Accueil

Me 108 
 
 
 

    Du "Taifun" au "Pingouin" 

  Le Messerschmitt 108 a été peu médiatisé, bien qu'il représente une étape décisive dans l'histoire de l'aviation en général et plus particulièrement dans la relance des usines Messerschmitt à un moment crucial. Willy Messerschmitt lui-même serait resté un parfait inconnu en cas d'échec de cet avion, car il aurait alors renoncé à sa carrière pour devenir un obscur enseignant. De plus, des avions "mythiques" comme le Bf 109, le Me 262 et bien d'autres, n'auraient jamais vu le jour...
 Cet avion ferait encore aujourd'hui bonne figure auprès de ses concurents . Il a les caractéristiques de vol des avions actuels de même classe.
 Il a toujours existé une grande confusion entre les différents modèles Allemand et Français ainsi que de grandes incertitudes sur les chiffres de production. Encore plus maintenant avec les erreurs retrouvées sur internet où Nord 1101, Nord 1002 et Norécrin sont régulièrement confondus !
Ses différentes dénominations augmentent encore le problème: M37, BFW 108, Bf 108, Me 108, Taïfun, Pingouin, Nord 1000, 1001, 1002, XC-44...! Les Nord 1002 ont toujours été appelés Me 108 ou Taïfun et presque jamais Nord, - jamais Pingouin en tout cas- par les pilotes et mécaniciens des années 40 et 50.
 Le Messerschmitt 108 et ses dérivés ont été à l'origine de nombreux records et exploits en tout genre. Savez-vous qu'ils ont traversé l'Atlantique, relié Paris à Saïgon,...?
 Le Nord 1002 a souvent été employé au cinéma pour tenir le rôle du Messerschmitt 109 avant la "bataille d'Angleterre" tournée en 1968 où les HA 1112 M1L le remplaçèrent. Ils ont été à l'affiche de dizaines de films, ils étaient considérés comme des avions "pointus" lorsqu'ils étaient en aéro-club. Un seul N 1002 vole maintenant en France, et je suis heureux d'en être le propriétaire. La notoriéré du Bf 108 qui semble maintenant prendre de l'ampleur est avant tout rétrospective et dépend de celle du Bf 109 qui est évidement immense dans l'histoire de l'aviation. Le 108 a été en quelque sorte le banc d'essais du 109. La similitude des formes est évidente, mais plus encore les perfectionnements de la construction et des mécanismes aérodynamiques de pointe pour l'époque. S'il n'y avait pas eu la guerre, le 109 n'aurait pas laissé de trace si importante, mais je parie que le 108 serait devenu l'avion prédominant dans sa catégorie. On pourrait être objectif en regardant à la longévité du concept et à la confrontation aux productions équivalentes. Il était vraiment en avance sur son temps.
L'équivalent Français est le Caudron "Simoun", les aléas ont fait qu'il a le même moteur et des performances équivalentes au Nord 1001. Mais il n'en reste plus qu'un seul actuellement destiné à revoler un jour. Le Klemm Kl 151, "Taïfun en bois" n'a pas été en mesure non plus de détrôner le Bf 108.
De nos jours cet avion présente un intéret historique évident, des caractéristiques de vol et d'habitabilité indéniables et un coùt d'exploitation raisonnable.Le moteur Renault 6Q est fiable, et bien que légèrement moins puissant que l'Argus, son capot est plus aérodynamique et les performances sont les mêmes.

Il y a des reconstitutions très fidèles, comme le montre cette photo du Bf 108 de l' AMPA de Lausanne, où tout a été fait pour garder l'avion dans sa configuration d'origine, et il y a des avions moins "fidèles", mais c'est toujours une prouesse de garder un tel avion en état de vol, comme le montre ces phtos de film, " Babette s'en va en guerre", "le jour le plus long", "l' Express du colonel Von Ryan", "Week end à Zuydcoote". 

