Nos communiqués


David Douillet met les métis au tapis

publié le 5 oct. 2011 00:36 par metis defrance

David Douillet nouveau Ministre des Sports  (au sujet de Yannick Noah) "Je le laisse surtout avec sa conscience. Car c’est tout de même assez bizarre de dire qu’il aime la France, tout en habitant une bonne partie de l’année à l’étranger...Apparemment, il y a beaucoup d’ambiguïté dans ce qu’il dit et ce qu’il fait »- Le parisien du 2 octobre 11.

Sans aucun parti pris politique, force est de constater que ces 1eres déclarations sont quelques peu maladroites.

En effet, faut-il habiter en France full-time pour l'aimer ?

Les milliers de français expatriés apprécieront. (Rappelons que David Douillet vient juste de quitter sa fonction de Secrétaire d’Etat aux Français de l’Etranger J ).

Quid des enfants de divorcés, ont-ils le droit, monsieur le Ministre, de dire qu'ils aiment leur père alors qu'ils vivent avec leur mère la plupart du temps ou vice-versa?

Une autre question me taraude monsieur le Ministre...J'aime la montagne mais je vis en région parisienne, ai-je le droit de déclarer mon amour pour la neige ou suis-je suspect ?

Il y a des déclarations dont on se passerait volontiers monsieur le Ministre, surtout quand ces dernières ne servent qu'à alimenter des querelles personnelles et non l'intérêt général.

Que vous soyez fier de vos racines gauloises (et vous avez raison), ne doit pas vous faire oublier qu'il existe des millions de citoyens français d'origines diverses, qui aiment la France, mais tout autant un autre pays dans lequel ils ne vivent pas faute de don d'ubiquité.

L'essence même de la beauté du métissage est de pouvoir revendiquer une appartenance identique à deux pays, deux « races », deux cultures...Mettre en doute cette capacité stigmatise le pluriculturalisme et favorise le communautarisme. Ce n'est pas très républicain comme attitude...Monsieur le Ministre.

Fabrice Flobinus

Métissage et entreprenariat: La combinaison de demain

publié le 14 juin 2011 23:30 par metis defrance

Les Métis de France et L’association Européenne des Jeunes Entrepreneurs se sont retrouvés, lors de la session plénière de juin 2011 au sein du Parlement Européen.
Après un débat sur le multiculturalisme , Fabrice Flobinus – président des Métis de France – et Pierre Loeb – co-président de l’Association Européenne des Jeunes Entrepreneurs – ont décidé de mettre en place une collaboration innovante entre les deux associations, visant à placer le métissage et le pluriculturalisme au coeur de l’entreprenariat européen pour mieux répondre aux grands défis de la mondialisation…
Ce partenariat permettra à ces deux entités de sensibiliser les législateurs sur ces enjeux fondamentaux.

1ere conférence européenne sur le métissage

publié le 29 mai 2011 23:48 par metis defrance

Jeudi 26 mai, pour la 1ere fois depuis sa création, la commission européenne a organisé une conférence sur le thème du métissage.

Intitulé « Métis et binationaux : Cette nouvelle majorité invisible », cette conférence avait pour but de soulever les spécificités liées au métissage.

Devant une salle pleine et attentive Fabrice Flobinus, président de l’association des métis de France et Bradley Lincoln, fondateur de mixd, ont notamment démontré les besoins d’accompagnement éducatifs des enfants métis  mais aussi des couples mixtes et du corps enseignant.

« C’est une fierté et un grand pas en avant pour nous que d’être reçu ici à la commission européenne, organe exécutif de l’union. Cette conférence représente le début d’une reconnaissance institutionnelle pas un aboutissement. » a souligné Fabrice Flobinus.

Conférence sur le métissage et la binationalité

publié le 22 mai 2011 22:30 par metis defrance

Fabrice Flobinus, président de l'association des métis de France, donnera une conférence sur le métissage et le binationalisme le 26 mai prochain à la commission européenne de Bruxelles.
"Métis et binationaux, cette nouvelle majorité invisible" Cette conférence a pour but de soulever les spécificités liées aux enfants métis et binationaux et la nécéssité d'améliorer leur environnement éducatif.
Pour plus de renseignements merci de nous envoyer un mail à contact@metisdefrance.fr

Monsieur Blaquart n'est pas raciste

publié le 3 mai 2011 00:53 par metis defrance

En ces périodes un peu troubles et suite à la suspension provisoire de François Blaquart, directeur technique national de la fédération française de football, je tenais personnellement à lui apporter tout mon soutien.
 
