POESIA E GEOMETRIA

Quest’attività è stata effettuata  ultimamente (anzi..è ancora in corso) tra me ,insegnante di francese L2, la mia collega, Ughetta Caccialupi, insegnante di matematica nella mia classe ed il collega André Harlé insegnante di matematica in Francia. Lavoriamo insieme per creare poesie da idee matematiche e da forme geometriche servendoci come lingua veicolare del Francese.

Notre Projet eTwinning s'insère dans un parcours bien plus long et profond mené par le CRDP d'Amien, notamment par M. Alain Devaux

Supports : les poèmes spatiaux de Pierre et de Ilse Garnier.Production : un DVD pédagogique à propos du « spatialisme ».Réalisation : découverte, exploration de l’essentiel des œuvres spatialistes. Création d’œuvres spatialistes par les participants. Rencontre avec les auteurs Pierre et Ilse Garnier. L’ensemble est filmé et enregistré par les soins du CRDP de Amiens. 

En conclusion : l’ensemble du travail donnera lieu à un enregistrement et pourra être prolongé par l’élaboration d’outils méthodologiques liés à l’objet  central du projet : la fonction poétique du langage en lien avec la découverte des « représentations de choses » et des « représentations de mots ».

 

Description  de l’activité autour de l’idée de cercle.

Activité avec la prof de maths et celle de français:

A' partir de la défintionde cercle"La circonferenza è l'insieme dei punti equidistanti da un punto fisso detto centro" et de celle de "semipiano":"L'insieme dei punti che stanno nella stessa parte del piano" on a réfléchi à l'idée  de perfection, d'inclusion, d'èxclusion, de bien, d'imperfection.

La ligne droite "divise" l'espace,elle brise,elle coupe, elle creé des "SEMIPIANI":du cercle par des modifications,par des transformations, on arrive au triangle.Mais le cercle peut se déformer pas se briser.

On demande aux élèves d'exprimer leurs réfléxions à partir de ce cours en créant des poèmes

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’or

 

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’or

cercled’orcerced’rcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercle

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’or

 

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercle

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’or

 

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercle

cercledorcercled’orcercled’orcercled’or

 

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’or

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercled’orcercle

cercled’orcercled’orcercled’orcercled’or