histoire


L'Association poursuit un but de recherches historiques. Dans cette page,  en perpétuelle construction tant l'histoire de Méobecq est riche, vous trouverez une brève chronologie de l'histoire de Méobecq et diverses rubriques correspondant au temps fort de l'histoire de Méobecq. Le site vient en complément de la revue qui fournit de solides articles sur le passé méobecquois.
 

Petite histoire de Méobecq et de son abbaye

VIIe siècle: Fondation mythique de l'abbaye par saint Cyran (Sigirannus), fils de Sigelaïc, comte de Bourges puis évêque de Tours, sous la protection du roi Dagobert (628-638). La Vision de Baronte (chronique du VIIe s) témoigne de l'implantation d'une communauté religieuse à Méobecq.

 VIIe s. : Leodaldus (saint Loyau) succède à Saint Cyran. Son effigie est représentée dans les peintures murales du sanctuaire.

3 septembre 1048 : Dédicace de l'église abbatiale de Méobecq en l'honneur de saint Pierre, sous la présidence de l'archevêque de Bourges, Aymon, assisté d'un grand nombre de prélats, de moines et de religieux.

XIe siècle : Réalisation des peintures murales

3 mars 1154 : Sentence du pape Anastase décidant que l'église de Méobecq serait désormais sujette de l'église de Parçay en Touraine et lui devrait « humble révérence, tel qu'un membre doit obéir à la tête. »

11 janvier 1174 : Bulle du pape Alexandre III, par laquelle ce pontife prend sous sa protection le monastère et confirme toutes ses possessions.

 
19 juin 1182 : Bulle du pape Luce confirmant la soumission des moines de Méobecq à l'archevêché de Tours.
7 juin 1419 : L'abbé Jean d'Azay édicte une série de règlements pour réformer certains abus dans l'observance de de la règle monacale, qu'il fit homologuer par l'évêque de Bourges, Guillaume.
1433 : « Permission du Roi [Charles VII] de faire des fortifications de Méobecq et de prendre le droit de boutage de ceux qui vendront vin en détail ». Arch. Dép., H. 282

1520 : Premier abbé commendataire à Méobecq. Le Roi de France impose au couvent de Méobecq un abbé séculier en la personne de Champropin, déjà pourvu des abbayes de Fontgombault et de Saint-Cyprien de Poitiers. « Il avait la réputation d'être riche et d'avoir force écus ».

1545 : Jean Maria, cardinal del Monte, abbé commandataire de Méobecq. Il devient pape en 1550, sous le nom de Jules III. Il envoya à Méobecq un franciscain qui avait quitté son habit pour se faire bénédictin. Celui-ci dirigea sous le titre de grand-vicaire l'abbaye de Méobec "au despens de laquelle il a vescu longuement" et si voluptueusement , n'ayant soin que de son profit particulier "pour entretenir ses plaisirs lascifs et scandaleux, menant une vie desbordée, dissolue et libidineuse démesurément, au veu et sceu d'un chacun, faisant de vice vertu."

Été 1569 : l'armée de Condé, partie de Bourgogne, passe à Méobecq en allant au siège de Poitiers, occupé par les troupes catholiques. L'ordre fut donné de mettre le feu à la charpente de l'église ; la voûte de la nef fut rapidement embrasée.


1574 : Date gravée sur un clocheton en pierre (une lanterne des morts ?) supportée par trois piliers dont l'un porte gravées en creux les armes de l'abbé du Breuil.

1589 : Ordonnance d'Henri IV faisant obligation aux hommes de Méobecq et de Neuillay de se relayer la nuit comme sentinelle.

1658 : Travaux pour clore une portion restreinte de la nef par une façade qui était ouverte au vent depuis 1569.

1659 : Un terrible ouragan s'abat sur la Brenne. La flèche, la tour, le beffroi avec ses trois cloches s'effondrent et entraînent dans leur chute la croisée du transept et les voûtes de la chapelle absidiales.

1664 : l'évêque de Laval-Montmorency, qui avait été envoyé l'année précédente au Canada en qualité de vicaire apostolique, prend possession de l'abbaye de Méobecq. Il détourne au profit de son évêché de Québec les revenus de l'abbaye de Méobecq.

1665 : D'après une enquête sur les causes de destruction de l'abbaye, les moines ne vivent plus en communauté de puis 80 ou 100 ans ; la salle capitulaire est abandonnée, il y a encore son autel en pierre, son jubé à moitié brisé et quatre ou cinq cénotaphes d'abbés.


1673 : Traité entre les titulaires d'office de l'abbaye et François de Laval pour la remise de leur fonction. Lettre patente supprimant le monastère de Méobecq.


4 août 1706 : Bulle du pape décrétant l'union au chapitre de Québec.


1789 : Comme dans tout le royaume, Méobecq rédige ses Cahiers de doléances.

Mars 1834 : La partie méridionale du transept s'écroule et entraîne la chute de l'absidiole adjacente, où était la chapelle de saint Roch
1845 : Début des travaux de réparations.

1859 : Découverte des peintures murales romanes sous des couches de badigeon par l'architecte Dauvergne.

1882-1912 : Campagne de restauration de l'église menée par l'architecte Darcy.

2002 : Création de l'Association de Sauvegarde du Patrimoine de Méobecq

2004 : Restauration des façades extérieures de l'église.

 

Chronologie établie par G.Gaudin

d'après E.Hubert,  « Canton de Méobecq » extrait de
Le Bas-Berry. Histoire et archéologie du département de l'Indre, Paris, A. Picard et Fils, 1908, p.489-518


Sous-pages (3) : 1914-1918 la-revue Méobecq-Québec
Comments