Le football français, depuis des années, peut-être cité en exemple comme facteur d'intégration réussi des populations d'origines immigrées mais aussi des catégories sociales défavorisées.
 
Amateur de football moi même depuis mon plus jeune âge, j'ai été licencié dans différents clubs de différentes villes, et jamais je n'ai eu a subir le racisme des formateurs, dirigeants ou entraineurs.
 
Je dirai même que le football, dans bien des cas, représente le seul outil de cohésion social rassemblant races, origines sociales ou ethniques dans un esprit de fraternité.
 
Aujourd'hui éducateur bénévole pour les enfants de 6 ans, je constate la volonté farouche des instances dirigeantes du football de veiller au développement de chaque joueur indépendamment de son origine et je me félicite de voir tous ces jeunes évoluer dans un tel contexte. 
 
Ayant vécu, joué et entrainé à l'étranger, je peux témoigner du caractère unique de la tolérance émanant de la fédération ou de la ligue.
 
Aujourd'hui, la montée du front national, les discours extremistes de certains, les stratégies politiciennes d'autres ont mis en avant les difficultés que nous avons pour intégrer au mieux les immigrés dans la société française.
 
Ces difficultés bien évidemment rejaillissent sur le sport et plus particulièrement sur le football qui est certainement la zone de mixité la plus dense.
 
Y a t'il un problème avec les binationaux? Oui, et que la question soit posée est plutôt sain. Accompagnons plutôt nos dirigeants et aidons-les dans leurs réflexions plutot que de stigmatiser des propos qui, même s'il sont parfois maladroits, ne témoignent pas d'une discrimination notoire, mais plutot de la difficulté à traiter un sujet qui ne se limite pas qu'au seul domaine du football.
 
Je souhaite que l'on ré-intègre monsieur Blaquart le plus rapidement possible dans ces fonctions et que l'on n'oublie pas ces nombreuses actions en faveur des jeunes dans l'hexagone ou à l'île Maurice.
 
Grace à lui et à la fédération française de football, de nombreux adolescents en difficulté pensent qu'un meilleur est possible et se rêvent en Trézeguet, Zidane, M'vila ou Benzema. Merci.
 
Fabrice Flobinus
Président de l'association des métis de France
 

Voeux 2011

publié le 4 janv. 2011 22:41 par metis defrance

Chers membres,
 
Je tenais à vous souhaiter  une excellente année 2011, qu’elle puisse voir s’accomplir tout ce que vous  désirez.
2010 a été bien rempli avec :
-La participation au grand débat sur l’identité nationale.
-L’organisation d’un flash mob sur les Champs-Elysées.
-La reconnaissance de notre association par les institutions  françaises et européennes.
-Les différentes prises de position des métis de France.
-La réalisation d’un documentaire et les projections qui ont suivies aussi bien en France qu’a l’étranger.
-Notre collaboration avec d’autres associations notamment au Québec et en Angleterre.
-Notre participation à la 1ere conférence sur le métissage à Chicago.
-L’organisation de débats et les rencontres organisées.

Toutes ces actions ont nous ont permis de mettre le métissage et ses problématiques sur le radar, nous ne pouvons que nous en féliciter.

Merci pour votre soutien, il est important. Continuez à nous apporter vos témoignages sur le sujet et n’hésitez pas à inviter d’autres personnes à rejoindre le groupe ou l’association.

2011 sera une année charnière avec de nombreuses actions programmées et je l’espère la participation du plus grand nombre d’entre vous.

Meilleurs Vœux

Fabrice Flobinus.

Quand « variété » remplacera le mot « diversité »

publié le 16 nov. 2010 23:36 par metis defrance

En France le mot "diversité" est merveilleux : 

Droit des femmes, handicap, jeunes, seniors, homosexualité, minorités visibles, discriminations, racisme, noirs, asiatiques, latinos, arabes, indiens, roms, métis ....

Vous avez dit "Noyer le poisson?" En même temps c'est formidable, il vous suffit de traiter un seul de ces thèmes et vous pouvez concourir pour les Awards de la diversité!!!

Pourquoi alors, ne pas pousser encore plus loin et remplacer le mot "Diversité" par "Variété" ?

On pourrait ainsi y inclure la chanson, Michel Drucker, les chiens les chats, la bouffe etc... Ne serait-ce pas formidable? Et tellement pratique !

Imaginez un responsable politique ou un chargé des ressources humaines, il lui suffirait de manger du riz au curry le midi à la cantine ou d’écouter "Florent Pagny" dans son bureau et hop, une journée bien remplie à traiter de la "variété" (diversité). Et un  problème en moins dans le Pays!

