sainte Trinité, comme le souhaitait Jésus dans sa prière au jardin des olives.

 

 

Conclusion

 

Dans la prière, nous pouvons faire travailler notre imagination autant que nous voudrons, nous pourrons demander ce que nous souhaitions, et nous mettre dans l’ambiance que nous désirons, mais le plus important c’est de rester convaincus que nous sommes les seuls exécuteurs actuels de la Volonté de Dieu sur terre, ses soldats actifs et obéissants, c’est-à-dire du même côté fort de Dieu, et non pas du côté faible. C’est pourquoi, il faut que nous prenions toujours l’initiative d’exécuter les actes avant de les demander à Dieu ou à la Sainte Vierge.

Alors que pour prier, il vaut mieux de demander le pardon de Dieu, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. Ensuite, demander sa Grâce pour avoir le courage d’exécuter sa Volonté en nous-mêmes et en nos prochains qui sont dans le besoin, (spécialement dans le besoin spirituel), comme Jésus Lui-même nous a enseigné dans sa fameuse prière du « Notre Père », et qui nous donne le vrai modèle de prière.

 

 

 

 
 
 
Comments