 


 POUR VOS MEETINGS

Pendant la guerre, les usines aéronautiques françaises furent forcées de construire des avions pour la Luftwaffe. En regard de quoi, pour cinq avions produits, un pouvait être construit pour l'Armée de l'Air de Vichy.
Le Bf 108 fut donc construit aux Mureaux à partir de 1942. Les usines allemandes cessèrent en effet la production du Bf 108 au profit d'avions d'arme. Le dernier Bf 108 sorti de Regensburg fut le WNr 3094, un D1 codé RE+EM. L'ordre de production en France fut donné le 17 juin 1941 pour 234 avions, finalement ramenée à 184 avions. Les français firent tout pour retarder la construction pour l'ennemi dès le début. La SNCAN, devenue Messerschmitt AG SNCAN sort 50 machines en 1942, 108 en 1943, et 12 en 1944, soit 170 machines pour la Luftwaffe. Les avions étaient en principe numérotés dans les blocs de WNr 5000 et 6000. A la libération, donc, bien avant la fin de la guerre, la construction fut poursuivie. Le Nord 1000 a donc été produit pendant la guerre et non après comme cela est souvent dit.

A la libération, en septembre 1944, le premier vol du Nord 1001 à moteur Renault est réalisé dans l'indifférence générale, ils seront, avec les Bf 108, dont 17 exemplaires sont offerts par la RAF, et les Nord 1000, alias Bf 108 D1, mis au standard Nord 1002 au fil des révisions, accidents...très nombreux. Le climat de l'époque est au sabotage et les jeunes pilotes manquent d'expérience notement en ce qui concerne le train escamotable. Un Nord 1002 peut donc être aussi bien un Bf 108 construit en Allemagne, qu'un construit en France, sous version Bf 108, Nord 1000, Nord 1001, voire d'un avion composite. L'important étant d'avoir un avion qui vole ! Les N° de série de la SNCAN ne permettent pas de s'y retrouver, le premier Nord étant le N°199-1, la série en 600 semblant correspondre aux Bf 108 ex RAF, mais il y en a aussi dans la série 1000.
Un reste même au registre en tant que Bf 108, son histoire est incroyable!

Mon Nord 1002 porte le N° 216, mais d'autres plaques portent des indications en allemand, d'autre "ME 108  SNCAN"! d'autres encore"propriété de l'état". Bref, on en sait pas plus. Il semble avoir été construit en 1943, donc en France. Qu'est ce que ça change ? Des fanas de l'aviation me disent qu'un Nord ce n'est pas un vrai Messerschmitt. Je leur laisse cette appréciation dénuée de raison. Sa première immatriculation fut F-SCBI. Il fut réceptionné par le CATRE le 27 mars 1946. En service à Cognac en janvier 1947. Il subit une RG à l'AIA de Clermont-Ferrand du 30 mai 1954 au 24 mars 1955. Livré le 24 mars 1955 à l'EAA 601 de Châteaudun, il fut accidenté le même jour, train droit brisé par sortie de piste. Il est renvoyé de Châteaudun à Clermont- Ferrand le 28 novembre 1955. Il revient à Châteaudun en janvier 1956 où il reste jusqu'en aout 1957. Le 27 aout 1957 il est muté à lELA 43 Médoc à Bordeaux où il restera jusqu'en 1961.
Le 25 janvier 1961 il est cédé à l'Aéroclub de l'Est à Nancy et réimmatriculé F-BFKR. Laisser-passer du 9 mars 1961 pou convoyage de Châteaudun à Guyancourt. PVV le 20 avril 1961 à Toussus (972 HV). SAE Strasbourg début 1967. Expiré mars 1968. Vendu à M. Alexandre Renault à Guyancourt puis radié. Il figure dans le film "Week end à Zuydcoote" et peut-être dans "L'express du Clonel Von Ryan". Récupéré par M. Rné Mary et stocké 20 ans à Strasbourg dans sa livrée de Bf 109 d'opérette, avec un chevron de Gruppe Adjudant blanc sur un camouflage gris vert et bleu ciel. C'est à cette époque que je l'ai vu pour la première fois, fin des années 70, dans le hangar de Norestair à Strasbourg polygone. PVV le 11 aout 1989, réimmatriculé F-AZLM. Nouveau CDN le 6 septembre 1989, devient F-AZMR pour " Mary René".Revendu le 20 septembre 1990 à M Bernard Esselin, révisé par M Roland Weiss et repeint gris alu, basé à Lons le Saulnier, son pilote habituel étant M André Morand. Panne moteur en 2002, je l'achète dans l'état en 2004. CDN le 19 juillet 2004, GV à Dijon par M Bruno Ducreux. Rejoint son nid à Montélimar en juillet 2005.