A force de tout globaliser, on finit par justifier la négligence du traitement des minorités visibles et ethniques en France.

Selon le «Baromètre diversité» réalisé par Ipsos, pour Le Figaro économie et Job in Live, à la question :

"Quel est le sujet prioritaire à traiter dans votre entreprise aujourd'hui?" seulement 5% des responsables des ressources humaines sondés ont répondu "Le recrutement de collaborateurs de minorités visibles"...

En tête des réponses avec 30% arrive l'embauche de jeunes diplômés en CDI , suivi du recrutement et du maintien dans l'emploi des salariés les plus âgés ou handicapés,  et la parité hommes-femmes.

 

Bref l'embauche de collaborateurs d'origines sociales et ethniques diverses n'est pas vraiment d'actualité...

 

Quand on connait l'importance du pluriculturalisme en tant qu'outil de performance d'une entreprise et que l’on ajoute le retard de la France en la matière, on ne peut que déplorer cette incapacité des RH à anticiper les nécessités d'une société contemporaine dans un contexte de mondialisation.

Les métis sont-ils illégitimes en France ?

publié le 13 oct. 2010 23:01 par metis defrance   [ mis à jour : 14 oct. 2010 01:39 ]

L’association des métis de France juge scandaleux  le vote du projet de loi sur l'immigration visant à punir de sept ans de prison et de 30.000 euros d'amende l'époux qui tromperait son conjoint au cours d'un mariage "gris" (1) .

 

Cette disposition poussant à l’endogamie tend à rendre encore plus difficile l’union des couples mixtes déjà soumis à un véritable parcours du combattant. Le lapsus du député Claude Greff (UMP) entre mariages gris et mariages mixtes lors de la défense du texte à l’assemblée nationale en dit d’ailleurs long à ce sujet (2). A force de difficultés, les couples mixtes se marient de moins en moins (3), et les enfants métis sont donc de plus en plus illégitimes.

 

Alors que selon les derniers chiffres officiels, les mariages de complaisance annulés ne représentent que 0,45 % des mariages mixtes fallait-il légiférer à ce sujet ? Il s’agit une nouvelle fois d’une stigmatisation des émigrés. L'étranger se voit suspecter parce qu'il est étranger, suspect d'arrière pensée quand il a l'intention de se marier. Et puis comment mesurer la sincérité des sentiments ? Nommera-t-on des psychiatres, pour déterminer le niveau d'amour requis au moment du mariage ? A moins qu'on ait inventé une machine à mesurer les émotions ? Quant à l’évolution des relations au sein du couple, comment savoir si leur dégradation vient du fait que l’un des deux conjoints était mal intentionné d’emblée ou s’ils ont simplement des problèmes ?

Une loi inapplicable pour des tribunaux déjà surchargés et dont le contribuable paiera la facture.

Si la lutte contre l’escroquerie sentimentale ne doit pas être négligée, méfions nous des côtés pervers d’un texte  qui favorise  les dérives en tout genre. Une femme violentée pourrait par exemple choisir de garder le silence par crainte de la perte de son titre de séjour.

 Et les enfants dans tout cela? Non seulement ils devront subir le divorce des parents, mais il faudra également leur expliquer qu’ils ne sont que le fruit d’un complot et que le droit de visite du père ou de la mère se fera derrière les barreaux.  Quelle génération préparons-nous ?

Cette loi  risque d’engendrer des comportements sociaux extrêmement préjudiciables…

7 ans d’emprisonnement et 30000 € d’amende pour un mariage gris ?  Quid des mariages d'intérêt qui existent depuis toujours, chez les bourgeois. En quoi la recherche d'une dot est elle moins méprisable que la recherche d'une nationalité?

L'association des métis de France demande le le retrait pur est simple de l’article 21 ter  du projet de loi d'Eric Besson sur l'immigration et souhaite que d’autres pistes soient envisagées pour lutter contre les filières d’immigration clandestines en France.

(1) Le concept de mariage gris est entendu comme un mariage conclu par des époux, dont l’un vise exclusivement, au moyen de cette union, l’obtention d’un titre de séjour ou la nationalité française

(2) Assemblée nationale, XIIIe législature, Session ordinaire de 2010-2011 Troisième séance du mardi 5 octobre 2010

(3) Source ined : http://www.ined.fr/fr/pop_chiffres/france/mariages_divorces_pacs/mariages_mixtes/

L’association des métis de France dénonce les déclarations racistes et opportunistes adressées à l’encontre de l’équipe de France de football et relayées médiatiquement.

publié le 7 juil. 2010 23:26 par metis defrance

Le contexte médiatique de la Coupe du Monde de football et de l’épouvantable parcours de l’équipe de France ne doit pas servir de caisse de résonnance aux clichés simplistes, et mélanger des sentiments de frustration légitimes de supporters déçus avec des théories racistes.

