Introduction à la danse thérapie et à l'art thérapie 
 
par Myriam  Benamza

 

                                                        Qu'est-ce que l'art thérapie ?

 

 

 

 



                                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
Le champ de l’art thérapie regroupe quatre grands domaines qui par ordre de naissance sont :

- l’art thérapie (peinture, sculpture, photographie, vidéo…)
- la musicothérapie : dite active (création d’une musique par l’utilisation d’instruments) ou réceptive (écoute de la musique)
- la danse thérapie (expression primitive, biodanza, danses de salon, danses traditionnelles)
- la drama thérapie (théâtre dit classique, mais clown, comedia dell’ arte, arts du cirques, marionnettes, mime…)

Attention : le psychodrame bien qu'y étant souvent associé ne fait pas partie de la drama thérapie !

Quelles sont les différences entre un atelier artistique et un atelier en art thérapie ?


Un atelier d’art thérapie (quelle que soit la médiation utilisée) se différencie fondamentalement d’un atelier artistique par :

- le cadre thérapeutique

- l’analyse et/ou la prise en compte des relations transférentielles (avec le thérapeute, entre les membres du groupe, avec l’objet de la création)
- les objectifs thérapeutiques et l’analyse du processus en cours pour chaque personne

car rappelons que l’Art en soi ne soigne pas !

La difficulté en danse thérapie vient du fait que l’objet de la création (comme en drama thérapie et en musicothérapie active) est invisible et éphémère. De plus le thérapeute doit aussi analyser les multiples transferts : de chaque participant avec lui, des participants entre eux et des participants avec l’objet de la création, du groupe avec le thérapeute sans oublier l’analyse par le thérapeute de son propre contre transfert envers le groupe, chaque participant et l’objet de la création.

Les fondements théoriques :

Les fondements théoriques dont je vais parler concernent plus particulièrement la France car je ne connais pas beaucoup les formations à l’étranger.
L’art thérapie est la conjonction de plusieurs domaines de compétences. C’est ce qui fait à la fois sa force et sa faiblesse.
On peut citer trois grands domaines :

1) la psychopathologie et de la médecine
- psychologie
- psychiatrie
- neuro physiologie
- physiologie des émotions
- psychomotricité
- ethnopsychiatrie

2) les sciences humaines
- psycho pédagogie
- sociologie
- histoire
- ethnologie
- anthropologie
- psychanalyse
- psychanalyse du groupe

3) les arts
- histoire de l’art
- théorie artistique (analyse de la pratique, réflexion théorique sur le mouvement artistique…)

Il ne faut pas oublier aussi l’importance de la pratique personnelle du thérapeute, le regard qu'il porte sur son art et son expérience en animation de groupe


Malgré ces fondements communs il existe des différences notables dans l’origine des différentes médiations. L’art thérapie ( peinture ), née au XIXème siècle en institution psychiatrique, est profondément liée à l’art brut et à la psychanalyse. On continue malheureusement d’analyser des œuvres non pas dans leur processus mais dans la symbolique des éléments picturaux représentés.
La danse thérapie est née de la rupture initiée par le mouvement expressionniste dans les années 1919-1930 avec la danse classique. La danse thérapie plonge aussi ses racines dans le chamanisme. Contrairement à d’autres médiations, la danse (plus particulièrement l’expression primitive) a un lien très marqué avec la spiritualité et le monde sacré.

La formation de chaque intervenant doit aussi tenir compte de la formation artistique qu’il a reçu et qui est en grande partie un enseignement oral.
On peut ainsi dire qu’il existe autant d’arts thérapies que d’arts thérapeutes.

La ritualisation en danse thérapie :

La ritualisation est la création à l’intérieur d’un atelier d’un ou plusieurs rituels (rituels de démarrage d'atelier, rituels de deuil, rituels de passage, de groupe...etc)
La ritualisation remplit un triple objectif :
- aider le groupe à se donner une identité
- créer un espace sacré de guérison
- contenir le groupe

Qu’est-ce qui se joue dans un atelier d’art thérapie et plus particulièrement la danse thérapie ?