Mon Messerschmitt Bf 108 a été redécoré en 2012 aux couleurs de la Luftwaffe d'autrefois afin d'être plus démonstratif de son époque. En effet, force est de constater que, malgré l'effort de vrais connaisseurs de l'histoire aérienne, la confusion règne chez le grand public entre Nord 1000,1101,1200, le N°216 est un authentique Messerschmitt. A l'époque, d'ailleurs,  on parlait toujours de Me 108 quand on voyait un Nord 1002. 

La décoration la plus connue étant l'avion de Théo Blaich, choisie par tous les fabricants de maquettes: carton, plastique, métal et par mon ami Danois aussi bien que par mes amis Anglais dans le passé, je l'ai donc retenue également. L'interprètation des teintes fait référence au " Farbtonstafel der Luftwaffe 1941". L'avion était revêtu des teintes 79 clair/80 sur un 76 plutôt que le 78 qui aurait dû être utilisé. L'avion a reçu plus tard un badigeon de 79 fonçé; Ceci à la mode italienne "oeuf sur le plat", donc à l'intérieur des taches vertes, et en complément du camouflage de base, donnant une teinte sombre à l'ensemble, où la couleur 79 claire devient rare, une inscription est alors rajoutée au dessus de la carte d'Afrique: "Taïfun über Afrika". L'avion perdra alors son K et son M sous les ailes, par un nouveau badigeon de 76. N. B. : Les bouts d'ailes n'ont jamais étés peints en blanc. L'inscription de l'insigne du "SonderKdo Blaich "" Efta Einak", est une allusion à une histoire d'un homme avec un oeil de bois, qui devait d'autant plus garder l'autre ouvert sur sa jeune et jolie femme qui était très convoité, on pourrait la traduire par "Garder l'oeil ouvert ", ce qui me convient bien étant Ophtalmologue ! De plus cet avion était un Bf 108 D1 tropical, donc très proche des derniers modèles, avec notemment le gouvernail à maselotte de compensation, comme sur les Nord. Voir les photos dans l'historique, chapitre "SonderKdo Blaich".
 


 

Me 109 

Le Bf 109 fit son premier vol en 1935. Plusieurs modèles furent construits, et en tout environ 35000, le chasseur le plus construit de tous les temps. L'un d'eux, s'est écrasé à quelques kilomètres de chez moi. 

Nous sommes le lundi 28 aout 1944, il fait beau et chaud dans la vallée du Rhône, pas de vent. Marseille et Toulon sont libérées, et, hier les forces alliées étaient à Donzère. Mais entre Livron et Montélimar, de furieux combats les opposent à l'arrière garde de la XIX Armée allemande. 250 soldats allemands sont tués sur les 35 Km. Le gros des troupes allemandes sont au nord de Valence, le mitraillage systématique par les P38 et P47 américains et français se fait en amont...

En grande hâte les allemands font revenir du front de Normandie quelques chasseurs. Theo Spies est pilote de reconnaissance à la Sonderstaffel Kaatsch, émanation du 5(F) 123 qui a eu le temps d'utiliser un appareil révolutionnaire encore prototype: le Me 109H, équipé d'un moteur surpuissant pour évoluer dans la stratosphère. Il fait partie d'une Rotte de deux Bf 109 G . Alors qu'il vole en direction du nord, il est pris à partie par les canons anti-aériens du 443rd AAA Bataillon installé à couvert des platanes bordant la route de Crest à Saillans. Son réservoir supplémentaire s'enflamme, le pilote, très bas, le largue sur la nationnale, vire, accroche la cîme d'un arbre et s'écrase au lieu-dit Charsac. Le pilote est tué sur le coup, l'avion est désintégré, une aile tombant dans la rivière. Il s'agit du Bf 109 G6/AS WNr 161361, 29 noir, bien qu'une plaque ayant soit-disant été retrouvée là mentionne le WNr 26043. De même, il existe aussi un Oblt Hans-heinrich Spiess du 3/NAG 14 qui a disparu le 9/8/1944 sur le Bf 109 G8 WNr 2002354.

Mon projet est la reconstruction d'un Bf 109 G2 trop. L'avion sera en principe fini en 2015.

Sous-pages (3) : Contactez-moi Liens Vidéos