L’équipe de France a apporté, apporte, et apportera son lot de déceptions et de satisfactions. Les Bleus de 1998 ont prouvé la force d’un réel travail d’équipe, d’un réel esprit d’équipe hors et sur le terrain. Cette équipe « black, blanc, beur » aujourd’hui balayée, était simplement métissée, puisant autant sa force dans le mélange que dans l’expression individuelle de chaque personnalité.

Pouvoir exprimer son identité métisse, dans la société et à plus forte raison au sein d’une équipe est capital. Le regard de l’autre permet ou condamne alors cette libre expression. Ce respect semble si fragile qu’une information des clubs de sports et une formation intégrant civisme et multiculturalisme pour les sportifs semblent nécessaires aujourd’hui. L’association des Métis de France, dont l’action est destinée à sensibiliser les jeunes sur ce sujet, est prête à orienter son message dans la mise en place des équipes sportives et à s’impliquer pour le respect des personnalités des  joueurs.

Aujourd’hui la société française fait preuve de méfiance et d’individualisme. La société, à l’image de son équipe de football, ne manquerait-elle pas cruellement d’esprit d’équipe ? L’information à l’identité métisse semble alors être une étape capitale dans la reconstruction d’une réelle cohésion, sur le terrain dans un premier temps.

Prise de position des métis de France suite à la décision d’une directrice d’école publique d’interdire le port du maillot de football en maternelle.

publié le 26 juin 2010 01:08 par metis defrance

L’association des métis de France tient à exprimer son indignation quant à la décision de la  directrice de l’école  maternelle des Petits-Champs-Ronds à Massy dans l'Essonne, d’interdire à un enfant de 5 ans de porter un maillot de football dans l’établissement.

 

A l’heure ou notre équipe nationale est décriée au lendemain de son comportement lamentable en coupe du monde, de nombreux français reprochent aux joueurs leur dilettantisme  patriotique et leur peu de conscience civique.  

Laissez nos enfants porter le maillot de leur équipe nationale permet à la fois d’augmenter le lien affectif qui les lie à leur pays, mais également de  découvrir  d’autres nations dès le plus jeune âge dans un espace de tolérance.

Quel signal leur envoie-t-on alors si l’on se met à interdire leur usage dans les écoles maternelles et en particulier lors de grandes compétitions ?

Nos enfants ne pourront donc plus arborer le maillot de l’équipe de France ? Veut-on leur enlever la fierté de nos couleurs  ? Faut-il qu’ils le portent en cachette à l’abri des regards ?

On ne peut faire abstraction du côté discriminatoire de cette interdiction, puisque l’enfant en question portait un maillot du Portugal, pays dont est originaire son papa. Si l’école avait voulu renier son métissage et créer des troubles identitaires chez l’enfant, elle ne s’y  serait pas prise autrement.

L’argument consistant à prétendre que cela peut  entrainer des conflits sociaux, dans la mesure où tous les parents n’ont pas les moyens d’offrir des maillots à leurs enfants, est  irrecevable.  D’une part car aujourd’hui, il est très facile de trouver une gamme de maillot dès 5€, d’autre part car de nombreux autres signes de distinctions sociales sont visibles au quotidien dans les écoles :

Quid des chaussures ? Les élèves doivent-ils se rendre à l’école en sabots ? Quid des t-shirts ou des pulls ? Les logos sont-ils interdits ? Quid des lunettes ? Doit-on mettre du sparadrap sur les marques ?

Le port de la blouse n’étant pas obligatoire, il est inutile de créer des demi-mesures entachées d’injustice et d’un manque flagrant de pédagogie tant  on sait que le sport et ses valeurs représentent  un vecteur de communication et d’épanouissement extraordinaire pour les jeunes.

Que cela soit aux Etats-Unis, en  Allemagne, en Espagne, en Angleterre, au Brésil, en Argentine, de nombreux pays sont fiers de voir chaque jours leurs enfants aller à l’école vêtus du maillot de leur équipe nationale ou de leur club préféré. Dans ce contexte de coupe du monde, alors que  tous les peuples célèbrent le ballon rond, faisons en sorte de ne pas être,  une fois de plus,  la risée des autres pays.

1-10 of 15

Comments