- la possibilité de régresser à des stades de développement antérieurs souvent restés bloqués (rapports père-mère, fusion-défusion, vie intra utérine…)
- la socialisation/ l’individuation
- le développement psychomoteur
- le regard de l’autre (regard bienveillant/jugement)
- le rapport au corps (le sien et celui des autres)
- la créativité
- la responsabilité (par les choix que l’on fait dans la création)
- le jeu et toute la notion de plaisir
- le lâcher prise
- le courage d’être soi
- le deuil/le rapport à la vie et à la mort
- le lien au monde spirituel, au monde des ancêtres
- son rapport à sa culture et à sa famille
- la symbolisation, le langage
- l’éducation
- le retour au sens, la capacité à mettre du sens
- la transgression
- la sublimation
- la transe
- la sensualité
- la restauration narcissique
- l’expérience de l’illusion et de la réalité
………………….. etc

Comment construit-on un atelier en danse et drama thérapie ?

Le thérapeute doit d’abord définir les objectifs thérapeutiques en fonction de la problématique des patients. Il ne travaillera pas de la même façon avec des survivants d’agressions sexuelles qu’avec des autistes, des drogués ou des enfants en échec scolaire.
Il doit aussi prendre en compte les objectifs de l’organisme (ou de l’institution) pour lequel il va travailler.

Dans un deuxième temps, il doit prendre en compte les autres éléments extérieurs qui l’aideront à définir son cadre :
Espace où aura lieu l’atelier, nombre d’ateliers, durée des rencontres, lien avec d’éventuelles autres activités annexes, constitution du groupe (âge des participants, groupe mixte ou non, handicaps de certains participants…etc)

La danse et le théâtre pouvant amener des régressions très intenses ou des voyages hors de la réalité, il est important de permettre aux participants d’entrer progressivement dans l’atelier et de se donner aussi le temps nécessaire pour les aider à « sortir » de l’atelier.
La forme d’un atelier peut se schématiser ainsi  en V :
Le coeur de l’atelier se situant dans la partie basse (la pointe) du V.

L’autre difficulté en danse thérapie consiste à combiner les exercices. On peut composer son atelier avec des exercices qui séparément fonctionnent très bien mais qui mal combinés donnent au final un atelier qui « ne coule pas », avec une énergie saccadée…
Les exercices de relaxation entraînent de très fortes régressions et peuvent être déclencheurs d’angoisses. Les exercices au sol induisent aussi la régression et il faut veiller à ce que le passage en position verticale soit bien fait.
Un équilibre doit être conservé entre exercices de groupe, à deux ou trois et seuls.
Le choix des musiques est crucial. Il doit prendre en compte l’objectif de l’exercice, le type d’énergie souhaitée, l’imaginaire induit et la capacité de la musique à soutenir et faciliter le mouvement.

L’autre difficulté pour le danse thérapeute est de garder un équilibre constant entre sa participation dans le groupe et son retrait du groupe. Il doit être capable de se montrer tel qu’il est en engageant tout son corps. En ce sens, les danse et drama thérapeutes se mettent beaucoup en danger. Leur engagement corporel ne leur permet pas de tricher et de se protéger derrière la façade de la neutralité en toutes circonstances. C’est aussi par imitation (et donc imitation du thérapeute) que les participants vont pouvoir explorer leur corps.

Une dernière difficulté vient de la taille du groupe. Le nombre idéal de participant est de 8-10. J'ai aussi eu l'expérience d'animer des groupes de 17 et 45 enfants de ZEP, un vrai challenge pour contenir le groupe !
De la même façon, j'ai déjà animé des groupes de 4 - 5 personnes et il a fallu donner beaucoup plus d'énergie personnelle pour faire démarrer la dynamique (souvent on retombe dans une relation d'un à un). 

 

La plus grande partie du travail du danse et du drama thérapeute est dans la préparation. Pour 2 à 3 heures d’ateliers, il faut compter environ le même temps de préparation. Un danse thérapeute en début de carrière passera plusieurs heures à compiler une base de données musicales. Un drama thérapeute cherchera lui des textes de théâtre ou des jeux d’acteurs pertinents pour ses ateliers.